/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

Harmonies et résonnances (pv @Bard)

 :: Runeterra :: Demacia :: Centre-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sona Buvelle
Les mots sont des notes de musiques
avatar
Messages : 155
Date de naissance : 26/03/1999
Date d'inscription : 24/03/2016
Age : 18
Lun 16 Mai 2016 - 22:09
« Ce soir, c’est la fête, la fête de la musique … Tous les artistes, des jeunes de l’Académie jusqu’au plus célèbres sont invités à venir jouer sur la place de la ville toute la journée et toute la nuit. »  C’est ce que disaient les affiches placardées un peu partout. Coup de chance, il n’y avait pas un seul nuage ce jour-là et la nuit serait agréable. Un peu partout dans les rues il y avait des activités pour les petits et les grands : chaises musicales, « blind-test » et autres. Les terrasses des cafés donnaient sur la scène principale et les spectateurs écoutaient d’une oreille discrète ce qu’il s’y passait en sirotant différents breuvages. Au-dessus de tout cela la voûte céleste brillait de mille feux et la pleine lune nous observait depuis le ciel.

Après une performance ma fois assez réussie d’un flûtiste d’une vingtaine d’année ce fut mon tour de monter sur scène. Le maître de cérémonie annonça mon nom et je fis mon entrée. Tout le monde se tut, à croire qu’il m’attendait depuis longtemps. Je leur fis un sourire un peu gênée, j’avais du mal à soutenir les regards lorsque je ne jouais pas. J’avais vêtu la longue robe bleue qui me caractérisée afin d’être sûre que tout le monde soit capable de me reconnaitre mais je regrettais vite ce choix un peu voyant. Je posai alors mes mains sur mon instrument et fermai les yeux quelques secondes … laisser la musique venir à moi, c’est tout ce qu’il fallait faire. Celle qui sortit de mon instrument était simple, comme cette nuit d’été : agréable, à partager entre amis et plutôt douce. Une fois fini, je retournais avec les autres habitants, redevenant une citoyenne normale ou du moins presque, les gens se pressaient autour de moi pour me féliciter ou m’offrir un verre. C’était très gentil de leur part mais je ne savais comment réagir. Une fois la petite foule dissipée je décidais de m’écarter un peu. Assise sur un banc, je regardais vers le ciel, réfléchissant à ce que deviendrait ma vie désormais tout en regardant les quelques nuages qui passaient par là. Tiens, une étoile filante … « Je fais le vœu de retrouver mes parents »  Quelle gamine je faisait à croire en ce genre de superstition.


J’entendis alors un son non loin de moi, sortie de mes pensées je regardais d’où cela venait. Je vis une lueur un peu plus loin dans une ruelle. Je me redressais et me dirigeai vers elle. Je vis alors le flûtiste de tout à l’heure, sa musique était bien plus belle qu’avant, elle semblait venir non pas de l’instrument mais directement de tout ce qu’il avait autour de lui. Son apparence semblait instable, variant entre plusieurs formes et visages. Puis tout à coup, je me sentis transportée ailleurs, ce fut indescriptible … devant moi le personnage en était devenu un autre. Une longue barbe blanche et masque à la place du visage semblait déjà très perturbant mais plus encore, il y avait ces petites créatures lumineuses voletant autour de lui. Et le fait qu’il lévite aussi. Sa flûte était devenue un autre instrument très spécial qui semblait magique, il y avait une boule verte au bout qui semblait réagir aux différents sons produits. Les trous dans son masque qui semblaient correspondre à ses yeux me fixaient pendant de longues minutes. Ce n’est qu’alors que je remarquais que nous n’étions pas plus loin mais au même endroit mais il semblait différent … comme immatériel. Était-ce l’alcool ? Ou un rêve ? Bon dieu que se passait-il ?


Merci Janna:
 


Si nous apprenions d'abord à écouter le silence ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 18 Mai 2016 - 7:58
La fête de la musique de Démacia. Chaque années, aux premiers jours de l’été, la ville de la Justice organise avec l’Académie une journée entière ou artistes de l’art du son se réunissent pour monter sur scène et faire partager à tous la joie de l’écoute des rythmes, des mélodies des meilleurs musiciens de Valoran. C'est pour cette raison que Sona Buvelle, fille adoptive des la Duchesse Lestera Buvelle et héritière de celle-ci, monta sur l'estrade devant les centaines de spectateurs qui, les yeux émerveillés, écoutait la chanson de la maestria.

Bien que d’après les apparences, on aurait dit que sa vie est facile, ce n'est pas vrai. En effet, bébé elle était à l’orphelinat de Ionia avec déjà l’handicape de ne pas pouvoir parler. De ce fait, personne voulut l'adopter et elle vit ses amis partirent de l'habitation pour enfant sans parents. Toute petite, ses cheveux bleues ciel et son visage d'ange lui conféraient déjà du charme. On ne savait plus que faire de cet enfant que personne ne veut, jusqu’au jour ou une riche Démacienne eu vent de cet enfant. Elle prit le premier bateau pour le pays de l’équilibre et n’hésita pas une seconde à prendre la garde de Sona. Depuis ce jour, Sona est une Buvelle. Arrivée à Démacia, la jeune fille trouva et s'attacha directement, aussi bien que physiquement que sentimentalement, à un instrument d'or, orné de douces et fluides lignes, semblables aux sons qu'il émet: l'Etwahl. Elle ne le quitta plus depuis et son destin a été tracé. Lestera lui donna les meilleurs cours de musiques du pays et la jeune fille devînt l'une des figures les plus emblématique de la musique. Elle et l’instrument formèrent une telle harmonie qu’elle se découvrit des pouvoirs liés à elle et son instrument, agissant sur les autres grâce aux sons qu'elle produit. De ce fait, elle a été Championne de la League Of Legends jusqu’à la disparition de celle-ci.  Sa vie continua donc de suivre la musique et malgré ses succès, elle se trouvait un trou en elle qui demandait juste la vérité sur ses parents véritables.
Retour au présent maintenant, le présent complet de bonheur et de joie par la musique de la demoiselle habillée de bleues et d'or. Elle se reposa en retrait, là où les lumières du festival ne l’atteignit pas, là où il n'y à pas de son, là ou personne peut la déranger. Perdue dans ses pensées, elle regardait le ciel et elle vit une étoile tombant du ciel, signe de bon augure. Elle fit un vœu en fermant les yeux.

Elle entendît comme réponse une musique, indescriptible, venant des ruelles normalement non éclairés de Démacia. Curieuse, elle se rendit vers l'origine de ce mystérieux chant, telle une âme dans les ténèbres attirée par la lumière. Quand elle fut arrivée, elle croisa le regard, flou, d'un musicien flûtiste, qui n’était que le déguisement qui cacha quelque chose de plus grand encore. Le voile s’efface dans la lumière, la véritable musique se met en place, le petit public s’éveilla. Sona est devant le Gardien Errant ou le Voyageur Cosmique pour certain, mais elle ne le savait pas encore.

Étrangement, Bard qui ne ressent aucun sentiment, semblait heureux de part le son plus « joyeux » qu'il émettait par les ouvertures de son masque doré et ses mouvements toujours plus originaux. Il tourna autour de la jeune fille rapidement et dans tout les sens pour l'observer de toute part, en haut, en bas, sur les côtés, accompagné des petits êtres qui le suivirent dans la danse du barde. Que va-t-il faire ? Il n'a jamais agit ainsi envers un humain. Il créa par la suite un portail d'or, semblable au masque du Vagabond et ne donnant aucune vue à la destination où il nous rend, et s’enfonce dedans, toujours avec la musique joué par la corne magique. Quand le gros corps et les Meeps disparurent, le portail était, quant à lui, encore là, comme pour inviter la personne du nom de « Sona ».

Derrière la porte, une dimension inconnue. Ce n'était point le Néant, point le Paradis... Alors quelle dimension est-ce donc? Nous ne savons pas. Ce monde était entièrement noir, pas une seule lumière n'était invitée hormis celle du Grand Barbu et des Meeps. Le temps ne semblait être un facteur qui érige cet endroit contrairement sur Runeterra. Aucun souffle semblait venir, ici, le monde est plus libre. Une fois qu'il était arrivé, Bard continua en ligne droite, en sautillant, tournant, chatonnant. Lui même ne savait pas si son invitée allait le suivre, mais dans tout les cas, il pris la boule contenue dans son instrument, la fixa un instant, et par ses pouvoirs l'a fit prendre du volume, se posant ainsi dessus, assis. En étant ainsi, il attendait le moment opportun de montrer ce qu'il a à montrer, car si Bard invita une personne à venir dans ces lieux, ce n'était pas sans raison et c'est bien la première fois, depuis sa première apparition, qu'il fait une telle chose.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sona Buvelle
Les mots sont des notes de musiques
avatar
Messages : 155
Date de naissance : 26/03/1999
Date d'inscription : 24/03/2016
Age : 18
Ven 20 Mai 2016 - 16:20
L’étrange personnage fit alors demi-tour et disparu dans un mur laissant derrière lui un grand cercle doré. Autour de celui-ci des symboles qui m’étaient inconnus tournaient lentement. D’étrange sons, des sons que je n’avais jamais entendu et qui ne semblaient même pas venir de ce monde sortaient de l’intérieur de cette étrange chose. Il s’en dégageait aussi une substance vaporeuse de couleur mauve contenant de toutes petites lumières semblables à de minuscules étoiles. Et lui était partit par-là … Si je n’y allais pas et que je prévenais la garde, je risquais qu’il parte pour de bon. A l’inverse, si je le suivais, personne ne saurait où je me rendrais et je n’étais pas sûre de pouvoir revenir. Je ne sais expliquer pourquoi, je me sentais attirée par ce portail, comme s’il m’invitait à y entrer en toutes circonstances.

Alors c’est ce que je fis et je regrettais immédiatement cette décision, dès que je touchai l’intérieur, je ne pus plus revenir en arrière, j’étais en quelque sorte happée par l’autre bout. D’ailleurs, le côté par lequel j’étais entrée n’était déjà plus visible. Je n’avais d’autres choix que d’avancer toujours plus profond. Le bruit à l’intérieur était de plus en plus fort et, après une éternité, j’arrivai enfin au bout du tunnel. Et là, contre toute attente, le silence se fit. Pas simplement comme lorsque personne ne parle ou que je suis seule. Non, un silence total, profond, un silence absolu. Autour de moi, il faisait noir et pourtant, je pouvais clairement distinguer la créature assise sur une grande sphère verte autour de laquelle gravitaient de petites particules dorées. Il me regardait encore derrière son masque d’or. J’osais à peine m’approcher de lui mais, perdue dans ce monde complètement noir, Il était la seule image à laquelle je pouvais me rattacher. Alors que je m’avançais vers lui il approcha son instrument de sa bouche et souffla dedans, un son rauque retentit. Il allait de plus en plus fort comme s’il était amplifié par cet endroit. Mes tempes me faisaient mal, lui cependant  ne semblait pas dérangé par cela, il continuait de souffler dans son instrument. La douleur devenait insoutenable, la sensation dans ma tête s’étendit vite à tout mon corps et je tombai, incapable de forcer. Je tentais de lui crier d’arrêter cela mais comme toujours, je fus incapable de produire le moindre bruit.

Le son qui s’était encore amplifié commençait à moduler, Des notes s’alignaient, se suivaient et commencèrent à former un tout : une mélodie onirique qui me traversait de part en part. C’est là que je vis devant mes yeux … ou plutôt non, je  vis à l’intérieur de moi, que je l’entendis comme lors d’un rêve : je vis d’abord la guerre … dans un lieu qui me semblait familier. Des centaines de gens se faisaient massacrer par une armée … Puis ensuite je la vis … une petite pierre en forme d’œuf, bleue avec quelques bandes dorées. Elle semblait emplie du ciel tout entier. C’est un vieil homme, tentant de fuir le combat vers le haut d’une montagne où se trouvait une structure très spéciale, comme un sanctuaire qui la portait. Il tentait tant bien que mal d’y parvenir mais les flèches vinrent à bout de lui et la pierre tomba. Mais  c’est à ce moment-là qu’Il est reparut, l’étranger, le flûtiste … c’était lui. Il virevoltait entre tous les soldats jusqu’à atteindre le petit objet qu’il attrapa au vol avant de l’amener tout en haut de cette montagne. Là, il se remit à jouer et des centaines de petits êtres lumineux apparurent …


Le son continua de monter comme dans la réalité et puis, d’un seul coup je revins à moi, haletante, épuisée par ce nouveau monde dans lequel j’étais et celui que j’avais vu. Je perdais la notion du temps et de l’espace, je voyais le masque partout autour de moi … je … je dois rentrer …


Merci Janna:
 


Si nous apprenions d'abord à écouter le silence ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 20 Mai 2016 - 21:39
Nous savons qui est Sona, mais elle ne le sait pas encore.

Elle entra finalement dans la dimension. Cet endroit est faites là où converge les souvenirs perdus, éloignés de tous les êtres vivants, de chaque planètes, de chaque dimension, de chaque lignes du temps. Les souvenirs de la virtuose sont là aussi, demandant à l’âme du Vagabond de les éveillés. Elle sembla perdue, nous la comprenons. Elle trébucha plusieurs fois, tombant même pour tomber dans ses souvenirs qui lui reviennent tels des balles la perforant de toutes part. La douleur est telle qu'elle était au bord de la mort. Bard le savait, mais il voulait lui montrer, la vérité, ce qu'elle avait demandée lorsqu'elle vit l’étoile tombant du ciel.

Quels souvenirs ? Et bien… ceux de sa conception. A proprement parlé, ce n'est pas réellement les souvenirs de Sona, mais de l’être céleste. Elle vit ce qu'il vit à cette époque troublée de la Guerre de Ionia, dans un village reculé dans les montagnes. La sphère qui autrefois créa le monde avec les autres artéfacts ancestraux était en danger. L’armée Noxienne était à deux doigts de la prendre quand soudain Bard arriva sur le champs de bataille musique y compris. Il récupéra l’œuf baigné d’étoiles et disparut par la suite dans la lumière.

La musique s’arrêta. Le flux de souvenirs s’interrompit. La dimension prit peut à peu des formes semblables à des ruelles de Démacia. Sona quant à elle était inconsciente. Bard s'approcha un instant d'elle et dans un mouvement du bras, les lumières s’échappant de son corps fit apparaître un objet d'or, l'instrument de Sona, l'Etwahl. Par un son, il ajouta de la lumière dans l’instrument à cordes… comme si il remit ce qu’il y avait originellement… La petite boule d’énergie pure rentra et disparut en in instant. Il le fixa longtemps, lorsque les bras de jeune fille commença à bouger. Bard déposa l'instrument, l'autre moitié qui ne forme qu’un avec sa possesseur. Il prit d'une manière rapide la corne de musique, la fit virevolter un instant puis l’inséra dans une embouchure du masque d'or et lança comme une sorte d'appel, qui regroupa tout les petites créatures autour du barde qui disparut en un instant dans la lumière. Peut après, le Soleil se leva, illuminant le doux visage de l’Illuminatrice « Sona Buvelle ». Elle a encore beaucoup de choses à apprendre car elle ne sait toujours pas qui elle est.

Nous savons qui est Sona, mais elle ne le sait pas encore.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sona Buvelle
Les mots sont des notes de musiques
avatar
Messages : 155
Date de naissance : 26/03/1999
Date d'inscription : 24/03/2016
Age : 18
Sam 28 Mai 2016 - 2:11
Devant moi, des lumières, le ciel étoilé s’étirait devant mes yeux et la lune me souriait. Je me sentais épuisée. J’étais couchée sur un banc, aux abords de la place et je n’avais aucune idée depuis combien de temps je m’y trouvais. Je ne me rappelais même pas m’être couchée ici. Je me relevais lentement, mais mon corps me semblait lourd. Ma vision était troublée et j’avais l’impression que tout bougeait autour de moi. Je revoyais encore le rêve fait durant mon sommeil : il y était question d’une guerre et d’une sorte d’œuf magique. Je devais rentrer, Lestara devait m’attendre à la maison, probablement très inquiète.

Ce n’est qu’après avoir traversé la moitié de la ville que quelque chose d’important me frappa, il n’y avait personne, personne ce soir-ci, pas de gardes, pas une seule fenêtre illuminée, aucune auberge ouverte pour y accueillir les plus nocturnes de la ville … c’était vide. Que c’était-il passé, où étaient-ils tous ? Et Lestara … Mon corps qui pesait lourd à mon réveil devint alors plus léger et j’arrivais à la résidence Buvelle assez vite. De nouveau, il n’y avait personne ici. J’étais seule, abandonnée …
Mon souffle s’accélérait, je sentais la peur m’envahir. Tout ce qui était autour de moi se mit à bouger et l’air devenait étouffant. Mon Etwahl devenait brûlante, dans quel cauchemar étais-je ? Je me mis à courir dans ces rues vides, avec pour seule compagnie mon ombre, qui semblait même me poursuivre. Les rues d’habitude si belles se montraient menaçantes, les riches demeures si imposantes devenaient inquiétantes et chaque pas semblait me plonger un peu plus loin dans ce délire horrifiant. Et petit à petit les grandes maisons devinrent de plus en plus petites. D’ailleurs le paysage aussi changeait, je me retournais, espérant voir de nouveau la ville que je connaissais, celle qui était rassurante, synonyme de sureté. Mais, à cet endroit, je vis la plage et légèrement plus loin, la mer, calme, bleue foncée sous un soleil levant, s’étendant sur des kilomètres.


J’entrais dans un bâtiment qui me semblait familier, il avait l’air vétuste, hostile à toute chaleur humaine et pourtant, je m’y sentais attirée. Une pancarte à l’entrée : « Orphelinat d’Ionia » impossible, je n’avais pas pu arriver là-bas … partout sauf là. Devant la porte principale se trouvait un grand panier couvert d’un drap et les bouteilles que le laitier avait dû amener très tôt. Une grosse dame ouvrit la porte et prit les bouteilles. Voyant le panier, elle jura, avant d’en sortir un bébé, qui semblait endormi et quelque chose qui n’aurait jamais dû être là, mon Etwahl qui était restée à Demacia. Ce bébé ce ne pouvait pas être … non c’était impossible. Je reculais, effrayée par ce que je voyais. C’est là que je vis, en regardant autour de moi une montagne, ou plutôt, la montagne, celle du rêve qui avait tout déclenché. Alors, en désespoir de cause, j’avançais mollement vers elle, c’était peut-être stupide mais si c’était là que tout avait commencé, pourquoi ne serait-ce pas la fin aussi ?


Merci Janna:
 


Si nous apprenions d'abord à écouter le silence ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 4 Juin 2016 - 15:53
Le chemin qu'elle suit n'est pas des plus faciles il est vrai, mais Bard tient à ce qu'elle arrive à son origine. Sa vision se troublait, son corps lourd, sa pensé floue. Plus elle avança, plus elle recula dans son histoire pour arriver jusqu’à sa naissance. Sona ne comprenait pas pourquoi elle devait faire ce périple si dangereux et si compliqué, pourtant, c'est de qu'elle a souhaitée. Tandis qu'elle était seule, le Voyageur observait intensivement la jeune fille tout en l'attendant du haut de l'autel où tout a commencé.

« Je fais le vœu de retrouver mes parents. »

Ces mots résonnèrent, comme un écho dans les montagnes. C’était ce qu'a souhaitée Sona, cette soirée de la fête de la musique.

Oui, le Gardien Errant est l'origine de Sona, la fille des Étoiles. Son origine provient de cette petite boule de cristal, brillant telle une galaxie, aussi jolie que le cosmos que Bard garda. Bard savait que cet artefact ne pouvait être gardé, et décida d'utiliser son pouvoir. Sona n'est pas humaine, son corps provient de la magie mystérieuse de Bard. Sa création n’a pu être fait qu’avec la présence de l’Etwahl qui lui permit de s’exprimer, d’être sa voix.

Combien de temps est-elle dans cette dimension ? Nous ne savons pas. Personne ne savait d'ailleurs. La scène changea encore de décors, passant d'un acte à un autre, pour arriver au grand final. Bard l’attendait, tendant sa main démesurée à Sona, l’invitant à jouer ce dernier acte.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sona Buvelle
Les mots sont des notes de musiques
avatar
Messages : 155
Date de naissance : 26/03/1999
Date d'inscription : 24/03/2016
Age : 18
Lun 13 Juin 2016 - 12:50
J’avance vers la montagne, autour de moi les combats font rage. Je sais bien que je ne peux rien faire, ce monde agit comme si je n’étais pas là, comme si j’étais un fantôme … Ce lieu me parait de plus en plus familier pourtant je ne suis jamais venue ici. C’est comme si j’y étais liée depuis toujours … Me voilà au pied de l’imposant pic et son immense volée de marches en pierre, je pouvais voir le vieillard qu’Il m’avait montré essayer de monter au sommet. Je choisis de le suivre, si je devais aller au bout de ce chemin pour enfin savoir ce qu’il se passait je le ferais. Le vieillard s’écroule à nouveau et l’étrange être vient à nouveau reprendre l’œuf. Je dois arriver en haut, je suis épuisée, à bout de souffle mais déterminée à y arriver.

Je suis enfin en haut, ce fut long, mais j’arrive enfin. Autour de moi, des centaines d’êtres lumineux lévitaient, ils bougeaient tous ensemble, comme s’ils dansaient. Ils ont de petites jambes mais pas de bras, leur visage ne sont décorés que de deux grands yeux, pas de bouche ni quoi que ce soit d’autres. Au centre du cercle qu’ils forment je peux le voir. Que fait-Il ? Les combats font rage en bas, Il peut faire quelque chose maintenant que l’Œuf est en sécurité. Il arrête de jouer, il fixe son masque devant moi, puis il me tend la main. Je la prends, un peu hésitante … je sens mon corps s’alléger, je ferme les yeux, de peur de voir la suite. Je sens le sol se dérober sous mes pieds … mon corps est comme attirer par une force suprême. Puis je ne bouge plus, je ne repose plus sur rien … j’ouvre timidement les yeux et je vois, au plus près de moi, les étoiles. Tout autour de moi … Il est toujours là, Il a l’Etwhal. Une voix céleste résonne : « Attention Gardien, cet instrument est puissant, trouve l’humain qui saura l’utiliser comme il faut. Co-comment ça …aucun ? Non, nous ne pouvons pas le créer !»

Ledit gardien c’était Lui, il prit l’Etwahl et l’Oeuf avant de jouer … la plus belle musique qui existe. De là où je suis-je peux voir tout Runeterra, le temps semble s’écouler tellement plus vite en bas, je peux voir les guerres, les cités être réduites en poussières et d’autre se construire. Puis la musique se fait plus insistante, l’Oeuf brille plus intensément … il se déforme, puis Il le recouvre d’un tissu blanc « Bon voyage gardien, sauve ce monde au même titre que les autres, cela arrivera plus vite que ce que nous le croyons. »


Le gardien retourne à terre, à Ionia, dépose l’Etwahl à côté du tissu contenant l’artefact puis il s’enfuit dans les cieux. Cela voulait dire que ? Je n’étais même pas … quelques larmes coulent sur mon visage et je ferme les yeux, j’ai compris. Quand je les rouvre, je suis assise sur un banc, je vois ciel d’en bas. L’étoile filante se désagrège petit à petit. J’entends encore la musique du gardien, qui sait … peut-être que tout ceci était vrai. Je me rendrais un jour à Ionia, ou peut-être que non, il vaut mieux y croire sans preuve, c’est plus beau comme cela. Je regarde à nouveau cette voûte céleste et, parmi les étoiles, je suis certaine d’avoir perçu un de ses compagnons qui s’y cachait pour m’observer.


Merci Janna:
 


Si nous apprenions d'abord à écouter le silence ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Festival des Harmonies
» Sigrid, la fille de Bard [fiche validée]
» Bard the Bowman [fiche validée]
» JER parle de vide... D'acc. Mais pour qui se prend-il, l'autre clébard bariolé?
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Demacia :: Centre-ville-
Sauter vers: