Vladimir, le Saigneur pourpre (27 Juillet, 20 CLE)

 :: Commencement :: Un monde en déclin :: Jugements Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invocateur Puissant
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Messages : 208
Date d'inscription : 09/06/2015
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Lun 26 Fév 2018 - 7:50
Candidate: Vladimir
Date: 27 July, 20 CLE


Vladimir moves with purpose, his long hair and robes flowing dramatically behind him as his deliberate strides carry him swiftly towards his goal. The heels of his polished boots ring out against the marble halls of the Institute of War, an unwelcome clamor in the otherwise oppressive silence. He spies his destination ahead, a great stone doorway.

The regal demeanor of our guest is a hoax; a trap for those foolish enough not to look beyond the surface. The perfectly groomed hair, the extravagant attire, the manicured fingernails… these marks of nobility are false. The truly perceptive will not be deceived by this charade. From his cruel, angular features, to the vicious, yet regal, jewelry that adorns his fingertips, there is no doubt: this is a predator.

Vladimir pauses for a moment as he arrives, relishing the moment. He admires the craftsmanship with fickle, covetous eyes. A pair of panthers stand sentry in the relief of the marble archway, their lithe forms a tribute to their artisan's talent. An inscription above announces his destination: "The truest opponent lies within." He reaches out to caress the polished stone. The doors part at his touch, drifting silently open. Beyond them lay blackness. Vladimir licks his thin lips, and darts inside.


Vladimir stood in the darkness of the Reflecting Chamber. For a moment there was only the silence and the expectant beating of his heart. Then there was a whisper.

"Vladimir, my child," called a voice from the black. He recognized it instantly, and his hair stood on end. Out of the darkness strode another figure, of similar stature but clothed in the simpler robes of a monk. His ashen hair was rivaled only by the sickly pallor of his skin. His eyes were pure crimson.

"Dmitri?" Vladimir inquired, incredulous, "but, master, you are gone. I killed you."

The figure threw back his head, howling with laughter. "I cannot be gone, Vladimir. I am a part of you." As if in response, the monk's body dissolved into a fine red mist. The metallic smell of blood filled the air. Vladimir closed his eyes and breathed deeply, the warm vapor bathing him in its welcome embrace.

The sound of sharp, labored breaths woke him from his reverie. His eyes snapped open, revealing a clearing in a serene forest. His heart raced in an excited rhythm. At his feet lay two mangled forms - one still, the other gasping - both drenched in blood. Vladimir examined himself in wonder. He was a boy no older than fifteen. In his right hand he clutched a hunting knife in a death grip - so hard, in fact, that the handle had cut him. His fine clothes were sullied everywhere with scarlet. He knew this moment. These were his playmates. These were his first.

The maimed figure crawled towards him, looking up with a mixture of sadness and bewilderment. The expression turned to hatred. A hand shot forward, gripping his boot. Vladimir recoiled, breaking free and stumbling backwards away from the dying child. The boy opened his mouth as if to scream, but no words came out. Instead, a torrent of blood spilled forth from his lips into the dirt. He extended an accusing finger at his murderer. Vladimir dropped his knife, and the darkness took him.

A moment later he was standing at the foot of a mountain trail in the shadow of a great structure. Before him, propped on a spike, lay a blanched corpse. Beneath that lay a font of blood, hewn into the rocks by primitive tools. He looked up, raising a hand to shield his wind-burned face. The trail before him contained perhaps a dozen such specimens, set at even intervals along the path. He felt the now familiar quickening of his pulse. The thrill overwhelming any sense of dread, he ascended.

Wandering through the halls of this ancient structure, the trail of drained bodies guiding his path, Vladimir's excitement grew. He came at last to a great hall. All about him hung the deceased, their lifeblood settling in pools below. At the front of the grisly scene stood a robed monk, white hair slicked back out of his face. His blood-red eyes shone menacingly on his pale, implacable face as he beckoned to the enraptured traveler.

Vladimir approached, unblinking; entranced by the spectacle, eyes locked on the man before him. The monk stared back curiously. "Have you no fear, boy?" he asked, interested. Vladimir shook his head wordlessly, never breaking his gaze.

"I see what you are," the monk continued, "You are a harbinger, my child. A Crimson Reaper, come to collect." He smiled grimly, a peal of laughter following. "What is your name, young one?"

"I am called Vladimir," stammered the bewildered youth.

"You are now my charge, Vladimir," replied the aging figure, smiling. "Do not disappoint me."

Vladimir stared deeply into his mentor's eyes. The sight made his veins run ice. He had killed this man. He had taken his blood. And Dmitri had asked him to do it; had threatened him with death if he refused. The room around him went dark once more, leaving him alone again with the phantom of his master. The monk folded his arms across his chest. "Why do you want to join the League, Vladimir?" asked Dmitri expectantly.

"I wish to bring honor to my noble house and to hone my craft," Vladimir answered immediately.

The apparition before cracked a bemused smiled. "Why do you want to join the League, Vladimir?" it repeated.

"To fight for the glory of Noxus, my homeland," Vladimir replied, hesitant.

Dimitri's amusement vanished. He looked displeased. "Why do you want to join the League, Vladimir?" he echoed.

Vladimir's face darkened. He answered, slowly this time, "I must kill."

The old monk nodded. "How does it feel, exposing your mind?" he asked.

Vladimir bared his teeth. "Liberating, really," came his retort. As if in response, the door behind flew open, bathing him in light. He was alone.


Toutes les deux heures de préférences ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invocateur Puissant
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Messages : 208
Date d'inscription : 09/06/2015
♥ ♡ De l'amour et des poros ♡ ♥
Lun 26 Fév 2018 - 7:52
Candidat : Vladimir
Date : 27 Juillet, 20 CLE


Vladimir avance, résolu, ses longs cheveux et sa robe flottant derrière lui avec emphase, et c'est avec rapidité et détermination qu'il progresse vers son but. Les talons de ses bottes lustrées retentissent dans les halls de marbre de l'Institut de la guerre, fracas inattendu dans le silence oppressant des lieux. Il regarde attentivement la grande porte de pierre qui se dresse devant lui.

L'attitude aristocratique du personnage est un leurre, un piège destiné à ceux qui ne savent percer la surface des choses. La chevelure soignée, la vêture extravagante, les ongles manucurés… tous ces nobles attributs sont parfaitement factices. Mais ceux qui possèdent une vraie pénétration ne se laissent pas tromper par cette mascarade. Observez ses traits anguleux et cruels, et même les joyaux royaux mais impies qui ornent ses doigts, il n'y a pas de doute : voici un prédateur.

Vladimir s'arrête un instant en arrivant, savourant le moment. Il admire la finesse de l'architecture avec des yeux avides. Deux panthères montent la garde, bas-reliefs sculptés dans le marbre, leur finesse témoignant du talent de l'artiste. Une inscription, au sommet, indique ce qui attend le nouveau venu : « C'est en soi qu'est l'adversaire véritable. » Il avance la main pour caresser la pierre polie. Les portes s'ouvrent à ce contact, glissant dans le plus grand silence. De l'autre côté, tout n'est que pénombre. Vladimir passe la langue sur ses lèvres fines et pénètre à l'intérieur.


Vladimir se tient dans l'obscurité de la Chambre des réflexions. Pendant un temps, il ne perçoit rien que le silence et les battements de son propre cœur. Soudain, un murmure.

« Vladimir, mon enfant », appelle une voix dans l'obscurité. Il la reconnaît instantanément, et un frisson le parcourt. Dans l'obscurité se tient une autre silhouette, d'une stature identique mais simplement revêtue de la bure des moines. Ses cheveux de cendre encadrent un visage livide. Ses yeux luisent comme un rubis.

« Dmitri ? » Vladimir est incrédule : « mais, maître, tu n'es plus. Je t'ai tué. »

La silhouette est agitée par les soubresauts d'un rire profond. « Espères-tu te défaire de moi, Vladimir ? Je fais partie de toi. » Comme en réponse, le corps du moine se dissout en une fine brume rouge. L'odeur presque métallique du sang emplit l'atmosphère. Vladimir ferme les yeux et respire profondément, tandis que la vapeur chaude l'enveloppe dans une étreinte bienvenue.

Le son d'un souffle aigu le tire de sa rêverie. Ses yeux s'ouvrent brusquement et une éclaircie, au sein d'une sereine forêt, se découvre à lui. Son cœur bat frénétiquement dans sa poitrine. À ses pieds gisent deux formes, l'une immobile, l'autre haletante, toutes deux couvertes de sang. Vladimir, abasourdi, observe ce spectacle inattendu. Il n'est plus lui-même qu'un gamin de quinze ans. Dans sa main droite, il tient férocement un couteau de chasse ; si férocement que la poignée l'a même coupé. Ses vêtements sont couverts de sang. L'homme se souvient de ce moment. Il se rappelle ses camarades de jeu. C'était la première fois.

La silhouette estropiée rampe vers lui, la tête levée dans un mélange de tristesse et d'incrédulité. Son expression se transforme en haine. Une main s'agrippe à sa botte. Vladimir recule, se libérant de la prise, et s'éloigne de l'enfant agonisant. Le jeune garçon ouvre la bouche, comme pour hurler, mais pas un son ne se fait entendre. Au contraire, un torrent de sang jaillit de sa bouche déformée par la douleur et vient tacher la poussière. L'enfant tend un doigt accusateur vers son meurtrier. Vladimir lâche son couteau, et les ténèbres s'emparent de lui.

Un instant s'écoule et l'homme se retrouve au pied d'un chemin montagnard, dans l'ombre d'un vaste bâtiment. Devant lui, maintenu par un poteau, un corps livide. En dessous, des fonts sont creusés dans le roc par des outils primitifs. Vladimir lève la tête, protégeant de la main son visage buriné par le vent. La piste, devant lui, présente une dizaine de ces pals, séparés sur le chemin par des intervalles réguliers. Il ressent à nouveau la pulsation familière de son pouls qui augmente. L'excitation l'emporte sur la peur, il entame son ascension.

Tandis qu'il arpente les halls de l'ancien bâtiment, la piste de corps exsangues guidant ses pas, Vladimir sent son excitation croître. Il parvient enfin à un vaste hall. Les cadavres y sont suspendus partout, leur sang recueilli par les bassins situés sous les corps. Au centre de ce macabre spectacle, un moine en robe est présent, les cheveux ramenés sur la nuque pour découvrir le visage. Ses yeux injectés de sang luisent comme une menace dans son visage livide, implacable, alors qu'il s'apprête à capturer le visiteur.

Vladimir approche sans sourciller, ravi par le spectacle, les yeux fixés sur l'homme devant lui. Le moine lui rend son regard avec étonnement. « Ne ressens-tu aucune crainte, mon garçon ? » demande-t-il avec intérêt. Vladimir secoue la tête sans un mot et sans détourner le regard.

« Je sais ce que tu es », poursuit le moine, « tu es un présage, mon enfant. Un Saigneur pourpre, venu collecter son dû. » Il sourit de façon sinistre, avant une ombre de rire. « Quel est ton nom, enfant ? »

« Je m'appelle Vladimir », balbutie le jeune homme.

« Tu es désormais ma responsabilité, Vladimir », répond le vieillard en souriant. « Ne me déçois pas. »

Vladimir plonge plus profondément le regard dans les yeux de son mentor. Ce qu'il voit lui glace les veines. Il a tué cet homme. Il a pris son sang. Et c'est Dmitri qui lui a demandé de le faire, le menaçant de le tuer s'il s'y refusait. La pièce autour de lui redevient sombre encore une fois, le laissant seul avec le fantôme de son maître. Le moine croise ses bras sur la poitrine. « Pourquoi veux-tu rejoindre la Ligue, Vladimir ? » demande Dmitri.

« Je veux honorer ma maison et affiner mes talents », répond immédiatement Vladimir.

L'apparition laisse filtrer un sourire. « Pourquoi veux-tu rejoindre la Ligue, Vladimir ? » répète-t-elle.

« Je veux combattre pour la gloire de Noxus, ma terre natale », réplique Vladimir en hésitant.

L'amusement de Dmitri disparaît. Il ne semble pas satisfait. « Pourquoi veux-tu rejoindre la Ligue, Vladimir ? » scande-t-il.

Le visage de Vladimir s'assombrit. Il répond, lentement cette fois : « Je dois tuer. »

Le vieux moine approuve d'un geste. « Que ressens-tu à exposer ainsi ton esprit ? » demande-t-il.

Vladimir a un sourire granitique. « C'est une libération », rétorque-t-il. Comme en réponse, la porte derrière lui s'ouvre grand et le voilà baigné de lumière.


Toutes les deux heures de préférences ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
» Le modèle du président Vladimir Poutine pour Haiti !
» Une vraie guerre - Paintball - 2 juillet 2011
» Manifestation FL, le 15 Juillet prochain
» Samedi 24 Juillet Anniversaire Yogojabi
» Larme pourpre - Assassin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Commencement :: Un monde en déclin :: Jugements-
Sauter vers: