Miss Fortune, la Chasseuse de primes (27 Juillet, 20 CLE)

 :: Commencement :: Univers :: Un monde en déclin :: Jugements Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invocateur Puissant
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
avatar
Messages : 222
Date d'inscription : 09/06/2015
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Jeu 1 Mar - 9:35
Candidate: Miss Fortune
Date: 31 August, 20 CLE

OBSERVATION

Miss Fortune spills into the Great Hallway with the same tenacity that she spills into her silk blouse - both taxed to contain her. She is cramped inside any structure not bobbing across the salt ocean. Her eyes pan across the recessed ceiling’s filigree with disdain, the toil of Valoran’s finest artisans a pitiful substitute for the night sky’s celestial collage. The disapproving shake of her head would be imperceptible, if not exaggerated by the wag of her ornamented tricorne, the defining accessory of a captain. An avalanche of cherry locks tumbles from the hat, engulfing her shoulders in scarlet waves. Her every feature seduces attention, a weapon as – or perhaps more – potent than the enormous gilded muskets clinging to her hips.

She bounds across the tiles. The impact of every footfall ripples up the curves of her figure; the distraction of her beauty magnified in motion. One can practically see the hearts of those who’ve beheld her trailing in her wake.

An inscription looms overhead: The truest opponent lies within.

The corner of her lips twitch, almost a smile. With uncanny grace, she plucks a musket from its holster, twirls it once round her finger and brings it to rest with the word "opponent" in its crosshair. Her lips mouth a silent pop, and the firearm is re-holstered. She dawdles no longer.


REFLECTION

Hands on her hips, Miss Fortune tapped her foot impatiently in the dark. This was a juvenile tactic. If the League resorted to gimmicks like black smoke for its trials, perhaps she never should have made landfall. Her foot sank mid-thought. She intended to recoil, but a familiar sensation pressed her on all sides.

She didn't hear herself cry, but she watched bubbles carry the sound away. Water? She flailed, her limbs searching for something solid. Yards above, she saw the surface’s dancing prism of light. She paddled furiously, but the light remained distant - something was wrong. More bubbles. The skin of her leg crawled, begging attention. Precious air waning, she risked a glance and found the problem. Rooted seaweed clutched her ankle tightly, apparently aware of its catch. She tore at it, but its slimy grip would not relent. Out of time, Sarah Fortune watched the last bubbles drift merrily upward, growing smaller and smaller, until salt stung her lungs. She felt strangely peaceful when her vision faded.

I'm on my way, Mom.

Sarah's sides wrenched in misery. A torrent poured from her mouth. Expecting entrails, she pried her eyes open. She grasped for focus; the escaping deluge lacked the visceral color she'd expected. Blurry vines framing her field of vision coalesced into defeated strands of hair, dangling limply around her face. Her hands dug into the sand. Her mind filled the gaps: she was kneeling on the beach and the puddle in front of her consisted of frothy seawater, as opposed to innards. Her lungs, battling her stomach, forced an inhale before the next heave.

"A sure ugly sight ye be fer a young wench. Thought yeh might be shark bait fer a turn."

A sputter of briny droplets was the best retort Sarah could articulate. Her eyes locked on the source, a garish boy, and she fell backward. His onyx hair and leering grin were unmistakable, but he was too young.

"How..."

"Ye be a lucky one. I was huntin’ fer mermaids. Fancy me letdown when I spied yer kickers."

Her breath found rhythm. "They don't disappoint many."

"They got some shape to be sure, but I seen better."

Sarah stumbled to her feet, wet clothes matted to her body. "There are none better."

The boy chortled. "So what be the reward fer fishin ye from the drink?"

"Thanks?"

"A fine thanks I’ll wager, but no reward I assure ye." He pointed at her head. “How bout ‘at?”

She touched her hair, and her fingers grasped a smooth object. She extracted a pearlescent comb, fashioned from a conch. Mother’s comb? She examined it dubiously; an epiphany clawed at the back of her mind. She opened her mouth, but before she could speak, the boy closed the distance and stole a lingering kiss. Her nagging subconscious burst, realization surging forth.
This beach, this boy...the day her mother died.

She'd wandered from her house, drenched in her mother’s blood. Wading into the surf, she was vaguely aware of the crimson wisps stretching from her garments. She dipped below the surface and screamed, attempting to shock her mind back to rationality. Beneath the waves, her tears either joined or comprised the ocean around her, she couldn’t tell.

That day, the boy was waiting on the banks. Under other circumstances, she’d have wondered how long he had been there; she may have even blushed. But she only stared, too exhausted to ponder his presence. His mouth moved, but her ears denied the sound. Then he joined her amongst the waves and kissed her, a confounding loop added to the dizzying course of her emotions.

He pulled away with her mother’s comb in hand, cackling. One day he’d make a ruthless pirate. Prize in tow, he sauntered off, jack boots stamping the sand. He turned once, comb held high, and bellowed, “Come an’ get it!” He then laughed, disappearing beneath black sails which dotted the distant shoreline.

Strangely inspired, Sarah welled with newfound purpose. Once she'd buried her mother, and burned her house to the ground, she would enjoy getting her comb back.

As the memory receded, Miss Fortune jerked away from the boy’s embrace.

“Who are you?!”

“Why do you want to join the League, Miss Fortune?” The seadog timbre was gone.

“What?”

“Why do you want to join the League?”

“I...for power and plunder.” She doubted her own words.

“Why do you want to join the League?” Frost bit every syllable.

Crashing waves filled the silence.

“I need to find him.”

“How does it feel, exposing your mind?”

Miss Fortune let his inquiry hang in the air. Drowned and drained, questions brimming, she felt somehow revitalized.

“Thank you.”

Light filled her view, and the hallway beckoned. The marble doors behind her offered retreat. She laughed at the thought. No matter what, Miss Fortune always gets her man.




FEED POROS PLS

Toutes les deux heures de préférences ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invocateur Puissant
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
avatar
Messages : 222
Date d'inscription : 09/06/2015
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Jeu 1 Mar - 9:40
Candidat : Miss Fortune
Date : 27 Juillet, 20 CLE

OBSERVATION

Miss Fortune marchait dans le hall avec grande ampleur, la même ampleur que son bustier avait déjà bien du mal à contenir. Elle se sentait toujours à l'étroit dans les bâtiments quand ceux-ci ne tanguaient pas au gré des vagues. Elle leva lentement le regard vers le plafond délicatement sculpté, mais cette merveille des plus grands artistes de Valoran n'était, pour elle, qu'un piètre substitut aux millions d'étoiles du ciel nocturne. Son indignation serait passée inaperçue si le mouvement de tête qui l'accompagnait n'avait pas été amplifié par l'immense tricorne ornementé qui témoignait de son statut de capitaine. Des mèches rousses par dizaines tombaient du chapeau et caressaient ses épaules telles des vagues sous le soleil couchant. Chacun de ses atouts attisait la séduction, une arme peut-être plus redoutable encore que les énormes tromblons dorés qu'elle portait fièrement à la hanche.

Elle traversa la salle avec détermination. À chaque pas sur les dalles du sol, les formes délicates de son visage frissonnaient dans un mouvement qui magnifiait plus encore sa beauté. Le premier anonyme venu aurait imaginé sans mal les nombreux regards qui, avant le sien, s'étaient détournés sur son passage.

Elle pouvait maintenant lire l'inscription devant elle : C'est en soi qu'est l'adversaire véritable.

Elle esquissa la pointe d'un sourire. Dans un mouvement gracieux, elle tira l'un des tromblons hors de son étui, le fit tournoyer avec assurance autour de son doigt et l'immobilisa, le canon pointé vers le mot « adversaire ». Elle ouvrit rapidement la bouche comme pour mimer la détonation, puis rangea son arme dans un éclair. Les choses sérieuses allaient commencer.

RÉFLEXION

Plongée dans l'obscurité, les mains posées sur les hanches, Miss Fortune battait du pied sur le sol. Une manœuvre bien juvénile. Elle ne pensait pas que la League utiliserait des gadgets aussi faibles qu'une fumée noire pour ses épreuves, et regrettait déjà d'avoir quitté son navire. Alors qu'elle était perdue dans ses pensées, elle perdit pied. Elle tenta de se relever, mais une sensation étrangement familière venait de la saisir de tout son corps.

Elle tenta de crier, mais seules des bulles sortirent de sa bouche. De l'eau ? Elle battait des jambes, à la recherche d'un sol sur lequel poser les pieds. Loin au-dessus de sa tête, elle pouvait voir les reflets dansants de la surface. Elle se débattait avec fureur, mais la lumière du jour, étrangement, ne s'approchait pas. Elle continuait à cracher des bulles. Soudain, elle sentit quelque chose sur ses pieds. Malgré l'air qui s'épuisait dans ses poumons, elle baissa les yeux et comprit ce qui la retenait. Des algues robustes s'étaient enroulées autour de ses chevilles et la maintenaient avec une telle force qu'elles semblaient vivantes. Elle tenta de les arracher, mais rien ne semblait épuiser ces plantes visqueuses. Le temps lui était désormais compté, et Sarah Fortune ne pouvait plus que regarder les dernières bulles remonter librement, elles, tandis que l'eau salée s'engouffrait dans sa bouche. Alors que son regard se brouillait, elle se sentait en paix.

J'arrive, maman.

La douleur envahissait les membres de Sarah. Elle se mit à vomir un véritable torrent. Elle ouvrit finalement les yeux, pensant se vider de ses entrailles. Elle reprit ses esprits en voyant que ce qu'elle crachait n'avait pas la couleur viscérale espérée. Dans son champ de vision encore trouble s'entrelaçaient les mèches nombreuses de ses cheveux ébouriffés. Du sable se glissait autour de ses doigts. Elle venait de comprendre : elle était à genoux, mains à terre sur la plage, et ce qu'elle venait de recracher n'étaient pas ses boyaux, mais de l'eau de mer glaciale. Ses poumons l'imploraient de prendre une grande respiration avant d'expulser, une seconde fois, cette eau salée.

« Vous êtes en bien sale état pour une jeune dame. J'ai presque failli vous prendre pour un appât à requin. »

À ces mots, Sarah ne put rétorquer qu'un faible crachat d'eau saumâtre. Lorsqu'elle leva les yeux vers ce garçon en tenue criarde, elle tomba à la renverse. Elle n'aurait confondu ces cheveux onyx et ce sourire dédaigneux avec nuls autres, pourtant le garçon lui semblait trop jeune.

« Comment... »

« Vous avez de la chance. Moi, c'est des sirènes que je cherche. Autant dire que j'étais bien déçu quand j'ai vu vos jambes ».

Sa respiration, enfin, s'était apaisée. « Elles déçoivent peu de monde, d'habitude. »

« Elles sont bien jolies, c'est sûr, mais j'en ai vues de plus belles. »

Sarah se releva péniblement alors que ses vêtements trempés collaient à sa peau. « Il n'y en a pas de plus belles. »

Le garçon gloussa. « Quelle récompense je peux espérer pour un poisson dans votre genre ? »

« Un merci ? »

« J'accepte les remerciements, mais je n'appelle pas ça une récompense. » Il pointa sa tête du doigt. « Et ça ? »

Elle palpa rapidement ses cheveux jusqu'à ce que ses doigts attrapent un objet lisse. C'était un peigne nacré, taillé à partir d'une conque. Le peigne de maman ? Elle l'examina, l'air dubitatif, comme s'il venait d'arracher à son esprit un souvenir qu'elle pensait oublié. Elle ouvrit la bouche, mais avant même qu'elle ne puisse s'expliquer, le garçon s'était approché pour lui voler un baiser insistant. Le souvenir était maintenant vif, et la sensation tristement amère.

La plage, le garçon... le jour où sa mère est morte.

Elle avait quitté sa maison, égarée, les vêtements imbibés du sang de sa mère. Le corps en partie immergé, elle remarquait à peine les volutes rouge sombre qui émanaient du tissu et se mêlaient à l'eau. Elle plongea la tête sous la surface et hurla de toutes ses forces, comme si elle implorait son esprit de revenir à la raison. Sous l'écume des vagues, ses larmes rejoignaient l'eau salée ; ou peut-être était-ce cet océan qu'elle venait de pleurer.

Ce jour-là, le garçon l'attendait au bord de l'eau. En d'autres circonstances, elle se serait demandée depuis combien de temps il se trouvait là et aurait même rougi. Là, elle le regardait simplement, sans réfléchir à la raison de sa présence. Elle le voyait remuer les lèvres, mais n'entendait pas le moindre mot. Finalement, il s'avança jusqu'à elle, au milieu des vagues, et l'embrassa ; elle se laissa faire, submergée par ces émotions contradictoires.

Il se releva en ricanant, le peigne dans la main. Un jour, il deviendrait un pirate sans pitié. Son larcin accompli, il s'éloigna en marchant d'un pas nonchalant sur le sable. Il se retourna une seule fois et lança fièrement, en brandissant le peigne : « Viens donc le chercher ! » Dans un dernier éclat de rire, il disparut derrière des voilures noires qui étaient levées, plus loin, sur le rivage.

Les larmes coulaient toujours sur son visage, mais Sarah se sentait animée d'une foi nouvelle. Après avoir enterré sa mère et brûlé sa maison, elle partirait à l'aventure pour reprendre ce peigne qui lui appartenait.

Le souvenir s'évanouissait peu à peu, et Miss Fortune rejeta brutalement ce garçon qui l'embrassait.
« Qui êtes-vous ?! »




FEED POROS PLS

Toutes les deux heures de préférences ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Candice "Douce-lame" [chasseuse de primes][En cours de mise à jour]
» Miss Fortune : Chasseur de primes.
» Miss Fortune.
» recensement des primes [obligatoire]
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Commencement :: Univers :: Un monde en déclin :: Jugements-
Sauter vers: