/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

Le Pirate, la Prêtresse et l'Artefact

 :: Runeterra :: Bilgewater :: Autre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Ven 8 Avr - 15:08
Je regardai fixement le plafond de ma cabine… La tête remplie d’une multitude de pensées. L’idée de la revoir m’était… hum… comment dit-on déjà ? Etrange ? Bizarre ? Perturbant ? Bref, ce n’était clairement pas un sentiment de bien être que je ressentais en ce moment même. J’avais changé… je le savais depuis le jour de mon accident et de mon sauvetage ; le jour où elle m’avait sauvé…  Avant, quand j’étais encore le seul maître de Bilgewater, ni les bandits, ni les assassins, ni même les plus grands monstres marins ne me faisaient peur… Mais quand je l’ai vu, j’ai su que je me trouvai en face d’une autorité plus puissante et plus imposante que moi. L’Epreuve… Je n’oublierai surement jamais ce moment où j’ai compris à quel point j’étais faible… Sans mouvement…  Vulnérable…. Ce dieu que j’ai vu, c’était la volonté même du monde…

« Rah ! Au diable les dieux ! », Criai-je en me relevant et en brisant une carafe d’eau qui se trouvait sur la table à côté de moi. « Je ne suis pas faible, je suis Gangplank ! Le Fléau des mers ! Le seul pirate qui a vraiment bâtit son empire avec la force de ses bras… Et pas une vulgaire imposteuse comme cette peste de Fortune qui à profité d’une seconde d’inattention pour tout me prendre ! ». Je me remis sur mon lit ; je sentais les vagues de la mer calme en dessous de moi et la douce brise du vent par la fenêtre ouverte de ma cabine.  « Calme-toi… » Me dis-je, « L’avenir est devant toi et bientôt… Bilgewater sera de nouveau en ta possession ! ». Je me mis à sourire : l’esprit logique est vraiment une chose formidable dans les moments critique.

3 jours auparavant, mes hommes mon fait part d’une découverte forte intéressante : dans la bibliothèque de Bilgewater, ils ont trouvé un ouvrage parlant des mythes et des légendes de l’île de la Flamme Bleue et de ses alentours. Le livre en lui-même contenait tout un bestiaire de monstres marins : Léviathan, crabes géants, anguilles des abysses… Mais également des légendes sur les origines des îles et sur des reliques mystérieuses datant des premiers temps de notre monde. L’une d’elles attira mon intention, la Couronne du Roi des Mers : l’ouvrage parlait d’un artefact très ancien capable de commander à la mer et aux créatures marines ; un pouvoir surpuissant qui permettrait à quiconque le possédant de déchaîner les éléments à sa guise et de régner en maître sur les mers de Runeterra… Ou tout simplement de raser une ville entière avec une énorme vague s’il le voulait. Un tel pouvoir entre mes mains me permettrais de prendre ma revanche sur Fortune et de redevenir le Roi de Bilgewater ! Toutefois, seuls les habitants des Iles aux serpents savent ce qu’il devenait de l’artefact ; fort heureusement pour moi je connaissais quelqu’un de ces îles : la prêtresse Illaoi. C’est elle qui m’a sauvé de la mort le jour où Miss Fortune a fait exploser mon navire ; sans elle, je ne serais surement plus de ce monde… Je lui est envoyé un message via un des mes hommes qui s’est chargé de lui porté en main propre ; pour tout dire, il est revenu à la fois avec une réponse positive, ce qui ne m’étonna guère, et aussi avec quelques marques sur le corps… Le pauvre. Elle me donna rendez-vous sur une des iles aux serpents pour qu’elle m’aide dans ma tache et surtout : « Pour voir si tu es toujours en mouvement » avait-elle précisé. Le Mouvement…  Je n’arrête pas d’être en mouvement depuis mon accident ma chère Illaoi, alors crois moi que quand j’aurai cet artefact…

« Capitaine ! Terre en v… »

Blam !

On ne me dérange pas quand je suis dans mes pensées… Je passe au dessus du corps du pauvre bougre et monte sur le pont. « Préparez vous à accoster ! Et dépêchez vous bande de larve ! » Criai-je à ces tas de feignants. En quelques secondes, tous exécutairent mon ordre ; je m’approchai d’un de mes hommes qui nettoyai le pont : « Toi », lui dis-je « Déplace le corps de ce misérable sur le devant de ma porte et jette le par-dessus bord ! ». « Bien mon capitaine ! », répondit-il avant de se précipiter vers le cadavre, de le saisir et de le balancer à la mer. « N’oubli pas de nettoyer tout ça », ajoutai-je en montrant la flaque de sang que le mort avait laissé derrière lui. « Bien entendu mon capitaine ! », s’empressa t-il de dire. J’aime faire ce genre d’exemple quelque fois, histoire de montrer qu’il vaut mieux se tenir à carreau avec moi…

Mon navire s’approcha du fameux point de rendez-vous : une île avec une végétation assez dense et surtout avec des collines rocailleuses dans lesquelles se trouvait quelques ouvertures: un coin parfait pour planquer un trésor ou… un artefact. Sur la petite plage, je vis une silhouette qui m’était familière : une femme forte et fière, la peau mate et portant une idole avec un seul bras… «Pas de doute...», me dis-je «C'est bien notre chère Illaoi». Un grand sourire ce formait sur mon visage alors que nous allions accoster...  


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 8 Avr - 19:30
Illaoi marchait vite. La nature autour d'elle était verdoyante, généreuse, indéniablement magnifique. Lorsque Nagakabouros insufflait la vie, c'était toujours pour une bonne raison. C'était la vie qui rendait ces îles si attirantes. Elle aimait son archipel natal. Ici, les arbres les plus disproportionnés côtoyaient de simples buissons aux formes tarabiscotées. Quelques animaux exotiques se laissaient apercevoir avant de retourner se fondre dans l'océan de verdure. Tout semblait se mouvoir, et le bruit continu de l'océan, semblable à une respiration venait accentuer cette impression.
La faune et la flore de ces îles étaient un bel exemple de mouvement. Elle n'avait nul besoin de rappeler aux animaux et aux plantes qu'il fallait bouger, croître, vivre. La prêtresse ne s'expliquait toujours pas la propension des hommes à oublier des choses aussi simples. La plupart des humains se limitaient inutilement, en s'imposant des barrières et des règles contraignantes. Des choses aussi inutiles que le respect d'une hiérarchie, d'une nation, d'un code. L'honneur, la bienséance et toutes les lois humaines n'avaient que peu de valeur à ses yeux. Elle trouvait bien plus logique de suivre ses désirs et d'écouter son cœur. C'était là les lois de Nagakabouros.

La prophétesse finit par émerger de la végétation, ses pieds s'enfonçant dans un sable fin et blanc. Elle foulait désormais une plage en forme de demi-lune, de quelques mètres de large. Bientôt, elle se tint au bord de l'eau, et les vagues qui se succédaient venaient lécher la pointe de ses bottes. Son regard se porta au loin. Gangplank avait choisi de retenter sa chance avec Bilgewater. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid, mais l'ambition retrouvée du pirate prouvait qu'il était encore capable de lutter. Et si pour cela, il requérait son aide, elle accepterait volontiers. Non pas que l'influence grandissante de Fortune lui pose un problème, en vérité, elle se souciait assez peu de qui avait la mainmise sur la ville. Non, le véritable enjeu, c'était de s'assurer que l'homme qu'elle avait sauvé ne retomberait pas dans ses travers.

Elle aperçut finalement une voile au loin. Il n'était pas en avance, mais au moins il ne l'avait pas fait attendre plus que de raison. Elle mit à profit le temps que mettait le navire à s'approcher pour s'adonner à une petite série d'exercices. Son idole posée en équilibre entre ses épaules et sa nuque, elle entreprit de faire des pompes sur un bras. Elle avait vu un homme du Nord le faire il y a quelques temps, avec un poids supérieur, mais lui avait un sol solide sur lequel s'appuyer. Finalement, lorsqu'elle jeta un nouveau coup d'œil, le navire se trouvait déjà à quelques encablures de la plage. Elle se releva, époussetant le sable collé à se mains en les frappant l'une contre l'autre. La grande femme se campa ensuite sur ses jambes, une expression joviale sur le visage.
Elle détailla le bateau qui s'était arrêté et d'où descendait maintenant une chaloupe. Des hommes robustes, de toutes les tailles et de toutes les origines se côtoyaient sur le pont. Tous s'activaient comme si leur vie en dépendait. Elle comprit pourquoi lorsqu'un corps fut jeté à la mer, s'écrasant dans les vagues sans un bruit, sans un battement de bras. Son sourire s'étira. Elle n'appréciait certes pas qu'un homme s'assujettisse sciemment à d'autres, mais il fallait reconnaitre que le capitaine savait se faire craindre. Voulait-il l'impressionner de la sorte ? Balancer un cadavre aussi près de la côte n'était pas particulièrement malin, mais c'était un message clair.

La chaloupe s'approchait à présent, et elle reporta son attention sur ses occupants. Probablement les meilleurs hommes de Gangplank, du moins parmi ceux qui avaient survécu à l'explosion et aux luttes intestines de la cité portuaire. Au milieu d'eux, la fière stature de leur capitaine. N'importe qui lui aurait reconnu une certaine prestance. Son air sombre et son bras métallique le rendaient encore plus inquiétant que d'habitude. Du moins pour ceux qui n'avaient pas connu le pirate comme elle l'avait connu. Si on le rajeunissait un peu et qu'on oubliait les brulures et le bras en moins, elle aurait presque reconnu l'homme qu'elle avait trouvé séduisant.

Mais pour l'heure, il se tenait droit, le regard dur, un sourire vissé sur le visage. Le fond de la chaloupe racla sur le sable, et quatre marins bondirent pour trainer l'embarcation hors de l'eau. La prophétesse ne bougea pas, les laissant venir à elle. Il lui fallait maintenant examiner plus en détail le vieux loup de mer. S'assurer que son esprit était resté combatif, et qu'il ne souhaitait pas s'emparer d'anciens trésors simplement par facilité, mais bien pour faire bouger les choses. Sans compter que la récupération de l'artefact, si tant est qu'elle fut possible n'allait probablement pas être une partie de plaisir. Il fallait s'assurer que la détermination du capitaine miraculé était intacte, contrairement à son corps.

"Gangplank, la mer te rejette une fois de plus vers moi. J'espère que tu as réappris à nager,
parce que cette fois, si tu veux obtenir mon aide, te débattre ne suffira pas."


Elle scruta son interlocuteur, attendant sa réponse. Les marins semblaient surpris qu'une femme fasse preuve de tant d'aplomb devant leur capitaine, mais elle ne s'en formalisa pas. Après tout, ces pauvres diables ne saisissaient pas vraiment la Vérité. Pour eux, l'homme en face d'elle devait être au moins aussi effrayant que Nagakabouros.
Si seulement ils savaient…
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 9 Avr - 10:47
Illaoi avait à la fois conservée son charme et sa franchise... C'était surement la chose que j'admirais le plus chez elle, mais il valait mieux qu'elle n'en profite pas trop; certes, elle m'a sauvé de la mort mais ce n'est pas une raison pour me rabaisser au près de mes hommes.
"Ne t'inquiète surtout pas de savoir si je sais de nouveau nager, ma chère Illaoi" lui dis-je avec un grand sourire "J'ai suffisamment eu le temps de m'entrainer depuis notre dernière rencontre". Quelques uns de mes hommes ne savait pas trop pourquoi je me montrais si courtois avec celle qui se tenait devant nous; ils ignoraient ma relation avec la prêtresse et tant mieux...

"Toutefois..." ajoutai-je "Je ne suis pas là pour parler de natation avec toi; je suis venu pour une raison que tu sais déjà: la Couronne du Roi des Mers." Je fis une pause puis hésitant d'abord j'ajouta: "J'aimerai que nous en discutions en privé si possible". Je me retourna vers mes hommes en leur faisant signe de retourner à la barque et de nous attendre; ils exécutent l'ordre sans broncher. Un fois seul avec Illaoi, je m'adressa à elle sur un ton un peu plus sérieux: "Ecoute ma chère, je sais que c'est dans ta nature de montrer de l'autorité; mais à l'avenir, j'aimerai que cela se limite à ton peuple et pas à mes hommes", puis j'ajoutai en soupirant "Mais bon... J'imagine que je ne peux pas aller contre la volonté de ton dieu...". "Quoi qu'il en soit!" lui dis-je avec un ton un peu plus autoritaire "Est-ce que tu sais comment obtenir cet artefact?"

Autour de nous, le vent commençais à se lever...


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 9 Avr - 18:35
Gangplank n'avait pas perdu l'envie, elle le voyait. Il se montrait très direct, mais malgré tout elle sentait des réticences. Autrefois il n'aurait jamais mis les formes –aussi sommaires soient elles- pour lui parler, et il aurait gardé ses hommes auprès de lui, pour montrer qui commandait. La native de Buhru se demandait seulement si ce changement de comportement était dû à l'esprit calculateur du pirate, ou s'il se sentait redevable après les évènements à Bilgewater. Faisait-il cela pour se rapprocher de l'artefact, ou simplement parce qu'il estimait qu'il devait quelque chose à Illaoi ?

Elle se résolut à dissiper ce malentendu. Non, son aide n'était pas gratuite et désintéressée, mais faire montre de trop respect envers elle avait le don de l'agacer. Si elle aidait un homme, ce dernier ne devait pas se montrer reconnaissant envers elle, mais envers la Mère.

"Comment obtenir cet artefact, hein ?"

Elle fit pianoter ses doigts sur le métal brillant de son idole.
"Pour commencer, il faudrait être honnête avec toi-même, capitaine. Tu ne cherches pas cet artefact. Ce que tu désires vraiment, c'est Bilgewater… Et la tête de Fortune."
Le tintement de ses ongles sur le métal se fit plus rapide. Tout en parlant, la prêtresse avait rivé ses yeux dans ceux de Gangplank. Son autre main tenait fermement la poignée de l'Œil de Dieu.
"Si je t'ouvre la voie vers cet artefact, je veux qu'il soit bien utilisé. Je ne me contenterai pas du retour d'un homme médiocre à la tête d'une ville stagnante. Je veux que ce mouvement que tu as su trouver, tu le communiques à tous ceux que tu rencontreras."

Elle ne laissait plus parler l'homme au bras de fer, et la discussion virait au sermon, mais il fallait s'assurer que cette aventure ne favorise pas le retour de l'ancien Gangplank, celui qui se reposait sur ce qu'il avait acquis. Elle le pointait maintenant du doigt, détachant chaque mot pour bien se faire comprendre malgré son accent :
"Une fois que tu auras la mer à tes ordres capitaine, prendre Bilgewater sera bien plus aisé. Et si tout te réussit et que tu obtiens tout ce que tu veux, qu'adviendra-t-il de ta détermination ? Trouveras tu de nouveaux rêves, ou te contenteras-tu de t'amuser avec le pouvoir que je t'ai donné en régnant sur ton tas de cailloux ?"

Illaoi marqua une pause, laissant à son interlocuteur le temps de comprendre ce qu'elle voulait. Cependant, et avant que le capitaine ne réponde, elle reprit la parole :
"Ce n'est pas moi que tu dois convaincre. Je vais te mener au temple de cette île. Trois invocateurs de serpents se trouvent là-bas, qui ont assez communié avec Nagakabouros pour espérer comprendre ses desseins les plus simples. Tu vas les rencontrer et ils étudieront ta demande. Fais en sorte d'être convaincant, ils apprécient peu les paylangis, et ils ne révèleront pas à n'importe qui l'emplacement d'un tel trésor."

Elle cessa sa tirade, le regard toujours braqué sur Gangplank. Cet homme avait vu bien des choses, et enduré plus que sa part. Mais si elle ne doutait pas de sa valeur, elle redoutait le manque de clairvoyance du capitaine. Seuls comptaient à ses yeux son île et son navire. Elle espérait changer ça et l'aider à voir plus loin.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 9 Avr - 20:11
"Pff..."

La seule chose que je détestai avec Illaoi, ce sont les sermons... Pas moyen d'en caser une quand elle part dans la morale. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir: c'était son devoir de se montrer ferme avec les "anciennes brebis égarées".

"Tu veux que je sois honnête?" lui répondis-je "D'accord, il est vrai que je suis rongé par la vengeance, je serais ravi de voir la tête de Fortune au bout d'une pique bien en vu sur les quais de Bilgewater  et de récupérer mon trône!". "Mais..." ajoutai-je "Il est vrai qu'une fois cette objectif atteint je risque de retomber dans l'immobilité... Toutefois! Le passé et toi m'ont appris que rester immobile c'est la mort; or moi, je ne veux pas mourir comme un lâche! Avec le pouvoir de cet artefact, je serai en mesure non seulement d'imposer le respect mais aussi... Le Mouvement!"

J'étais... assez sincère dans mes propos: Illaoi m'a permis de retrouver la force que j'avais dans ma jeunesse quand j'ai dus suer haut et fort pour prendre le contrôle de Bilgewater. Grâce à elle, mon ambition était devenue si grande que pour moi je devais l'imposer à tout le monde... "Pour autant...", lui dis-je avec fermeté "Je me fiche de servir les convictions de ton dieu; s'il me permet de réaliser mon souhait alors je lui en serai reconnaissant et je lui offrirai volontiers de nouveaux adhérents que je récupérerai lors de mes escales, mais ça ce limitera à ça! Je ne veux pas avoir à le prier ou je ne sais quoi encore... Entendu?"

Avant que Illaoi ne réponde, j'ajouta avec une pointe de sarcasme: "En ce qui concerne t'es amis invocateurs, je n'ai pas peur. Alors amène moi à eux qu'on puisse enfin partir à la recherche de cet artefact".


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 10 Avr - 19:40
On y était. Le véritable Gangplank refaisait surface. Illaoi élargit encore un peu son sourire. Plus encore que son physique, la verve de Gangplank imposait le respect. Des années à balancer des ordres au milieu des batailles et des tempêtes avaient fait de lui un être charismatique. Mais seulement lorsqu'il laissait un peu plus s'exprimer son côté cruel et sans pitié. Et Illaoi prenait un malin plaisir à le faire sortir de ses gonds. Elle écouta la réponse du pirate en hochant la tête. Il était prêt.

La prêtresse avait passé la journée en pourparlers avec les religieux du temple. Les trois invocateurs en question résidaient en permanence sur cette petite île, cherchant dans l'isolement des désirs plus profonds et une connaissance de soi assez élevée pour pouvoir comprendre Nagakabouros lui-même. Bien sûr, c'était impossible. Analyser et comprendre le chaos n'était pas à la portée de simples hommes. Mais ils voyaient en ce rêve fou l'accomplissement ultime, et poursuivre des rêves était le propre de chaque être vivant selon les préceptes du dieu.

Ils étaient -du fait de leur étude poussée du mouvement- de véritables puits de science, très au courant de toutes les légendes entourant l'archipel. Aussi, si quelqu'un avait connaissance de l'emplacement de la couronne, c'était bien eux. Mais malgré son insistance, Illaoi n'avait pu leur soutirer l'emplacement potentiel de l'artefact. Ils refusaient de mettre entre les mains d'un inconnu un tel pouvoir sans connaitre ses motivations. Elle avait cependant négocié une entrevue avec Gangplank. S'il se montrait convaincant et habile, il pourrait repartir avec un cap et des indications. Dans le cas contraire… Cette aventure ne commencerait même pas.

Illaoi s'en moquait bien. Elle avait d'autres choses à faire, avec ou sans Gangplank. Mais l'opportunité qui s'offrait était trop belle, et elle espérait que le capitaine se montrerait à la hauteur. D'un signe de tête, elle l'invita à la suivre.

"En avant capitaine. Les réponses t'attendent, mais il faudra les mériter."

Elle s'enfonça dans la forêt qu'elle avait quittée quelques instants auparavant, Gangplank sur ses talons. Des bruissements se faisaient entendre, provenant d'animaux que leur passage dérangeait. Un magnifique oiseau bariolé passa en piaillant au-dessus de leur tête. Ils poursuivirent leur route, la prêtresse menant la marche, écartant les branches basses et les fougères de ses bras musculeux. Au bout de quelques minutes, ils débouchèrent sur une clairière visiblement habitée. L'écorce de tous les arbres alentour était striée de gravures représentant des monstres marins. Au centre, un petit foyer était délaissé, une mince fumée s'élevant encore de ses cendres.

Des outils en mauvais état jonchaient le sol, et à l'opposé des deux arrivants, une petite structure de pierre s'élevait. C'était plus un grand autel qu'un temple, mais en tant que seul bâtiment de l'île, il portait ce titre. Se tenant dans l'ombre offerte par les pierres taillées, trois silhouettes semblaient attendre depuis des siècles leur arrivé. La première, visiblement féminine était grande et dégingandée. La seconde, plus petite et carrée avait de longues tresses de cheveux noirs, formant une spirale qui lui couvrait le visage. La troisième était celle d'un homme large d'épaule, arborant une barbe drue. Les trois invocateurs de serpents étaient vêtus de tuniques légères, déchirées par endroit. Tous avaient des cordes teintées d'indigo autour de la taille et des tatouages semblables à ceux d'Illaoi sur tout le corps.

Illaoi fit de nouveau signe à Gangplank de venir, traversant la clairière à grande enjambée. Arrivée devant les silhouettes, elle inclina légèrement la tête puis s'exprima en buhrun :
"Nekasha, ela-shee. Gangplank daliet-shee, altak nesharaa."

Les trois religieux se contentèrent de hocher la tête à leur tour. Ils dévisageaient à présent Gangplank. Finalement, l'un d'eux –le colosse barbu- s'exprima, repassant au langage commun pour être compris du pirate :
"C'est toi le Paylangi qui veut dominer notre Mère ? Qui es-tu pour te croire capable de dompter l'indomptable ?"
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 16 Avr - 16:32
Génial... Une bande de fanatique...

Intérieurement j'en avais rien a cirer de leur soi disante Mère (heureusement que Illaoi ne lit pas dans les pensées...). Toutefois, je sentais que si je leur répondais d'une manière bien à moi (à savoir une myriades de jurons), je n'obtiendrais rien de ce que j'attendais d'eux. Avec un profond soupir (que je dissimula), je m'adressa aux invocateurs en ses termes:

"Oui, il est vrai que j'ose vous demander une faveur bien ambitieuse... Cependant!" je me mis à genoux devant eux "Il ne me viendrait jamais l'idée de dominer la Mère comme vous le dites; non, je souhaite me mettre à son service, être un dirigé plutôt qu'un dirigeant" Je pris une légère pose avant de continuer. "Certes... Je suis un paylangi... Un enfant impur, misérable et immature... Mais je souhaite me purifier en devenant un outil de la Mère via l'artefact que je requière" Je me releva et montra les signes sur mon torse. "Ces symboles..." leur dis-je "Sont la preuve de mon dévouement tout entier au Mouvement. La prêtresse Illaoi m'a sauvé de mon immobilité et m'a appris les enseignements de votre dieu... J'ai vu mon erreur! J'ai goûté à l'amertume de mon âme noirci par le mensonge! J'ai... J'ai passé l'Epreuve" Un grand silence s'installa tandis que ces mots sortaient de ma bouche. "Considéré simplement ma demande..." repris-je "Comme celle d'un homme qui n'attend qu'une seule chose: un ordre de notre Sainte Mère et l'exécuter"

En mon for intérieur... Quelque chose brûle: ma fierté. Dans ma vie de pirate, jamais je n'ai eu de maitre ou de saint patron; je n'en n'ai jamais vraiment eu besoin... Mais s'il faut jouer la comédie pour obtenir de ses invocateurs de mes deux l'objet que je convoite... Alors autant sacrifier un peu de cette fierté pour acquérir quelque chose de bien plus important: un immense pouvoir.

Je baisse humblement la tête et souris légèrement: si je n'étais pas devenu pirate, je pense que je serais devenu un très bon comédien... Reste à savoir si mon discours les a convaincus.


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 16 Avr - 19:37
Illaoi écouta attentivement les paroles de son ancien amant, tâchant de déceler une trace d'ironie, ou ne serait-ce qu'un soupçon de malhonnêteté. Elle n'y parvint pas. Le pirate semblait sincère dans sa démarche. Et il était éloquent, cela ne faisait aucun doute. Le grand barbu et la femme dégingandée semblaient d'ailleurs acquis à sa cause. Cependant, la troisième silhouette montrait plus de réserve. Le visage caché par son étonnante coiffure, elle n'exprimait rien et il était impossible de déchiffrer son expression, ni même de croiser son regard. Ce fut elle qui brisa le silence, les mains tendues vers Gangplank, comme pour lancer quelque sort.

"Le discours est beau, mais l'âme demeure cachée derrière ce regard dur… Je sais sonder l'esprit de la plupart des êtres vivants, mais le tien capitaine, je ne peux même l'entrevoir. Tes yeux ne sont pas deux fenêtres, ils sont deux barrages qui cachent peut être de noirs secrets…"

Illaoi sentait la réticence des invocateurs remonter d'un cran. Si elle n'intercédait pas en sa faveur, Gangplank n'aurait pas de seconde chance. Elle fit un pas en avant, sa stature imposante écrasant celle plus frêle de l'invocatrice qui s'était exprimée.

"Moi j'ai vu son âme. Elle était vigoureuse, pleine d'énergie. Un vortex dans le Vortex. Il n'a pas plié, il n'a pas rompu. Si notre Mère avait voulu le reprendre, il ne serait pas ici aujourd'hui."

Les yeux de l'idole qu'elle tenait sur son épaule semblaient flamboyer, alors qu'un rayon de soleil se réverbérait sur le métal patiné.
"Nagakabouros etoura eshaa."
Ajouta-t-elle en fixant la spirale de cheveux noirs.

La religieuse laissa ses mains retomber, tournant légèrement la tête pour recentrer son attention sur Illaoi. Une trouée entre les tresses laissait apparaître un œil vert qui ne cillait pas. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne réponde d'une voix posée :
"Tu places beaucoup de confiance dans certaines personnes, prophétesse. Espérons que cela ne te desserve pas dans le futur. Je n'irai pas contre la volonté de Nagakabouros, mais ses intentions doivent se faire plus explicites. Je viendrai avec vous à sa rencontre. Une fois en mer, nous verrons bien ce qu'Elle aura à nous dire. D'ici là, je réserve mon jugement."

L'œil se braqua sur Gangplank, qui n'avait pas bougé depuis la fin de sa tirade, le visage toujours incliné. Elle lui intima de se redresser, puis elle fit volteface et s'enfonça dans l'ombre du temple. Elle revint avec une bourse de cuir attachée à sa ceinture et une dague rituelle dont la forme acérée rappelait un tentacule. Elle glissa l'arme dans sa manche. Le trou avait disparu et il était à nouveau impossible de capter son regard. Les deux autres invocateurs s'étaient éloignés sitôt le débat clos, la femme pour graver de nouveaux symboles sur l'écorce des arbres et l'homme pour s'adonner à la méditation, assis sur une souche.

Illaoi, elle, s'éloignait déjà, reprenant le chemin qui menait au bateau. Elle enjoignit Gangplank et l'invocatrice à la suivre d'un geste du bras. Les choses s'étaient mieux passées que prévu, la suite de l'expédition dépendrait désormais entièrement de la volonté de Nagakabouros. Et c'était une très bonne chose.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Dim 24 Avr - 0:14
Victoire sur toute la ligne! Ou presque...

Si mon discours avait conquis la femme frêle et le grand barbu, l'autre femme mystérieuse ne semblait pas vraiment enclin à me faire confiance. Heureusement, grâce à l'intervention de Illaoi, l'invocatrice se résigna à ma demande mais insista pour nous accompagner; de toute façon, on n'a pas vraiment le choix...

Sur le chemin du retour, je réfléchissais longuement sur la suite du voyage: de toute évidence, l'invocatrice qui nous accompagnait serait notre carte et notre boussole... Autrement dit, elle nous étais indispensable afin de trouver l'artefact. Cela voulais dire aussi qu'elle allait surement me surveiller de près pour voir si j'obéis effectivement aux préceptes de son stupide dieu... J'aime beaucoup jouer la comédie, mais j'ignore si j'arriverai toujours à faire semblant... Si elle remarque quoi que se soit, adieu la couronne et adieu ma vengeance; de plus, je ne pense pas qu'elle serait très éloquente si je venais à utiliser la torture sur elle... Il fallait s'y résigner.

Nous arrivâmes de nouveau sur la plage où Illaoi m'avait donné rendez-vous; mes hommes étaient toujours entrain de nous attendre et ils avaient passés le temps en jouant aux cartes.     

"Excusez moi mesdames" dis-je à Illaoi et à la prêtresse avec un grand sourire "Je dois motiver mes troupes..."

BLAM!

Un coup de tromblon en l'air est très efficace pour "motiver" les hommes.

"Alors bande de paresseux! C'est comme ça que je vous est appris à passer le temps?! Immobile et stagnant comme des coquilles?!"

"Euh... Non capitaine mais..."

BLAM!

"Y A PAS DE MAIS! Vous allez me faire le plaisir de remettre la chaloupe à la mer pour que nous puissions retourner au navire... ET PLUS VITE QUE ÇA!!!"

Là au moins c'est clair.

Après cette petite remise au point, nous revînmes à bord de mon navire (enfin le "mien"... Personne ne sait que je l'ai volé à un général Noxien y a certain temps déjà).  Je fis venir tout l'équipage sur le pont pour les informer de la situation:

"Messieurs! Jusqu'à aujourd'hui, j'ai été le seul à vous donner des ordres. A partir de maintenant, vous devrez suivre les indications de cette invocatrice... Je vous demande de vous montrer responsables envers elle et de ne point l'importuner. Elle nous guidera là où la Mère voudra que nous allions et nous devront obéir sans faire d'histoire! Est-ce clair?"

Comme l'invocatrice était devant moi, j'ajouta en faisant des signes avec mes mains: "Ne posez pas de questions... Sinon... Je vous trucide"

"BIEN CAPITAINE!!! A VOS ORDRES CAPITAINE!!!"

Et voilà que mon équipage se rue vers les différents postes du navire et se prépare à l'aventure... Je m'adresse humblement à l'invocatrice: "Mes hommes sont à vos ordres... Où devons nous aller?"


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 24 Avr - 1:58
La mystique ne broncha pas lors du discours de Gangplank. Elle n'était pas venue pour se voir confier le commandement d'une bande de ruffians. Elle utilisa ses mains à la manière de peignes crochus pour créer des trouées dans le rideau capillaire. De nouveau l'on pouvait apercevoir ses yeux verts, qui rendaient leur regard à chacun des marins. Lorsque le pirate au tricorne s'adressa à elle, l'interrogeant du regard, elle repassa les mains dans le rideau, et ses iris émeraude se noyèrent dans le charbon de ses cheveux. Sa voix s'éleva, bien frêle comparée à celle du capitaine, pourtant tous purent l'entendre aussi aisément que si elle avait hurlé.

"Trouver le chemin n'est pas facile capitaine. Jusqu'ici, vous avez navigué sur les mers, à la sueur du front de ces hommes, et avec pour guides vos précieux instruments. Je veux croire qu'Illaoi ne se trompe pas à votre sujet. Aussi j'ose espérer que vous saurez naviguer à la sueur de votre propre front, avec pour tout instrument votre foi inébranlable et pour tout guide les murmures de l'océan…"
Sur ces énigmatiques paroles, elle se fraya un chemin vers la proue, s'installant aussi confortablement que possible dans une pile de cordages enroulés. Elle ne décrocha plus un mot.

Tous les marins semblaient se demander qui était cette bonne femme et pourquoi elle n'avait indiqué aucune direction claire, aucun cap que l'on puisse suivre facilement. Illaoi qui avait observé la scène accoudée au bastingage se décida à débloquer de nouveau la situation. Elle attira l'attention de Gangplank et articula les mots "au large" et pointant le doigt vers l'horizon. Elle lui laissa le temps de beugler ses ordres, puis elle se dirigea vers le gouvernail qu'empoignait à présent le fier capitaine. Arrivée à ses côtés, elle désigna l'invocatrice qui s'était apparemment assoupie dans son lit de corde.
"Elle te met à l'épreuve. Malgré toutes nos discussions, elle refuse de croire qu'un paylangi puisse se soucier de la foi véritable. Lorsque je l'ai consulté pour l'inauguration des temples de Bilgewater, elle était à peu près aussi enthousiaste qu'aujourd'hui."

La prêtresse se précipita d'un coup, pour aider un jeune marin qui ne parvenait pas à larguer une bonnette. Attrapant de ses mains calleuses la cordelette, elle tira fermement, tendant juste assez la voile pour qu'elle prenne le vent et se gonfle convenablement. Elle laissa ensuite le jeune homme à ses nœuds, estimant qu'elle avait fait le plus gros du travail. Malgré sa relativement faible expérience de navigation, Illaoi appréciait de se trouver sur un navire, comme tous les membres de son peuple.
Elle revint vers Gangplank, reprenant l'idole qu'elle avait laissée à ses côtés.
"Elle n'a pas quitté l'île depuis bien des lunes. Plus qu'un test, c'est un caprice. Mène-la en pleine mer, là où on ne peut contempler que Nagakabouros. Une fois qu'elle aura renoué un contact plus direct avec notre Mère, elle te sera reconnaissante, et elle se décidera peut être à nous guider réellement."

Le soleil redescendait lentement de son zénith, et le navire autrefois noxien fendait toujours les flots. Sans les rangées de canons et les multiples marques de bataille, on aurait pu prendre le bateau pour une embarcation marchande, filant tranquillement vers quelque profit. Illaoi s'était plongée dans ses réflexions, tachant de ressentir au travers du souffle du vent et des mouvements de la houle quelles étaient les intentions de son dieu. Elle considéra la femme aux cheveux en spirale, qui malgré son attitude était bien éveillée et devait faire de même. Ils se trouvaient à présent au cœur du Grand Tout, à cet endroit où nulle terre n'est visible à l'horizon et où la mer et le ciel s'enlacent et se confondent.

Se retournant pour fixer Gangplank, toujours à la barre, la prêtresse attendait une réaction de sa part. Maintenant qu'il avait accompli le souhait non formulé de l'invocatrice de serpents, il pouvait se montrer plus entreprenant et lui demander directement où il fallait se rendre. Ou alors il pouvait poursuivre la navigation au hasard, en s'en remettant à Nagakabouros.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 21 Mai - 16:22
"En pleine mer? Soit..."

Cette invocatrice était vraiment capricieuse... Elle accepte de nous aider mais elle parle en énigme et se montre de plus en plus exigeante et un peu trop fière à mon goût... Heureusement que Illaoi est là parce que sinon cela ferait longtemps que j'aurai étripé cette femme.

Je dirige donc le navire vers le large, loin de toute terre et formes de vie... En soit... Ce n'est pas si désagréable; parfois, quand on veux se vider la tête, partir en mer sans aucunes indication ou réel but nous permet de se sentir mieux et d'oublier les choses désagréables qui se passent sur le continent... J'aime la mer depuis mon enfance, ce qui en soit n'est pas très étonnant étant donné que je suis né en mer et que j'ai vécu en mer... Mais j'aime l'atmosphère qu'elle dégage: ce n'est jamais la même. Elle a deux visage: parfois elle est calme, reposée et harmonieuse; d'autres fois elle se montre violente, en colère et impitoyable... Je la considère un peu comme une personne à vrai dire: elle est imprévisible, indomptable et mystérieuse; avant chaque début d'expédition avec mes hommes, je la consulte, en silence, écoutant seulement le bruit des vagues sur la coque de mon navire. C'est... Une sorte de langage, un dialecte entre le marin et la mer qui me permet de savoir si nous aurons affaire à une mer calme ou au contraire une véritable tempête... *Soupir* En soit... Illaoi n'a peut être pas tord... Quand elle dit que la mer est notre Mère à tous...

Le soleil commencait à se coucher lorsque je décide de stopper le navire: nous sommes au beau milieu de l'océan... Il n'y a rien à perte de vue... Juste... La mer...  

Illaoi me fit signe que je pouvais à présent me montrer un peu plus entreprenant avec notre chère invocatrice; tant mieux! Pas envi de rester là en attendant qu'elle se décide à sortir de son hamac de cordes... Je laisse la barre à Illaoi et descend sur le pont. Mes hommes continuent de s'affairer à leurs taches mais me regarde passer du coin de l'œil; tout comme moi, ils n'ont pas l'air d'apprécier notre chère invitée.

"Hum!" Commençais-je, m'éclaircissant un peu la voix "Nous voilà au centre du rien... Si ce n'est de la mer et seulement elle... Nous sommes au plus près d'elle, je suppose que cela doit vous satisfaire?"
J'espère que c'est le cas ou sinon j'ai toujours la solution épluchage et gravure...


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 21 Mai - 19:42
L'invocatrice tourna à peine la tête, mais quelque chose dans son attitude avait changé. Dans le ciel crépusculaire, aucun nuage, aucun oiseau ; rien qui n'aurait pu cacher à la vue de l'équipage le tableau de l'astre solaire se noyant dans l'immensité bleu marine. Comme un gigantesque œil incandescent sur lequel se refermerait une colossale paupière. Seul le vent et les grincements du navire venaient perturber le silence. Toujours dans son nid de cordages, la femme finit par briser ce silence. Elle ne répondait pas directement à Gangplank, mais s'adressait plutôt à elle-même, marmonnant, le visage toujours éclipsé par sa tignasse :

"Où sont passées les vagues ? Il y a du vent, mais la houle ne suit pas. Peut-être qu'Elle ne souhaite pas que nous allions plus loin…"

Un murmure se répandit parmi les pirates, enflant comme une vague sur le point de se briser. Malgré cela, toujours imperturbable, l'invocatrice de serpents feignait l'indifférence. Empoignant la dague qui se trouvait dans sa manche, elle se mit à graver sur le bois du pont, dessinant une spirale qui allait en s'étirant. Illaoi focalisa son attention sur Gangplank. De là où elle se trouvait, il était difficile de lire ses émotions, mais elle était prête à parier qu'il arborait l'expression d'un homme qui s'apprête à graver. Et pas sur de simples planches. Mais la lame rituelle poursuivait son chemin, grattant un bois qui avait vu plus que son quota d'eau salée. Et tandis que la vieille main gravait, la voix de la religieuse s'élevait, de plus en plus forte, de plus en plus distincte :

"Ah, capitaine… Est-ce Illaoi qui t'a dit de me mener ici, au cœur de ce que tu appelles le "rien" ?"
Elle étouffa un petit rire, sa main poursuivant toujours sa lente besogne.
"Le rien oui… C'est un point de vue. Moi j'y vois des choses. Des formes dans l'eau, des soupirs dans la brise, qui me disent que ma décision n'appartient qu'à moi… Et j'ai beau essayer, je n'arrive pas à t'accorder ma confiance. Malheureusement, mon dieu a horreur de l'indécision. Je vais donc m'en remettre pleinement à lui. Merci de m'avoir conduit jusqu'ici capitaine, tu m'as bien facilité la tâche…"

Elle acheva son œuvre, traçant en quelques coups de lame précis un visage au centre de la spirale. Illaoi qui tenait toujours la barre n'arrivait pas à savoir ce qu'elle faisait, mais les paroles qu'elle entendait n'étaient pas pour lui plaire. Elle agrippa un marin qui lui tournait le dos et le força à prendre sa place derrière le gouvernail, puis elle se rua vers le capitaine et l'invocatrice. Malheureusement trop tard. La voix nasillarde s'élevait de nouveau, et cette fois elle psalmodiait en buhrun. Des mots anciens. Des mots que la prophétesse ne connaissait que trop bien. Les hommes changèrent d'attitude. D'agressifs, ils passèrent à méfiants. Comprenaient-ils ce qui était en train de se dérouler ?

La main burinée d'Illaoi s'abattit sur l'épaule de la vieille femme, l'obligeant à se redresser et à la regarder en face. Sous le masque de cheveux, impossible de dire si elle avait prévu de faire cela depuis le début, mais le rire qui s'échappait de son corps frêle était éloquent. Le visage de Gangplank traduisait désormais son étonnement. La prêtresse ouvrit la bouche, pour répondre à son questionnement muet, mais la secousse qui ébranla le navire s'en chargea mieux qu'elle. Impuissante, elle regarda les premiers tentacules s'élever et sortir de l'eau, lentement.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Lun 4 Juil - 17:42
Il y a trois choses que je déteste...

Fortune...

Qu'on ose toucher à mon navire...

Et que je n'arrive pas à prévoir quelque chose...

Vous connaissez ce sentiment quand vous avez l'impression d'avoir été trahi? Celui que vous ressentez quand on vous a piégé et que vous êtes impuissant face à ce qui vous tombe dessus? Celui qui vous dicte de vous ruer sur la personne qui est responsable de votre malheur et de l'égorger sur place sans se soucier de ce qu'il y a autour? Et bien... Moi je n'ai pas ce sentiment... Même si à cet instant j'aurai voulu faire de même avec cette fichue invocatrice... Mon corps et mon esprit étaient plus focalisés sur ce qui allait apparaitre sous nos yeux...

D'abord ce fut une secousse... Anodine pour certain... Mais pas pour moi... Petit à petit, je pouvais sentir plusieurs choses se fixer sur la coque du navire... Puis glisser le long pour remonter à la surface tout doucement... Des membres spongieux... Hideux... Monstrueux... Recouvert complètement de ventouses tout aussi effrayantes... Des tentacules. Ils montaient de plus en plus en hauteur... Enormes et terrifiants... Mais là encore, ce n'était que de la façade... La véritable vision cauchemardesque, c'était la tête de cette créature... Immense et difforme... D'une couleur sombre... Avec ces yeux... Ces yeux disproportionnés qui semblait vous fixer vous et votre âme... Je ne le réalisait que maintenant, mais nous avions en face de nous la créature la plus crainte et la plus titanesque que la mer n'a jamais portée... Un Kraken.

"TOUS AUX CANONS!!!"

Est ce que c'est la peur qui me fait réagir ainsi me direz vous? Non... C'est la colère, celle que je ressens en me rendant compte que tout cela aurait put être évité... Si j'avais su ce que cette femme mystérieuse préparait... Mais il est trop tard à présent... Nous allions affronter ce monstre des abysses... Mes hommes se précipitèrent pour mettre en place les canons sur le pont et dans la cale...

"Canons en place capitaine!!!"

"FEU!!!"

Une myriade de boulets, crachés en même temps s'abattirent sur les tentacules de la créature... Un bruit horrible se fit entendre... Comme un cri venu des profondeurs de la mer... Et sans crier gare, le cauchemar tentaculaire manifesta son mécontentement en secouant le navire en abatant plusieurs de ses immondes membranes sur le pont...

"Nom de..."

La secousse me projeta en arrière et mon dos percuta le mat principale de mon navire... Bon dieu ça fait mal... J'entend les hurlements de mes hommes... Ils sont paniqués, ils courent dans tout les sens, fuyant ce qu'ils ne peuvent fuir... Je me relève difficilement, me tenant l'épaule de mon bras valide. Je sors mon sabre, même si je n'espère pas faire grand chose avec... Je beugle à mes hommes:

"Reprenez vous! Dirigez les canons sur... OURF!!!"

Je viens de me recevoir un coup de tentacule... La douleur est plutôt désagréable... Je tombe au sol... Un peu sonné... Décidemment, j'ai l'impression d'être un vulgaire sac de patate. Je vois comme une ombre se profiler sur moi... Je comprend tout de suite de quoi il s'agit et effectue un geste sur le côté avant d'entendre un tentacule s'abattre sur mon ancienne position... Un de mes hommes m'aide à me relever:

"Capitaine! On est débordé quels sont vos ordres?!"

Je lève ma tête vers lui... Je suis légèrement en sang... Mais je garde un visage impassible et sombre... Mes yeux le fixant durement

"Arrêtez de vous plaindre! Tenez sur vos deux jambes et battez vous si vous voulez survivre matelot!"

Je le bouscule et crache par terre... Ce n'est pas un vulgaire tentacule qui va m'impressionner... Je fonce vers lui et plante profondément mon sabre dedans... Une fois encore, un cri horrible se fait entendre... Mais étrangement, je n'ai pas l'impression que c'est le monstre qui l'émet... Le tentacule en tout cas lui ne bouge plus... Minute, c'est pas logique ça... A moins que...

J'ignore si j'ai compris comment vaincre cette créature... Mais si c'est le cas... Alors nous avons une chance de nous en sortir:

"LES HARPONS!!! PRENEZ DES HARPONS!!!"

Mes hommes me regarde sans comprendre d'abord... Se demandant comment des harpons allaient nous sauver la vie... Mais lorsqu'ils virent mon sabre planté dans le tentacule inerte... Ils se précipitèrent tous vers la caisse contenant les harpons... Mais ils n'y parvinrent pas... Le monstre semblait être plus intelligent que je ne le pensais car il compris vite mon plan et se saisit de la caisse, balayant au passage tout ceux qui s'y dirigeait... Il fit voler la caisse dans le ciel et l'explosa avec l'aide d'un autre de ses tentacules... Je vis alors les harpons retomber sur nous.

"A l'abri!!!"

J'eu le temps de glisser sous l'escalier menant vers le pont supérieur lorsque les premières piques s'abattirent... Je vis plusieurs de mes hommes se faire planter sur place... N'ayant même pas le temps de hurler ou d'émettre le moindre son d'agonie... Mais en soit... Nous pouvions récupérer quelques harpons à présent. Je sorti et hurla au reste de mes matelots:

"Vite! Prenez ces foutus harpons et faites payer ce monstre pour ce qu'il à fait à nos camarades!!!"

Ni une ni deux, mes marins saisirent les précieuses armes et étaient prêts à en découdre...

"Evitez les coups de tentacules! Si vous en avez l'occasion... PLANTEZ LES!!!"

Mais alors que je donnait mes ordres, je ne vis pas une des membranes du monstre se projeter sur moi... Je sentis mon corps s'envoler... Et passer par dessus bord...


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 8 Juil - 17:17
Illaoi ne s'attarda pas aux côtés de l'invocatrice. En un instant elle s'était rendue à la proue du navire, là où le monstre était le plus susceptible de se montrer véritablement. Elle entendit vaguement les ordres de Gangplank, tandis qu'elle scrutait la surface, une main tenant la relique, l'autre fermement accrochée à un bout. Finalement, une fois chacun de ses membres spongieux bien en place, le kraken émergea. Illaoi ne put s'empêcher de perdre une seconde à le détailler. C'était un grand spécimen, pourvu de barbillons tordus et d'yeux globuleux. Rebuté par les hauts-fonds et la pollution des quais abattoirs, ce genre de colosse ne pouvait être aperçu qu'en haute mer. Évidemment, vous aviez beaucoup plus de chances de le croiser si une invocatrice aigrie appelait directement la bête et la lâchait sur votre navire.

Une secousse ébranla toute l'embarcation tandis que l'animal passait à l'action. La prêtresse manqua de basculer à cause du poids de l'idole, mais sa main gauche tenait toujours le cordage et elle put se maintenir en équilibre. Les tentacules s'abattaient méthodiquement, fauchant les hommes avant de frapper ceux qui restaient à terre. Illaoi se voyait contrainte d'agir. La salve de boulet n'avait blessé le titan que superficiellement, et les hommes de Gangplank étaient déjà en pleine déroute. Elle prit son élan avant de bondir par-dessus le bastingage, dans le but d'atterrir sur la "tête" du kraken, qui concentrait tous les organes vitaux. Elle s'abattrait, idole en avant, avec assez de force pour désorienter la créature.

C'était du moins le déroulement prévu, avant qu'un tentacule ne la cueille en plein vol, l'envoyant s'écraser sur le pont.
"Ourgh…"
La vague de douleur se propagea des reins jusqu'en haut du dos, mais elle n'avait pas le temps de s'en inquiéter. Elle se releva prestement, pestant entre ses dents. Du coin de l'œil, elle vit l'invocatrice qui s'engouffrait dans la cale. C'était mauvais signe. La prophétesse était déjà étonnée qu'à elle seule la vielle femme ait pu appeler un tel mastodonte, mais il était encore plus étonnant qu'elle en garde le contrôle. Si elle s'estimait en danger sur le pont, cela signifiait qu'elle avait perdu le contact mental et qu'elle n'était plus capable d'empêcher la bête d'agir à sa guise. Slalomant entre les tentacules et les membres de l'équipage qui luttaient, Illaoi progressa cette fois vers la poupe, là où Gangplank se battait.

Elle vit le monstre envoyer valser une caisse. L'instant d'après, une pluie de harpons s'abattait sur le pont. La prêtresse se jeta sur son dos déjà meurtri, ramenant ses genoux sous son menton tout en rentrant la tête. L'Œil de Dieu maintenu au-dessus d'elle en guise de bouclier, elle entendit distinctement deux pointes ricocher contre le métal de la relique. Un troisième harpon passa un peu à côté, laissant une douloureuse balafre sur son bras gauche. Au moins, contrairement à certains marins, aucun ne s'était profondément fiché dans sa chair. Sans un regard pour les pauvres hères qui n'avaient pas souffert longtemps, elle se releva. Juste à temps pour voir le capitaine se faire éjecter par-dessus bord.

Les hommes d'équipages qui avaient comme elle assisté à la scène était estomaqués. Les bras ballants, ils contemplaient la surface, là où Gangplank avait disparu dans une gerbe d'eau. Comme si, privés de leur capitaine, ces hommes avaient perdu toute volonté. Illaoi n'eut pas le temps de se dire que c'était tout de même malheureux de manquer à ce point d'esprit d'initiative, déjà, le monstre reprenait sa tactique favorite. Le faucher-écraser. Il fallait un miracle pour espérer faire basculer le combat. Esquivant un autre coup du monstre, la prêtresse se mit à réfléchir. Si ces hommes avaient besoin de quelqu'un pour les commander, elle pouvait toujours tenter sa chance. En voyant une pièce d'artillerie renversée sur le côté, mèche intacte, un plan germa dans son esprit. Mais d'abord, elle devait remiser son idole quelque part. Avisant l'ouverture qui menait à la cale, elle attrapa la relique à deux mains avant d'armer son lancer. Priant pour que personne ne se situe en contrebas, elle jeta de toutes ses forces.

La lourde sphère de métal décrivit un arc parfait avant de passer par l'ouverture. Un craquement tonitruant se fit entendre. La prêtresse pria pour qu'il s'agisse de bois et non pas des os d'un pauvre diable. Libérée de sa charge –la relique ne risquant rien tant qu'elle restait au niveau inférieur- Illaoi harangua les marins, attrapant au passage deux harpons.

"Vous avez entendu votre capitaine ? Plantez-les ! Luttez pour vos vies !"

Avec un rugissement guerrier, elle bondit sur un tentacule proche, souhaitant diriger par l'exemple. La première pointe transperça l'appendice avant de se ficher dans le bois du pont. Elle attrapa ensuite le deuxième harpon et frappa à répétition le tentacule immobilisé, détachant de larges morceaux de chair à chaque assaut. Reprenant un peu contenance, les pirates se saisirent des armes restantes et entreprirent de l'imiter. Certains, pas encore décidés à lui obéir préféraient tenter de sauver leur chef, l'un d'entre allant même jusqu'à plonger à l'eau. Sa tentative échoua au moment ou un membre caoutchouteux surgi des profondeurs l'enserra et l'entraina par le fond.

"Combattez ! Cette épreuve n'est qu'un remous dans le grand tourbillon !"
Ayant retrouvé un semblant d'organisation, les marins encore capables de se battre avaient déjà réussi à contrôler plusieurs tentacules, rendant les attaques du kraken moins oppressantes. La créature, comprenant qu'on était en train de la piéger manifesta son mécontentement en déplaçant sa tête monstrueuse vers le centre du navire. Arrivée là, elle utilisa son accroche pour armer un formidable coup de tête. L'impact envoya tous les membres d'équipage au sol, retournant certains canons. L'inquiétant craquement qu'avait entendu Illaoi ne présageait rien de bon. Elle se hâta de mettre son plan à exécution. Appelant un solide loup de mer au crâne rasé à son aide, elle s'arc-bouta contre la pièce qu'elle avait vu tout à l'heure. À deux, ils parvinrent à redresser le canon.

Lorsque la terrifiante créature refit surface, la grande femme était prête. La gueule du canon était parfaitement alignée, pointée droit vers le faciès de cauchemar. Ne manquait plus que quelque chose pour allumer la mèche, mais dans la panique qu'avait causée l'attaque, les servants avaient rapidement abandonné leur poste. La prêtresse se trouvait donc sans aucun moyen d'embraser la poudre, et le kraken n'allait pas rester sur place indéfiniment…
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Mer 5 Oct - 22:00
...

« Bordel… »

J’étais actuellement dans une situation critique : l’invocatrice nous avait trahi pour faire apparaitre sous nos yeux un monstre tentaculaire tout droit sorti du pire cauchemar de tous capitaines ; ce dit monstre avait réduit à la peur chacun de mes moussaillons et en avait exterminé un trop grand nombre ; et pour finir, j’étais actuellement accroché à la coque de mon navire à l’aide de mon bras en fer, essayant de faire remonter à la surface le reste de mon corps immergé dans l’eau, agitée par les remous terribles causé par le navire qui était en proie à ce foutu mollusque.

« Je… Ne vais… Pas… Abandonner… Dès maintenant ! »

Avec toute la rage d’un homme près à en découdre, j’enfonçais complètement mes doigts en fer dans le bois de mon navire qui souffrait déjà le martyr… Avec mon autre bras, je pris autours de ma ceinture un petit poignard que je plantais dans la coque et ainsi m’aider à escalader jusqu’à la rambarde de mon navire.

C’était une véritable épreuve : je devais soulever mon propre poids déjà alourdit par l’eau uniquement à la force de mes deux bras… Je ressentis une terrible secousse, il semblait que la bête abyssale venait de reprendre son activité… J’entendais, malgré le bruit incessant des vagues cognant contre le navire, les cris de mes marins affolés… Sans moi, ils n’étaient plus rien…

« Je vais… Te tuer… Espèce… Espèce… RAAAAH !!! »

Dans un ultime effort, je réussis à extirper mon bassin de l’eau… Je repris mon souffle et recommença à nouveau pour finalement sortir mes deux jambes. J’étais à présent complètement hors de l’eau… Mais je ne criais pas victoire tout de suite… Il fallait encore que je remonte sur le pont et que je fasse manger la poussière à ce maudit Kraken. Avec un rythme régulier, j’alternais entre mon bras en fer et ma dague, escaladant petit à petit la coque du navire… A mes oreilles, parvenais des craquements inquiétants… Signe que le bâtiment commençait à ne plus supporter l’étreinte du monstre.

« Je jure que si je m’en sort… Je ferais bouffer à cette invocatrice chaque centimètre des tentacules de cette abomination ! »  

Je serais les dents… Personne ne faisait subir un tel traitement à mes hommes et surtout pas à mon navire sans en subir les conséquences… Fini la comédie… Il était temps de mettre les choses au clair et maintenant !

Ma main parvint enfin sur le pont… Je me hissai dessus avec difficulté, mais au moins, l’ascension était faite… A présent, il fallait s’occuper du monstre aux yeux globuleux… Je cherchais Illaoi des yeux : elle était avec l’un de mes costaux gaillard, armant un canon vers la bête qui semblait immobilisée… Sauf qu’il semblait y avoir un problème, et je compris très vite de quoi il s’agissait : ils n’avaient rien pour allumer la mèche…

Mes yeux se posèrent sur un tonneau qui se révéla providentiel : légèrement fendu, il en ressortait de nombreuses oranges qui s’éparpillaient un peu partout sur les planches du pont… J’en saisi une bien belle… Je pris un sabre qui trainait là et écrasa l’orange pour rependre son agrume sur la lame de l’arme… Des sacs de poudre à canon se trouvait juste à côté de moi : ils étaient fendus par un harpon et de léger grains se déversaient petit à petit sur le bois du navire… Je m’approcha, leva ma lame et la cogna fort contre le sol recouvert de poudre… Assez pour créer une légère étincelle qui permis à ma lame de s’embraser…
Je m’approchai de mon moussaillon et d’Illaoi, posant une main sur l’épaule de cette dernière.

« Désolé pour le retard... Mais on m’a obligé à prendre un bain forcé… »

Je lui adressais un regard neutre… Mon visage semblait impassible… Mais en moi, la rage bouillonnait comme les 7 enfers… Je crachai à terre une petite giclé de sang avant d’approcher la lame embrasée de la mèche de la pièce d’artillerie.  

« Va rejoindre les abysses que tu n’aurais jamais dû quitter… »

BOOOOUUUUM !

Le canon cracha son projectile qui arracha violemment, alors que l’hideuse bête reprenait ses esprits, l’un de ses yeux effrayants… Une immense gerbe de sang noirâtre émergeait de cette terrible blessure, se répandant sur une partie du pont… Une fois encore, et plus intensément que toute les autres fois, un cri strident se fit entendre, une plainte horrible venue des profondeurs… Le mollusque semblait perdre l’équilibre et sa tête vint s’abattre violemment sur le pont du navire, créant une ultime secousse… La bête était vaincue, mais pas encore tout à fait morte… Son sang noir continuait de sortir abondamment.
Je m’approchai en titubant un peu jusqu’à l’œil valide de la créature… J’étais prêt à en finir avec elle… A lui faire payer ce qu’elle avait fait à mes hommes et mon bâtiment. Je levai ma lame au-dessus de ma tête… J’allais l’achever… J’allais mettre un terme à son existence… Mais…

Alors que ma colère était des plus intense, je sentais un gémissement plaintif… Toujours le même… Ce bruit venu du fond de la mer… Qu’était-il ? Pendant quelques secondes, je m’interrogeais sur sa provenance, quand soudainement, une hypothèse germa dans mon esprit.

« … »

Je baissai doucement ma lame, regardant la créature blessée… Dans son œil, je pouvais lire la peur… Mais aussi… La pitié…

« Remettez-moi ça à la mer… »


Mes hommes, déjà abasourdi de me voir encore en vie, furent encore plus étonné par mon ordre.

« Mais… Mais capitaine… Ce monstre a tué plusieurs de nos hommes… »

« Des sacrifices nécessaires… Puisse la mer les accueillir dignement… »

Tout en disant ces mots, mon regard ne quittait pas celui de la bête… Mes hommes s’exécutèrent et, avec l’aide de grands morceaux de bois qu’ils utilisèrent comme des leviers, ils rejetèrent le Kraken à la mer… Les tentacules qui entouraient mes navires redescendirent doucement avant de disparaitre elles aussi sous la surface de l’eau… Le temps recouvrait son aspect normal… Les mouettes chantaient de nouveau… La mer semblait être plus calme.

« Où est-elle ? »


Je cherchais en effet des yeux celle qui était responsable de cette situation.

« L’invocatrice ? Elle s’est engouffrée à l’intérieur de la calle… On va… On va la chercher ! »

3 de mes marins descendirent à la calle pour mettre la main sur la femme… Pour ma part, je m’avançais jusqu’au rebord de mon navire pour regarder là où l’abyssal monstre avait disparu… Je sentais quelques gouttes perler le long de mon visage, me rendant compte que j’avais une entaille au niveau de mon crâne… Mais je ne m’en inquiétai pas… Ce qui me trottait actuellement dans la tête… C’était la mer… Et ses sanglots qui s’étaient tus…


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 25 Oct - 18:59
La prêtresse regardait le capitaine agir. Son capitaine. Brusquement elle réalisa ce qui le rendait encore si séduisant à ses yeux. Malgré le poids des années, les nombreuses cicatrices et le bras arraché. Malgré ses manières bourrues et son regard froid. Et surtout malgré cet horrible caractère qui était le sien. Gangplank était en réalité aussi libre qu'elle. Il incarnait cet idéal de la piraterie au sens le plus large. La liberté, partout, pour tous ceux qui se réclamaient frères de la côte. La liberté de ne pas respecter les lois, de prendre ce que l'on désirait et de vivre comme on l’entendait. Le rejet de toute morale, aussi, et c'était là le point le plus important. N'importe quel autre capitaine, ayant vaincu la créature l'aurait sûrement achevée. Que ce soit par "vengeance", "justice" envers les marins tombés au combat ou simplement par "intérêt".

N'importe quel autre capitaine, mais pas Gangplank. Il était capable de mettre de côté morale, considération personnelle et intérêts pour laisser parler son cœur. Cela se ressentait dans ses décisions. Chaotiques. Souvent ses hommes devaient questionner la logique de leur capitaine. Eux étaient incapables de comprendre. Pourquoi relâcher la créature qui leur avait fait tant de mal ? Le pirate était plus qu'un homme d'expérience. On ne vit pas aussi longtemps que Gangplank uniquement grâce à l'expérience acquise. Non, si cet homme seul sans foi ni loi avait réussi à tenir une ville entière sous sa coupe pendant tant d'années, c'était aussi et surtout grâce à son imprévisibilité. Grâce à son instinct. Oh, c'était sûrement là ce qui avait amené Illaoi à le côtoyer, en premier lieu. Cette aura qu'il dégageait en permanence. Celle d'un fauve, un véritable animal capable du meilleur comme du pire. Sans une once de loyauté, sans maître, capable de faire preuve d'autant de violence et de furie que la mer elle-même. Capable aussi de contempler le monde calmement, l'esprit aussi clair et apaisé que l'eau de la lagune.

Elle n'avait jamais réussi à lui faire admettre cet état de fait, cependant. Elle avait trouvé chez lui les qualités d'un Apôtre, et elle le lui avait fait savoir. Avec l'entrainement et la formation adéquats, il serait probablement devenu un bien meilleur prophète qu'elle ne l'était. Mais il ne croyait pas. Ou plutôt, il prétendait ne pas croire à toutes ces histoires de dieu omniprésent insufflateur de désirs. Mais qu'il le reconnaisse ou non, qu'il en ait conscience ou pas, Gangplank était sûrement l'homme vivant le plus réceptif aux injonctions de la Grande Barbue.

Illaoi se pencha par-dessus un bout bastingage, lequel depuis l'attaque du kraken était par endroit complètement arraché. Quelques bulles remontaient encore à la surface, de temps à autres, tandis que le sang noir se dispersait rapidement au gré des vagues. Dans quelques minutes le nombre de requins dans la région atteindrait des records. Un ordre tonitruant fit se retourner la prêtresse. Le capitaine envoyait ses loups de mer à la recherche de l'invocatrice. À défaut d'avoir eu la satisfaction de tuer le kraken, les hommes d'équipages allaient trouver là un autre exutoire.

"Comme la vie est bien faite." murmura la prophétesse pour elle-même.

Comme elle n'avait rien à faire, elle posa de nouveau son regard sur cet ancien amant. Au milieu de ses hommes qui s'agitaient, déplaçant les corps et redressant les pièces d'artillerie, il se tenait, la mine sombre. Calme avant la tempête, elle le pressentait. Finalement, on entendit du bruit en provenance de l'écoutille de descente. Les cris stridents d'une femme qu'on traîne vers le pont supérieur. Un premier gaillard émergea, tenant un bras. Il semblait déployer des efforts colossaux. Derrière lui, une tornade d'ongles et de cheveux, encadrée par les deux autres marins qui tentaient vainement de la canaliser. Finalement, l'un d'eux perdit patience et tira un pistolet de sa ceinture. Il frappa avec la crosse sur ce qu'il estimait être la tête de la religieuse. Un nouveau cri monta et la tornade cessa de s'agiter. Les trois hommes traînèrent alors l'invocatrice devant leur capitaine.

Malgré l’inextricable tignasse qui lui recouvrait encore le visage, on pouvait voir le sang poisseux qui coulait de sa tempe. Tous les hommes sur le pont, du vieux bosco à la peau hâlée au dernier mousse maigrichon se taisaient. Mais les regards en disaient long. Très long.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Mar 29 Nov - 23:42
Je ne sais pas ce que je vais lui faire… Mais dans tous les cas, elle ne va surement pas aimer. Ma colère est belle et bien présente… Et elle ne se calmera pas tant que je ne me serais pas abreuvé de la souffrance de cette horrible sorcière. Le sang m’appel… La frustration de la perte de mes hommes monte en moi… Je m’imagine déjà sortir mon sabre et lui trancher sa petite gorge pas plus épaisse qu’un bout de chiffon… Je vois son sang putride se répandre sur le pont… Sa tête livide avec ses yeux révulsés…

Un doux frisson me parcourait l’échine. Oui… La tuer ici et maintenant satisferait ma soif… Mais j’avais d’autres projets pour cette femme. Je m’approchais d’elle… L’invocatrice était maintenue par deux de mes hommes, légèrement sonnée par le coup de crosse d’un de mes matelots… Une belle initiative de sa part, mais pas suffisante pour lui procurer de la douleur… En tout cas, pas assez pour ce qu’elle a fait. En m’avançant, je remarquais que le vent soufflait vraiment très fort… Une ambiance d’exécution dans l’air… Du calme… Ce n’est pas le moment de céder à cette envie irrésistible… Je n’ai même pas commencé à m’amuser. Je tournais mon regard sur chacun de mes hommes : ils étaient tous silencieux… Comme à un enterrement. Leur visage était de marbre, mais dans leurs yeux, je pouvais lire assez aisément cette fureur qu’ils contenaient tant bien que mal… Certains avaient quelques spasmes à force de se retenir, jouant avec le manche de leur poignard ou en faisant craquer les articulations de leurs doigts. Ils voulaient voir du sang… Nul crainte mes chers compagnons… Il sera bien présent…

Je saisis la tête de cette immondice, un léger sourire sur mes lèvres.

« Vous savez ma chère… Je me suis toujours demandé… Pourquoi cette coupe de cheveux ? Vous devriez… »

Et sans crier gare, j’empoignait plus fortement la tignasse de l’invocatrice, prenant mon sabre et coupant net ses sombres mèches… Je pense que je lui ai fait mal, car sur son visage enfin à découvert, je pouvais distinguer sa douleur… Doucement ma chère… Nous ne faisons que commencer.

« Voilà qui est mieux… A présent, je me dois de vous punir pour le traitement que vous nous avez fait subir à chacun d’entre nous… » Je levais la tête vers mes hommes, haussant un peu plus la voix : « Quel devrait être le sort pour le crime que cette femme a commis ? »

Mes marins, sans hésitations, s’exclamèrent tous à l’unisson :

« LA MORT !!! »

La mort… Comme je vous comprend… Toutefois, ce n’est pas mon intention actuelle… Croyez-moi, je me fais violence pour éviter de répondre à votre douce attente… Mais je vous promets de vous calmer votre soif… Je tourne de nouveau mon regard sur l’invocatrice, toujours avec ce même sourire. Je m’accroupis près d’elle, mon visage non loin du sien.

« Mes hommes réclament votre mort… Rassurez-vous, je n’en ferais rien… Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de prix à payer… Et celui-ci est assez coûteux dans votre cas… »

Je fis signe à mes deux gaillards qui la maintenait de lui forcer à ouvrir grand la bouche… Ils s’exécutèrent. Elle ne se laissait pas faire, essayant de les mordre… Elle ne finit pas se fatiguer et ses jolies quenottes s’offraient à moi… Pour mon plus grand plaisir.

« Ooooh… Que de belles dents vous avez là ma chère… Elles ont l’air fragiles cependant… Voyons voir à quel point… Voulez-vous ? »

Sans lui laisser le temps de donner le moindre signe de réponse, je saisis avec la plus grande précaution l’une de ses incisives… Et avec la même douceur, la réduisis en poussière… Elle poussa un cri de douleur, mais je fis signe en mettant un doigt sur mes lèvres de se taire… Je m’employais à broyer sa canine gauche supérieure… Elle souffrait vraiment, des larmes commençant à couler de ses joues.

« Vous n’en pouvez déjà plus ? Attendez… Je voulais savoir ce que ça fait si… »

Je saisis trois dents en même temps… Et en ayant un léger rictus, je mis fin à leur existence. Elle hurla, du sang se rependait déjà dans sa bouche. Je lui fis basculer la tête en avant pour éviter qu’elle ne s’étouffe… Elle cracha plusieurs petits filets sur le plancher… Je faisais relever doucement son joli minois, lui adressant un faux air désolé…

« Vous m’attristez… Ou du moins… Je ne trouve pas tout à fait une petite satisfaction… Mais ne vous inquiétez pas… Je sais comment remédier à cela »


Je me détournai d’elle, allant chercher le sabre que j’avais utilisé pour allumer la mèche du canon pour vaincre le Kraken… Elle était encore brulante… Parfait… Juste ce qu’il faut. Je revins vers notre pauvre amie… Elle ne comprenait pas encore sur le coup… Mais lorsque je demandais à mes hommes de lui faire ouvrir la bouche à nouveau, elle comprit soudainement la raison pour laquelle je lui avais broyé les dents et pas arraché comme un barbare… Un cri strident venant de sa part retentit par-delà les flots… Venant s’ajouter au bruit des vagues et se perdant dans le calme du vent marin.

A la fin de la journée, nous avions apporté quelques réparations au navire… Pas assez pour nous assurer qu’il ne nous coule pas entre les doigts, mais au moins il restait encore à la surface… Ce qui constituait un petit miracle. J’étais accoudé à la rambarde, contemplant la mer… Je ne savais pas trop quoi penser… Au final, j’avais laissé parler une partie de moi-même… Sans complètement la libérer. J’aurais pu faire pire, mais l’invocatrice devait rester en vie, elle seule savait où trouver notre fameuse couronne… Elle ne devait sa survie uniquement que par ce fait… Mais je pense qu’à présent, elle était consciente que je pouvais couper le fil de sa vie en un instant… Ce serait facile… Sans fatigue et sans cris…

Je sentais le regard d’Illaoi se poser sur moi… Un regard de reproche ? D’admiration ? Indifférent ? Dans tous les cas, je tournais vaguement la tête dans sa direction.

« Chassez le naturel, et il revient au galop… Je ne sais pas qui est l’imbécile qui a sorti cette phrase… Mais je crois qu’il avait raison… »



    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 30 Nov - 22:40
Illaoi regarda la scène avec une attention toute particulière. Elle guettait les réactions de l'invocatrice, cherchant un semblant de courage dans son attitude. Elle n'en vit pas trace. Elle se débattait mollement, ses yeux verts dardant furieusement sur le capitaine un regard plus noir que les abysses. Mais c'était tout. Pas de psalmodie, pas d'incantation pour maudire le navire et son équipage avant de quitter ce monde, la tête haute après l'affront. Elle restait accrochée à l'espoir de s'en sortir relativement indemne. Probablement persuadée que si elle ne luttait pas, le "petit incident" qui avait engendré la mort de tant de marins serait vite oublié. Donneuse de leçons pathétique. Fausse prêtresse ! Illaoi veillait toujours à ne pas imposer aux autres un style de vie auquel elle ne pouvait se plier elle-même. Si la prophétesse prêchait si bien le Mouvement, c'était avant tout parce qu'elle était en mouvement. Mais apparemment, tous les membres de son culte ne se sentaient pas aussi investis.
 
Bientôt, le craquement des dents de la femme et les cris déchirants qui suivaient inévitablement se firent entendre. Illaoi s'approcha encore un peu. Tel un lion privé de sa crinière, l'invocatrice n'avait plus rien d'impressionnant. Elle gémissait faiblement à présent. La mèche vint mettre fin à ce demi silence. Hmm, Gangplank n'avait pas perdu la main. Enfin, littéralement, si, mais il compensait cette perte par des techniques novatrices et une utilisation particulièrement habile des outils à sa disposition. Bras métallique et mèche ardente. Une très belle composition, sublimée par la préparation et le fond sonore minimaliste. Un solide 7 sur 10.
 
Par la suite, il fallut de nouveau s'agiter. Courir çà et là, apporter son aide aux marins les plus mal en point, radouber en urgence une bonne partie de la coque. Sous la férule de leur terrible capitaine, les hommes se déplaçaient vite et bien, effectuant rapidement les opérations nécessaires. La prêtresse délaissa les tâches qui requéraient de la technique pour apporter son "expertise" là où on avait besoin de gros bras. Redresser une planche épaisse comme un homme, maintenir un espar en place pendant que d'autres le fixaient à grands coups de maillet. Ça c'était son domaine. Finalement, le navire resta à flots. Aucune avarie à déplorer en dessous de la ligne de flottaison. Un miracle. La prêtresse jeta un regard reconnaissant à la mer. Son capitaine aussi contemplait les vagues, perdu dans ses pensées.

"Héh... Tu devrais me laisser le soin de faire les maximes, chéri. Tu t'exprimes bien mieux avec ton corps."
Elle agita la main vers la figure prostrée de l'invocatrice. Attachée à un canon pour éviter qu'elle ne saute par-dessus bord. De temps à autre, un spasme agitait la malheureuse qui se redressait pour cracher. Sa bouche révélait alors des gencives à nu, horriblement boursouflées et un mince filet de sang venait grossir la flaque devant elle. Visiblement, la prêtresse se moquait éperdument du sort de l'ermite. Mais ce n'était pas le cas de Gangplank. Alors autant le laisser disposer de cet ersatz stagnant de vie comme il l'entendait. Cela ne faisait ni chaud ni froid à l'Apôtre.
 
"Je vais aller me renseigner sur notre cap."
Dit-elle simplement avant de partir à grandes enjambées. Elle s'agenouilla à proximité de l'invocatrice. En dessous d'un front à présent dégagé, deux grands yeux verts la fixaient avec colère. Une phrase tomba des lèvres enflées en même temps que quelques gouttes de salive rougeâtre.
"Traitreffe... Tu ne m'as pas fauvée..."
Illaoi se fendit d'un grand sourire. Puis son regard se fit dur et méprisant alors que son poing allait s'abattre sur le nez de son interlocutrice. Toujours soigner l'entrée en matière.
 
"Je ne sauve que ceux qui le méritent. Les années passées dans votre île vous ont fait perdre de vue la Vérité. Heureusement, ces paylangis que tu abhorres tant sont là pour ta rappeler que la vie est un combat de chaque instant. J'irai voir les deux autres en temps utiles. Pour le moment, je n'ai que toi sous la main et j'ai besoin d'un cap."
 
Après un dialogue qui pourrait être résumé en ces termes : "Donne les infos. Non. *Paf* Ouille. Donne les infos. D'accord." La grande prêtresse revint vers Gangplank et lui indiqua le cap à suivre. Quasiment plein Est à partir de leur position. L'invocatrice avait indiqué l'emplacement d'une île, entourée de hauts-fonds qui dissuaderaient en principe tout capitaine ayant encore toute sa raison de s'approcher. Un lieu loin de toute terre habitée et des routes maritimes. Parfait pour cacher un trésor, en somme. La géante se retourna ensuite vers la silhouette toujours attachée à sa pièce d'artillerie. Elle se demandait bien comment Gangplank l'éliminerait une fois l'hypothétique artefact en sa possession.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Dim 4 Déc - 23:36
Une nouvelle direction… L’aventure allait pouvoir enfin reprendre… Enfin presque. Le navire, malgré les nombreuses réparations à son égard, ne pouvait pas se permettre de continuer le trajet pour le moment… Surtout si la zone où nous nous dirigions était composée de haut-fond : véritable problème pour le bâtiment qui avait déjà donné avec l’attaque du Kraken. Risquer ainsi la robustesse de ce navire au point de tenter d’approcher notre fameuse île relevait du suicide…



J’aimais l’idée.

Malheureusement, il fallait se montrer raisonnable pour le moment ; d’autant que la nuit venait de tomber depuis quelques heures, et mes hommes, encore un peu perturbés par les récents évènements, n’arrivaient à rien sans un peu de repos. Quelques lampes à huiles avaient été disposés ici et là pour faciliter les tâches réparatrices qui s’étaient prolongées jusqu’au crépuscule. La mer était calme, un léger vent d’ouest se faisait sentir et la nature sous-marine tirais sa révérence pour faire place au silence nocturne de la mer. La fatigue ne me tiraillait guère, je me sentais au contraire d’une énergie consternante. Mon esprit était vif et mes yeux scrutaient l’horizon comme un aigle guettait sa proie… Ma proie à moi était notre île avec la couronne tant convoitée dissimilée dans ses entrailles… Cachée de tous, sommeillant depuis qui sait combien de temps.

Mon père… Bien qu’il ait été pour moi autre chose que cela, m’a raconté des tas d’histoires sur des trésors perdus que personne n’osait retrouver. Il disait que pour ce genre de trésor, il fallait toujours s’attendre à perdre de nombreux hommes dans la manœuvre… Voir plus. Parfois, on n’en revient pas soi-même, ou alors complètement changé : à demi fou, estropié, paranoïaque… Pour lui, c’était des trésors maudits que nul ne devait chercher à dérober, au risque de se faire maudire par la mer elle-même. Je voulais bien le croire, à la vue de ce qui nous était arrivé aujourd’hui. Toutefois… S’il était encore en vie aujourd’hui, il aurait su qu’il était inutile de partir au bout du monde afin de trouver une relique, pour trouver sur sa route la souffrance, la folie et la mort…

Fortune… Oh Fortune… Dès notre première rencontre je savais qui tu étais. Nos chemins se sont déjà croisé dans le passé, mais le traumatisme que tu as subis à l’époque t’a comme voilé l’esprit, comme on aveugle une mouette pour s’amuser à la voir tituber avant qu’elle n’agonise… Cependant, contrairement à une mouette, tu n’as pas agonisé… Tu as subsisté tel un requin blessé à mort qui ne cherche qu’à assouvir son besoin de vengeance. Un requin déguisé en sirène… Ah ! Que la nature est bien faite. Je n’aurais jamais imaginé que tu serais parvenu aussi loin dans ta carrière de chasseuse de prime… Et je dois reconnaitre que c’est aussi impressionnant que le charme dont tu fais preuve à l’égard des hommes.

Seulement voilà… La vengeance… La haine… L’envie de voir celui qui était responsable de ton cauchemar d’enfance mourir à tes pieds était bien plus fort que tout. Cela te rongeait les pensées tels des asticots dévorant les restes d’un bilgerat. Comme je me souviens de ce feu ardant dans ton regard lorsque tu as croisé mes yeux… Oui… Je voyais ces flammes qui ne demandais qu’une seule chose : consumer l’auteur de la mort de tes parents… Le faire brûler au point qu’il disparaisse de la surface de la terre. Ma chère Fortune… Je te connais plus que tu ne te connais toi-même… Supporteras tu la triste vérité qui t’a amené à faire l’erreur de me tuer ? Comment réagiras-tu ? Pourrais-je lire sur ton visage le désespoir ? Rien que d’y penser, j’en serais presque ému. Hélas… Je suis sans cœur parait-il… Et depuis l’incident, ma tolérance est devenue plus… friable.

Je détourne mon regard de notre prochaine destination pour m’adresser à Illaoi :

« Nous continuerons notre voyage dès demain aux premières lueurs de l'aurore… Il faudra redoubler de prudence toutefois, je ne veux pas que le Léviathan finisse sa glorieuse carrière échoué aux alentours d'une quelconque île, fut-il  qu'une ancienne relique commandant à la mer s'y trouve »

On pouvait me reprocher bien des choses : ma rudesse d’esprit, ma légère tendance à la violence gratuite, et surement mon intérêt à la sculpture sur os… Mais en ce qui concerne les choses qui m’appartienne, et surtout quand il s’agit de mon navire… Je serais toujours aussi intransigeant sur l’importance qu’il a pour moi… Autant qu’une moule à son rocher.


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 6 Déc - 20:35
Le Léviathan grinçait et tanguait dans la houle du soir. Les sons sur un navire à l'ancre sont une véritable mélodie. Avec un plaisir non dissimulé, Illaoi se laissait bercer. Le cliquetis de la chaine contre la coque, de temps à autre. Un raclement venu de la cale où l'on déplaçait sans cesse les poids pour équilibrer le navire. Le murmure de l'équipage, permanent ; amplifié parfois lorsque le second tonnait un ordre. Et toujours la voix de la Mère, ses innombrables filles roulant sous la coque, dans un mouvement perpétuel, aussi vieux que le monde. Peut-être même plus ancien encore ? La prêtresse lâcha un soupir d'aise, avant de se relever. La petite pause avait assez durée. L'envie de s'activer la reprenait, impérieuse, quasi pathologique. Elle chercha des yeux une occupation.
 
Quelques marins qui n'étaient pas de quart fumaient la pipe en jouant aux dés. La prêtresse passa son chemin. Gangplank avait bien mentionné qu'ils ne reprendraient la route qu'à l'aube, mais Illaoi goûtait fort peu l'attente. Si la patience est une vertu, les Apôtres de la Vérité en sont proprement dépourvus. Elle fit par deux fois le tour du pont avant d'en avoir assez. Il lui fallait dépenser ce trop-plein d'énergie. La grande femme lorgna vers les haubans qui ondulaient paresseusement dans le vent d'Ouest. Les attaques du Kraken les avaient légèrement distendus. C'étaient une tâche de longue haleine que de les rattacher correctement. Un jeune homme qui avait dû déplaire au premier lieutenant s'y attelait. Depuis le pont, Illaoi pouvait voir la sueur luire sur son front, tandis que ses yeux scrutaient anxieusement un point dans le vague, pour ne pas regarder en bas. Visiblement, son vertige l'empêchait d'accomplir sa mission, au grand dam de son partenaire, un gabier barbu et tatoué.
 
La prêtresse se hissa uniquement à la force de ses bras le long d'un cordage encore à peu près en état. Lorsqu'elle arriva à hauteur des deux matelots, elle adressa un sourire au mousse et lui fit signe de descendre. Ce dernier hésita un instant, mais la peur du vide finit par l'emporter sur la crainte d'un futur châtiment et il désescalada rapidement. La géante se tourna ensuite vers l'autre pirate qui ne semblait pas mécontent de recevoir un partenaire plus qualifié. D'un regard, ils se mirent d'accord et le travail recommença, en binôme cette fois. L'homme faisait sauter les pièces de bois qui recouvraient les nœuds d'un coup de maillet, puis il les maintenait juste au-dessus de la cache. Illaoi avait alors peu de temps pour défaire un imbroglio de cordage épais comme ses avant-bras. Le marin devait en effet se tenir en équilibre malgré ses deux mains occupées et le roulis du navire. Mieux valait éviter de trop faire durer ce genre de situation, sous peine de voir dégringoler le pauvre diable.
 
Une fois cette délicate opération terminée, le tour de force commençait. Il fallait retendre au maximum le câble, sans le laisser s'échapper. Le marin redéposait la pièce, aidait la prophétesse à tirer sur le cordage puis, tandis que cette dernière ahanait tout en maintenant tendus cinquante kilos de chanvre, il refaisait le nœud. Lorsque tous les haubans du perroquet furent correctement replacés, l'homme rejoua de son maillet, remettant définitivement en place les lourdes pièces de bois. Sitôt sa tâche accomplie, il descendit prestement sur le pont, après avoir adressé un signe de tête à son assistante d'un jour. Il avait droit à quatre heures de sommeil et il comptait bien les rentabiliser.
 
Seule sur une minuscule plateforme de bois, Illaoi se tourna vers l'horizon. L'effort l'avait laissé fourbue mais pas plus satisfaite que tout à l'heure. On ne devrait se reposer que lorsque l'on est incapable de faire quoi que ce soit d'autre. Sur cette belle pensée, elle s'adossa au mât et s'assit le plus confortablement possible. Il lui fallait trouver ce qui lui manquait pour ressentir cette plénitude qui venait après l'action. Et dans cette optique, à son grand regret, il fallait se poser et réfléchir. Brusquement, elle se frappa le front. Elle redescendit de la mâture plus vite qu'un fruit tombe de son arbre, sous les regards interloqués des hommes présents. Elle se rua dans l'ouverture qui menait au pont inférieur.
 
Lorsqu'elle remonta, l'Œil de Dieu luisait sur son épaule. Là où était sa place. Brusquement, la prophétesse se sentit apaisée. Bien plus calme et lucide qu'auparavant, mais avec toujours autant d'énergie à dépenser. Aussi apaisée que la mer avant une promesse de tempête. Loué soit Nagakabouros, elle était de nouveau complète. Son éternel sourire s'épanouit sur son visage buriné. De nouveau elle-même. Elle monta une volée de marche et se cala aux côtés du gouvernail, loin des groupes de marins qui essaimaient sur le pont. Un peu de méditation l'aiderait peut-être à calmer son hyperactivité. Dans le cas contraire... elle trouverait bien un artilleur aviné pour le provoquer et se battre. Oui, une petite rixe pouvait vous tenir occupé un bon quart d'heure si vous vous débrouilliez bien. Et il y avait suffisamment de matelots belliqueux sur ce navire pour tenir toute la nuit, en attendant que quelque chose de plus intéressant se produise.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Ven 9 Déc - 23:06
Alors que je me perdais un peu dans mes pensées, je surveillais du coin de l’œil les agissements de ma chère Illaoi… Depuis un moment déjà, elle n’arrêtait pas de faire des allers-retours sur le pont, ce qui en soit, était très amusant à voir. Au final, elle finit par se poser à l’avant du navire, arborant une mine d’ennui et de lassitude. Je me demandais bien pourquoi avant de remarquer que quelque chose lui manquait… Quelque chose… D’imposant… C’est au moment où je la vis se frapper le front et se diriger précipitamment vers les cales que j’eu compris quel était donc cet élément… Quand elle remonta, je ne pus m’empêcher d’avoir un léger rictus : elle souriait, à pleine dent même ; toute sa stature se révélait à nouveau comme si elle avait recouvert je ne sais quels pouvoirs… Disposée sur son épaule, tel un trophée, trônait sa fameuse idole, la représentation de son dieu… Il se dégageait d’elle ce quelque chose qui marquait immédiatement les gens quand ils croisaient son chemin… Sa carrure à la fois mystérieuse et intimidante ? C’est surement dans ces eaux-là oui… Quoi qu’il en soit, elle faisait plus Illaoi.

Le reste de la soirée fut tranquille… Par tranquille, je prends en compte le fait que quelques marins, ayant consommés un litre de trop, ont commencés à échanger de la manière la plus naturelle du monde des courtoisies et des politesses dans la figure de leurs camarades dans le même état qu’eux. De ce que je me souviens, ça s’est terminé avec les plus fortes têtes K.O. sur le plancher après le passage de notre douce prêtresse, qui visiblement, avait besoin de se défouler sur quelqu’un d’autre que l’invocatrice. En parlant d’elle justement… Elle avait continué à cracher de temps à autres quelques filets de sang et jurait quelques fois dans la langue d’Illaoi… Ont aurai dit un maquereau se tortillant au bout d’une ligne. S’en était presque pitoyable à force… Elle ne me faisait pas pitié, loin de là… Je n’avais qu’une seule envie, l’enfoncer encore plus profondément dans la triste situation où elle se trouvait déjà… Peut-être même pousser le bouchon jusqu’à la rendre vraiment folle tient ? Je me retenais de jubiler, sinon je savais que je me laisserais tenter à mettre mes pensées en action… Et que la Grande Barbue en soit témoin, j’en avait une brûlante envie.

Aux premières lueurs de l’aube, profitant du vent d’Ouest qui persistait depuis la veille, nous faisions à présent cap vers l’île indiquée par notre charmante invitée. Durant le trajet, mon regard surveillait les moindres détails de mon navire… Le bâtiment se montrait robuste, mais je craignais qu’un cordage, une poulie, ou même une voile, ne vienne à faire des siennes. On jouait avec le feu et dangereusement, car au moindre pépin, nous pouvions nous retrouver immobilisé de façon définitive en pleine mer… Ce qui en ferait sourire une. C’est donc avec la plus grande des vigilances que nous nous approchâmes enfin de l’île. Elle était belle et bien isolée du reste de toute terre… Plutôt grande, présentant une flore dense, mais surtout, et c’était bien cela le problème, des récifs peu recommandables pour un navire à l’agonie comme le mien. D’un simple signe de ma part, mes hommes se rassemblèrent sur le pont ; tout comme moi, ils savaient qu’atteindre l’île n’allait pas être une partie de plaisir. Nous nous trouvions à quelques encablures de la plage la plus proche, mais il était évident que si la surface de l’eau paraissait accueillante, ce qui se trouvait en dessous ne l’était guère.

« Messieurs… Comme vous le savez, nous sommes en haut-fond… Autrement dit, impossible de faire approcher le navire au risque de le voir couler avant même d’avoir fait 10 mètres »

Mes hommes acquiescèrent, le problème étant qu’ils ne savaient pas ce qui les attendaient sur l’île… La présence du Léviathan avec tous les équipements que nous disposions était donc primordiale. Il fallait trouver un moyen de le faire accoster. Il était temps pour moi de mettre en pratique une technique coutumière des Freljordiens : là-bas, la traversée des longues rives qui liaient les terres intérieures aux terres extérieures n’était pas sans pépins. Parfois, dissimulée sous l’eau tranquille, des blocs de glace menaçaient l’avancée des drakkars, risquant de percer leur coque. C’est pourquoi les marins de Freljord ont mis en place un ingénieux système : le drakkar est escorté de quelques canots, se disposant sur ses côtés et à l’avant. Ces canots guident le bateau en détectant les obstacles sur son chemin. En effet, les marins étaient équipés de longue rame afin de sonder en quelque sorte l’eau et repérer les blocs. Grâce à ça, et même si cela prenait bien sûr du temps, les drakkars arrivaient à destination sans le moindre incident.

Je communiquais les directives à suivre. Bientôt, le même système fut mis en place… Je priais pour que cela fonctionne. Sur le début, c’était un peu la débandade… Pas moyen de trouver un chemin à travers la zone… Mais petit à petit, un chemin commençait à se créer. Avec grande prudence, je manœuvrais le navire, écoutant les rapports venant de mes hommes… Ils se débrouillaient fort bien je dois dire, et au final, nous parvînmes à atteindre une petite crique, au Sud de l’île. Afin de prévoir le chemin inverse, j’avais ordonné de laisser un tonneau tous les 10 mètres : ainsi, notre chemin était clairement balisé. Je me félicitais d’avoir eu vent de cette technique… Mais assez perdu de temps, le processus nous a beaucoup ralenti et moi autant que mes hommes étions impatient de voir ce que cet endroit renfermait comme secret.

Toutefois, je restais méfiant. Notre amie l’invocatrice pouvait bien nous avoir trompés… Et il était hors de question de subir un autre de ses tours. D’un simple regard, je consultais Illaoi pour qu’elle puisse demander la marche à suivre à cette hystérique.


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 11 Déc - 14:19
Le capitaine se montra extrêmement habile. En voyant les marins armer deux chaloupes, Illaoi pensa d'abord qu'ils allaient descendre à terre à bord de ces canots, laissant le Léviathan mouiller en eaux plus profondes. Il n'en était rien. Sous la houlette de Gangplank, deux groupes de matelots équipés de rames et de perches embarquèrent et se mirent à sonder le fond en amont du navire. Ainsi, les écueils étaient repérés et évités. Ingénieux. Une fois arrivés à terre, le pirate sépara son équipage en deux parties. Ceux qui allaient les accompagner pour l'expédition et ceux qui seraient chargés de radouber au mieux le lourd vaisseau. Il lança ensuite un regard, capté par la prêtresse. Cette dernière se tourna vers la charmeuse de serpent, les mains liées dans le dos, encadrée par deux marins chargés de la surveiller.

"Daliet-shaa, kolato ina altak. Gangplank nagaraï, kono-shee aila-lalare-sho ?"
Le visage tuméfié de l'invocatrice se couvrit d'un étrange rictus, rendu plus effrayant par les plaies mal cicatrisées et les horribles traces de brulure sur ses gencives. Mais elle finit néanmoins par répondre, dans le même dialecte. Illaoi s'empressa de traduire pour son ancien amant.
"Elle dit que l'île est la plus ancienne de l'archipel. Que c'est ici que notre peuple a organisé les premiers rituels pour honorer les serpents. J'ignore si elle dit vrai, il n'y a guère de trace écrite, mais ce lieu est censé abriter les ruines des premiers temples en l'honneur de la Mère. Cela n'explique pas pourquoi nous avons abandonné l'île, mais en tout cas ce que l'on cherche doit se trouver quelque part dans cette jungle."
 
Une fois son travail d'interprète mené à bien, Illaoi prit aussitôt celui de chef de file. Elle emprunta un sabre d'abordage à un pirate et se tailla un début de chemin dans la végétation grâce à cette machette improvisée. De temps à autre, elle faisait une halte, demandait son avis à Gangplank ou à l'invocatrice avant de repartir. Après avoir zigzagué un moment dans la jungle, le groupe finit par déboucher dans une clairière pierreuse, dans laquelle s'élevait encore un pilier solitaire. Il avait dû représenter une sorte de monstre marin, mais l'érosion avait rendu la figure méconnaissable. La prophétesse rendit son sabre au marin et s'approcha du pilier. En étudiant les blocs qui jonchaient le sol aux alentours, elle se rendit compte que trois autres colonnes semblables s'étaient jadis dressées là. Sûrement pour soutenir un petit toit. Un toit qui devait abriter...
 
"Une entrée..." fit un matelot plus dégourdi que la moyenne. Il se tenait, accroupi non loin du pilier solitaire. Devant lui, à moitié obstruée par les branchages et la mousse, une ouverture se dessinait dans le sol. On donna des ordres. Les pirates s'activèrent, déblayant le terrain, courant jusqu'au bateau pour en ramener cordes et étais. Une fois l'entrée sécurisée, Illaoi s'approcha de Gangplank après avoir tenu un conciliabule avec l'invocatrice retorse.

"Mon peuple n'a pas pour habitude de s'enfermer sous terre. Si des buhruns ont construit ceci, ce n'est ni un temple ni une maison. Quant à elle..."
La prophétesse désigna d'un revers de bras la femme édentée.
"...Elle prétend ne rien savoir sur ce lieu. Je suis d'avis de la faire passer en première. Juste histoire de tâter le terrain pour déjouer les pièges et vérifier ses dires. Et si elle nous a menti, on pourra toujours explorer le reste de l'île."
 
L'idole sur son épaule brillait au soleil. Les rayons venaient faire reluire les orbites creuse de la relique. Où bien était-ce autre chose qui rendaient les yeux de la sculpture dorée si expressifs ? La prêtresse ne semblait pas y prêter attention. Mais ses yeux à elle scrutaient le capitaine.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 77
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Lun 19 Déc - 19:23
Un temple sous terrain… Cela faisait longtemps que je n’avais pas exploré ce genre d’endroit. Les propos d’Illaoi ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd : si effectivement son peuple n’avait pas l’habitude de construire ce genre de temple, et si même l’invocatrice prétendait qu’elle ignorait ce qui pouvait s’y trouver exactement… Nul doute qu’il fallait redoubler de prudence. L’entrée n’était guère accueillante et on n’y voyait goutte en regardant en contre bas… Un de mes hommes prit l’initiative de jeter une torche dedans pour estimer en estimer la profondeur… D’après le temps qu’avait mise la torche pour attendre le sol, environ 4 mètres. Grace aux cordes que nous avions ramené du navire, nous descendîmes dans les profondeurs obscures de ce mystérieux endroit.

Les ténèbres nous entouraient, la lumière d’une torche ne pouvait suffire à éclairer la zone dans laquelle nous avions atterris. J’avais décidé de laisser des hommes à la surface, afin qu’ils puissent nous prêter main forte au cas où en nous envoyant de l’équipement supplémentaire. Nous étions ainsi une petite dizaine à nous être enfoncés à la découverte de ce temple ; Illaoi m’avait convaincu de mettre notre chère amie en tête de file, mais avec quelques précautions toutefois : deux de mes costauds gaillard avaient attachés l’invocatrice à l’aide de solides cordes et se tenaient à 1 mètre et demi d’elle, de sorte à ne pas tomber eux même dans un piège que cette sorcière pourrait être susceptible d’activer, sans qu’elle puisse envisager filer à l’anglaise pour autant.

Une fois cela fait, nous avançâmes dans le premier couloir se présentant à nous… Malgré les six grandes torches que nous avions allumées, j’avais l’impression que l’endroit aspirait ne serait-ce le surplus de lumière émanant d’elles. J’admirais silencieusement les motifs ornant les murs… Ils représentaient des formes et des créatures marines que j’arrivais pour la plupart d’entre elles à reconnaitre. Des écritures ou des symboles agrémentaient le tout… Rendant l’endroit de plus en plus mystique. Je sentais une certaine tension au fur et à mesure de notre progression… Seul nos pas clapotant sur le sol se faisaient entendre… Résonant dans toutes les directions. Un de mes hommes sortit une petite amulette qu’il embrassa, récitant une tout bas une prière… Un autre se grattait depuis tout à l’heure le menton, regardant sans cesse autours de lui tous les 2 mètres… Chacun avec un tic qui les prenaient… Essayant de se rassurer comme ils le pouvaient. Très clairement, je commençais à douter que mes hommes restent maitres d’eux même très longtemps dans un endroit pareil.

Nous arrivâmes enfin dans une très grande salle, le plafond était très haut et huit colonnes séparées de plusieurs mètres chacune semblaient le soutenir… Sur chacune de ces colonnes, un symbole différent et richement décoré de reliefs. Au centre de la pièce, sur le sol, il y avait la représentation d’un kraken, mais l’image était légèrement effacée, grignotée par le temps, avec les couleurs d’origine qui avaient ternies. Je m’accroupis pour observer plus en détail le sol… En passant ma main dessus, je pouvais sentir la poussière s’accumuler sur cette dernière… Personne ne semblait avoir mis les pieds dans ce temple depuis des siècles… Etonnant de voir que les colonnes puissent portant tenir depuis tout ce temps. Il y avait sur les murs des socles pour y disposer des torches… Nous disposâmes quelques-unes afin d’y voir plus clair dans la zone. L’endroit était impressionnant mais en remarquant que le chemin continuait plus loin, je ne pouvais m’empêcher de penser que ce n’était rien par rapport à ce qui nous attendait là-bas…

« Capitaine… Regardez au plafond… »
, me dit l’un de mes hommes avec une voix peu assurée.

Je levais la tête… Puis mon expression se figea pendant quelques secondes… Je ne l’avais pas vu au premier coup d’œil, mais avec la lumière des torches, je pouvais apercevoir une sorte d’immense relief taillé dans la roche ou une autre matière au-dessus de nos têtes… Elle semblait représenter le corps d’une créature… Ou plutôt… Un de ces membres… Imposant et présentant des formes que je n’avais jamais vu auparavant… Le relief s’étendait tout le long et je me doutais alors que la représentation était de grandeur nature… Nous avancions donc jusqu’au bout de la salle… Le membre continuait au-delà de la grande porte qui se présentait à nous, donnant dans une salle plongée dans une inquiétante obscurité… Je plissais les yeux, avançant ma torche… Mais rien n’y fit… Impossible de voir quoi que ce soit à plus de 5 mètres… Comme si un épais voile s’était répandu dans cette zone. Mes hommes n’étaient vraiment pas rassurés… Je m’avançais vers l’invocatrice :

« Tu ignores vraiment quel est cet endroit ? » Je sortis mon sabre et le pointa vers elle au niveau de la gorge « Est-ce bien là la vérité ou simplement un mensonge de plus pour nous plonger dans je ne sais quel enfer ? »

Je me sentais tendu… Je ne devais pas, mais cet endroit, ce relief titanesque que ne devait être que le bout d’une représentation plus grande encore et l’étrange voile noir agissant par des manipulations hors de notre entendement… Calme toi Gangplank… C’est une épreuve que tu peux surmonter… Qu’importe ce qui peut se trouver au-delà de cette porte… Rien ne m’empêchera d’atteindre mes objectifs !


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 20 Déc - 0:36
Illaoi déambulait torche à la main dans la vaste salle, effleurant les murs de sa paume gigantesque. Elle pouvait sentir la froideur de la pierre, et cette sensation humide qui rappelait le contact d'un rocher fraichement découvert par la marée. Sauf que cette salle n'avait pas vu la lumière, et encore moins la mer depuis des siècles. C'était fascinant. Ce toucher lui rappelait étrangement une autre sensation, celle qu'elle avait lorsqu'elle prenait en main son idole. Elle revint vers le centre du monumental hall, là où elle avait laissé l'Œil de Dieu. Sa main alla se poser sur la surface polie de la relique. Même froideur. Même sentiment d'humidité. Même... pulsation. Un frisson remonta le long de l'échine de la prêtresse. Déferlement d'adrénaline, appréhension, prémices de l'excitation fanatique qui s'emparait d'elle dans les moments importants.
 
Elle darda un regard interrogateur vers l'invocatrice de serpents. Elle devait reconnaitre avoir été très déçue de ne pas la voir déclencher de piège. Pas la moindre trappe, dalle amovible ou fosse pleine de pieux, pas le moindre jet de dards empoisonnés ni la plus petite trace d'une scie circulaire caché dans une fente murale. Vu l'état de délabrement du lieu, de toute façon, il y avait fort à parier que si piège il y avait, le mécanisme était enrayé depuis bien longtemps. Gangplank aussi semblait arriver à bout de ses maigres réserves de patience. Le sabre au clair, sa lame aussi acérée que ses mots, il menaçait à présent la femme, toujours tenue en laisse par ses gardes du corps. La scène aurait fait rire Illaoi en temps normal, mais l'atmosphère du lieu semblait peu propice aux effusions de joie. En plus de cette aura religieuse, quasiment mystique qui se dégageait des bas-reliefs, il y avait cette sensation. Persistante.
 
"Pas de mensonge", coassa l'invocatrice, son regard émeraude posé sur la lame qui chatouillait sa gorge déjà entaillée. "Mon dieu est avant tout celui de la Vérité, l'aurais-tu oublié ?"
 
La prophétesse vint se planter aux côtés du capitaine. Son épaisse tignasse flottait librement sur ses épaules, et chaque mèche dans la pénombre était semblable à un tentacule ondoyant.
"Elle ignore visiblement où nous mettons les pieds. Pardonne-moi mon fougueux capitaine, je pensais qu'elle nous serait plus utile mais visiblement... Tuons-la ici, le temps d'une pause bienvenue. Je n'ai pas envie que tu t'occupes d'elle de retour à bord. Cela signifierait rendre son corps à la mer, et c'est un honneur qu'elle n'a pas mérité."
 
À ce moment précis, les yeux de l'invocatrice devinrent fous. Son regard passa rapidement du tranchant de la lame au sourire d'Illaoi, s'arrêtant en chemin dans les yeux sombres du capitaine. Comme une bête en cage, elle cherchait la plus petite ouverture qui lui permettrait de s'en sortir. Elle était acculée.
"Attendez ! Je... Je peux être utile ! La relique que tu cherches, pirate... J'ai entendu d'autres choses sur elle...."
 
La prêtresse faisait les cent pas, derrière le dos du pirate, face à la captive. Les reflets jetés par les torches donnaient à leurs visages des allures démoniaques, et cela mettait visiblement un peu à cran la femme édentée. Finalement, sous la pression, elle lâcha rapidement tout ce qu'elle savait.
"Ce ne sont que des rumeurs... Mais il semblerait que nos ancêtres aient reçus plusieurs artefacts, rejetés sur la côte par des vagues, durant les nuits de tempête."
Elle leva un bras décharné pour désigner l'idole qui rayonnait sur l'épaule de sa propriétaire.
"Ton fardeau faisait partie du lot, prophétesse. Mais malheureusement, certains de ces cadeaux étaient trop puissants pour être maniés par les frêles créatures que nous sommes. Ceux-là ont été confinés dans des cryptes, des grottes et des abris souterrains partout dans l'archipel. Confiés aux gardiens de pierres. C'est ce que disent les légendes, et la voix de notre Mère qui chante avec la vent et danse dans les vagues !"
 
Elle était repartie dans ses divagations. Illaoi qui jusqu'ici estimait les trois ermites commença à penser que les longues années passées seuls sous le soleil les avaient rendu complètement fous. Elle jeta un regard désintéressé à la captive et se dirigea d'un pas décidé vers le passage inexploré.
"Fais ce que tu veux d'elle. Elle n'est définitivement plus utile, et le Mouvement l'a complètement abandonné."
 
La prêtresse leva bien haut la torche, mais les ténèbres, bien loin de reculer semblèrent se resserrer sur elle. Sans se démonter, elle jeta la branche ardente sur le côté et attrapa son idole à deux mains. Les yeux s'illuminèrent, de cette lueur verdâtre si particulière. Comme la lumière du soleil à travers quelques mètres d'eau vaseuse. Étrangement, cet éclairage-là donnait de meilleurs résultats, et elle parvenait à discerner le sol devant elle. Un progrès, à n'en pas douter. La grande prophétesse se mit à avancer à pas mesurés, tous ses sens en alertes. Au plafond, l'étrange sculpture poursuivait ses paresseuses circonvolutions et ses lents méandres. Comme si l'artiste avait voulu représenter la chose en train de perpétuellement s'enrouler sur elle-même. Un effet des plus réussis. Illaoi déboucha finalement dans une salle. Bien plus vaste encore que celle qu'elle avait quitté. Mais contrairement à l'autre qui était très haute de plafond, celle-ci se montrait particulièrement profonde. En effet, il y avait tout au plus trois mètres de différence entre le sol du couloir et le plafond de la chambre. Mais ladite chambre était creusée à la manière d'une grotte. Et cette grotte était remplie d'eau. L'air sentait l'iode, et le renfermé. Illaoi tâcha de détailler les parois de la salle, pour localiser une éventuelle sortie, mais l'absence de lumière rendait la tâche ardue. Elle plongea alors son regard dans l'eau. Aucune ride n'agitait la surface. Pourtant, c'était bien de l'eau de mer. Ce calme donnait une impression de surnaturel, comme un avertissement sourd.
 
Deux pirates plus courageux que la moyenne, accompagnés de leur capitaine surgirent derrière l'Apôtre de la Vérité et se mirent à sonder le lac souterrain avec elle. Les torches n'apportaient guère plus de lumière, mais elles déclenchèrent une réaction inattendue. Du fond de l'eau monta un reflet rougeoyant, métallique. Illaoi le capta.
"Tu as vu ça capitaine ? Il y a bien quelque chose. Allons voir !"
 
Elle déposa l'idole, déchaussa ses lourdes bottes de cuir et plongea sans plus de manières, les deux bras en avant. Elle était une nageuse remarquable, et elle s'enfonça rapidement, battant des jambes pour se rapprocher du fond. En revanche, elle n'était pas très observatrice, car elle n'avait apparemment pas vu que les étranges bas-reliefs qui parcouraient les murs venaient s'enfoncer dans l'eau. Et que tous convergeaient vers une forme sombre et immobile, à la manière de tentacules colossaux.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Les chansons de pirate !
» [ Mission Sith ] L'Artefact
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Bilgewater :: Autre-
Sauter vers: