Urgot, le Broyeur (24 Août, 20 CLE)

 :: Commencement :: Univers :: Un monde en déclin :: Jugements Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invocateur Puissant
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
avatar
Messages : 235
Date d'inscription : 09/06/2015
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Mar 27 Fév - 21:34
Candidate: Urgot
Date: 24 August, 20 CLE

OBSERVATION

Urgot shambles along the great hall of the Institute of War, spider-like legs ferrying his bloated, bulbous body towards his ultimate goal. The scrape of metal against marble and the dull crackle of energy mark his passage as he moves with deceptive agility. His horrid emotionless visage belies the conviction in his gaze.

From his right arm swings a wicked-looking blade, beginning where the hand should have been. His left arm terminates in a cannon, a similarly poor replacement for the extremity. He creaks to a halt before a pair of ornate marble doors. He lifts one of his segmented metal legs, extending it forward to deal with the blocking portal, which slides open easily at his touch. His scarred, patchwork skin - blanched in the eerie glow of the techmaturgical engine that sustains him - glistens with beads of sweat as he scuttles inside.

REFLECTION

The darkness around him grew heavy and familiar. He could feel the dew on his scalp as a stiff breeze crossed over him. His whole body trembled, but there was no fear in it. Only the anticipation of what was to come. Urgot wrung his fingers around the shaft of his axe. His fingers! He lifted a hand in front of his face. As his eyes adjusted to the darkness, he stared in disbelief at the sight of his own, unspoiled digits. Just beyond them he recognized the dour face of Sion, his commanding officer, a whistle pinched between his lips.

An arc of lightning lit the sky, its brilliance revealing a distant silhouette. Thunder followed a few seconds later. Could it be? Could he be here, now?

The shrill squeal of his commander's whistle wrenched him from his contemplations. Almost involuntarily, he broke into a charge, dashing headlong towards his distant adversary.

"Gatecrashers!" he heard someone cry. "Form up, men!"

Ahead, he could see the soldiers forming ranks, a wall of Demacian shields waiting to meet the charge. Something was wrong. There were too many.

Without breaking stride be brought his greataxe around, sundering the lead enemy's shield and toppling him backward. Urgot waded in - oblivious to the danger - swinging the weapon in wide arcs to broaden the hole in his enemy's defenses. The sounds of combat filled the air as chaos erupted about him. For an instant, the Demacians were staggered, offering him a moment's reprieve.

A fresh wound leaked blood into his eyes, and he smeared it away as he peered through the havoc. Another bolt of lightning revealed a resolute, armored form to the rear of the vanguard who was shouting orders while steadying himself against an ancient oak. Urgot began moving once more, battleaxe leading the way.

He hacked his way to the back of the enemy force, the cries of his fellows lending urgency to his attack. The Demacians were rallying. His comrades were being overwhelmed. He lunged forward to intercept the enemy commander, axe held high, as he moved to rejoin the fray.

His opponent darted to the side and the axeblade bit firmly into the trunk of the tree. Urgot wrenched wildly, struggling to free the stubborn weapon. But it was too late. There was a flash of silver, and everything fell silent. His vision blurred as he stumbled backward, arms extended before him. The ruined appendages - ending just below the wrist - burned white hot agony as they issued forth a torrent of gore.

"Do you remember, Urgot?" asked a familiar voice. Urgot turned to face who addressed him. The carnage around him had vanished, and it was daybreak now. He was standing at a clearing in the woods. He could hear the birds chirping in the brisk morning air. Garen, the Might of Demacia, stood a few paces away, idly wiping the blood from his sword.

"I remember, Demacian," croaked the maimed warrior, stoically, "I remember what you have done to me."

A wicked smile curled at the edge of Garen's lips. "It is not over," he mocked.

In the blink of an eye he was gone, replaced by a cheering crowd of Noxian warriors. Urgot's mutilated right arm now ended in a vicious looking glaive, a gift from a field surgeon. He looked down. At his feet, bound prostrate in the dirt, was a handsome, raven haired youth. Jarvan IV, the Crown Prince of Demacia stared up at him, piercing brown eyes locked on his executioner without fear. Though he was defeated, the air of pride and dignity about him could not be tempered.

Urgot wore a self-satisfied grin as he raised his arm to strike the fatal stroke. An arrow caught him in the chest, staying his hand. He gasped in pain, looking up just in time to catch a glimpse of that same armored figure closing in on him with uncanny speed, weapon raised menacingly.

He plummeted to the earth, a warm puddle spreading rapidly beneath him with each slow, deafening beat of his heart. He felt to scream, but could not find his breath. This could not be the end! Not like this! This was his moment. Not like this! Blackness closed in around him, leaving him alone with his killer.

"Why do you want to join the League, Urgot?" asked Garen, leaning heavily on his sword.

Urgot's labored gasps ceased. He was whole once more, his metal legs creaking as he quivered with rage. Necromantic energy raced along his metallic spine. "Revenge!" he roared, eyes ablaze with hatred.

Garen nodded, taking a step closer. "How does it feel, exposing your mind?"

In response, Urgot raised his mighty glaive over his head and brought it down furiously on the image of his nemesis. He found only the open air as the phantom dissolved into the dark. The great doors before him flew open. The League was waiting.



FEED POROS PLS
       
Toutes les deux heures de préférences ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invocateur Puissant
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
avatar
Messages : 235
Date d'inscription : 09/06/2015
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Mar 27 Fév - 21:39
Candidat : Urgot
Date : 24 Août, 20 CLE

OBSERVATION

Urgot musardait dans le grand hall de l'Institut de la guerre, ses pattes arachnéennes portant son corps flasque vers son objectif. À son passage, on pouvait entendre le métal qui raclait le sol et percevoir la faible lueur des étincelles ; nul n'aurait pu présumer de son agilité. Son visage horrible, dénué de toute émotion, dissimulait parfaitement sa détermination.

Au bout du bras droit, là où certains ont une main, lui avait une épée à l'allure terrifiante. Au bout de son bras gauche se trouvait un canon, une autre alternative de fortune. Dans un grincement de métal, il s'arrêta devant une double-porte de marbre. Il leva l'une de ses pattes articulées vers cette double-porte qui l'empêchait d'avancer et l'ouvrit sans peine. Sa peau difforme, faiblement éclairée par le moteur techmaturgique qu'elle abritait, ruisselait de sueur alors qu'il pénétrait à l'intérieur.

RÉFLEXION

Il fut enveloppé par une noirceur aussi intense que familière. Une douce brise se leva, et il sentit la rosée qui était venue se poser sur lui. Il trembla de tout son corps, mais ce n'était pas sous l'effet de la peur. Il était impatient, tout simplement. Urgot enroula les doigts autour du manche de sa hache. Ses doigts ? Il leva brusquement la main. Alors que ses yeux s'accoutumaient à l'obscurité, il découvrit, incrédule, qu'il avait des doigts intacts. Devant lui, il reconnut la tête sombre de Sion, son officier supérieur, un sifflet entre les lèvres.

Un éclair illumina le ciel et dessina le contour d'une silhouette, au loin. Quelques secondes plus tard, le tonnerre retentit. Était-ce un rêve ? Était-ce vraiment lui ?

Le sifflement strident de son officier supérieur l'arracha à ses pensées. Sans trop savoir pourquoi, il lança brutalement l'assaut en direction de son lointain adversaire.

Il entendit quelqu'un crier : « Des intrus ! En formation ! »

Devant lui, il pouvait voir des soldats qui se rassemblaient, un mur de boucliers demaciens qui se préparait à subir l'assaut. Quelque chose était étrange. Ils étaient trop nombreux.

Sans rompre sa marche, il leva sa hache immense et l'abattit sur le bouclier du chef ennemi, ce qui le fit basculer. Urgot, sans considération pour le danger, balançait son arme avec des gestes amples pour creuser des trous dans la défense ennemie. Le rugissement chaotique du combat s'élevait maintenant autour de lui. Les Demaciens, étourdis par la violence de son assaut, lui laissèrent un bref moment de répit.

Une plaie béante qu'il venait de creuser arrosa ses yeux de sang ; il le balaya rapidement et sans fléchir. Un nouvel éclair révéla une forme imposante derrière l'avant-garde ; une forme, debout auprès d'un vieil arbre, qui hurlait ses ordres. Urgot lança une nouvelle charge, ses coups de hache lui libérant le passage.

Sans aucune retenue, il se fraya un chemin jusqu'à l'arrière, encouragé par les hurlements de ses frères d'arme. Les Demaciens se rassemblaient. Ses camarades étaient submergés. La hache levée, il fonça droit devant lui pour intercepter le commandant ennemi qui lui-même se dirigeait vers la mêlée.

Son adversaire fit un pas de côté et la hache s'abattit sur le tronc d'un arbre. Urgot s'acharnait tant bien que mal pour arracher l'arme plantée dans le bois. Mais il était déjà trop tard. Une lame scintilla, et tout devint silencieux. Sa vue se brouilla alors qu'il s'effondrait, les bras levés devant lui. Ses membres déchirés au poignet brûlaient de douleur alors que le sang se déversait par flots entiers.

« Te souviens-tu, Urgot ? » demanda une voix familière. Urgot se tourna vers celui qui s'adressait à lui. Le carnage qui l'encerclait s'était dissipé, et la lueur du jour pointait à l'horizon. Il gisait dans une clairière, au milieu des bois. Dans la fraîcheur du matin, il entendait le gazouillis des oiseaux. Garen, la Force de Demacia, se trouvait à quelques pas de lui ; il essuyait délicatement le sang sur son épée.

« Je me souviens, Demacien, grogna fébrilement le guerrier estropié. Je me souviens de ce que tu m'as fait. »

Garen esquissa un sourire malfaisant. « Et ce n'est pas fini », ajouta-t-il d'un air moqueur.

Il disparut en un instant, et fut remplacé par une armée de guerriers noxiens et leurs acclamations. Le bras droit d'Urgot était maintenant une épée menaçante que lui avait greffée un médecin de guerre. Il baissa le regard. À ses pieds, recroquevillé dans la boue, se trouvait un beau jeune homme aux cheveux blonds. C'était Jarvan IV, prince héritier de Demacia, qui le regardait de ses yeux bleus, dénués de toute peur. Il était certes vaincu, mais il n'avait pas abandonné sa fierté ni sa dignité.

Urgot, au moment de lever son arme pour porter le coup de grâce, arborait un sourire satisfait. Une flèche lui transperça le torse et lui fit lâcher son arme. Il fut envahi par la douleur et eut simplement le temps de lever les yeux pour discerner cette silhouette imposante si familière qui se précipitait dans sa direction, son arme prête à s'abattre sur lui.

Il s'effondra et, baignant dans son sang, il ressentait les battements irréguliers de son cœur. Il chercha à hurler, mais il n'en avait plus la force. Ça ne pouvait pas être la fin ! Pas comme ça ! Pas ici ! Pas maintenant ! L'obscurité le rattrapait peu à peu, le laissant seul avec son assassin.

« Pourquoi veux-tu rejoindre la Ligue, Urgot ? » demanda Garen, la main posée sur son épée.

Urgot respirait à nouveau normalement. Il était de nouveau lui-même, et ses pattes métalliques grinçaient de rage. De l'énergie nécromantique traversait sa carcasse de métal. « Vengeance ! » hurla-t-il, les yeux emplis de colère.

Garen hocha la tête et s'approcha. « Quelle impression cela fait-il de partager ainsi ton esprit ? »
En guise de réponse, Urgot leva son épée au-dessus de sa tête et l'abattit avec fureur sur l'image de son pire ennemi. Alors que son fantôme s'effaçait dans l'obscurité, il comprit que sa lame avait simplement fendu l'air. Les grandes portes s'ouvrirent complètement. La Ligue l'attendait.



FEED POROS PLS
       
Toutes les deux heures de préférences ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» broyeur de pommes
» Compote de pommes aux amandes
» Bélier du mordor aux champs de pelenor
» Pelle (à tartes) || Casse-Gueule & Cosmo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Commencement :: Univers :: Un monde en déclin :: Jugements-
Sauter vers: