/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

Front de neige

 :: Runeterra :: Freljord :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 7
Date d'inscription : 04/06/2017
Localisation : Bastion Immortel
Emploi/loisirs : Ourdir son prochain complot
Mer 9 Aoû - 21:21
Le froid rendait Béatrice irritable. Blottie dans le cou de son maître, les plumes hérissées, elle lançait de temps à autre un regard mauvais au monde extérieur, avant de replonger la tête entre ses ailes. Ce n’était pas encore un de ces blizzards gelés qui pétrifient hommes et bêtes, mais la neige tombait sans discontinuer. Comme si Freljord tentait de décourager l’avancée noxienne. Une colonne de soldats escortait le Grand Général. Des hommes issus de compagnies venues tout droit du nord de l’empire. Il y avait là des archers arborant des tatouages tribaux, des fantassins équipés de haches, couverts de fourrures et quelques guerriers en armures légères. L’hétéroclisme relatif des armées impériales avait cela de bon que lorsqu’une campagne était lancée, le choix des troupes à mobiliser était aisé. Il y avait toujours des unités bien adaptées à la topographie et au climat des lieux d’opération.

Swain avançait d’un bon pas, ses bottes fourrées laissant dans la neige fraiche des traces immédiatement effacées par la cohorte. Il avait troqué son armure habituelle pour une de celles portées par les guerriers qui l'entouraient. La pelisse de loup gris gonflait sa carrure et le rendait méconnaissable. Il leva une main gantée et la colonne fit halte, tandis qu’autour d’eux la neige tombait plus drue que jamais. Un homme se porta à sa hauteur, le poing serré sur la garde de son glaive. C’était un vétéran grisonnant, la bouche tordue en un rictus perpétuel. Son plastron était frappé d’une tête d’ours, et une cape virevoltante ornait ses épaules. Le Grand général lui adressa un regard interrogateur.

"On devrait pas être trop loin."
fit l’homme tout en scrutant le ciel.

Le décor alentour était fortement vallonné et boisé. Les arbres disparaissaient progressivement sous une couverture d’un blanc immaculé. Dans quelques heures, la région ne serait que pentes douces et neigeuses, parsemées çà et là de rochers inégaux. Pour le moment, le vert des pins offrait un contraste saisissant avec le blanc tombé du ciel. Voyant que le commandant préférait se perdre dans la contemplation du paysage plutôt que de donner l’ordre d’avancer, le soldat reprit la parole :
"Sauf votre respect, qu’attendons-nous ? Nous ne sommes qu’à quelques minutes de marche."

Swain retira un gant et se mit à caresser Béatrice dans le cou. Cette dernière émergea d’entre ses plumes, dans un croassement de satisfaction.
"Nous attendons les éclaireurs."

Le ton ne souffrait aucune contestation. Il était évident que les hommes souhaitaient arriver au plus vite à destination afin de pouvoir monter le camp et profiter de la chaleur des brasiers. Mais le général n’avait aucune intention de précipiter ses plans pour améliorer le confort de la soldatesque. Il lança un ordre qui fut relayé par les sous-officiers. Tous les hommes se dispersèrent, formant de petits groupes sous le couvert des arbres, non loin du sentier. Swain mit les instants qui suivirent à profit pour s’approcher des chariots en queue de cortège. Les deux premiers transportaient des vivres et des vêtements, des deux autres émanaient des bruits de chaînes. Ceux-là étaient lourdement cadenassés et renforcés, et seule une petite ouverture avait été pratiquée derrière la place du cocher. À son approche, les bruits se turent. Rassuré, le général tourna les talons et revint à sa position initiale. Il ne bougerait pas avant d’avoir des nouvelles des éclaireurs, car il ne pouvait pas se permettre de croiser qui que ce soit. La réussite du plan dépendait de la discrétion de cette colonne.

Au bout d’une longue attente, le premier éclaireur parut enfin. Un capuchon obscurcissait ses traits, et son long manteau blanc le rendait presque indétectable. Il marchait d’un pas vif et raide, celui qu’ont les montagnards expérimentés. Il glissa quelques mots à l’oreille de Swain qui ne répondit que d’un hochement de tête. Quelques secondes plus tard, le deuxième éclaireur émergeait du sous-bois, les épaules couvertes de neige, sa respiration haletante formant des nuages compacts devant son visage. Il avait dû déployer des efforts remarquables pour avancer rapidement malgré les chutes de flocons.

"Ils sont tous rentrés au village sitôt que le vent s’est levé. Plus un seul bûcheron dans le bois, mon général."


L’intéressé lui accorda le même mouvement de tête qu’au premier soldat qui avait fait son rapport. Le moment était venu.

"Messieurs, je veux que ce village soit pris avant la tombée du jour. Pas de prisonniers. Vous connaissez les ordres, vous n’aurez donc besoin d’aucune indication supplémentaire."

Ceux qui avaient été désignés pour prendre part à l'assaut se rassemblèrent rapidement, une lueur mauvaise dans le regard. La Guerre donnait à ces hommes un but. Depuis trop longtemps ils croupissaient dans des casernes, depuis trop longtemps ils attendaient des batailles qui ne venaient plus. Ils étaient noxiens, soldats de métier, mais leur sang était celui des anciennes tribus barbares. Ils s’accommodaient bien peu d’une quelconque discipline, et ce genre d’ordres était tout ce qu’ils désiraient. Charger, tuer, prendre un lieu. La formation se déploya entre les arbres. Ils descendirent rapidement la pente, slalomant entre les arbres, armes au clair. La première volée de flèches enflammées tomba sur le village un instant plus tard, tandis que les soldats surgissaient de la forêt avec des cris rauques.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 7
Date de naissance : 14/10/1989
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 27
Lun 14 Aoû - 10:43
Et voilà un autre jour d'aventures, de prises de risque, de sourires et de rires éternels. La moustache toujours droite, et un crâne totalement lisse, un homme se tenait droit malgré la rudesse de Freljord. Même le froid n'avait aucun effet sur son moral ou son corps, encore moins quand la simple pensée de pouvoir affronter le danger et de sauver des gens le traversait. Il était le héros, celui qui ne devait pas flancher, alors ce n'était un petit froid qui le freinerait.

Même le petit être sur son épaule savait... Plus ou moins. En tout cas, la future pensée d'avoir un poro-snax au prochain arrêt le rendait tout fou. Poussant des petits bruits d'excitation, le petit poro s'élança dans la neige pour galoper... Plutôt rapidement pour un poro. Savoir qu'il y avait un petit village non loin donnait de la motivation.

La neige n'avait jamais été un souci jusque-là, et puis c'était une question d'habitude, les années forgent la résistance à ce type d'environnement. De toute façon, qui voudrait d'un héros faible et incapable d'endurer ? Il ne faut pas se donner à 100%, mais bien au-delà de ce que les gens peuvent imaginer, c'est ça un héros, d'être au-dessus des autres pour être un exemple, un pinacle.

Mais pour le moment... Un homme se trainait les pieds dans cette neige et son regard n'avait qu'une direction : devant. Oh en soi il avait marché durant plusieurs jours pour atteindre un village dont il voulait prendre des nouvelles et vérifier que tout allait bien.

Enfin le voilà au sommet d'une colline, il allait voir le village... Le visage de l'homme se raffermit soudainement. Ainsi il y avait une masse d'hommes qui commençaient à dévaler sur le village alors que des flammes se faisaient voir sur les toitures.


-P'tit gars ?! Où es-tu ?!

Sa voix porta et son regard chercha alors le petit être qu'il vit entrain de foncer sur le village, pas question de le laisser ainsi ! Braum s'élança sans attendre, courant au plus vite pour faire de son mieux afin de sauver un maximum de vie tout en sauvant son protégé à la langue bien pendue.

Courir ! Vite ! Le petit poro ayant déjà atteint les habitations il n'avait que quelques instants avant que la situation n'en devienne que plus alarmante. D'un saut, le voilà sur un toit, au diable les flammes ! Le temps pressait son action. Il prit à nouveau son envol pour finalement atterrir face au petit poro qui se stoppa, surpris. Un peu plus et son petit protégé allait être à la merci de ces hommes qui fonçaient.


-La prochaine fois mon p'tit, reste derrière moi.

Puis sans même chercher à savoir, il frappa de toutes ses forces le sol avec son bouclier pour projeter une vague de froid en direction des hommes comme pour annoncer sa venue à ceux ayant eu le temps d'être à l'entrée du village. Puis sa voix puissante résonna alors dans tout l'endroit pendant qu'un immense sourire ornait son visage, comme s'il se voulait sympa.

-Ah ah ! Alors comme ça vous pensez que Braum va vous laisser faire ? Venez ! Laissez-moi vous conter l'histoire de ce bon vieux Braum ! Vous ne passerez pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» neige et eau
» Où sont les membres du Front de Lespwa, reveillez-vous ?
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Pas sur la neige...[Libre]
» Neige demande un RP...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Freljord :: Habitations-
Sauter vers: