/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

Vol et contrefaçon [Pv Garen]

 :: Runeterra :: Demacia :: Centre-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Twisted Fate
Gitan tatillon ♠
avatar
Masculin
Messages : 94
Date de naissance : 08/02/2000
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 17
Gitan tatillon ♠
Dim 2 Avr - 16:22
Démacia, cité rayonnant de justice et de bonté. Cette bonne ville avait bien manqué au farouche mirliflor qui, à peine la grande porte franchie, s’émerveillait davantage de cette finesse architecturale et de cette chaleureuse atmosphère qui illuminait tous les visages démaciens. Rien ne changeait de place ni de forme, pourtant, à chaque vague passage, Twisted Fate trouvait que la dentelle de pierre s’affinait au fil des années. Dommage que la trop forte sécurité militaire régnait en ces lieux, il serait revenu vivre là.

La première chose que le dandy comptait faire une fois au cœur de la cité était de rendre visite à un vieil ami, de qui TF n’avait plus de nouvelle depuis l’époque où il fréquentait ces rues. Son père tenait une auberge à bonne réputation pour la petite flambe, et cependant très ambiguë pour les moins modestes. Sa vieille connaissance dut en hériter depuis le temps ; par chance, le gambler se rappelait relativement bien du quartier qui abritait cette bâtisse. Quand il arriva, ses yeux s’agrandirent de surprise : l’auberge était totalement transformée, de la tête aux pieds. De dehors, elle avait fort belle allure, construite de pierres blanches. Des bacs emplis de fleurs de toutes les couleurs pendaient des grandes fenêtres. Quelques tables étaient disposées sur une petite terrasse, si l’on voulait profiter du soleil pour boire un bon vin. Même le nom de l’auberge avait changé, passant de ‘l’enclume pourpre’ à ‘la croix du sud’. Curieux malgré tout, Twisted Fate pénétra l’auberge.

Malgré les apparences bien plus sophistiquées, elle avait gardé la même ambiance chaleureuse et dynamique d’autrefois. Son regard clair se perdit sur la salle, les tables, et les diverses décorations florales qui ajoutaient une touche festive au tout. Soudain, une tenancière l’interpela, un enfant dans les bras et deux autres cachés derrière elle.

- Bonjour monsieur, que puis-je faire pour vous ?
- Eh bien, débuta-t-il en guise de réponse, je me demandais… Est-ce toujours un certain Lightmare qui tient l’établissement ?

Un grand sourire – sans doute trop large – s’étala sur le visage de la trentenaire, qui laissa même s’échapper un petit rire jovial, bien que crispé.

- Niels Lightmare ? demanda-t-elle, un brin de méfiance dans sa voix. Evidemment ! Je suis Eloïse, sa femme, et vous, vous êtes…
- Tobias ? trancha une voix grave et rauque. Mais oui, parbleu ! c’est bien toi !!

S’avança alors un homme qui ne devait pas sortir de la quarantaine. Il était un poil plus grand que TF, mais possédait la même finesse de corpulence. Ses cheveux châtains étaient courts et relativement ordonnés, un désastre capillaire comparé au soin apporté à sa moustache en brosse.  Le tenancier portait à la taille un vieux tablier, qui cachait jusqu’aux genoux un large pantalon marron. Comme haut, il ne portait qu’un marcel blanc. L’homme avait l’air de ne jamais quitter sa cuisine, sinon il s’habillerait mieux. Cela n’étonnait en rien Twisted Fate, un regard pensif et minutieux posé sur lui pour en décoder chaque détail, comme à ses habitudes. Niels avait toujours voulu prendre la relève de son père, passionné de cuisine. Le dandy l’avait connu quand ils étaient encore d’insouciants adolescents. Comme il était fort plaisant de rester dans l’auberge, à l’époque appartenant à son père.

Un rire fort retentit dans la salle, tandis que ce vieil ami s’avança vers le gambler pour le prendre dans ses bras – accolade que ne refusa nullement TF.

- Ben alors fripouille, lança Twisted Fate, on vole enfin de ses propres ailes ?
- Ça fait un bail que t’es pas repassé dans le coin pour boire un verre ! s’exclama alors Lightmare. Mais nom de nom, tu deviens quoi, Tobias ?
- Question futile : je joue aux cartes.

Niels rit de plus belle, puis l’invita à s’asseoir à une table. Chose qui intrigua le dandy : sa femme le regardait depuis tout à l’heure, pensive ou extrêmement tendue. Ils s’assirent tous deux, face à face, puis Niels se tourna finalement vers sa femme, qui était restée debout vers la porte d’entrée.

- Allez Eloïse, ironisa-t-il, ne reste pas plantée là : viens boire un verre avec nous !

Elle confia le bébé qu’elle tenait au plus âgé des deux autres et leur demanda de regagner la cuisine, puis elle vint s’asseoir avec eux. Son visage possédait des traits fins, illuminé par ses yeux orangés. Sa chevelure de jais était attachée en une natte qui reposait sur sa frêle épaule. Son sourire se faisait discret, sans pour autant assombrir ce magnifique tableau. Un adolescent arriva vers eux avec un plateau garni de verres et de bouteilles. Il en posa trois sur la table, joints par une bouteille de rouge – de fin vignoble démacien, évidemment – que le jeune garçon servit aux trois autres. Chacun se saisit de son verre, et ils trinquèrent. Le regard amusé de Twisted Fate virevoltait sur la ribambelle d’enfants ou adolescents, voire jeunes adultes, qui allaient et venaient de la cuisine.

- Eh bien, constata-t-il, tu n’as pas chômé, toi.
- Ah ben écoute : vingt-trois ans de mariage, il faut bien ! Et toi, alors, toujours pas de partenaire ?

Cette fois-ci, ce fut au gambler de rire mélodieusement. Il monta le verre à son nez pour en humer le doux parfum, puis le porta à ses lèvres et se délecta de cette première gorgée.

- Si on a pu appeler ça un partenaire, murmura-t-il pour lui-même.
- Vous êtes recherché, lâcha soudainement Eloïse à voix-basse.

Le dandy avait senti le regard de cette femme qui le fixait depuis tout à l’heure : brusquement, il lui rétorqua ce même œil. C’était avec surprise que Twisted Fate constata qu’elle ne l’avait pas évité : il lui répondit d’un large sourire, qui pouvait signifier tout et n’importe quoi. A quel jeu jouait-elle ? D’un côté, elle était loin d’être stupide, et cela se vit très clairement dès le premier regard échangé, mais d’un autre, l’on pouvait deviner sans peine qui autour de cette table vivait du poker. D’autant plus que Niels était loin d’ignorer qu’il était loin d’être un honnête homme, sachant qu’il volait déjà son pain quand il traînait à Démacia. Lightmare éclata de rire, son verre déjà vide.

- J’espère bien ! répondit-il à la place du mirliflor. S’il passe son temps à plumer les pigeons, c’est normal qu’ils le cherchent. Comme quoi, chacun sa façon de « voler de ses propres ailes », hein Tobias ?

Elle se mordit nerveusement la lèvre inférieure, n’osant quitter son mari des yeux. Dommage, elle qui pensait avoir une touche… Le dandy ricana silencieusement, se voulant chaleureux auprès de la trentenaire.

- Ne vous en faite pas, Eloïse, affirma TF, je comprends votre malaise. Cela dit n’ayez crainte, je ne suis là que pour deux choses : chercher une chambre pour la nuit qui s’annonce et revoir ce bon vieux Niels.
- Je vais voir s’il nous reste de la place, trancha-t-elle en se levant brutalement. Sandra vous montrera la chambre. En plus il se fait tard, et je dois coucher les enfants.

Leur regard se croisa une dernière fois : le dandy continuait de sourire par politesse. « Bonne soirée. » Elle disparut derrière une porte d’accès privé, sans aucun mot ajouté.

- Excuse-la pour cette attitude envers toi, souffla Niels. Elle n’est pas très à l’aise avec les hommes de « mauvaise fréquentation », tu sais… (Il se pencha davantage vers le gambler.) la délicatesse de certains rustres en chaleur.
- Ce genre d’histoire à Démacia ? demanda par réflexe Twisted Fate, surpris.
- Ce n’est pas parce que c’est rare que ça n’existe pas, hein.

Le mirliflor finit son verre, songeur. Soudain, il réalisa qu’il avait quelques affaires à aller chercher chez le tailleur au fond de la rue. La soirée commençait à pointer son nez, et il lui avait promis de ne pas trop tarder dès son arrivée en ville. TF s’excusa de partir si précipitamment tout en se levant et le remercia pour ce verre. « Ne t’en fais pas, promit-il, je ne ferai pas long. » Niels se leva également pour le raccompagner à la porte, la bonne humeur ayant arrondi ses traits. Soudain, une mine sérieuse passa sur son visage, tandis qu’il attrapa son ami par le bras.

- Reste prudent, conseilla-t-il. Un redoutable voleur court par la ville depuis quelques semaines, et il a très bonne réputation.
- Ah oui ? demanda le dandy, curieux. De qui s’agit-il ?
- Je n’en sais pas plus, mais la plupart de ses vols s’accompagnaient d’une carte de jeu. Ça n’a vraiment pas de sens…
- Effectivement, compléta Twisted Fate, les sourcils froncés, c’est très étrange. Mais ne t’en fais pas, je serai prudent.

Cela était bizarre : ce devait être une coïncidence, sans plus. Il était vrai que, sans doute, Niels ignorait sa carrière en tant que Twisted Fate, ou alors n’avait pas fait le lien entre les deux personnes – après tout, il ne connaissait que son nom, il ne pouvait pas deviner qu’il avait gardé ses initiales. Cela dit, il y avait plus urgent : le tailleur. Alors, TF salua son ami d’une poignée de main, puis ouvrit la porte et la referma directement derrière lui. Avant de se retourner pour reprendre sa route, on l’interpela : il resta dos à la porte, car il connaissait plus que trop bien cette façon carrée de procéder aux salutations. Il inspira un bon coup, puis se retourna avec souplesse, un grand sourire aux lèvres.

- Bien le bonsoir, que puis-je pour vous, messieurs ?

D’abord cette histoire de voleur, maintenant les gardes… Le dandy soupçonnait Eloïse d’y être pour quelque chose. Enfin. Ils n’étaient pas plus que quatre, mais il reconnut parmi eux un visage familier, vaguement mais connu du gambler – il n’oubliait que rarement les visages des gens. Sur ses gardes malgré tout – sans vilain jeu de mots –, il s’avança vers lui et tendit la main pour saluer.

- Lieutenant, général, colonel, chef…Comment dois-je vous appeler, déjà ?

Mais l’un d’eux, plus farouche, pointa son épée vers le gambler : celui-ci s’arrêta, le regardant du coin de l’œil.

- Si j’étais toi, je resterais à ma place bien sagement, Twisted Fate !
- Eh bien, quel accueil ! s’écria sarcastiquement le dandy. Si j’avais su que vous anticiperiez mon arrivée,…
- Mais oui, essaie de nous mener en bateau. Fais-nous croire que tu viens d’arriver et que ces vols commis se sont faits tous seuls ! On te tient enfin, et cette fois, tu n’as nulle part où te cacher !
- …Pardon ?

Ce n’était plus une simple coïncidence. Le regard de Twisted Fate parcourut les quatre visages présents autour de lui, confus : donc les précédents vols étaient signés de sa plume, apparemment. Surprenant de se découvrir des vols qu’on avait commis sans le savoir. Le gambler croisa les bras, passif et attendant la suite de l’histoire. Il fixait d’un œil interrogateur le commandant, qui semblait lui échanger ce même regard.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 7
Date d'inscription : 18/03/2017
Localisation : Demacia, où en pleine bataille.
Emploi/loisirs : Guerroyer, sur tous les fronts.
Lun 1 Mai - 19:26
Aujourd'hui n'allait pas être une bonne journée.
Je m'étais levé avec ce sentiment ce matin, mon instinct était de mauvais poil et je savais que quelque chose allait déranger ma routine des dernières jours. Certes, j'avais légèrement grommeler sur cette routine que je trouvais bien fade depuis que la destruction de la Faille empêchait toutes formes de match, mais tout de même, ce n'était pas une raison pour que la Garde de la ville vienne me tirer de mon journal matinal (parlant du dernier cambriolage du "Voleur à la Carte", qui sévissait depuis quelques semaines dans la capitale) pour me convoquer à une réunion d'urgence. Tous mes doutes s'envolèrent lorsque la réunion s'ouvrit avec un "Le voleur est un mage étranger et un représentant de Bilgewater à la League". Ceci... N'était pas une bonne nouvelle pour plusieurs raisons, premièrement, nous avions un mage non affilié à Demacia qui se baladait dans la capitale et qui était devenu notre principal suspect pour une série de vol inédit. Deuxièmement, c'était un Champion de Bilgewater. Je n'avais que peu d'idée des tenants et aboutissants de l'une des pires cités de Valoran par rapport à la fermeture récente de la faille, mais je n'avais pas confiance à une personne venant d'une cité grouillante de pirates et autres bandits, le fait qu'il soit un voleur ne me surprenait pas du tout. Cependant, il restait un champion de la League, et cela compliquait les choses comme jamais. Je ne connaissais pas les raisons de la guerre civile qui avait secoué la cité des pirates, ni les représentants des différents camps sur les Champs de justice, mais son statut lui donnait déjà un semblant de protection, la moindre tentative de jugement serait ralenti par l'intervention de la League. Il n'y a pas si longtemps que ça, cette histoire aurait probablement terminé sur les champs de justice, mais maintenant c'était bien plus compliqué.
En résumé, nous avions un mage potentiellement ennemi qui était à l'origine du vol de plusieurs bijoux hors de prix à arrêter, et c'était un champion de la League. Cette situation était un gigantesque accident diplomatique en devenir, mais j'étais confiant que, quelque soit les répercussions que cela allait entraîner, ce criminel aura le verdict qu'il méritait à la fin. On me donna trois hommes ainsi qu'un portrait du criminel, un certain "Twisted Fate" (qui porte un nom comme ça, franchement?), ainsi que quelques lignes sur ses capacités. Pour faire court, si jamais je voyais une carte briller entre ses mains j'avais le droit d'utiliser la force pour le faire venir. J'espérais que cela ne serait pas nécessaire, car même si j'avais des menottes inhibitrice de magie pour le ramener, les mages étaient généralement de terribles problèmes en combat singulier. Surtout que nous allions devoir l'intercepter dans un quartier de civil, ce qui rendait l'arrestation plus épineuse encore.

En une poignée de minutes seulement, le guerrier avait revêtu son armure et s'était préparé pour une situation bien différente du champ de bataille. Il roula ses épaules, donna un ordre sec aux trois hommes qui l'accompagnaient, et se dirigea vers l'adresse qui lui avait été donné. L'escouade ignora les regards curieux et inquiets des habitants avant d'intercepter le supposé voleur devant une boutique de tailleur plutôt chic. Chic, c'était le terme à utiliser pour décrire le Champion. Un accoutrement qui valait surement plus que ce qu'un soldat gagnait en un an, surmonté d'un chapeau qui allait mieux à un jeune homme de la haute qu'à un voleur. Il n'avait pas d'arme apparente, comme tous les mages qui étaient trop confiant en leurs magie. Mais c'était bien lui, avec ses yeux brillant de malice et un sourire qui semblait légèrement trop honnête pour être vrai. Il eut le courage de nous accueillir avec politesse, gardant des airs innocents en tendant la main. Garen se retint de toiser le champion qui se tenait devant lui, mais il ne lui rendit pas la politesse. Ses yeux scrutant méthodiquement la moindre utilisation de magie.

- Si j’étais toi, je resterais à ma place bien sagement, Twisted Fate !
- Eh bien, quel accueil ! Si j’avais su que vous anticiperiez mon arrivée...
- Mais oui, essaie de nous mener en bateau. Fais-nous croire que tu viens d’arriver et que ces vols commis se sont faits tous seuls ! On te tient enfin, et cette fois, tu n’as nulle part où te cacher !
- …Pardon ?

Le commandant manqua de soupirer alors que le garde venait de sortir son épée en vociférant ses menaces. Il y avait une procédure, il y avait des règles, des choses à ne pas faire pour ne pas compliquer une arrestation. Et cet imbécile zèle venait d'en briser plus de la moitié. Garen détourna son attention du voleur durant un court instant, avant de tourner la tête pour lancer un regard au garde qui l'accompagnait. C'était le regard qui faisait trembler des vétérans dans leurs bottes, celui qu'il arborait quand il tranchait un homme en deux sur le champ de bataille, celui d'un Commandant qui n'acceptait pas ce genre de comportement abjecte et stupide. Un regard rappelant qu'il était sous ses ordres, et qu'il devait  la fermer sans sommation. Le garde blanchit aussitôt, ravalant sa prochaine phrase en manquant de s'étouffer avant de reculer d'un pas pour rejoindre les autres en rangeant son arme.
Mieux.

Le champion se concentra de nouveau sur le dandy, restant de marbre avant d'annoncer:
"Twisted Fate, vous êtes accusé de plusieurs vols et entrées par effraction. Au vue de votre statut de Champion de l'Institue, je suis dans l'obligation de vous donnez un avertissement sur la procédure qui va suivre. Rendez-vous sans faire d'histoire et vous aurez droit à un avocat qui vous sera fournit par le système Demacien et d'une réduction de peine en cas de coopération. Résistez et je serais dans l'obligation d'avoir recours à la violence. "

Le Demacien dégaina lentement son épée avant de la pointer vers le sol, mettant les deux mains sur le pommeau et ne lâchant pas du regard l'accusé qui se trouvait devant lui. Il se doutait que ce petit manège d'intimidation n'allait pas avoir beaucoup d'effet, mais c'était néanmoins nécessaire pour marquer le coup et faire passer le message. Il avait eut le choix de se rendre sans faire d'histoire alors que la majorité des accusés n'avaient généralement pas le temps de se rendre compte de ce qui leurs tombaient dessus.
Voyons voir s'il était vraiment joueur.
Revenir en haut Aller en bas
Twisted Fate
Gitan tatillon ♠
avatar
Masculin
Messages : 94
Date de naissance : 08/02/2000
Date d'inscription : 16/07/2016
Age : 17
Gitan tatillon ♠
Jeu 8 Juin - 18:43
Dans ce genre de situation, il valait mieux garder son calme. Le gambler écouta chaque mot du commandant avec attention et, cette fois guère de coutume, avec sérieux. Donc, quelqu’un sous son pseudonyme avait volé à plusieurs reprises des hauts nobles de la cité, et ce depuis plusieurs semaines, si ce n’étaient des mois. Croisant les bras, Twisted Fate continua de dévisager son interlocuteur au moins courtois de son regard clair.

- Ecoutez, ceci est un malentendu, je viens d’arriver en ville.

Autant essayer, parfois il fallait mieux poser ses cartes au lieu d’attendre qu’il enchérisse afin de placer une pression inutile. Le dandy avait failli oublier qu’il mentait tellement que la vérité devrait lui être inconnue. TF soupira, avant de réaliser que le Démacien le croyait toujours à l’Institut.

- Il serait certes fâcheux d’avoir des ennuis socio-politiques facilement évitables avec l’Institut, en effet.

Tandis qu’une main glissa lentement dans sa poche pour en tirer un serpent d’argent – qu’il mit bien en évidence pour éviter tout quiproquo – pour jouer avec, il garda son air courtois, le regard planté sur le haut placé bonhomme qu’il avait face à lui.  Tous les sourcils se froncèrent, ou se relevèrent, sceptiques ou sur leur garde – sans vilain jeu de mots une fois de plus. Le gambler, laissant la pièce glisser entre ses doigts avec dextérité, leur sourit, puis une lumière lui apparut, arrachant à son arrogante personne un rictus qui pouvait signifier absolument tous les travers. Twisted Fate leva les deux mains et ferma les yeux.

- Bon, très bien, déclara-t-il, je me rends. De toute façon, je n’ai aucune chance face à la fine fleur des prôneurs de la justice démacienne ! Allez-y, je ne bluff pas. Profitez avant que je ne change d’avis.

Les gardes s’échangèrent des regards confus. Le gambler était parfaitement conscient de ce qu’il faisait : s’il parvenait à fuir maintenant, chose aisée pour lui, il serait traqué dans tout le royaume alors qu’il n’avait – encore – rien fait, d’autant plus que cela ne l’arrangeait guère. En revanche, s’il se rendait de lui-même, non seulement il n’aurait pas besoin de payer l’auberge où il passerait la nuit, mais en plus, remarquant que l’affaire serait loin d’être conclue, l’on lui ficherait la paix –  temporairement en tout cas. C’était une pierre deux coups, en quelque sorte.
Finalement, deux hommes l’entourèrent, et chacun lui saisit un bras fermement. La notion de prison pouvait changer tellement radicalement d’un endroit à un autre : parfois l’on n’avait que des murs, à d’autres l’on pouvait plaider sa cause. Cela amusait beaucoup Twisted Fate, qui avait bien connu toutes sortes d’enfermement. Comme attendu, on lui prit ses cartes – le dandy eut la bienséance de leur filer un coup de main –, puis on le plaça dans une cellule. La prochaine étape était d’attendre quelques jours. TF estimait qu’il suffirait de deux ou trois jours, voire quatre s’ils étaient têtus.

Deux jours plus tard, en début de soirée, le gambler sourit à voir arriver son commandant préféré, toujours aussi inébranlable.

- Je pourrais vous dire que je vous l’avais dit, mais je me contenterai de vous saluer, lieutenant-général-colonel-chevalier-sous-capitaine.

Par chance, à Démacia, les forces de l’ordre connaissaient la diplomatie. Twisted Fate se leva et s’approcha des barreaux, puis il croisa les bras.

- Eh bien eh bien, débuta-t-il, on dirait que quelque chose ne va pas… Oh ! je sais : serait-ce parce que je suis toujours ici et que votre guignol qui se fait passer pour moi cavale toujours dans vos rues de marbre ?

Le commandant semblait d’humeur sèche, mais parallèlement avait une idée derrière la tête : il lui tendit une carte. Les sourcils froncés, Twisted Fate analysa quelques instants ce qu’on lui présenta.

- Êtes-vous sûr de vous ? Je pourrais m’échapper.

Malgré tout, ricanant de plus belles, le gambler s’en saisit. Après quelques manipulations, TF se caressa la barbe, songeur.

- Ce n’est guère une de mes cartes, où voulez-vous en v…oh.

Ce devait être une carte retrouvée sur un des lieux victimes de cambriolage. Le dandy n’attendit aucun signal avant d’y mettre de la magie. Celle-ci basait la couleur des cartes notamment sur les ressentis de son propriétaire, et tout le monde savait que les émotions peuvent être perçues par le biais d’auras, ainsi piégées dans certains objets si on les tenait suffisamment longtemps. La seule chose qu’il avait à faire était de calquer sa magie sur ce qu’il arrivait à faiblement percevoir de ce qu’on venait de lui donner. La carte, un valet de pique, devint dorée. Twisted Fate analysa chaque nouveauté d’un œil précis, puis la laissa parcourir ses doigts souples.

- De la nécessité, un moyen de se protéger… en plus un valet de pique, ce doit être très éprouvant. Je plains cette personne qui me copie honteusement pour échapper à sa cruelle Destinée.

Le fait de voler était quelque chose d’éprouvant pour cette personne, mais aussi angoissant, et néanmoins nécessaire. Voler n’était guère quelque chose qu’elle adorait faire dans la vie. Le dandy ferma les yeux quelques instants, prenant soin d’ôter la magie de la carte, puis la tendit à son interlocuteur.

- Qu’attendez-vous de ma personne, commandant ?

Un ricanement mélodieux franchit les lèvres du gambler. Question futile dont il devinait d’avance la réponse, certes, mais là était toute la beauté de la chose : au moins, il pourrait vérifier s’il disait la vérité ou non.

- Ecoutez, un frêle amateur est en train de souiller ma réputation en votre cité : comment voudriez-vous que je ne m’en mêle pas d’une manière ou d’une autre ?

Le dandy cerna parfaitement où il voulait en venir. Se sachant également enfermé et potentiellement en mauvaise posture, il avait meilleur temps de commencer les négociations, d’autant plus qu’enfermé ici, il ne pourrait « faire justice » lui-même. Il fallait bien montrer qui méritait de porter un tel noble nom, peu importait où dans le monde.

- Bon, étant donné les circonstances dans lesquelles nous sommes vous et moi, j’aurais meilleur temps de vous filer un coup de main dans cette affaire. J’ai tout intérêt à le faire, après tout.

Les bras croisés, le gambler attendit. Avec une drôle de lueur dans les yeux, Twisted Fate se permit même d’en rajouter une couche.

- Marchons côte-à-côte dans cette affaire, et l’Institut ne sera au courant de rien à propos de fausses accusations sans authentiques preuves concrètes. Sommes-nous d’accord ?

Après quelques instants, un soldat débarqua dans le couloir. Essoufflé, il dût courir longtemps afin d’arriver ici. Il prit une posture formelle pour saluer son supérieur.

- Commandant Crownguard ! Un nouveau vol nous a été signalé !
- Eh bien eh bien, ajouta le dandy par-dessus sa déclaration, j’espère que vous avez un bon plan. Notre seule chance semble ce soir : c’est tout ou rien. Ne vous en faites pas, nous l’arrêterons aisément. … Enfin, si vous me rendez mes cartes et, surtout, me faites sortir d’ici.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sandy Farmer. |Sans contrefaçon je suis un garçon ~|| Validée.
» Le phenomene de la contrefacon de medicaments en Haiti
» Megan of Scotland - Puisqu'il faut le dire, sans contrefaçon....
» Sans contrefaçon - PV Scarlett
» Shirogane Sora - Sans contrefaçon je suis un garçon ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Demacia :: Centre-ville-
Sauter vers: