La purge [Kayle & Karma]

 :: Runeterra :: Ionia :: Autre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Mar 20 Déc - 11:11
Ce qui a trop longtemps resté impuni, doit être rectifié ...

Je m'ennuyais. Je ne pouvais pas faire respecter la loi dans les murailles, ne pouvais pas participer aux conseils de guerre. J'étais toujours une variable inconnue dans l'équation de cette cité. Ils ne peuvent pas me faire confiance, malgré les 10 ans que j'ai passé à leurs côtés. Quelque part, je pouvais les comprendre, certaines réaction humaines me laissaient toujours perplexe, je découvrais sans cesse de nouvelles choses sur ces curieux êtres vivants, et ce devait être pareil pour eux. Mais ça ne changeais en rien le fait que j'avais l'impression de ne servir à rien, ce qui n'était pas qu'une impression.

Pendant une énième journée de garde et d'attente, une idée me vint. Je n'avais pas le droit de répandre ma justice en ces enceintes, mais au dehors ?

J'eu rapidement une réponse des décisionnaires concernés. Ils étaient ravis de me confier cette mission. Une forme comme une autre de se débarrasser de la variable inconnue, tout en profitant de la renommée que ce nettoyage leur offrirait.

J'avais cependant pour ordre de ne pas semer de grabuge dans les villes, ce qui aurait mêlé les civils. Soit, tant que je peux purger le reste.

Je m'occupais d'abord des camps de bandit sur les terres démaciennes. Il ne faut pas croire, mais il y en a beaucoup. Au fond des bois, dans les plaines, dissimulés sous terre, dans des cavernes ... La liste était longue. Mais j'exaltais de faire ce pour quoi j'ai toujours été destiné : Rendre la Justice. Law demandait du sang depuis trop longtemps, et c'est avec un grand plaisir que je lui ai apporté. On ne devinait la blancheur de mes ailes ou l'or de mon armure que par parcelles immaculées, recouverte du sang des hors-la-loi. Certains ont essayés de m'acheter, de me séduire, de me supplier. Ils n'auront désormais plus l'occasion de tenter de telles stupidités.

Fin de la première journée. Je guérissais mes plaies, ces lâches s'étant attaqués à mes ailes. La douleur était extrême. J'appliquais des herbes, trouvés dans les sous-bois, sur les plaies en serrant les dents. Une source proche me permis de me laver, un point d'eau clair, caché par la végétation environnante, mais visible pour quiconque savait voler. Étonnamment, l'eau ne se colorait que partiellement du rouge écarlate qui me recouvrait. Je ne vis qu'en sortant que c'était la source d'une petite rivière, par où s'écoulait le liquide vermeille. J'espérais très franchement que l'eau n'était pas destinée à être bue, sinon ses utilisateurs risquaient d'être surpris.

Je continua de purger les terres démaciennes pendant 2 jours. Certains combat me rappelais ceux que je menais jadis, contre mes pairs corrompus par leur gouvernement foireux. Je n'en tirais que plus de rage et d'efficacité, tranchant, parant et plantant dans tout ceux que je voyais. Mon nom courrait plus vite que je volais, et les bandits que je rencontrais s'enfuyaient en hurlant mon nom de désespoir. Cependant, personne n'échappe à la justice.

La dernière planque de criminels. Celle là fut la plus dur à trouver, cachée dans une grotte recouverte de lierre derrière une cascade. Et dedans, j'y trouva la plus grande atrocité qu'il m'ait été donné de voir durant ces 3 jours.

Du commerce d'esclave, hommes, femmes, vieillards, enfants. Tout ce qui existait ici, et qui n'était ni client ni bandit, avait pour vocation d'être vendu. Une grande arène où l'on faisait se battre des gosses entre eux, armés de poignards, à mort. Des chambres de luxure, où tout ce qui pouvait rassasier les clients étaient présent, aussi bien de façon nutritive que charnelle. Un atelier de test, sur des êtres vivants, encore vivants. Tout les "objets" comme il les appelaient, étaient traumatisés jusqu'au plus profond de leurs âmes, et se laissaient faire, par peur de représailles. Je n'osais imaginer ce qu'ils avaient subit.

La rage qui me pris fut sans nom. Je tuais à tour de bras tout ce qui bougeait et avait l'air conscient de ce qu'il faisait, clients comme bandit. Leur chef fut plus difficile à tuer que tout les autres, blessant profondément mon aile droite. Des onguents ne suffiraient pas pour cette blessure. J'allais devoir me soigner magiquement.

Je savais pertinemment que je n’avais pas encore endigué la criminalité des régions démaciennes. Néanmoins, j’espérais que mes actions feront réfléchir les autres hors-la-loi, qu’ils se rangeront. Dans tout les cas, si ils décident de rester tel quel, la peur les forcera a faire quelque chose de stupide qui les fera découvrir. Je n’aurais qu’à les cueillir bien sagement.

Après une nuit de repos bien mérité, de soins et de nettoyage, je pris la direction d'Ionia. Le nombre de cartels qui y était présent était moindre, mais néanmoins bien existant. J'y arrivais en fin de journée, et eut tout juste le temps de me débarrasser d'un camp avant que la nuit ne tombe. J’en libérais les prisonniers, dont je ne connaissais pas le ressort d’importance. Une vieille dame, visiblement marquée par la torture, me demanda de la ramener aux portes de son village, ce que je fis bien volontiers.

J’observais les retrouvailles, la vieille dame qui déambulait péniblement jusqu’aux premières habitations, les cris de stupeur, rapidement remplacés par des cris de joies, des larmes, des étreintes. Ça faisait chaud au cœur de voir ça.

Je ne trouvais aucun point d’eau ce soir là. Je n’étais pas tant maculée de sang que cela, donc ce n’était pas si grave, mais j’allais avoir un peu plus de mal à chasser. Je ne connaissais pas non plus les plantes locales, et je ne me risquerai pas à manger des baies. Tant pis, je pouvais bien passer une journée sans manger.

Je m’asseyais au pied d’un arbre. Le sommeil me gagnait, lentement mais sûrement. Certains bandits ont essayés de m’abattre dans mon sommeil, et c’est désormais eux qui prennent un repos bien mérités.

Je réfléchissais aux événements de la journée, le camp, le sauvetage, la peur, la joie … Quand je ressentis une présence, proche. Je fis mine de dormir, attendant de découvrir les intentions de l’humain. Ce ne serait qu’une énième tête qui tomberait si elle m’attaquait.
Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Mar 20 Déc - 14:26
Karma était assise autour d'une grande table en bois, le Mantle flottant derrière le siège et un air apaisant sur le visage, la duchesse écoutait avec attention les différents représentants des villes de cette région légèrement plus reculée de Ionia. C'était la raison de sa venue dans ce petit village après tout, cela faisait plusieurs mois que les habitants se plaignaient que les routes n'étaient plus sûres, à juste titre. Des bandits et trafiquants de la pire espèce se cachaient dans nos forêts, échappant le plus souvent à nos gardes. Le problème était que cette région n'était pas la plus peuplée ou la plus importante de Ionia, et malgré mes nombreuses demandes, le conseil ne voulait pas envoyer plus d'une petite garnison pour aider la population. Leurs réserves n'étaient pas infondées, après tout la situation politique très tendue demandaient que la majorité de nos troupes soient prêtes à intervenir au cas où les protections qu'offraient la League venait à disparaître, et le bataillon envoyé sur place était déjà un léger miracle en soit. De plus, les bandits semblaient se serrer les coudes et ceux qui avaient été capturé semblait provenir de différentes parties de Valoran. Il y avait, sans grande surprise, une majorité de noxien dans les camps bandits, mais ils étaient accompagnés de quelques barbares provenant de Frejlord, et certains d'entre eux portaient des armes qu'arboraient généralement les équipages pirates de Bilgewater. Les bandits étaient moins présent à Ionia que dans le reste du monde, mais cette bande là étaient la plus virulente du pays, et la plus dangereuse. Mais le plus troublant dans toute cette affaire était que les brigands étaient rarement aussi discret et efficace, nous étions chez nous, mais leurs connaissance du terrain semblait être équivalente à la notre. Ce qui n'était pas bon signe, cela voulait dire qu'ils avaient une tête pensante qui dirigeait ses attaques et que cette personne avait une grande connaissance de la région, sachant que c'était l'une des moins défendue de notre territoire, et était capable d'échapper aux autorités. Il y avait de fortes chances que celui où celle qui dirigeait ces opérations était Ionien...
Et ce fait me dérangeait plus que nécessaire. Mais passons, je me retrouvais dans une situation déplaisante, je voyais la misère de ces gens mais je ne pouvais pas intervenir comme il le faudrait, cela me faisait mal, mais c'était un mal nécessaire. Je n'allais pas garder les bras croisé pour autant, c'est pour cela que dés que le meeting se termina vers le début de soirée (sur une promesse que je ferais mon possible pour envoyer plus de gardes pour surveiller les routes) je fis un tour du village, rassurant les habitants par ma simple présence et par mes actions. Je pouvais voir les sourires douloureux, emplis de peine et de chagrin, de ceux qui avait perdu un membre de leurs famille ou un ami à cause des trafiquants. J'étais en haut de l'échelle politique et pourtant je n'avais pas suffisamment de pouvoir pour promettre une vie paisible, c'était... Frustrant.
Il y eut le bruit d'une commotion à l'entrée du village, et l'un des gardes sonna la cloche d'alarme, Karma suivit les gardes qui commençaient à se mettre en position en cas d'attaque de brigands, une légère flamme verte apparaissant dans le creux sa main, mais l'hostilité présente disparue pour laisser place à des murmures surpris et hésitants. Et lorsque Karma aperçut la raison de cette alerte elle fut surprise à son tour. Devant eux se tenait un véritable ange, qui venait de délicatement déposer une vieille dame qui avait vu de meilleurs jours, comme sa sauveuse. Depuis la route, plusieurs autres personnes commençaient à s'approcher du village, se supportant l'un l'autre pour se rendre jusqu'à la porte du village. Plusieurs gardes commencèrent à prévenir les habitants que ceux qui avait été capturés étaient de retour, et les sourires s'illuminèrent de nouveau. Il y eut des pleurs et des embrassades, la joie de retrouvaille inespérées. Un sourire serein se dessina lentement sur le visage de Karma alors qu'elle se concentra sur la personne qui venait de sauver ses gens, son armure n'était pas aussi rutilante que sur la faille de l'invocateur mais il était facile de la reconnaître. C'était Kayle, et même si sa présence à Ionia était inexpliquée elle venait de sauver la vie de plusieurs ioniens, alors j'étais reconnaissante. Malheureusement, elle s'envola sans me laisser le temps de l’interpeller, disparaissant sans me laisser le temps de la remercier. Je la vis se poser plus loin dans la forêt, et j'allais la retrouver, mais pas toute de suite, beaucoup de ses personnes étaient blessées et mal nourries, nous devions les soigner avant tout.

Plus tard dans la soirée, alors que la nuit commençait lentement à recouvrir Valoran, Karma nettoya son front recouvert de sueur, cela avait prit du temps et de l'énergie mais tous les anciens prisonniers étaient désormais sain et sauf, et ils allaient pouvoir dormir prêt des leurs. J'étais reconnaissante de l'intervention de la championne, mais cela soulevait quelques questions, qu'est-ce qu'elle faisait à Ionia? Était-elle envoyé par Demacia? Peu probable, le conseil aurait surement été prévenu de son arrivée. Une mission secrète alors? Cela était encore plus improbable, le fait qu'elle ait aidé ces villageois n'avait rien de discret. Hum... Je ne voyais qu'une solution, il suffisait d'aller directement lui demander. J'avais envoyé quelques éclaireurs trouver l'endroit où elle s'était posée en précisant bien de ne pas l'accoster et je savais désormais qu'elle n'était qu'à une petite demi-heure à cheval.
La duchesse prévint les gardes de son départ, les rassurant en disant que tout allait bien se passer, elle accepta les rênes du cheval qu'on lui tendait avant de partir au galop dans la nuit, finalement, après une chevauchée sans encombre, la championne arriva prêt de l'endroit indiquer par ses éclaireurs, elle attacha le cheval à une branche et s'enfonça doucement dans la forêt. Finalement, elle déboucha sur une clairière dans laquelle se tenait la forme endormie de Kayle. Son armure et ses ailes immaculées avaient vu de meilleurs jours, certaines de ses plumes étaient roussies et tachées de sang, son armure était sale, parfois recouverte d'un mélange de boue et de sang. Son casque, qui cachait un visage qui m'était encore inconnu, était lui aussi recouvert terre. Elle avait tout d'un soldat qui avait traversé une longue et difficile bataille, elle était sale et pourtant elle dormait à la belle étoile. Ceci était intolérable. Quelque soit la raison de sa présence en Ionia il était hors de question que je laisse celle qui avait sauvé la vie de ionien dormir dans sa crasse à l'extérieur.
Karma s'avance calmement dans la clairière, se raclant légèrement la gorge pour annoncer sa présence à la championne ailée qui leva son casque inexpressif vers moi. Cela aurait surement perturbé une autre personne, mais il fallait bien plus que ça pour troubler une dirigeante ionienne. La duchesse prit alors la parole:

"Du calme mon amie, je viens en paix. Et au nom de Ionia je te remercie sincèrement d'avoir aider mon peuple, quelque soit la raison de ta présence sur nos terres, tu resteras une amie de Ionia. "

La duchesse lui fit un doux sourire avant de s'incliner légèrement devant la Justicière. Puis, Karma s'approcha doucement de Kayle avant de reprendre:

"Permet moi de te proposer l'hospitalité en guise de remerciement, un repas chaud et de quoi nettoyer ton armure sont la moindre des choses."

Karma tendit sa main vers l'ange encore assise, souriante et espérant qu'elle allait accepter son invitation.
Revenir en haut Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Mar 20 Déc - 17:13
L’herbe verte, haute et tendre au pied de l’arbre me faisait comme un coussin douillet. C’était très confortable, et me détendait. Cette plaine était paisible, suffisamment découverte pour me permettre de voir de potentiels assaillants, et le vent d’ouest qui soufflait était tiède et bienveillant. Je m’endormit rapidement.

Le bruit caractéristique de sabots qui s’approchent, suivit de plusieurs injonctions qui ne m’étaient pas destinés, me sortirent de ma torpeur. Des pas commencèrent à se faire entendre, se rapprochant de mon être. Je tournais les yeux dans leur direction, sans bouger ma tête, et vit une silhouette élancée qui marchait dans ma direction. Law reposais, comme d’habitude, à plat à terre, juste à côté de mes jambes. J’en agrippais le manche, sans pour autant montrer d’intentions belliqueuses pour autant. On ne savait jamais.

La silhouette s’arrêta à quelque mettre. Elle était désormais suffisamment proche pour que je puisse distinguer mon interlocuteur. Enfin, mon interlocutrice, pour le coup. Karma, où l’incarnation même de la sagesse, et accessoirement l’une des dirigeantes d’Ionia. J’aurais du m’en douter. Ma campagne de purification que j’ai entreprise n’a été divulguée à personne, et j’imagine que l’on a du avertir le conseil Ionien de l’invasion d’un représentant démacien. Je savais que j’aurais dû déposer cette vieille dame un peu plus loin, j’allais devoir la jouer fine pour me sortir de ce pétrin. Je tournais légèrement ma tête casquée en sa direction, en entendant ses raclements de gorge.


"Du calme mon amie, je viens en paix. Et au nom de Ionia je te remercie sincèrement d'avoir aider mon peuple, quelque soit la raison de ta présence sur nos terres, tu resteras une amie de Ionia. "

La surprise est totale. Je pensais me faire vertement réprimander, éventuellement me faire encercler et braquer, et la voila en train de me remercier. Mais où va le monde ?

Enfin, pour le coup, la chance me sourie. Je n’allais pas m’en plaindre, cela veut dire que je pourrais continuer la purge que j’ai entamé sur ces terres sans être dérangée.


"Permet moi de te proposer l'hospitalité en guise de remerciement, un repas chaud et de quoi nettoyer ton armure sont la moindre des choses."

On n’imagine pas une ange tirer une gueule de 6 mètres de long. Pourtant, si j’avais retiré mon casque, c’est ce qu’ils auraient vu. A la place, ils n’ont droit qu’à une façade de casque froide et fermée. Il me faut quelques minutes pour reprendre mes esprits, laisser passer la surprise, pour lui répondre calmement. Je desserrais la prise sur Law, tout en la gardant en main. Une attaque surprise est si vite arrivée, même en prenant en compte la présence obligatoire de soldats embusqués dans les environs qui auraient tôt fait de me mettre aux arrêts si j’avais été agressive. Je me serais sans doutes laissée faire, malgré le fait que leurs armes auraient au mieux égratigné mon armure, ce qui m’aurait mis de très mauvaise humeur.

Je me relevais, en m’aidant de la main de la championne, dépoussiérait légèrement les pans de mon armure, retirais mon casque et plongea dans une profonde révérence de respect. Mon visage n’était pas plus présentable que mon armure, du fait des sillons causés par la sueur, ou les cheveux collés sur le crâne à cause de ladite sueur, mais c’était toujours plus poli de voir directement son interlocuteur.


« J’accepte très volontiers ton offre, Karma. Je te remercie et te donnerai les détails de ma venue en ces lieux une fois que nous serons à l’abri d’oreilles indiscrètes. »

En quelques mots, je venais de m’arranger un entretien. J’espère que les renseignement que je lui fournirais pourront me servir aussi, si elle parviens à me donner au pire des noms, au mieux des emplacements. Je gardais néanmoins le visage fermé, ce masque de sérieux toujours en place.
Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Mer 21 Déc - 13:20
Kayle me regardait sans bouger un muscle, la main encore posé sur le pommeau de son épée. Est-ce que j'avais fait quelque chose pour l'offenser? Peut-être une insulte envers les représentant de son peuple, j'étais une experte en diplomatie et je connaissais les protocoles et les expressions à éviter de tous les peuples de Valoran, c'était nécessaire, cependant je ne savais rien de la culture du peuple de Kayle et de sa sœur. Un banal mot dans ma langue aurait parfaitement put être une insulte dans la sienne, le fait étant qu'elle n'avait pas lâché son arme et continuait de me regarder au travers de sa visière n'aidait pas même si je me repassais mes paroles en boucle à la recherche d'un faux pas qui n’existait pas. Je n'allais pas prendre plus de risque et la brusquer de nouveau, attendons simplement qu'elle prenne la parole où qu'elle me fasse signe que tout allait bien. Finalement, après ce qui semblait être une petite éternité, l'ange desserra légèrement sa prise sur le pommeau de son arme sans la lâcher pour autant, mais c'était bien le signe attendu. La duchesse se retint de laisser échapper un soupir avant de sourire de plus belle à la championne, qui s'empara de sa main pour se relever. Son armure était légèrement chaude au toucher, rien de douloureux, cela rappelait plutôt les pierres chaudes d'un sauna et son gantelet déposa une fine couche de terre et de poussière sur la main de la duchesse, ce qui ne la dérangea nullement. Plusieurs mois sur des champ de bataille, combattant pour libérer son pays, et à traiter les blessures des soldats avait vite retirer tout forme de dégoût envers le sang et la poussière. Son état était la preuve de ce qu'elle avait traversé pour un village d'inconnu Ionien, et cela ne la rendait que plus impressionnante.
Et aussi le fait qu'elle devait faire une bonne tête de plus que moi, cela aidait.
Cependant, elle fit quelque chose qui me prit par surprise, Kayle retira son casque et me fit une longue révérence respectueuse. Premièrement, son visage était celui d'une belle jeune femme blonde aux yeux perçants, étrangement je me serais plus attendu à des traits légèrement plus proche de ceux des oiseaux. Comme des pommettes plus saillantes où des yeux plus fins, mais non, c'était bien le visage d'une femme d'une extraordinaire beauté qui venait de se dévoiler. Une beauté légèrement ternie, ou accentuée, par la sueur qui avait tracé de long sillon dans son visage, collant de long cheveux blonds à sa peau. C'était le visage d'une guerrière, et cela me permettait de voir au-delà de l'armure de la justicière. Cette rencontre se déroulait mieux que prévu, moi qui craignais l'incident diplomatique. Je lui aurais bien dit qu'une telle révérence n'était pas nécessaire, je n'étais pas le genre de noble qui prenait plaisir à voir les autres gens s'écraser devant elle, je me devais d'être humble car je me souvenais constamment que j'étais une fille d'apothicaire avant d'être une duchesse. Cependant, et même si j'avais le sentiment que c'était moi qui devait m'incliner devant celle qui avait sauvé la vie de ionien, je n'allais pas l'interrompre car cela serait plus impoli encore.

« J’accepte très volontiers ton offre, Karma. Je te remercie et te donnerai les détails de ma venue en ces lieux une fois que nous serons à l’abri d’oreilles indiscrètes. »

La duchesse hocha la tête, c'était logique, il y avait peu de chance que notre conversation soit écoutée par des oreilles belliqueuses, mais nous ne devions pas prendre de risque. Elle fit signe à Kayle de la suivre, retraçant sa route vers l'endroit où elle avait laissé son étalon qui broutait tranquillement sur le bord du chemin. Elle caressait l'encolure de sa monture avant de l'enfourcher, se retournant pour voir que Kayle avait prit un peu de hauteur et flottait au-dessus de la duchesse. Les deux repartirent vers le village sans un mot, le retour se déroulant sans encombre. Les deux championnes arrivèrent juste avant la tombée de la nuit, et les gardes nous laissèrent passer, félicitant et remerciant la Justicière ailée. Kayle se posa alors que Karma descendit de sa monture, laissant les rênes à l'un des gardes, et c'est alors qu'elles se dirigeaient vers la salle du conseil du village que le silence se fit dans les rues. Tous les habitants observaient notre duo, et plus particulièrement Kayle, avec un profond respect mêlé d'adoration, la Duchesse ralentit l'allure, souriant légèrement alors qu'une vieille femme accompagnée d'une petite petite fille en kimono se tenaient devant nous. Je reconnaissais cette personne, c'était celle que Kayle avait transporté jusqu'au porte du village, et l'enfant qui l'accompagnait devait être sa petite fille, qui tenait une feuille de parchemin entre ses mains. La grand-mère fit un léger signe de tête à l'enfant qui s'approcha timidement de la justicière, serrant son parchemin, avant de s'arrêter devant l'imposante championne et de tendre lui tendre le morceau de papier:

"C'est... C'est pour v-vous remercier d'avoir sauvé m-mamie!"

Elle lui tendit alors le morceau de papier, qui révéla un dessin enfantin de Kayle, de la grand mère et de la petite fille dans un champ de fleur rudement dessinée avec un soleil souriant au-dessus d'eux. Elles étaient toutes souriantes et se tenaient la main, en dessous, "Amie" était maladroitement marqué en ionien.
C'était... Adorable, je devais admettre.
Revenir en haut Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Mer 21 Déc - 19:45
Je n’étais jamais vraiment à l’aise avec ces effusions de joies et de remerciement. Je ne faisais que son travail, qui était loin d’être louable, puisqu’il se résumait à tuer. Les regards des citoyens pesaient dans mon dos, même si je savais que c’était loin d’être des regards de reproche ou de dédain, c’était des regards de remerciement, de respect, à la limite de la déification. Je n’aimais pas ça, j’étais une étrangère, comment peuvent ils me porter autant dans leurs cœurs ?

Et la douche froide continua d’autant plus lorsque je vis la vieille dame que j’avais secouru. Je pouvais comprendre son admiration, son respect et son sentiment de dette à mon égard, comparé à celui de ces gens. Une petite fille, qui ne devait pas avoir plus de sept ans, me regardait timidement derrière un petit bout de parchemin, hésitant entre la peur, après tout, je devais avoir une tête affreuse, et l’admiration. La vieille dame fit un signe de tête en direction de l’enfant, qui s’avança d’un pas incertain dans ma direction, cachant toujours la partie basse de son visage avec sa feuille de parchemin, je m’agenouillais, prête à l’intercepter, lorsqu’elle me tendis timidement sa feuille.

"C'est... C'est pour v-vous remercier d'avoir sauvé m-mamie!"

Elle montrait un dessin enfantin de la vieille dame, de la petite fille, et de moi, se tenant la main et souriantes. C’était émouvant, et un petit sourire naquit sur mes lèvres. C’était une première depuis mon arrivée en ce monde. Un terme que je ne connaissais pas était écrit en dessous de nos représentation, mais je me doutais que c’était probablement un terme affectif. Je souris à l’enfant, et lui caressa la tête du bout de mes ailes. Elles n’étaient maculées de sang que vers l’intérieur des ailes, pas tant que ça sur l’extérieur, et restaient immaculées aux extrémités. La petite ferma les yeux et souris, avant de repartir à côté de sa grand-mère, qui nous ouvrit le chemin.

Je me releva, et jeta un coup d’œil à la foule, qui nous observais toujours. Mon épée toujours dans ma main gauche, mes cheveux sauvages, mon visage marqué me donnait une allure de danger à éviter, mais ils n’avaient pas l’air de le voir. Peut être ne le voulait il tout simplement pas. Les humains ont toujours été étranges. Je gardais le dessin de la petite fille dans la main droite, qui était probablement la première preuve d’affection que j’acceptais de recevoir.

Nous entrons dans la salle du conseil. L’endroit était sobrement décoré, bien que tout de même assez imposant. Je ne savais pas Karma voulait me parler avant ou après que je sois présentable, ni si elle voulait que je rencontre les autres dirigeants ioniens … J’avais accepté à la hâte, craignant l’incident diplomatique, mais je ne savais pas dans quoi je m’étais fourré.


Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Jeu 22 Déc - 13:44
La duchesse laissa s'échapper un léger sourire en voyant la Justicière accepter le dessin de l'enfant, qui s'inclina avant de repartir rapidement dans les bras de sa grand-mère, la serrant fort. Karma regarda aux alentours, voyant que l'adoration teinté de respect que les villageois portaient à celle qui avait sauvé les leurs se changer doucement en quelque chose de plus amical. L’aînée croisa le regard de la vieille femme qui raccompagnait la petite fille, elle hocha la tête discrètement et le visage de la vieille femme s'illumina alors qu'un sourire malicieux s'installa sur le visage de l'ancienne. Mais passons, la Duchesse accompagna la Justicière jusqu'au bâtiment du conseil, faisant signe à l'une des personnes qui s'occupait du lieu (elle n'était pas une servante, s'occuper d'un bâtiment du Conseil était un grand honneur et la paye était plus que respectable) lui demandant d'organiser une nouvelle séance pour le conseil dans une heure. Elle demanda à la championne ailée de l'accompagner, traversant une petite cours intérieure contenant un étang recouvert de lotus dans lequel nageait des carpes de toutes les couleurs, avant de lui ouvrir le paravent d'un autre bâtiment et de lui faire signe de rentrer. La pièce était entièrement faites de bois, décorée par plusieurs peintures faites à l'encre représentant différentes danses ioniennes, des fleurs se trouvaient de manière harmonieuse dans la pièce, mais le plus important était le grand lit double qui se tenait au centre de la chambre. La duchesse se retourna vers Kayle en lui souriant poliment, avant de dire:

"Le conseil se réunira bientôt, principalement pour la tradition, je ne vois pas pourquoi il y aurait de mauvaises répercussions à ton sauvetage. Cependant, se rendre au conseil en armure est mal vu, rien d'impardonnable et tu peux parfaitement rester en armure, mais une des tailleuses devrait bientôt arriver pour recoudre un kimono laissant de l'espace pour tes ailes ainsi que le nécessaire pour nettoyer ton armure. Il y a une salle de bain dans la pièce voisine, et le repas sera servi après le conseil. Si tu as le moindre soucis tu peux me demander, je ne serais pas loin.

La Duchesse se dirigea vers la sortie, rouvrant le paravent avant de ce retourner et de faire un dernier sourire à la Justicière, elle referma doucement le paravent, laissant un peu d'intimité à la championne, avant de se rendre dans sa propre chambre pour se préparer à son tour pour le conseil.
J'avais dit le vérité en prévenant Kayle que ce conseil était plus pour la forme qu'autre chose, avec une ou deux questions sur la raison de sa présence en Ionia, mais c'était principalement pour officiellement la remercier et peut-être décider de la marche à suivre avec les autres camps de bandit qui se trouvait dans la région. Mais ce qui aurait put être un malheureux incident diplomatique s'était trouvé être une aide venue (littéralement) des cieux pour chasser les bandits sur nos Terres. C'était presque inespéré, mais ce n'était pas le genre de Demacia d'envoyer une force qu'ils ne maîtrisaient pas aider les autre nations par simple bonté de cœur. Je pense que Kayle n'avait pas été l'instrument d'une quelconques machinations, mais qu'elle avait juste décidé de prendre action par simple soif de justice. Notre rencontre n'était qu'un heureux hasard et pour la première fois je me demandais ce qui motivait cet avatar de la Justice, est-ce que sa vie se résumait uniquement à la création d'un monde juste? Avait-elle d'autre passion dans la vie? Tant de questions qui allaient probablement rester sans réponse. Elle était une invitée, pas un espion que je devais interroger, alors je n'allais pas la déranger avec des questions sur sa vie privée.

Une heure plus tard, le conseil était de nouveau rassembler, les différents dirigeant des villes touchées par les attaques de bandits se trouvaient autour de la même table, à la différence que l'ambiance était bien plus joyeuse qu'auparavant. Le conseil débattit silencieusement durant une poignée de minutes, tous s'accordant que Kayle méritait récompense quelque soit ses origines, et que seul la raison de sa présence ici restait à éclaircir. La subtilité était la petite boite d'ébène qui se trouvait devant la duchesse, à l'intérieur se trouvait une récompense ionienne, un petit pendentif de Jade qui représentait une marque d'honneur officielle remise au guerrier qui avait prit les armes au nom de bien et de la justice. Cette récompense était remise aux étrangers comme au ionien, seul les actes et la bonté ces derniers importaient. La réponse de Kayle allait décider si elle allait recevoir cette forme de respect de la part de Ionia tout entière, même si la duchesse était certaine que la justicière le méritait déjà. Bien sûr, cela ne la liait nullement à l'état de Ionia d'une quelconque manière, c'était de vrais remerciements et non une manœuvre politique obscure pour rallier Kayle à Ionia. Cela serait une insulte envers celle qui avait sauvé des innocents.
Karma fit un hochement de tête, et les deux portes s'ouvrirent pour laisser rentrer la Justicière...
Revenir en haut Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Jeu 22 Déc - 18:08
Les portes se fermèrent dans mon dos. Les quelques exultations qui résonnaient se turent. Je déambulais à côté de Karma, toujours aussi sereine. Nous passâmes par un petit parc, orné d’arbres, de plantes que je ne connaissais pas, ainsi que de nombreux poissons inconnus dans le petit lac attenant. Je n’eus pas le temps de m’en rendre compte que nous entrions dans une autre pièce, magnifiquement décorée, et respirait la plénitude. C’était … détendant.

"Le conseil se réunira bientôt, principalement pour la tradition, je ne vois pas pourquoi il y aurait de mauvaises répercussions à ton sauvetage. Cependant, se rendre au conseil en armure est mal vu, rien d'impardonnable et tu peux parfaitement rester en armure, mais une des tailleuses devrait bientôt arriver pour recoudre un kimono laissant de l'espace pour tes ailes ainsi que le nécessaire pour nettoyer ton armure. Il y a une salle de bain dans la pièce voisine, et le repas sera servi après le conseil. Si tu as le moindre soucis tu peux me demander, je ne serais pas loin."


Suite à quoi elle sortit, après m’avoir souris une dernière fois, et refermé le paravent. Nettoyer mon armure dans un laps de temps si court était impossible, il me faudrait plusieurs heures. Soit, je porterai l’habit qu’elle avait évoqué, même si cela me coûtait de me séparer de mon armure, le seul souvenir de chez moi que j’ai en ce monde. Et j’imagine que je devrais aussi laisser mon épée avec, se montrer armée à un conseil quel qu’il soit est tout sauf correct. Je me demandais comment cela allais se passer. Interrogatoire ? Discussion ? Jugement ? Y penser ne me mènerai a rien. Je retirais mon armure, ma combinaison, et laissais le tout sur le côté, avant de me rendre dans la salle de bain attenante. Elle était grande, un bain spacieux, des décorations tout aussi zen évoquant la mer, légèrement ouvert vers un jardin extérieur sans pour autant permettre à de quelconques personnes inopportunes de voir ce qu’ils ne sont pas sensés voir. Je fis couler l’eau tout en pensant malgré tout à ce qui pourrait se passer. Je comptais comme d’habitude ne dire que la vérité. Je me doutais bien que ce dont ils voudraient parler n’était pas la libération du village, mais que c’est une Démacienne qui en soit à l’origine, cela devait bien soulever quelques interrogations.

L’eau était chaude et douce. Cela faisait désormais plusieurs jours que je n’avais pas pris de vrai bains, que je n’avais pas accordé de soin particulier à mon corps et mes ailes. Je m’occupais en premier de l’intérieur de ces dernières, maculées de terres et de sang, de façon à ce qu’on ne pouvait facilement deviner qu’elle était leur couleur originelle. Les plumes étaient dans un  état misérable qui me laissait sans voix. Je ne m’en étais pas rendu compte. De quoi devais-je avoir l’air devant ces civils, plus tôt ?
A ma grande surprise, différents savons étaient disponible, dont celui que j’utilisais pas réparer le cuir plumique de mes ailes. C’était presque une bénédiction. J’en profitais donc pour les laver avec application.
Les autres savons m’étaient inconnu, et je les utilisais de façon aléatoire, certains pour mes cheveux comme d’autre pour mon corps. J’en ressortis revigorée.

J’apportais les derniers soins à mes ailes, et les lissèrent. Lorsque je me refaufilais discrètement dans l’autre pièce, au cas où un serviteur ou un employé de l’établissement soit affairé à quelque chose dans cette dernière, je découvris un vêtement blanc et jaune aux manches, avec une ouverture au niveau des omoplates. C’est donc ça un kimono, très élégant, léger, facile à porter. Il y avait également une serviette, d’une douceur dont je me souviendrais, verte, rouge et bleu. À côté de mon armure et de mon arme reposaient tout un bataillon de produits d’entretien du fer et de l’acier en général. Cela me comblait, mon armure allait pouvoir retrouver son éclat d’antan.

Je m’habillais donc, et me rendit devant les portes de la salle que m’avait indiqué Karma une heure plus tôt. J’étais un poil à l’avance, et réfléchis furieusement à ce que je pourrais dire de plus, la sensation de nudité qui m’envahissait depuis que j’avais revêtu ce kimono n’aidant pas, je me sentais … Vulnérable sans mon armure.

Les portes s’ouvrirent. La salle du conseil était illuminée par le soleil couchant, ce qui le rendait encore plus impressionnant. Autour de la table centrale, leurs yeux fixés sur ma personne, étaient assis des vieux comme des jeunes, hommes comme femmes. Une tête grise pris la parole.


« Bien le bonjour, Madame. Nous vous attendions. Tout d’abord, au nom de nous tous, je vous remercie pour ce que vous avez fait pour ce village, et pour avoir maté ce camp criminel qui nous menait la vie si dure. Mais, si vous nous le permettez, mes confrères et moi mêmes nous demandions, quel est la raison de votre venue en nos terres ? »

Le moment des explications. Ils n’avaient pas l’air spécialement remontés contre moi, au contraire, ils étaient même chaleureux. J’en déduisis que je n’avais rien à craindre, et me lança corps et âmes dans mes explications.


"Messieurs, Mesdames, je ne suis ici que pour la Justice. Il y a trop longtemps que le crime reste impuni en ce monde. J’ai démarré ma campagne dans les provinces de Démacia, ou la plupart des principales poches de criminalités ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Ce n’est pas une requête que les dirigeants Démacia m’ont fait, c’est une requête que j’ai fait aux dirigeants Démaciens. Je me sentais inutile au possible, ne pouvant bouger de Démacia. Ils ne peuvent pas me faire confiance, ce qui est logique, je suis un élément inconnu pour eux. Je jouis donc d’une quasi liberté dans mes actes. J’ai juste pour ordre formel de ne pas m’immiscer dans la vie des civils des contrées que je purge pour leur soutirer des informations. Je ne suis ici purement que pour servir la Justice, l’Égalité et la Lumière !"

La fin semblait finir sur un cri vindicatif. J’avais mis tout mon être et mon âme dans ces déclarations, à mon insu, et les avais animés. Mais ça ne les rendaient que plus vrai encore.
Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Mar 27 Déc - 22:48
Karma eut un léger sourire en voyant Kayle porter le kimono. Ce dernier était de couleur chaude, mêlant habilement l'or et l'ocre, mettant en évidence la crinière d'or qu'arborait la justicière et ses ailes. Elle était comme un second soleil alors que le crépuscule descendait doucement sur Ionia. La Duchesse resta silencieuse et souriante alors qu'un autre Maître se leva pour accueillir la championne ailée. L'ambiance avait bien changée en l'espace d'une poignée d'heure, l'hostilité lourde et teintée de désespoir qui planait sur cette même pièce quelques heures plus tôt avait fait sa place à une douce impression de paix baignée dans les rayons du soleil couchant. Les sourires étaient chaleureux, et chaque membres payaient une attention toute particulière à la justicière qui était l'origine de ce changement. Une seule personne, en l'espace d'un instant, était parvenu à changer le destin de plusieurs dizaines d'innocents. Kayle avait fait ce que la League ne voulait pas faire, et ce que le gouvernement ne pouvait pas faire. Des actions aussi altruistes étaient rares, tellement rares, que des questions se posaient forcément. Le monde n'était pas beau, et même si les ioniens étaient capable de trouver le beauté en bien des choses, cela ne remplaçaient pas cette vérité universelle. Alors la venue de Kayle était un don du ciel, littéralement.
Le Maitre accueillit l'ange avec politesse et respect, tout le monde était pendu aux lèvres de la championne ailée, et Karma devait être franche, elle l'était aussi, même si elle se montrait plus discrète que la majorité de l'assemblée.

"Messieurs, Mesdames, je ne suis ici que pour la Justice. Il y a trop longtemps que le crime reste impuni en ce monde. J’ai démarré ma campagne dans les provinces de Démacia, ou la plupart des principales poches de criminalités ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Ce n’est pas une requête que les dirigeants Démacia m’ont fait, c’est une requête que j’ai fait aux dirigeants Démaciens. Je me sentais inutile au possible, ne pouvant bouger de Démacia. Ils ne peuvent pas me faire confiance, ce qui est logique, je suis un élément inconnu pour eux. Je jouis donc d’une quasi liberté dans mes actes. J’ai juste pour ordre formel de ne pas m’immiscer dans la vie des civils des contrées que je purge pour leur soutirer des informations. Je ne suis ici purement que pour servir la Justice, l’Égalité et la Lumière !"


Et durant un infime instant, le soleil frappa les ailes légèrement déployées de l'ange, et Karma aurait jurer que la championne brillait légèrement et baignait dans une aura divine. Le Conseil retint son souffle durant quelques longues secondes, avant de se regarder entre eux. Ils hochèrent tous la tête à tour de rôle avant de sourire et de se tourner vers la Duchesse qui se leva lentement, souriante. Cette dernière sortit de son kimono une petite boite finement taillée dans du bois noir prit la parole d'une voix fière et assurée, digne d'une politicienne.

Kayle, devant la bonté de tes actions et la générosité dont tu as fait preuve. Le Conseil t'accepte en tant qu'Amie de Ionia. Porte fièrement ce titre, car c'est un honneur de recevoir ce privilège.

La Duchesse se dirigea gracieusement vers la championne, contournant la table sans un bruit avant de se retrouver devant la championne et de lui sourire, elle ouvrit la boite, en sortant un pendentif sobre, une petite ficelle d'argent passant à travers un disque de jade poli qui reflétait la lumière du soleil. Au milieu du disque tournoyait une infime quantité de mana vert qui déployait une chaleureuse lumière verte profonde, calme et apaisante.
Karma attacha le pendentif autour du cou de la championne ailée, avant de reprendre:

"Désormais, tu seras accepté en tant que ionienne par tous. Et au nom du conseil, nous te remercions. "

Tous les anciens se levèrent, et d'un même geste, ils s'inclinèrent devant la championne ailée. Un remerciement de la part d'une nation, et un sourire devant la preuve que la bonté existait encore en ce monde. Car nous étions reconnaissants envers celle qui avait sauvé nos habitants et n'avait rien demandé en échange, car nous étions capable de voir une belle âme quand nous en voyions une. Et parce que Kayle méritait bien mieux que de dormir à la belle étoile après une longue journée de bataille.
Les conseillers se redressèrent un à un, souriants, puis la Duchesse s'éloigna de la championne avant de s'approcher du paravent qui donnait sur le village et de l'ouvrir. Dehors, alors que la Lune se dressait fièrement au-dessus du monde, se tenait une immense table sur toute la longueur de la grande avenue du village. Plusieurs lampions et torches étaient allumés alors que tout le village se tenait fièrement devant le bâtiment du conseil. Enfants comme adultes, tous étaient souriants, et devant tout ce monde se trouvait l'ancienne et sa petite fille. La grand-mère s'inclina en même temps que la petite fille, puis, telle le reflux d'une vague, le reste du village s'inclina. Montrant du respect pour celle qui avait changé leurs vies par simple bonté d'âme. Ils n'étaient pas plus que deux cents âmes, ce n'était pas le plus grand village de Ionia, ni le plus imposant. Mais ce soir, ils représentaient un respect trouvé pour une championne d'ont j'ignorais le visage quelques heures plus tôt.
D'un seul geste, les villageois se relevèrent et l'excitation fut le mot d'ordre, chacun s'installait autour de la table alors que d'autre commençait à installer une multitude de plat. Rien de bien extravagant, ni de chers, tout provenait des chasseurs qui avaient tué les gibiers et de ceux qui avaient ramassé les légumes de leurs propres champs. Ce n'était pas digne d'un repas royal, mais c'était tout de même un banquet respirant la joie de vivre, le bonheur. C'était le premier repas de famille qui s'était enfin retrouvé, c'était une soirée de fêtes et de remerciements. La salle du conseil se vida lentement, certains allant rejoindre les festivités débutantes où retournant méditer dans leurs chambres.
Karma se tenait aux côtés de la championne ailée, regardant les festivités commencer, admirant les gens danser et rire, profitant de ce joyeux tableau peint sous le ciel étoilé, cela lui réchauffait le cœur. Et les Dragons savaient à quel point elle en avait besoin.

"De toutes les récompenses, ce sont des instants comme celui-ci qui me donnent la force de continuer."

La Duchesse se tourna vers la championne, avant de continuer:

"S'ils y a trop de monde je peux parfaitement t'apporter une assiette plus tard, mon amie, je me souviens du jour de la libération de Ionia et de la fête qui à suivit. C'est Soraka qui m'arracha de ma chambre, je n'avais pas l'habitude d'être entouré de tant de personne excepté lors d'une bataille. Ce fut l'une des plus belles nuits de ma vie... Mais je comprends si tu souhaites être seule quelques instants, mon amie, et je te tiendrais compagnie si tu le souhaites. "

Il restait encore des bandits, il restait encore la fin de la League, il restait l'ombre de nombreuses menace sur mon pays. Mais ce soir? Ce soir était un soir de fête et de joie, tout cela pouvait attendre demain, ce soir, ce village était en paix.
Et cela était le plus beau sentiment du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Dim 8 Jan - 20:47
Je regardais le pendentif qui pendait désormais à mon cou. Jamais l’on ne m’avais fait pareil cadeau. Je n’osais imaginer sa valeur, et encore moins les conséquences qui en découlait. Être acceptée en tant que Ionienne … Je ne sais vraiment pas quels seront les conséquences politiques de mes actes. Même en ayant agis comme quelqu’un d’indépendant, je reste affiliée à Démacia. Comment l’État-Major le percevra-t-il ? En soit, je n’ai fait que porter secours à Ionia, cela devrait améliorer nos relations avec cette contrée. Mais si ce n’était pas le cas ? Alors tant pis, il me faudrait quitter Démacia. Si l’on me sermonne pour avoir porté secours à des innocents, c’est qu’ils valent pas mieux que les criminels que j’ai abattu. Mon cerveau carburait à toute vitesse, réfléchissant conséquences comme aux bienfaits, à la possible localisation d’autres camps de bandits, à l’état de mon équipement, aux vies que j’ai sauvées. Néanmoins, je fut tiré de mes pensées en voyant les anciens s’incliner les uns après les autres devant moi. En soit, il n’y avait aucune raison de me remercier, je ne faisais que mon travail, mais je comprends qu’ils soient reconnaissant.
Ce qui se passa ensuite me laissa perplexe. Les habitants étaient tous regroupés devant le bâtiment, totalement silencieux. Puis ils s’inclinèrent, tous, les uns après les autres, dans une vague de reconnaissance, de remerciement, d’acceptation. Pour la première fois depuis des milliers d’années, l’on me remerciait. Un sentiment étrange naquit en moi. Quelque chose que je n’avais pas éprouvé en dehors du champ de bataille. Jamais. De la … joie ? Joie de voir tout ce monde sain et sauf, ces familles réunies, et que l’on me remerciait pour ça ? Joie voir ce peuple heureux, après les actes de barbarie et de violence que j’ai perpétré ?
Je sais d’où viens ce sentiment. Et il me rappelle douloureusement mes semblables. Les autres anges, qui se battent toujours sans relâche, dans une guerre civile qui ne prendra probablement jamais fin. Ces civils, que je n’ai pas réussi à réunir sous une seule bannière. Mon peuple. J’ose espérer qu’un jour, ils connaîtrons la joie, le bonheur et la paix que je vois actuellement sous mes yeux, dans le peuple Ionien. Qu’un jour, je pourrais les rassembler sous ma bannière. Qu’un jour, la Justice triomphera.
Je ressentais presque de la fierté en voyant ce peuple. Je leur avais apporté de la sécurité et de la joie. Ils s’activaient désormais, mes ailes battaient légèrement, soulevant le peu de poussière qui résidait autour de moi, et l’envie d’aller leur prêter main forte pour préparer le tout m’envahit. Cependant, je sentais bien que mes préoccupations devaient être ailleurs. Il me faut me préparer pour les combats qui m’attendait. Il fallait que j’entretienne mon équipement.

"De toutes les récompenses, ce sont des instants comme celui-ci qui me donnent la force de continuer."

Ces paroles me tirèrent de mes pensées, sur les produits que j’utiliserais et certaines techniques de polissage ou d’effilage, pour se focaliser sur le visage de Karma. C’était la troisième personne à voir mon visage en ce monde, après Reginald Ashram, et ce qui fut autrefois ma sœur.

"S'ils y a trop de monde je peux parfaitement t'apporter une assiette plus tard, mon amie, je me souviens du jour de la libération de Ionia et de la fête qui à suivit. C'est Soraka qui m'arracha de ma chambre, je n'avais pas l'habitude d'être entouré de tant de personne excepté lors d'une bataille. Ce fut l'une des plus belles nuits de ma vie... Mais je comprends si tu souhaites être seule quelques instants, mon amie, et je te tiendrais compagnie si tu le souhaites. "


Ma réputation d’ange de bataille plus froide que les montagnes de Freljord me précédait encore. Mais c’est compréhensible. Je voulais passer plus de temps aux côtés de ces habitants, afin de les mettre en confiance, de leur assurer une protection. Néanmoins, le devoir m’appelait.

"Je te remercie pour ton invitation, elle me va droit au cœur. Je peux passer quelques temps parmi ces villageois, mais je devrais m’absenter rapidement. Il me faut me préparer pour demain. Je comprends ce que tu dis. Je n’ai pas non plus l’habitude d’avoir autant de personnes autour de moi, excepté lors des réunions de guerre, chez moi, ou des batailles. Et j’accepterai également ta compagnie. Il faudra que nous parlions plus en profondeur de la possible localisation de camps bandits. Je m’occuperai de leurs anéantissement. Avec ton autorisation, ces bandits ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Allez, allons prêter main forte aux villageois, ils ont l’air d’avoir un peu de mal avec ces fûts."


Je reprenais mon masque de sérieux, et m’envola vers les réjouissances. J’atterris au milieu de la place, derrière les tables, et accouru près des villageois ayant besoin d’aide, soulevant sans problèmes les fûts qui leur posait problème, sous leurs regards ébahis. Des enfants comme des adultes venait discuter, et j’essayais au mieux d’esquiver ces conversations sans paraître vulgaire, mais c’était très compliqué.

Du coin de l’œil, je voyais la Duchesse donner des instructions aux différents villageois. Ces derniers avaient une confiance aveugle en cette dernière, et même si certaines instructions semblaient sans sens, elles se révélaient indispensable dans le schéma qui se dessinait derrière. Je rêvais d’une telle confiance pour mon peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Mar 17 Jan - 13:21
"Je te remercie pour ton invitation, elle me va droit au cœur. Je peux passer quelques temps parmi ces villageois, mais je devrais m’absenter rapidement. Il me faut me préparer pour demain. Je comprends ce que tu dis. Je n’ai pas non plus l’habitude d’avoir autant de personnes autour de moi, excepté lors des réunions de guerre, chez moi, ou des batailles. Et j’accepterai également ta compagnie. Il faudra que nous parlions plus en profondeur de la possible localisation de camps bandits. Je m’occuperai de leurs anéantissement. Avec ton autorisation, ces bandits ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Allez, allons prêter main forte aux villageois, ils ont l’air d’avoir un peu de mal avec ces fûts."

La Duchesse regarda la championne ailée s'envoler, comprenant légèrement son sentiment de malaise en contact avec la foule, elle l'avait elle-même ressentit il y a bien des années de cela après la révolte contre Noxus, tout cela était du passé mais Karma n'avait pas oublié ce sentiment qui la faisait légèrement sourire désormais. Kayle aidait à la préparation des fut d'alcool, soulevant des tonneaux qui posaient problèmes à plusieurs personnes sans le moindre effort, et la Duchesse observa ce curieux manège durant une poignée de seconde avant de rejoindre la grand-mère de tout  à l'heure qui organisait les plans de table d'un œil sévère, les deux discutèrent en organisant qui allait être ou, Kayle se trouvait au milieu de la table principale, car la soirée était en son honneur. J'étais à sa gauche alors que la grand mère, qui se prénommait Mu Lan allait se trouvait à sa droite, plusieurs cochons étaient déjà mit à cuire et les fêtards commençaient à se passer les premières pintes d'alcool. Le village entier allait devenir notre salle, et à ma surprise je pouvais apercevoir un joueur de shamisen qui commençait à s'échauffer sur ses cordes. Le musicien était un petit garçon au cheveux de aussi sombre que la nuit dont une longue mèche cachait l'un de ses yeux, l'enfant faisait glisser adroitement ses mains sur l'instrument, laissant échapper une série de note qui prouvaient de son habilité avec l'instrument à corde. Le regard de la duchesse croisa l’œil unique de l'enfant et cette dernier lui fit un sourire rassurant avant de hausser la tête, encourageant le jeune musicien à continuer à jouer. Ce dernier lui rendit son sourire et reprit sa partition de plus belle alors que des rires se faisaient entendre...

La soirée se déroula sans encombre, les gens riaient, les enfants couraient entre les tables. La musique résonnait dans la nuit alors que tout le monde profitait de la nourriture et de la boisson qui coulait à flot, le repas se fit autour de remerciement et de petite discussion guidé par les notes de shamisen. Karma se modéra cependant sur la boisson et la nourriture, préférant éviter une méchante migraine le lendemain matin, sa magie pouvait réduire les effets d'une soirée trop arrosée, mais cela ne voulait pas dire qu'elle devait utiliser ces pouvoirs pour quelque chose d'aussi puérile. La Duchesse fit même un tour sur la piste de danse improvisée, capturant l'attention de toute l'audience en dansant gracieusement au son du shamisen avec grâce et légèreté. Ce n'était nullement une représentation officielle et plusieurs habitants le rejoignirent dans une gracieux brouhaha de sourire et de joie. La Duchesse était heureuse, heureuse de voir ses gens oublier leurs problèmes et le sombre passé.
...
Mais Runeterra n'est pas un monde juste, ce n'est pas un monde où le passé peut être si facilement oublier, et bien souvent, c'était lui qui vous rattrape alors que vous vous pensiez à l'abri.
Karma venait de raccompagner Kayle au porte du temple, tenu par une des servantes, lorsque la cloche d'alarme retentit dans tout le village...

___________________

Kubo n'était pas un enfant courageux, orphelin à son plus jeune âge suite à une attaque de bandit qui lui avait aussi fait perdre son œil droit,  il avait gagné sa vie grâce à son shamisen et sa magie sur les origamis, il connaissait tout le monde dans le village et tout le monde l'appréciait. Ce n'était pas une vie si terrible, bien souvent l'une des personnes du village lui donnait un repas chaud et un endroit pour dormir, en échange d'un petit concert privée. Il avait même eut la chance de jouer pour deux championnes de la League! C'était un honneur et heureusement le stress ne l'avait pas empêché de jouer, parce qu'il n'était pas stressé, il n'était jamais stressé, c'était faux. Kubo était sur les remparts, observant la lune en somnolant légèrement, la soirée avait été longue et ses doigts lui faisait mal, mais il ne regrettait rien. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas sourit à ce point, tout ça grâce à l'Ange qui avait sauvé tant de monde.
Il y eut un sifflement discrêt, suivit d'un bruit sourd et d'un gargouillement qui ne présageait rien de bon, Kubo se releva discrètement, sa petite taille le cachait derrière les remparts.
C'est surement ce qui lui sauva la vie.
Arrivant au poste de garde, là où se trouvait la cloche pour sonner l'alarme, un garde gisant dans une mare de son propre sang, une flèche enfoncé dans le creux de sa gorge, l'enfant resta abasourdit durant une poignée de minute, resserrant la main sur son instrument pour trouver du courage, il n'hésita pas une seconde et s'empara de la corde pour sonner la cloche. Réveillant tout le village et sonna l'alerte.
Il y eut plusieurs cri d'alarme, des torches s'allumèrent à  l'extérieur du village, révélant une petite armée de gens en armure légère et disparate, plusieurs différentes armes à la main, et un archer qui bandait une nouvelle fois son arc.
Il y eut un sifflement...

______________

"Ramenez-moi mon armure, et rassembez la garnison, je veux que tous les habitants restent chez eux. Kayle, je suis sincèrement désolé que notre hospitalité soit ternie par cet événement, mais je vais gagner du temps pour que tu puisses te changer.   "

La servante haussa rapidement la tête avant de courir vers ma chambre, revenant en un temps éclair avec un légère armure d'écaille, Karma retira son kimono sans pudeur, révélant la fine tenue qui se trouvait en dessous, avant d'enfiler son armure avec l'habitude de celle qui avait déjà dut passer en armure en l'espace de quelques minutes, une révolution contre des envahisseurs donnait ce genre d'aptitude, surtout lorsque chaque minutes comptaient. L'armureétait légère, recouverte d'écaille verte qui avait toutes été forgés séparément, du cuir bouillit permettait à l'armure d'être souple et la duchesse l'enfila comme un gant que l'on retrouvait au début de l'hiver. Elle tapa sur la pointe de ses bottes pour les enfoncer, resserra sa ceinture tout en s'accélérant magiquement vers la palissade de bois qui servant de muraille au village, les portes avaient été fermées fort heureusement, car...
Car je n'aimais pas le spectacle qui se dévoilait devant moi. Une troupe d'environ 80 personnes, surement un peu plus, armées à différents degrés, de l'armure lourde au cuir bouillit.  Et de différentes origines, noxienne, quelques solides barbares de Frejlord et malheureusement quelque natif de Ionia. Plusieurs flèches filèrent vers la duchesse qui leva un bouclier devant elle, arrêtant les projectiles sans problème, ses yeux analysèrent la situation et les forces ennemies, comptant que ce village avait une trentaine de gardes, la situation n'était pas à leurs avantages, du moins elle ne le sera pas sans le renfort qu'elle avait.
Un gémissement attira son attention, découvrant l'enfant rampant vers elle, une flèche plantée dans son épaule, c'était le joueur de shamisen, qui se traînait de sa main libre vers la championne. Cette dernière n'hésita pas, s'abaissant à son niveau et le retournant sur le dos, son visage était pâle comme la mort et des larmes avaient coulées sur ses joues, provenant seulement de son œil gauche.

"Soit fort mon enfant, serre les dents, cela ne va durée qu'un instant."

La duchesse cassa la flèche qui se trouvait dans l'épaule alors que ses mains prirent une teinte jade profonde, le mana coula dans ses paumes et se dirigea par filament vers la blessure, extirpant méthodiquement la tête de la flèche en refermant la blessure derrière, cela avait été rapide et l'enfant allait garder une méchante cicatrice, mais il vivrait, elle fit signe à un des gardes qui venait de monter de le prendre et de le mettre à l'abri. Ce dernier obtempéra, alors que l'enfant ne lâcha pas son instrument durant toute l'opération.

Villageois! L'Alliance des Bandit vous ordonnes de nous livrer l'Ange et votre village sera épargné! Résisté et... Cela rendra le tout bien plus intéressant.

L'alliance des bandits? La rumeur de l'apparition de Kayle avait dut les paniquer et les forcer à monter cette petite armée à la va vite, mais cela ne restait pas moins qu'une petite armée, le village seul n'avait aucune chance, malheureusement pour eux. Le village n'était pas seul.
La duchesse se releva lentement, se montrant de nouveau au rempart, ses tatouages représentant les deux dragons de Ionia s'illuminant sous sa peau, sa voix s'amplifia magiquement, lui donnant la puissance d'une tempête, avant de dire:

"Pour les crimes d'esclavagisme, de meurtres, d'attaque sur un représentant de l'ordre Ionien. Votre peine est la mort, ceux qui désirent se rendre peuvent déposer les armes et leurs peines seront réduite.  "

Il y eut des rires, des crachats au sol, et le bruit d'arme sortant de leurs fourreaux, Karma fit signe au garde présent sur les remparts de bander leurs arcs et de choisir une cible.
La déclaration était sans émotion, froide, c'était un verdict de la part d'une personne qui avait le pouvoir de le rendre, de la part d'une personne connaissant le code Ionien par cœur, de la part d'une personne qui allait être leurs bourreaux. De la part de celle qui allait commencer la Purge.
Les bandits chargèrent, le corps de Karma s’éleva de quelques centimètres au dessus du sol, son Mantle commença à tourber à grande vitesse et ses tatouages s'illuminèrent de milles feux...
Gaen Na Kyri Vi!

Deux dragons de jade s'extirpèrent du corps de Karma, poussant un rugissement qui fit trembler la nuit en chargeant à leurs tours sur la troupe de bandit, il y eut un choc, des cris de panique et de douleur alors que les bêtes magiques arrachaient les membres et déchiquetaient les armures, brisant leurs formations, une quinzaine de bandit terminèrent leurs jours sans les assauts des bêtes avant qu'elle ne se disparaissent au bout de précieuses minutes. Les gardes tiraient leurs flèches sur les bandits, en faisant tomber d'autre, et Karma leva un bouclier autour d'elle et envoya des sphères de mana explosives sur les brigands qui tentaient d'enfoncer la porte. Cependant, leurs nombres et leurs diversités leurs donnaient l'avantage, notre nombre déjà réduit de garde diminuait petit à petit et la porte du village n'était pas faite pour supporter un assaut aussi violent...
Et les bandits le savaient.
Revenir en haut Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Lun 6 Mar - 11:24
L’alerte avait déjà été donnée. Dehors déjà, des cris se faisait entendre, tant par des villageois dont j’avais entendu les voix quelques heures plus tôt que par des personnes qui m’étaient inconnues. J’entendais le bruit de flèches qui s’enfonçait dans la chair. Pour l’instant, le combat restait distant. Une explosion se fit entendre, lointaine mais en même temps si proche. Une explosion magique, indéniablement. Je regardais mon armure, dispersée à plusieurs endroits de la pièce. Quelle négligence … Tout ramasser et enfiler me prendrais trop de temps. J’avais juste mon épée, qui tenais contre le mur. Je la ramassais donc, et sortit par ce que j’assimilais être une fenêtre, m’envolant rapidement, et atterrissant tout aussi rapidement, face aux légions.

La lune était déjà haute. Elle éclairait le champ de bataille, malgré la pénombre persistante, et son éclat lunaire donnait une teinte argentée à l'herbe haute que foulaient ces brigands. Ces brigands qui assaillaient un village parce que je m'y trouvais. Ces brigands qui avaient déjà pris la vie de trop nombreux innocents. Eux qui ne faisaient que défendre leurs proches, leurs amis, leurs compatriotes, leurs valeurs, leurs vie, et qui se faisaient sauvagement assassiner par la horde grandissante de bêtes sauvages, qui se proclamaient humains, mais qui ne rêvait que de meurtre et de pillage. Ces bêtes sauvages, ces criminels, qui venaient venger leurs compagnons a qui j'ai offert la rédemption.

Mais était-ce réellement par vengeance ?

N'était-ce pas simplement par peur ?

Seul les historiens qui travailleront sur les vestiges de cette bataille pourront le dire.

Les torches sur les remparts de bois, de fortune pourrait-on dire, brûlaient ardemment et projetaient une lumière chaude et vive, donnant une dimension réelle à ce tableau presque paisible malgré la fureur des combats. Cette même lumière que dégageait ma lame. Une lame runique, forgée à l'aube des mondes et du temps. Une arme dont j'ignore tout. Une arme en qui je porte une confiance absolue. Les plus grands forgerons de l'Ordre s'étaient penchés sur son cas. Aucun n'a été capable de percer son secret. Les inscriptions même qui s'étalaient sur le plat de la lame était de même intraduisible. Aucun des ouvrages connus ne comprenait pareil langage. Les plus grands anciens, lorsque la plume n'existait pas et que les dialectes se transmettaient de bouche à oreille, n'en savent pas plus. La lumière qu'émettait cette lame se répercutait sur mes ailes d'un blanc immaculés, les rougissants légèrement, transmettant mon humeur, ma colère, mon ressentiment. Elle faisait également ressortir les couleurs chatoyantes du Kimono de Karma. D'un rouge profond et d'un or pur, qui semblait pulser au rythme des flammes, comme pulsait le pendentif de Karma, à la gemme de mana. Ces vêtements, trop légers, trop fragiles. Je me sentais nue, sans mon armure. Encore plus de me battre sans. Même si je ne risquais pas grand chose, de part la fine membrane dorée qui recouvrait ma peau, blanche comme la neige, de ne pas voir souvent le jour, constamment recouverte de ma combinaison et de mon armure. Membrane qui tirait sur mon énergie, a une vitesse affolante. Membrane qui était néanmoins nécessaire a ma survie ici bas, là où mon plastron et mes cuissardes manquaient.

La lumière qui me noyait, des couleurs sauvages, rouge, jaune, orange du feu, rendait le tableau semblable à un énième combat entre les ténèbres du vice et de l'inhumanité contre la lumière de l'ordre et de l'espoir. J'ai déjà sauvé des habitants de ce village. J'ai le pouvoir, et le devoir, de le sauver en entier cette fois. Quitte à combattre seule et sans armure Morgana et sa faction toute entière s'il le fallait. Néanmoins, les combattants devant moi étaient bien moins nombreux et puissants. Pas plus de quatre-ving têtes. Je pouvais sentir Karma derrière moi. Son aura et sa sérénité, légèrement troublée par la colère, m'arrivait par vague, au même rythme que les pulsations de la pierre de mana. Les vestiges de son attaque se voyait encore : l'herbe avait été soufflée et couchée, mais non brûlée, et les corps sans vie ne présentaient aucun signe de blessure. Leurs visages, en revanches, retransmettaient toute l'horreur et la douleur qu'ils avaient ressentis. Dans le village, pas un mot. La panique avait cédé sa place à une concentration palpable. Même chez les plus jeunes. C'en était même étrange. Mais je sentais leur espoir d'ici. Placé en ces gardes, qui donnaient leurs vie. En Karma, qui s'exclamait en leurs noms. En mon être, étrangère a qui ils n'ont rien demandés, qui se battait encore pour eux. Quitte à y donner sa vie. Qui n'a rien fait d'autre que déposer une souffrante chez eux, et libérer quelques villageois. Un espoir puissant. Le genre d'espoir que l'on accorde aux siens, a ceux en qui l'ont fait une grande confiance. A leurs yeux, par mes valeurs, je suis Ionienne. Et je ne les décevrais pas.
Mon auréole de feu apparaissait, quittant mon statut d'humaine ailée pour accueillir celui d'Ange. Et ma rage l'alimentait.

« C’est après moi que vous en avez. Alors laissez ces villageois tranquilles. Je ne vous pardonnerai pas les morts que vous avez causés, qu’importe le jugement qui vous était réservé. »


Des rires accueillirent mes propos. Je m’en doutais toujours, c’était inévitable, mais je me devais de demander, au cas où. Des interjections machistes quant à ma condition de femme fusèrent. C’est vrai qu’il y en avait peu, voir aucune, parmi eux. Pendant qu’ils riaient et se moquaient, une première tête tomba. J’aurais pu aller beaucoup plus loin. Un dernier avertissement, qui fut lui aussi parfaitement ignoré.

« Égorgez moi cette truie ! Je veux que son sang saigne ! Qu’elle souffre aussi longtemps qu’elle a tué nos camarades ! Elle est seule contre nous tous, elle n’a aucune chance ! »

Seule ? Non. Je ne suis pas seule. Mais visiblement, ils sont trop focalisés sur ma personne. J’ai néanmoins un mauvais pressentiment, un coup fourré arrive. Mais quoi, là est la question. Quoi donc ? J’y penserai plus tard. Pour l’instant, ils me chargeaient. Les flèches s’écrasaient sur ma barrière, ne me blessant en rien, et je me jetais à corps perdu dans la bataille. Tailler, trancher, couper, esquiver, parer était mon quotidien actuel. Et c’est ce que je faisais de mieux de toute façon.

Ma barrière flanchait déjà légèrement par moment. Pas suffisamment longtemps pour me blesser, mais les quelques microsecondes de vulnérabilités étaient déjà stressante. Ils étaient partout, autour de moi, tombant les uns après les autres. Mais je commençais à me faire déborder. Et mon invulnérabilité flanchait de plus en plus. C’était mauvais signe. Et je ne tiendrais plus très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Jeu 16 Mar - 21:07
La lueur de la Lune se reflétant dans des mares de sang chaud, le cris des hommes et des femmes, le fracas des épées dans la chair, des haches contre le bois. L'odeur de la chair magiquement brûlée, la sensation du mana et du feu entre ses paumes, le gout métallique du sang et de l'adrénaline dans sa bouche. Tout cela ramenait Karma des années auparavant, alors que des centaines de Ioniens combattaient en son nom et au nom de la liberté, sur un champ de bataille ou le rouge des armées d'envahisseurs assiégeaient la capitale, en ce jour où Ionia avait tenu. Et aujourd'hui, en cette nuit où la Lune serait témoin, ce village tiendra fasse à la gangrène qui l'assaillait. Kayle n'avait pas tardé à rejoindre la bataille, vêtue de son kimono uniquement, courageux et surement nécessaire, mais incroyablement risqué pour elle. Les bandits s’amassaient autour de l'Ange, tentant de l'attaquer et de la submerger, leurs armes se brisant sur l'aura dorée de la championne alors que Kayle taillait son chemin dans les corps de ses adversaires, chacun de ses mouvements se terminaient par un cri de douleur et une tête volant au loin, elle était précise, gracieuse, une déesse guerrière et meurtrière s’abattant sur ceux qui avaient pêchés, retenant à elle seule le flot d'attaquant. Ses cheveux blonds et son kimono encore immaculée. Elle était resplendissante, elle était notre sauveuse, elle était en train de faiblir. Cela était imperceptible au départ, un simple chatoiement de son sort dans la lumière des torches, une infime erreur, une flèche passant trop proche de son visage, elle se fatiguait alors que les bandits marchaient sur le muret de cadavre qui se trouvait autour d'elle. Leurs nombres avaient grandement réduits depuis le début de la bataille, mais il en restait encore suffisamment pour constituer une véritable menace pour le village. Karma serra la mâchoire alors que le soldat qui se tenait à côté d'elle poussa un cri de douleur, son épaule transpercée par une flèche, sans perdre un instant, la Duchesse fit baisser la tête au soldat avant de poser la main sur son épaule, du mana de couleur jade illumina sa paume alors qu'elle tira un grand coup, cautérisant la plaie avec sa magie alors que le soldat serra les dents en reprenant son souffle appuyé sur la palissade de bois. La Championne releva la tête pour voir que l'Ange était en train d'affronter un homme de la taille d'une montagne maniant une redoutable masse qui percuta violemment la barrière de l'ange qui commença à tituber. L'homme continua son assaut enragé, utilisant l'avantage que lui offrait le nombre et les attaques des autres bandits pour pousser Kayle sur la défensive.

Karma retint sa respiration lorsque la barrière de Kayle commença finalement à disparaître, petit à petit, et elle n'hésita pas un seul instant. S'emparant du naginata du garde qui peinait à se relever, et même si cela n'était pas son arme de prédilection, comme toute les armes blanches, la Duchesse allait devoir faire avec. Ses yeux s'illuminèrent de plus belle d'une aura verte qui noya ses pupilles et son corps s'éleva légèrement du sol, flottant de lui-même. Un rugissement cataclysmique se fit entendre. Sortant du sol, un dragon de jade et de mana s'éleva alors que la Duchesse se laisser tomber sur le dessus de son crâne. Chevauchant sa monture improvisée, le naginata en avant, la championne chargea dans la troupe de bandits qui encerclait Kayle. Le dragon ouvrit grand sa gueule, percutant le colosse avant de refermer ses crocs sur ce dernier qui poussa un cri de douleur avant de se taire définitivement. Le dragon percuta et écrasa d'autre bandit et l'arme de Karma se planta dans le dos d'un autre. La Duchesse profita du chaos causé par son pouvoir pour descendre adroitement de sa monture pour rejoindre Kayle, le dragon poussa un dernier rugissement avant de se dissiper, laissant place à une nouvelle vague de bandit.

Des yeux de jades croisèrent des yeux d'azur.
Une ionienne fit un sourire à une sœur d'arme, à une consœur.
Et, si elles parvenaient à voir de nouveau l'aurore...?
...
Cela n'était pas le moment.

Karma frappa le sol avec son naginata, levant sa main libre alors qu'un bouclier se leva autour du duo, la barrière arrêta une volée de flèche et plusieurs hommes la percutèrent, la championne fit un mouvement circulaire avec son arme et le bouclier s'épaissit en commencer à tourner avant de s'illuminer brusquement, envoyant une puissante vague de magie autour des deux guerrières qui brûla les bandits les plus proches. Cela n'avait durer qu'une poignée de seconde, mais cela avait été suffisant pour les deux championnes. Dos à dos, elles tournaient en silence pour tenir en respect leurs assaillants, hésitant devant l'arrivée d'une seconde championne. Il y eut un instant de silence, un instant d'équilibre dans tout ce chaos, une seconde de silence dans la tempête où tout le monde retint son souffle.
Une plume toucha le sol, et l'instant se brisa.

Spoiler:
 

Karma leva brutalement sa main, un lien de mana apparaissant autour du premier attaquant, brûlant sa peau, alors qu'un autre mouvement de la main le projeta vers un second agresseur qui tomba au sol. Un rapide coup de naginata perça le ventre du bandit au sol alors qu'une sphère de mana percuta un troisième adversaire. Un quatrième bandit stoppa le coup de naginata avec son bouclier. Il y eut une pression dans son dos, venant de la gauche, et Karma se retourna sans hésitation au même instant que Kayle. Tombant nez à nez avec un soldat qui ne s'attendait pas à ce mouvement, la lame du Naginata se planta dans sa gorge. Karma se concentra et envoya un maelstrom de feu vert sur ses ennemis, le mana coulant constamment de sa main. Les deux guerrières tournèrent une nouvelle fois ainsi, le feu purificateur se mélangea au chatoiement de jade, dévorant leurs adversaires et purgeant les cadavres. Il y eut un sifflement strident, et la duchesse poussa un cri de douleur quand une flèche se planta dans le cuir de son armure, au niveau du biceps gauche, le bout de la pointe transperçant le cuir, brisant le flot de flamme. La Duchesse inspira un grand coup, serrant les dents avant de casser brutalement la tige de la flèche, relevant la tête, la championne eut le temps de voir une épée fondre vers sa tête, leva instinctivement son naginata, sa blessure l'empêcha de parer adroitement l'attaque qui trancha l'arme en deux. Offrant à Karma la chance de créer un lieu autour de d'assaillant avant de le rediriger vers un coup de hache venant d'un autre bandit qui venait de traverser les flammes. Le premier hurla alors que la hache le trancha presque en deux, et la championne ne perdit pas de temps pour enfoncer la lame de ce qui restait du naginata dans le visage du bandit, laissant son arme partir avec sa nouvelle victime. Levant son bras encore intact avant de psalmodier:

Ionia no tamashī wa, watashi ni kimasu.

Deux dragons de Jade s'échappèrent de l'armure de Karma, sortant directement de sa peau, avant de fondre une nouvelle fois sur leurs assaillants sans s'arrêter, percutant, dévorant et écrasant tout sur leurs sillages. Les dragons passèrent dans les flammes d'or créées par les attaques de Kayle, emportant avec eux la chaleur du feu purificateur, avant de pousser un hurlement qui fit écho à celui de la Duchesse qui ferma son poing. Les dragons s'enroulèrent autour de l'Ange et s'élevèrent en même tant que cette dernière, tournoyant vers les cieux en accompagnant la championne qui leva son épée. Karma leva le bras en même temps que Kayle leva son épée, et d'un mouvement uni, les deux laissèrent s’abattre le Jugement.
Les dragons poussèrent un rugissement qui fit trembler la nuit avant de se laisser tomber sur les bandits, soufflant ces derniers dans une vague de flamme vertes et ors qui s'écrasa sur le bouclier de Karma. Il y eut des cris de douleurs, de panique et de peur, puis le silence...
La terre autour de la championne était noire, parsemé de cadavres de bandit brûlés, une odeur de mort et de charnier s'élevait dans la brise encore chaude. Il n'y avait pas un bruit, pas un son.

Pas un seul bandit encore debout.

Quelqu'un poussa un cri de victoire derrière la Duchesse, provenant du village, qui fut reprit par tous, des cris de joie et d'allégresse. Des acclamations qui firent sourire Karma, dont les yeux perdaient peu à peu leurs coloration mystique en même temps que ses tatouages. L'un de ses bras, celui touché par la flèche, pendait de manière inquiétante à ses côtés, un filet de sang coulant le long de son armure et gouttant sur le sol carbonisé. Le maquillage sur son visage avait coulé et s'était mélangé au sang et à la sueur, son armure était recouvert de trace de brûlure et de saleté. Et pourtant, la Ionienne tenait encore débout.
Blessée, épuisée, vide de son mana, mais victorieuse.
Karma leva la tête vers Kayle, lui offrant un sourire fatigué.

Oui, victorieuse était le mot...
Revenir en haut Aller en bas
Kayle
N'ayez pas l'air si apeuré, j'ai promis de ne pas vous tuer ..
avatar
Féminin
Messages : 59
Date de naissance : 29/04/1997
Date d'inscription : 01/10/2016
Age : 20
Localisation : Démacia
Emploi/loisirs : Justicière à plein temps.
Sam 15 Avr - 13:58
Je sortais de cette transe guerrière qui m'animais lors de ces escarmouches. La lune avait parcourus un bon chemin depuis le début de cette bataille, et elle serait rouge si elle l'avait pu, vu les quantités de sang qui s'étaient déversées, qu'elles appartiennent à un camp comme à un autre. De trop nombreuses pertes étaient à déplorer, des innocents, même certains civils, victime du feu nourri des archers bandits. La quasi totalité de ces derniers reposaient désormais six pieds sous terres. L'herbe qui ornais la plaine jadis n'était plus qu'une terre brûlée, dévastée par mes flammes purificatrices, par les assauts de mana de Karma, ou encore par les flèches enflammées des archers bandits ou soldats ioniens. Justice avait été rendue.

Je levais la tête vers les remparts. C'était fini. Mais les gardes comme les villageois ne semblaient pas s'en rendre compte pour le moment. Dans cette cohue guerrière, ne restait plus debout que moi et Karma. Le noir de la terre roussie se mêlait au noir des cadavres calcinés, l'odeur de sang se mêlant à l'odeur de cendres. Nous étions victorieuses. La Justice avait de nouveau triomphé.

Puis un cri. De joie. D'allégresse. D'espoir. Des larmes de réconfort, des accolades, bientôt suivi par d'autre, puis par le village en entier. Des cris qui me prenaient aux tripes, des cris qui firent se dessiner un sourire sur mon visage. Je relevais la tête, croisant le regard fatigué de Karma. Elle semblait en bien mauvais état, mais pour le moment, je ne pouvais me permettre d'aller la soigner, et de soulever de nouvelles inquiétudes parmi les villageois. Ils avaient les yeux rivés sur nous. Après un dernier regard vers le bras sanguinolent de l'Ancienne, je levais mon poing, armée de Law, brûlant toujours des flammes de ma vertu et de ma rage, qui s'estompèrent rapidement, signe de la véritable fin de cette bataille.

Et c'est là que la dure réalité repris le dessus, et qu'elle se rappela bien comme il fallait.

Ma protection avait flanché dans la cohue guerrière. Je m'étais pris de méchants coups de hache et d'épée. La douleur que je ressentis dans l'aile droite, tranchée aux pointes, fut si vive qu'elle manque me faire poser un genou à terre. Mais ce n'était même pas encore le plus grave.

Une grande balafre ouverte, qui courait depuis ma hanche droite jusqu'à mon épaule gauche, traversant l'intégralité de mon corps, laissant s'échapper un flot beaucoup trop important de sang, partiellement doré. L'on pouvait apercevoir certains organes angéliques, à nus, dans le kimono délabré, déchiré, pendant que je bataillais de toute mes forces pour ne pas sombrer dans l'inconscience. Je ne pouvais pas me le permettre. Je ne devais pas flancher. Pas maintenant ! J'étais une héroïne, les habitants ont confiance en moi, je ne peux pas me permettre de leur enlever cet espoir si je venais à tomber maintenant !

Je me tourna vers Karma, essayant de garder mon calme. Un sourire naquit sur mon visage. Résolu ? Qui sait. Je dis quelque chose, dont je ne me souvenais plus. Leva le poing une dernière fois, et m'enfuis en courant. Si les gens me voyaient partir, mais pas tomber, peut être penseraient-ils que je ne fais qu'aller vers ma prochaine destination, vers mes prochains devoirs, apporter mon aide à de nouveaux villages qui pourraient en avoir besoin. J'espérais pouvoir les tromper, pour qu'ils conservent ces espoirs.

Je ne me retournais pas. Des larmes coulaient sur mes joues, de les abandonner comme cela. Je m'en voulais terriblement. Peut être serais-je incapable de les aider de nouveau. Et si tout se terminais ici ? Je retenais mes organes, qui menaçaient de tomber sous les tremblements de mes pas. Je voyais trouble, rien n'était net, et il ne me restait plus assez de puissance pour me soigner moi même, magiquement. Lorsque mes forces menacèrent de céder, je m'enfonça dans une caverne proche, un renfoncement de montagne, je ne savais pas. Mais je m'asseyais contre la paroi, toussa, pour la majorité de ce qui s'évacua, qui fut du sang. Je ne voyais presque plus. Mes yeux se voilèrent, mes mains tombèrent, mon esprit m'abandonna. Mon seul regret, c'était de laisser ma faction dans le flou, sans dirigeants ... Et d'abandonner des humains, qui comptent sur moi, dont certains me voient même comme leurs amie ... Je ... J'espère que Law ... Ne finira pas ... Entre de mauvaises mains ...

"Désolé ... De ne pas être à la hauteur ..."

Kayle sombra dans l'inconscience, les mains teintées du rouge or sanglants, les lèvres gercées, le kimono presque détruit, l'épée au sol. Le silence accueillit ses dernières pensées. Elle ne s'était pas retournée une seul fois, espérant semer de potentiels poursuivants, pour ne pas les inquiéter. La mort refermais son étreinte sur cette dernière, prête à l'emporter.


Revenir en haut Aller en bas
Karma
Les doigts de pied en éventail
avatar
Féminin
Messages : 39
Date de naissance : 12/04/1997
Date d'inscription : 11/12/2016
Age : 20
Localisation : Ionia
Emploi/loisirs : Duchesse de Ionia
Mer 3 Mai - 22:11
Karma respirait difficilement, un arrière gout d'acier rendait sa respiration tumultueuse alors qu'elle luttait pour tenir debout, elle admira Kayle, son héroïque figure se découpant dans l'aube levant telle une représentation de la victoire incarnée, l'épée levée, perçant les cieux et le destin. Ensanglantée, brisée, elle était un martyr digne des plus tragiques balades. Karma tituba lentement pour se rapprocher de la Kayle, elle était dans un terrible état, c'était un exploit qu'elle tienne encore debout. Mais il n'y avait pas à s’inquiéter, il y avait de quoi la soigner, de quoi la sauver. La Duchesse croisa le regard de l'ange, et le faible sourire qu'arborait fièrement son visage s'effaça comme des cendres emportées par le vent. Elle connaissait ce regard, elle l'avait vu trop de fois sur le visage d'amis, de compagnon d'arme, sur le visage des prêtres qui avaient tentés d'apaiser le soif de sang des noxiens il y a une autre vie de cela. C'était le regard d'une personne qui avait fait son choix, le choix de se sacrifier au nom de ce qu'elle croyait. Un choix qu'elle n'avait pas comprit à l'époque, mais les temps avaient changés. Karma avait grandit, mûrit, elle était elle même capable de se sacrifier pour sauver son pays et ses habitants sans le moindre remords. Kayle était pareille. Et elle allait partir en portant un message d'espoir.

"Adieu, mon amie ..."

...
Il était hors de question que je l'accepte ce sacrifice.

L'ambiance était à la fête de nouveau, à la victoire, malgré le fait que la Duchesse ne s'était pas sentit aussi épuisée depuis des années. Son corps tremblait sous l'effort, sa tête vacillait sous le bruit des acclamations, sa magie faisait effet sur ses nombreuses blessures, mais avec lenteur et difficulté, l'épuisement magique et physique empêchant le moindre sort complexe, la Duchesse grimaça, l'adrénaline qui s'estompait petit à petit commençait à laisser place à une sourde douleur. Karma avait mal, mal comme elle avait rarement eut mal, son corps souffrait et elle avait envie de vomir, de s'effondrer ici et maintenant. Mais elle ne pouvait pas se le permettre, il restait encore une dernière personne à aider, la plus importante de toutes, celle qui avait donné son sang et sa sueur pour protéger des habitants d'un pays qui lui était inconnu il y a quelque jours de cela. Karma tituba à la suite de Kayle, chaque pas envoyant des aiguilles chauffées à blanc le long de ses jambes. Elle entendit la porte du village lentement s'ouvrir, mais elle ne ralenti pas pour autant, luttant contre la fatigue et la douleur. La Duchesse refusa d'abandonner, elle prit une nouvelle respiration laborieuse, ne se rendant pas compte que le Mantle venait de tomber au sol, son esprit coupant automatiquement l’artefact pour économiser la moindre goutte de mana. La championne se contenta de suivre difficilement le chemin de sang et de plume que l'ange avait laissé derrière elle, manquant de s'écrouler à plusieurs reprises. Mais son esprit refusait de céder à la fatigue, elle ne pouvait pas laisser tomber un nouveau soldat, elle ne pouvait pas perdre une nouvelle amie, une héroïne, une personne qui avait fait un choix qui résonnait en elle. Elle était l'une des plus grandes soigneuses de ce royaume après Soraka, elle avait sauvé la vie de dizaines de soldats au cours de biens des batailles. Elle avait le pouvoir de sauver une personne qui méritait d'être sauvée. Le pouvoir de ne pas perdre une amie. Et elle allait utiliser ce pouvoir, même si elle devait en mourir.

La Duchesse manqua de tomber et se rattrapa sur une paroi rocheuse, sa paume tremblante écrasa une plume ensanglantée. Elle entra dans ce qui était une petite alcôve dans un flan de falaise, trouvant Kayle. La championne était misérable, son kimono déchiré ne cachant pas ses terribles blessures, presque éventrée, une partie de ses tripes pendaient presque en dehors de la blessure qui saignait encore abondement. Ses ailes, autrefois si radieuses, étaient brisées et pendait tristement le long de la roche. Son visage blême était sillonné par des larmes qui avaient taillées leurs chemins dans la terre et le sang. Son épée brillait d'une lueur blême, inquiétante, comme celle d'une étoile qui se mourrait.
...
Ce qui se trouvait devant la Duchesse était plus proche du cadavre chaud que de la personne vivante, un être humain normal n'aurait pas tenu le coup et aurait sombré bien avant. Mais elle était encore là, si proche.
Je ne pouvais pas la laisser tomber maintenant.

Karma rejoint prestement les côtés de l'ange, ses mains brillant difficilement d'une lueur jade, bien plus terne qu'auparavant. Elle l'allongea doucement avant de retirer les lambeaux du kimono de Kayle, ignorant la nudité de l'ange pour se concentrer sur la profonde blessure qui la parcourait. Sa première main vint se poser en dessous du sein gauche de sa patiente, le mana s'infiltrant via des dizaines de minuscule fils dans la blessure, glissant dans la plaie ouverte et s'entourant autour de minuscules morceaux de côtes ayant perforé le poumon. Les extirpant avec une extrême délicatesse avant d'accélérer magiquement la fabrication de tissu en sacrifiant son énergie magique. L'autre main de la duchesse remettait lentement les organes de la championne à l'intérieur, purgeant la terre et les autres impuretés avec une précision chirurgicale avant de sceller petit à petit la plaie ouverte.
Karma avait les yeux fermés, le visage blême, de longs filets de sueur trahissant l’immense effort qu'elle donnait pour soigner l'ange réduisait son énergie à vue d’œil. Le reste de son corps était traversé de spasme incontrôlé causé par la fatigue, mais pas ses mains, ses mains étaient deux outils de marbres. Deux objets qui allaient décider du destin de la blessée qui se tenait devant eux. Un long filet de sang s'échappa du coin des lèvres de Karma alors que ses yeux commencèrent à vaciller dans le creux de leurs orbites. Elle luttait contre la nature elle-même, son esprit luttant contre son corps pour ne pas sombrer et pour sauver Kayle. Elle ignora la notion du temps, mais petit à petit, centimètres par centimètres, la terrible entaille se referma. Cela n'était pas un travail propre, et elle aurait une terrible cicatrice jusqu'à la fin de sa longue vie. La duchesse laissa échapper un long soupir rauque et fatigué. Elle était sauve, elle était en vie, elle allait voir un autre jour. Elle était en sécurité, j'allais pouvoir lui dire à quelle point elle était stupide avant de lui faire promettre de ne jamais faire un truc aussi stupide. Mais elle était en vie, c'était le plus important, j'allais pouvoir lui prouver qu'elle n'avait pas à traverser cette épreuve seule, qu'elle pourrait compter sur moi, qu'elle...

Son cœur s'arrêta.

Comme un gong terrible, le choc manqua de stopper le lien magique entre la Duchesse et l'Ange.

"Non. Non non non tu restes avec moi je t'interdis de partir comme ça. Je te l'interdit. Tu n'as pas le droit."

Karma chargea ses mains de mana, bien plus que son corps et ses muscles épuisés pouvaient supporter. Sa peau se craquela au niveau de ses avant bras, révélant de méchantes veines suintant d'une lumière verte et profonde qui se mélangeait à son sang. Karma serra les dents et ignora la douleur, elle ignora les larmes lui brouillant la vue, elle ignora ses oreilles traîtresse qui lui donnait l'illusion d'entendre une voie féminine chantonner au loin, messie d'une paire de funeste esprit.
Moins d'une seconde venait de passer quand elle frappa contre la poitrine de l'ange, envoyant une forte quantité de magie dans tous son corps, la faisant cabrer violemment. Elle approcha son oreille de sa bouche, tentant de capter une respiration, avant de coller ses lèvres à celle de langue et de souffler, tentant de rétablir la circulation. Aucun signe. La Duchesse recommença, une première fois, une seconde fois. Cela ne changea rien, elle se retint de pousser un cri d'impuissance et se concentra sur sa patiente qu'elle refusait d'abandonner.
Il y avait une solution, une facette de son pouvoir qu'elle n'avait jamais utilisé en pratique. Quelque chose de contre nature qui risquait de la tuer elle aussi. Mais la Duchesse refusa de s'avouer vaincue, pas sans avoir jouer toutes ses cartes.

L’Équilibre et la Balance dans toute chose. Là où il y avait du Chaos, il devait avoir de l'Harmonie. Deux êtres formant un tout, deux corps créant un rien. Elle serait la Fin, je serais le Début. Nous serions l'Équilibre.

Karma approcha une main tremblante de son torse, prenant la première partie du lien qu'elle avait utilisé tant de fois sur ses ennemis pour les immobiliser. Mais pas cette fois, le lien était d'une couleur jade si profonde que l'air courbait autour de l'énergie dégagée par ce dernier. La championne serra une dernière fois sa paume, la respiration difficile, avant d'amener lentement la seconde partie du lien vers la poitrine de Kayle.

Karma hurla.
Elle hurla de douleur alors que l'infime énergie vitale de l'ange se mêla à la fournaise qu'était la vie de la Duchesse. Elle eut l'impression qu'on lui arracha son âme, alors que les blessures sur son corps se rouvrirent de nouveau. Son cœur manqua un battement, elle manqua de s'étouffer avec sa langue alors que ses yeux se révulsèrent au fond de ses orbites. Elle n'avait jamais connu une douleur aussi profonde, aussi intime et terrible. Elle sentait les doigts de la mort étreindre son âme autant que celle de son amie. L'une était en vie, l'autre venait de perdre la sienne. Les deux étaient au bord de la mort, sans vraiment l'être, l'une supportait l'autre et l'autre supportait l'une. L'énergie de la première était la force de la seconde, la douleur de la seconde était l'énergie de la première.
Karma s'effondra aux côtés de Kayle, à quelques centimètres de son visage, mais alors que son corps brisé et blessé prit le dessus et qu'elle sombra dans l’inconscience, la Duchesse eut le temps de ressentir une faible respiration se mêler à la sienne.
Karma n'eut pas la force de sourire.

Spoiler:
 

Lorsque la Championne rouvrit les yeux, elle flottait sur de l'eau paisible et fraîche, une fleur de lotus rose vint troubler son étrange réveil en se cognant contre sa joue. Elle se releva avec difficulté, prenant une respiration sans véritablement respirer, regardant son corps, elle remarqua avec surprise que son armure déchirée avait laisser place à son kimono habituelle. Propre, loin des taches de sang et des larmes, ses blessures avaient disparues elles aussi. Il n'y avait qu'elle dans ce décor qui était à la fois étranger et familier, mais paisible. C'était un simple étang, mais la Duchesse ne traversait pas la surface de l'eau. Il n'y avait pas un remous, pas une vague, des fleurs de lotus aux milles et une couleurs flottaient doucement à la surface. Et quelques carpes silencieuses menaient leurs vies sous la surface. C'était un endroit reposant, comme si elle était chez elle. Loin de la politique et des choix qu'elle avait à faire, loin du sang et des larmes, loin de tout. Mais si proche à la fois.
Une plume blanche et pure tomba dans l'étang, créant des arabesques à sa surface. Karma se pencha délicatement pour ramasser l'étrange objet qui venait troubler ce tableau idyllique, fronçant légèrement les sourcils, comme si elle tentait de se souvenir de quelque chose, la Duchesse observa la plume sous tous ses angles.

Une porte se tenait devant elle, non, ce n'état pas une porte, c'était plutôt l'entrée d'un imposant portail constitué de l'or le plus pure. Karma leva les yeux devant l'imposante entrée qui se trouvait devant elle, regardant la poignée qui... Qui semblait lui rappeler le pommeau d'une épée de feu. Elle hésita, serrant la plume dans sa main. Avant d'approcher la main de la grille d'or. Touchant l'étrange poignée, elle était chaude et rassurante au toucher, comme un rayon de soleil, et elle lui murmura un mot à l'oreille. Un nom.

Kayle.

Karma eut un grand sourire, et poussa la porte.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Karma : équilibré ou pas ?
» Le jeu du Karma!
» Mauvais Karma ! [with Jake]
» Karma Petite caniche 4kg 10 ans Cani-séniors ADOPTEE
» Opération 'Purge' - [Privé Talis Hadmas / Loghan Karano][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Ionia :: Autre-
Sauter vers: