Le Coursier et la Prêtresse - Livraison de sagesse

 :: Runeterra :: Piltover :: Bordure de Piltover Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 28 Juil - 13:02
Le temps semblait s'écouler au ralenti pour Illaoi. Elle détestait les voyages dans ce genre. Un trajet morne, un paysage morne, et des compagnons de route tout aussi mornes. Elle avait beau se répéter que même l'océan avait ses périodes de calme plat, la sensation de ne rien faire de productif lui était tout bonnement insupportable. Brusquement, elle bondit de la charrette et se mit à courir. Le cocher et son fils la regardèrent partir avec des yeux ronds. Lorsqu'ils avaient accepté d'emmener cette femme aux allures de vagabonde bodybuildée, ils se doutaient bien qu'elle se comporterait bizarrement, mais de là à la voir poursuivre le voyage en courant, à des kilomètres du premiers village… Le vieux paysan haussa les épaules. La voyageuse lui avait donné une pièce d'argent frappée d'une drôle de créature tentaculaire pour sa peine, et il pourrait savourer une bonne pinte dans quelques heures grâce à elle. C'était le plus important.

La prêtresse quitta leur champ de vision, disparaissant derrière un repli de terrain. Elle ne savait pas où elle allait, mais elle s'y rendait. Bientôt, ses larges bottes furent tout à fait couvertes de poussière blanche. Elle changeait régulièrement son idole d'épaule, mais la fatigue ne la fit pas ralentir. Au contraire, elle accéléra. Au bout d'un moment cependant, les poumons embrasés et tous ses muscles criant grâce, elle brisa le rythme et se mit à récupérer, à petites foulées. Se sentait-on vraiment vivant lorsque l'on ne flirtait pas avec ses limites ? Elle en doutait. Elle avait passé les dernières semaines à la recherche d'êtres dignes de passer le test. Aussi loin de chez elle, elle s'attendait à découvrir de nouveaux peuples guerriers, des cités pleines de mystères et de gens intéressants et passionnés. Elle s'était imaginé un monde façonné par Nagakabouros, où chacun de ses enfants pouvait faire valoir ses ambitions et son caractère. Mais force était de constater que la plupart des fils et des filles du Vortex se satisfaisaient parfaitement d'une vie moyenne. Pleine de décence, de considérations morales et d'obligations quotidiennes. Autant d'entraves à l'expression de la Vie.

Les gens qu'elle avait effectivement mis à l'épreuve se comptaient sur les doigts d'une main. Sur ceux-là, deux seulement avaient survécus. Elle avait quitté précipitamment une bourgade quelques jours auparavant après avoir, selon les dires des habitants "assassiné not' bon capitaine de la garde"… La prêtresse s'était contenté de le questionner sur ses qualités, et lorsqu'il avait répondu qu'il était doué pour le combat et doté d'un mental d'acier, elle avait fait ce que n'importe quel Apôtre de la Vérité aurait fait. Mais ce vantard avait visiblement surestimé la valeur de son âme, et son énergie était retournée au Grand Tout. Fin de l'histoire. Le seul intérêt qu'elle trouvait encore à cette région, c'était le foisonnement de petits appareils qui facilitaient les tâches des autochtones. On lui avait dit que Piltover était remplie de technologie dans ce genre. Pour Illaoi qui ignorait tout du fonctionnement de la technologie Hextech, c'était l'occasion de parfaire sa connaissance du monde et de montrer à son peuple les bienfaits du voyage et du partage.

Mais ce qu'elle voyait dans ces campagnes reculées n'avait rien d'extraordinaire. Une source lumineuse permanente qui ne nécessitait pas de feu ou de combustible. Une étrange machine qui en tournant produisait assez de force pour propulser une charrette. Une arme étrange, arborée ostensiblement par un aventurier dans une taverne et qui pouvait tirer de petits projectiles lumineux. Intérieurement, elle brûlait d'en savoir plus sur tous ces objets. Mais on lui avait tant vanté le rayonnement de Piltover la Magnifique qu'elle ne serait satisfaite que lorsqu'elle s'y serait rendue en personne. Toute à ses pensées, elle revint à l'instant présent lorsqu'elle entendit un éclat de voix, plus en avant sur la route. Elle raffermit sa prise sur la poignée de l'idole et se dirigea d'un bon pas, droit vers la source sonore.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Rai
Le Gamin du forum
avatar
Masculin
Messages : 86
Date de naissance : 18/10/1997
Date d'inscription : 23/03/2016
Age : 20
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Jeux vidéo
Sam 30 Juil - 20:05
Je devais encore aller en dehors de la ville. Une livraison d'une pièce pour une machine agricole. Sur le chemin, je traînais les pieds pas vraiment envie de me dépêcher. Sur le chemin, les gens me saluaient seuls mon expression blazer les répondait. J'allais arriver chez l'homme en question quand un voleur de pacotille me prit mon sac. Comme si venir ici n'était pas suffisamment ennuyant comme cela. Je commençai une foulée pour rattraper l'homme.


Je repassa devant lui élancent ma jambe dans son ventre les mains dans les poches. Le visage de l'homme se crispa et tomba à la renverse. Mon talon finit avec un bon élan dans ses côtes lui froissant celle touchée directement par ma chaussure. "Rends-le-moi." Mon regard était noir, l'homme tremblait me tendant le sac que je pris de ses mains. Je repris ma route et donna la pièce au fermier prenant au passage ma paye. Sur le retour, l'homme tenta de se lever, je lui marcha dessus passant bien sûr la partie des côtes blessées.


Pas le temps de traîner, j'avais d'autres livraisons à faire. Une femme étrange au tatouage sur le corps assez particulier m’interpella. "Quoi enco..." Je vola sur un bon demi-mètre avant de rouler sur le sol. "Qu'est qui se passe ?" Mes idées étaient encore assez confuses sur le moment. Je me releva péniblement regardant la femme s'approcher avec son idole bizarre en main. Je recula prêt a une charge de sa part, mais tout ce qu'elle fit, ce fut de faire sortir un tentacule de cette chose. Je me l'esquiva en me penchant sur le côté et manqua de tomber encore un peu sonné par la violence du coup. "Vous me voulez quoi ? Vous êtes avec l'autre, c'est ça ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 3 Aoû - 13:50
Un simple voleur. Et qui avait été promptement rattrapé. Illaoi ne put s'empêcher de remarquer que le jeune homme qui s'était fait dépouiller était extrêmement rapide. Il avait repris sur le fuyard les mains dans les poches, l'avait dépassé et avait même trouvé le moyen de le frapper dans son élan. Le tout en quelques secondes, à peine revenu de la surprise de s'être fait voler. Cette scène ne s'était pas déroulée sous ses yeux par hasard. Elle n'avait pas quitté le train lent et régulier de la charrette quelques instants plus tôt par hasard. Son dieu avait voulu lui montrer ce garçon. Illaoi changea de stratégie, elle quitta la route pour s'assurer de n'être vue ni du garçon, ni du voleur. Cachée parmi les broussailles et les haies, elle regarda le coureur repartir. Il allait vraiment vite. Impossible de le rattraper maintenant. Surtout après avoir couru comme elle l'avait fait.

Elle jeta un œil navré au voleur qui se tordait de douleur sur le sol. Pas digne d'être relevé. Elle déposa son idole et se mit à attendre, tout en murmurant pour elle-même.

"Il est un peu jeune sans doute. Ce serait dommage de potentiellement mettre un terme à une belle existence, simplement à cause d'un soupçon."

Elle se força à patienter. Si Nagakabouros souhaitait réellement qu'elle mette le gamin à l'épreuve, la Grande Barbue ferait en sorte de le remettre sur son chemin. Ce qui ne tarda pas à arriver. Elle le vit revenir, à grande enjambées. Toujours cette allure nonchalante. Rai alla jusqu'à ralentir pour repasser sur le malheureux. C'était plus de preuves qu'il n'en fallait à la prêtresse. Il n'y avait pas de hasard. Elle surgit des buissons, accompagnée d'un cri de mise en garde. Le garçon fut trop lent, et elle le percuta de plein fouet. Mais elle n'avait pas le temps de tergiverser, déjà l'adrénaline envahissait son système sanguin, et son sourire allait en s'élargissant. Elle abattit un tentacule sur Rai, mais ce dernier se contenta d'un pas de côté.

Intéressant. Il tentait de discuter ?
"Vous êtes avec l'autre, c'est ça ?"

Il ne s'en sortirait pas aussi facilement. La prophétesse retenta un assaut, alternant les coups d'idole et de poing. Le moindre impact pourrait aisément briser cette jolie mâchoire, mais elle lui faisait confiance pour esquiver. Finalement, le garçon s'écarta prestement, hors de portée de sa furie. Illaoi le dévisagea.

"Mon garçon, tu sembles si désespéré. Tu cours vite, mais pas après les bonnes choses ! Il y a de grands exploits à accomplir, des rêves à poursuivre. Avec des jambes comme les tiennes, j'aurais déjà fait le tour de ce monde. Mais toi tu perds ton temps ici, à tabasser de mauvais voleurs. Réveille-toi !"

Un autre tentacule, venant de derrière cette fois, qui tenta d'immobiliser le garçon en s'enroulant autour de ses jambes. Si elle parvenait à le maintenir assez longtemps en place, la prêtresse comptait bien sortir l'âme de ce jeune corps, et l'on verrait bien, alors, de quel bois le jeune homme était fait.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Rai
Le Gamin du forum
avatar
Masculin
Messages : 86
Date de naissance : 18/10/1997
Date d'inscription : 23/03/2016
Age : 20
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Jeux vidéo
Lun 8 Aoû - 13:54
"Mon garçon, tu sembles si désespéré. Tu cours vite, mais pas après les bonnes choses ! Il y a de grands exploit à accomplir, des rêves à poursuivre. Avec des jambes comme les tiennes, j'aurais déjà fait le tour de ce monde. Mais toi tu perds ton temps ici, à tabasser de mauvais voleur. Réveille-toi !"


Je sentis quelque chose me saisir derrière. C'est quoi ce délire! Je me fis saisir par un tentacule qui sortait du sol comme cela. Je fus prit de court et me débattu tant bien que mal mais rien ni fait mes jambes était bloguer. "Vous me voulez quoi à la fin? Vous dites que je suis désespéré mais regard le monde dans le quel on vit. Il y a de quoi l'être non? L'homme se bat à longueur de temps incapable de s'écouter. L'homme actuel est un déchet à mes yeux mais je me dit que l'on peut faire bien mieux avec. Il suffirait de les guider. C'est vous qui devriez ouvrir les yeux. Le monde. Nous le détruisons de nos mains mais quand il ne restera plus rien personne ne sera la pour nous aider. Si j'ai appris à courir aussi vite c'est dans l’espoir de fuir ce monde. Mais j'ai fini par apprendre à mes dépend que l'on ne pouvait fuir ses problèmes." Alors que je parlait un tentacule sorti de l'objet qu'elle tenait et sorti de moi une forme spectral de moi-même.


Bon sang qu'est qui se passe. J'avais l'impression que mes dernière heures sur cette terre allait arriver mais je mis refusa. Je parvins à sortir avec un intense effort une de mes jambes de l’emprise de la tentacule. Je voulus empêcher le tentacule qui sortait de l'idole de frapper mon moi spectral mais je parvins pas à stopper mais par miracle avec ma jambe libre je parvins à la dévier mais sentit une douleur dans l’intérieur de la cuisse d'avoir lever ma jambe trop haut d'un seul coup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 22 Aoû - 18:16
À défaut d'être un grand guerrier, ce gamin avait du répondant. Immobilisé comme il l'était, il n'avait plus l'usage de ses jambes et se trouvait à sa merci. Pourtant, il trouvait encore le moyen de retourner le discours d'Illaoi contre elle. La prêtresse le laissa finir. Ce qu'il disait était empreint de tout ce qui constituait son être. La fougue de la jeunesse, les grandes idées à peine nuancées… Ses peurs, ses doutes et ses espoirs. On retrouvait tout cela dans la tirade du jeune homme. Il ne manquait qu'un élément. Un tout petit quelque chose qui avait habité Illaoi depuis sa plus tendre enfance, et qui l'avait aidé à balayer ses propres doutes et ses craintes infondées. La foi. Il ne s'agissait pas seulement de religion, le propos était tout autre. À chaque nouvelle épreuve, ce qui maintenait la prophétesse en mouvement, ce n'était pas seulement la volonté de son dieu. C'était la certitude que ce qu'elle faisait avait de l'importance. Qu'aucun regret ne l'habiterait lorsque, en rendant son dernier souffle, elle jetterait un regard en arrière avec le sentiment d'avoir changé les choses.

Et ce garçon n'avait foi en rien. Pas même en sa propre personne. Fuir ? Avec une vitesse pareille, son premier réflexe avait été de fuir ses problèmes ? Était-il aveugle ou simplement froussard ? Un tel don pourrait lui permettre de devenir un grand de ce monde. Un athlète, un soldat d'exception, un voleur capable de courir sur les murs et de distancer tous les poursuivants… Les possibilités étaient infinies. Courir pour la gloire, l'argent, la reconnaissance. N'avait-il pas de rêves ? Pourquoi tenait-il un discours si fataliste ? "Il suffirait de les guider." Il pouvait incarner le guide qu'il appelait de ses vœux, mais il ne s'en rendait pas seulement compte. Or, Illaoi avait une technique infaillible quand il s'agissait de faire prendre conscience. Elle sépara l'âme du corps sans aucune douceur, comme on retire un clou tordu du mur où il est coincé. L'instant d'après, elle reprenait ses assauts, mais cette fois sur la forme spectrale du garçon. Il bloqua le premier coup. Il n'était pas encore libéré de l'étreinte, mais il y travaillait. Bien.

La prêtresse devait seulement l'aiguiller. Lui faire comprendre que toute cette force dont il disposait, cette volonté qui l'empêchait de se résoudre à disparaitre, il devait la mettre au service de ses désirs. Elle se mit à psalmodier, et bientôt le monde se fit plus flou, ondulant. Comme si brusquement ils s'étaient trouvés transportés au fond des abysses. Simple illusion. Quand on tient l'âme d'un homme, on peut jouer avec sa notion de l'espace et du temps. Elle ne voulait pas le noyer, simplement lui compliquer un peu la tâche. Lui faire comprendre qu'il n'était pas qu'un quidam qui pouvait se contenter de gaspiller l'énergie que lui avait confié le Vortex. Et pour cela, elle ne pouvait que corser l'épreuve. Il n'apprécierait sûrement pas, mais c'était sa façon à elle de montrer qu'elle le tenait en haute estime. Et puis, s'il mourrait ici au fond de cette campagne, il ne pourrait pas vraiment lui en vouloir.

"Nage, mon garçon."
La voix était lointaine, comme étouffée par des mètres d'eau. Mais le ton était ferme. Apaisant et ferme. Presque maternel.
"Tu es à l'aube de ta vie. Laisse les remords et les doutes à ceux qui ont vécus sans jamais être en mouvement. Tu peux être ce que tu veux. Faire ce que tu veux. Incarner le changement que tu désires voir dans ce monde. Il suffit d'une seule vague pour nettoyer complètement la grève. Ne sois pas un remous, deviens une vague. Ne sois pas une simple vague, sois un ouragan !"

Comme galvanisés par ces paroles, les tentacules qui se faisaient de plus en plus nombreux se montrèrent plus agressifs, plus pressants. Mais qu'en était-il de Rai ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Rai
Le Gamin du forum
avatar
Masculin
Messages : 86
Date de naissance : 18/10/1997
Date d'inscription : 23/03/2016
Age : 20
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Jeux vidéo
Jeu 25 Aoû - 17:52
Je devais trouver un moyen de me libérer, l’étreindre des tentacules me bloquait bien trop pour se défendre. Je forçai avec mon pied pour faire glisser l'autre tentacule pour faciliter la libération de ma jambe. Après un certain effort, ma vue semblait se troubler, mais il n'en était rien. Surpris et un peu pris de court, je ressentais la sensation d'être à plusieurs mètres sous l'eau. Un mélange de peur et de perplexité se fit en moi. "Nage, mon garçon" l’impression de voix lointaine ne m'aida pas à me rassurer. C'est les paroles qui suivirent qui me rappelèrent d'ancienne parole qui remonte au début de ma vie.

Je me souviens d'un jour dans l'orphelinat, notre surveillante qui nous avait recueillis m'avait parler que les gens ne feront rien pour aider a réaliser nos rêves et que nous ne devrions pour cela ne jamais nous-même être un obstacle à nos rêves. Mais c'est ce que j'étais. Un obstacle. Je m’empêchais moi-même d'améliorer se monde. Cette femme avait raison sur une chose, je peux réaliser mes rêves. Un choc sur moi me fit revenir. Mon spectre se fessait attaquer. Je le sentais au fond de moi se feu qui brûlait et qui avait disparu de puis trop long temps. Le regard sérieux, je me défis de l'emprise de le dernier tentacule qui me retenait. Mon corps, tout mon être, je le sentais. Je n'avais qu'une chose en tête. En finir avec cette femme et changer ce monde pourri jusqu'à la moelle. Je m'étais laissé porter, maintenant, il est temps de passer de spectateur à acteur.

Avec seulement mon courage et mon corps, je tentai de protéger tant pis que mal, mon spectre bloquant avec les avant-bras ou en repoussant les tentacules. Après une bonne minute épuiser je fini par la voir. Elle était là. La seule chose qui me permettait de savoir que mes bras tenaient à mon corps était la sensation de brûlure mélangée à la douleur de mes muscles. Je pris mon élan vers elle prêt à me battre.

C'était maintenant que tout se jouait. Soit je parvenais à prendre le dessus, soit mon heure arrivait. Quoi qu'il en soit je ne renoncerais pas et me battrais jusqu'à mon dernier souffle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 31 Aoû - 2:02
Héhé. Le garçon se débrouillait bien. Sous la paume de la prêtresse, le métal de l'idole irradiait une douce chaleur et pulsait légèrement à chaque fois que le jeune homme repoussait un tentacule ou faisait un pas de plus vers son âme. Nagakabouros manifestait son contentement. Le sourire d'Illaoi devint radieux. Sous ses yeux, Rai était en train de démontrer que le Mouvement pouvait jaillir de chaque homme, fut-il un paylangi. Elle baissa sa garde, tandis que le garçon franchissait les derniers mètres. Là. Il était de nouveau entier. Son âme retrouvée s'agitait en lui, à un rythme régulier, comme un cœur qui bat. Cette pulsation faisait écho à celle de la relique. Il s'arracha à l'illusion, et Illaoi comprit trop tard qu'il avait vraiment retenu la leçon. En effet, il chargeait maintenant dans sa direction. Bien des hommes forts et pleins de volonté s'étaient écroulés au sol après l'épreuve, pour ne se relever que de longues minutes après. Mais lui trouvait encore l'énergie de la défier ?

Elle recula d'un pas et tenta de dévier l'attaque, mais trop tard. La semelle droite du jeune homme la cueillit à l'estomac. Oh, elle pesait bien plus lourd que ce gringalet, mais la force qu'il pouvait déployer avec ses jambes était proprement surhumaine. Le corps de la prêtresse vacilla, mais elle ne tomba pas. Elle se remit en garde, jetant l'idole de côté pour se libérer les mains. Pas d'arme. Corps contre corps. Elle rugit de nouveau et recula alors que d'autres coups pleuvaient sur elle. Il ne devait pas être habitué à se battre de cette façon, mais son inexpérience était compensée par la violence de ses coups et la rage qui l'habitait désormais. La leçon avait été profitable, et Illaoi ne voulait pas gâcher cela en l'assommant. Mais elle n'avait sûrement pas l'intention de se laisser battre. Elle attendit que son adversaire envoie une autre attaque pour se saisir de sa jambe et le renverser. Une fois au sol, elle utilisa son poids pour immobiliser le garçon. La fatigue de l'épreuve commençait à se faire sentir, au vu des grimaces qui défilaient sur son visage. L'espace d'un instant, la prophétesse se revit plus jeune, alors qu'elle luttait dans le sable contre d'autre aspirants, pendant l'entrainement des futurs Apôtres. Elle adorait ce genre de jeux.

Le souffle court mais une expression espiègle sur le visage, elle parvint enfin à immobiliser les poignets de Rai dans ses énormes mains. Il fallait qu'il se calme à présent. Elle plongea son regard dans les yeux gris du garçon.

"Tu t'en es bien tiré. Même si tu manques de technique, tu ferais un bon lutteur avec davantage d'expérience, et si tu mangeais un peu plus."
Elle laissa s'écouler quelques instants. Le temps que chacun reprenne son souffle et que le gamin comprenne bien qu'elle ne lui en voulait pas personnellement, mais qu'elle cherchait juste à l'aider. Étonnamment, la plupart de ceux qu'elle "aidait" de la sorte ne se montrait pas très reconnaissants, mais Illaoi n'était pas du genre à se remettre en question. Surtout sur la manière dont elle prêchait.

"Tu es en vie mon garçon. C'est déjà mieux que la plupart des gens. À présent, si tu veux que je te lâche, il va falloir trouver un sens à cette vie. Je te parle de tes désirs. De ce que ton cœur réclame à grands cris. En somme, il faut me dire ce que tu veux faire présent. En dehors de me refaire le portrait, bien entendu."

Prudemment, elle relâcha les mains de son adversaire. Puis elle se releva, calmement, les yeux toujours rivés dans ceux du jeune homme. Avait-il compris, ou allait-il lui sauter dessus ? S'enfuir loin de cette folle qui parlait par énigme ? Cette idée raviva d'autres souvenirs dans la mémoire d'Illaoi, et elle afficha de nouveau son sourire naturel. Résolu.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Rai
Le Gamin du forum
avatar
Masculin
Messages : 86
Date de naissance : 18/10/1997
Date d'inscription : 23/03/2016
Age : 20
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Jeux vidéo
Dim 4 Sep - 16:42
Dans ma rage, je parvins à assainir un coup dans le ventre à la prêtresse. Ma rage ne me fit pas remarquer qu'elle avait lâché son idole pour se battre au poing. Les dents serrées et le corps en feu mes poings et coups de pied se lançaient sur la prêtresse. Je ne contrôlais pas mon corps ni ma force qui se déchaînait à pleine puissance sur mon adversaire. Ma jambe s'élança vers elle et me la fait saisir. Je me fis soulever pour ensuite sentir son poids tout entier qui m'immobilise au sol.

Elle me parlait de mes désirs de ce que je voulais faire de ma vie. Pourquoi elle voulait savoir tout cela ? Elle me voulait quoi ? "Je veux sauver se monde de lui-même et du désordre qui l'habite. Les gens se plaignent de leur vie, mais ils ne comprennent que c'est ensemble que l'on peut améliorer se monde. Mais comment moi un homme seul peut avoir la force de parole pour toucher le monde entier ?" Elle me laissa me lever, mais quand je fus sur mes jambes le monde autour de moi tournait. "Maintenant si vous voulez m'aider, c'est vous qui voyez. Mais on ne pourra seul faire grand chose à moins que vous n'ayez une idée pour faire entendre mon message ce qui m'étonnerait." Je commençai un m'éloigner de la prêtresse pour retourner à la capitale le corps trop fatigué, ce dernier me lâcha et tomba inconscient sur le sol.

Je m'étais tant donné que mon corps criait à l’agonie, les muscles brûlant et des plaies un peu partout qui saignait légèrement, mais malgré tout, J'avais un sourire en coins de lèvre me disant au fond de moi que je ne m'en suis pas si mal sorti contre une folle comme cette femme. Maintenant que Rai a un objectif en tête, il ne lui manque plus que te trouve comme le réaliser et de récupérer de se combat qui lui aura presque coûter la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 26 Sep - 21:40
Le garçon voulait sauver le monde de lui-même ? Illaoi trouvait ce genre d'idées bien trop abstraites. Étendre l'influence d'un dieu, au fond, c'était concret. Il fallait fonder des temples, convertir des fidèles et massacrer les hérétiques. Elle ne haïssait pas les utopistes à proprement parler –qu'importe le rêve, tant qu'ils courent après !- mais elle se demandait parfois comment faisaient certains pour avoir des envies aussi irréalisables. La paix dans le monde. L'ordre absolu. Le respect mutuel entre tous les hommes. Elle qui ne refusait jamais un défi, elle avait compris depuis bien longtemps où menait ce genre de rêve. Il fallait poursuivre ses désirs, certes, mais où était le plaisir si l'on ne parvenait jamais à les satisfaire ? La prêtresse avait appris à voir grand, mais pas trop. Elle laissait volontiers les bouleversements universels aux dieux. Elle se contentait de faire la différence à son échelle.

Et puis, après l'avoir encouragé à s'exprimer, elle aurait été bien mal placée pour brimer le garçon. Peut-être qu'après tout, les illuminés comme lui trouvaient dans la poursuite perpétuelle une forme d'accomplissement ? Elle se promit d'y réfléchir, tout en ramassant l'idole qui avait roulé non loin. Déjà, le jeune homme se redressait à grand peine et repartait en claudiquant sur le chemin de la ville. Illaoi le laissa faire, mais il ne tarda pas à s'écrouler lamentablement. Elle lâcha une fois de plus le lourd l'artefact et se précipita à son chevet. Il n'était qu'inconscient, heureusement. C'aurait été un terrible gâchis de le voir mourir ici après avoir trouvé la voie. Elle le retourna aussi délicatement que ses larges mains le lui permettaient et tâcha de l'allonger aussi confortablement que possible au milieu de la route caillouteuse.

C'est à ce moment que le charretier et son fils firent irruption sur les lieux, précédés par les grincements de l'attelage et les bruits de sabots. Avec des yeux ronds, ils examinèrent la scène tandis que le père faisait arrêter le véhicule d'un "oh !" sonore. La femme étrange qui les avait quittés quelques instants plus tôt se trouvait au milieu de la route avec des hommes apparemment inconscients à ses côtés. Elle leva la tête et considéra les mines effarées qui lui faisaient face. Les explications seraient trop longues à donner. Elle se contenta de hisser Rai sur son épaule et de l'installer à l'arrière de la charrette. Le paysan ouvrit la bouche, mais elle ne lui laissa pas le temps d'entamer sa phrase.

"Vous tombez à pic. Mon dieu a bien fait de vous envoyer. Je l'aurai bien porté jusqu'à la ville, mais j'aurais dû faire des pauses. Grâce à vous nous arriverons bien plus vite."

Le charretier jeta un regard vers le voleur, toujours au sol. Illaoi se contenta de hausser les épaules. Elle redescendit du véhicule, s'empara de la relique et remonta, aux côtés du jeune homme inconscient. Alors, rassemblant son courage, l'homme osa sortir la phrase qu'il murissait depuis une bonne minute :
"Si... Si l'on doit prendre votre ami aussi, il serait... De bon ton... De nous offrir un petit supplément..."
La prophétesse leva les yeux au ciel. Si elle voulait arriver sans encombre en ville, il valait mieux éviter de frapper ceux susceptibles de l'amener à destination. Elle se contenta donc de manifester bruyamment son mécontentement et de mettre de nouveau le pied à terre. Elle marcha droit vers le voleur, le retourna du bout de sa botte et se mit à fouiller ses vêtements crasseux. Elle tira d'une poche intérieure une maigre bourse et deux dés en os. Elle jeta la bourse au charretier et remis les dés à leur place. Puis elle remonta pour la troisième fois et son regard se fit si pesant que le père et le fils restèrent cois pendant tout le reste du trajet. Elle reporta son attention sur le garçon dont la tête ballotait à chaque cahot.

"Je me demande bien ce que je vais faire de toi. Faire entendre ton message ? Tu en as de bonnes..."
Il ne se réveillait toujours pas ? Elle y était peut-être allée un peu trop fort. Avec un soupir elle attrapa un sac de toile vide qui trainait à l'arrière et confectionna un oreiller de fortune pour son "protégé".

"Ne vas pas croire que je passerai ma vie à t'aider. J'ai d'autres hydres à fouetter. Mais enfin, je peux bien te mettre sur la voie. Je connais un endroit où les utopistes comme toi se rassemblent pour mettre fin à la guerre. Une sacrée bande d'idiots pour lutter ainsi contre la volonté de Nagakabouros. Mais au moins ils luttent."
Elle se parlait plus à elle-même qu'au jeune homme, et les regards interloqués du conducteur et de son fils ne la gênaient pas le moins du monde. En revanche, ce qu'elle s'apprêtait à faire les gênerait sûrement, eux.

"Combien prendriez-vous pour nous mener jusqu'à l'Institut de la Guerre ?"

Fit-elle d'une voix étrangement calme. Le paysan faillit s'étouffer. Il toussa un bon coup puis se retourna tout à fait, dévisageant la grande femme avec des yeux encore plus ronds qu'auparavant.
"Vous n'y pensez pas sérieusement ? C'est un très long voyage ! Je ne peux pas m'absenter aussi longtemps de chez moi ! Et puis... Il faudrait des provisions ! Une carte, une boussole... Des outils pour réparer la charrette !"

Illaoi le laissa déverser ses arguments sans l'interrompre. Quand il finit par se calmer, elle reprit avec un sourire qui se voulait chaleureux mais cachait trop mal le fait qu'elle lui briserait la nuque s'il refusait son offre :
"Dans ce cas vous restez là. Je vous achète ce charriot et la bête. Prenez ce qu'il reste de mon argent et descendez, vous et votre fils."
Le fermier déglutit. D'une main tremblante il décrocha la sacoche en cuir de la ceinture de la géante. Il jaugea rapidement le contenu et vit bien que le compte n'y était pas, mais il préférait perdre un peu d'argent que de finir comme le pauvre diable qu'il avait vu sur le côté de la route. Il descendit prestement, et son fils fit de même. Illaoi prit les rênes et fit faire demi-tour à l'attelage. Elle ne savait pas dans quel genre de voyage elle s'embarquait, mais elle règlerait les problèmes de nourriture et d'argent plus tard. Pour le moment, elle était maîtresse de son destin et cela lui suffisait. Et si elle parvenait à faire de ce gamin un véritable servant de Nagakabouros, cela vaudrait bien quelques jours sur les routes. Elle fit claquer les rênes et la charrette s'ébranla.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Rai
Le Gamin du forum
avatar
Masculin
Messages : 86
Date de naissance : 18/10/1997
Date d'inscription : 23/03/2016
Age : 20
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : Jeux vidéo
Sam 1 Oct - 16:20
J'informe que la suite de ce rp aura lieux dans la section autre puisque nous quittions les alentours de Piltovers. :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés
» Xalith Vyk'zlade [Haute-Prêtresse] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Piltover :: Bordure de Piltover-
Sauter vers: