/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

Mauvaise nuit pour les voleurs... (feat Ahri)

 :: Runeterra :: Bilgewater :: Port de Bilgewater Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 26 Mar - 12:13
Port de Bilgewater, aux environs de minuit…


« Il va pleuvoir des cordes ce soir capitaine, vous êtes sûr que c’est le bon moment ? ». C’était la sixième fois que mon second me s’abordait de questions stupides… Je pouvais sentir la peur et l’anxiété qui émanaient de lui ; quelle poule mouillée... J’étais partagé entre l’envi de le jeter à l’eau ou de lui donner une bonne raison de pleurnicher. Toutefois, je me retournai vers lui et lui adressa un sourire forcé. « C’est toujours le bon moment pour les sorties nocturnes moussaillon », lui dis-je sur le ton de la plaisanterie. Même si mes paroles ne semblaient pas le rassurer, il continua de ramer et de faire avancer la barque silencieusement sur l’eau. La nuit était froide et sombre, mais les lueurs de la Lune nous permettaient de nous repérer. Cela pouvait nous porter préjudice, sachant que nous devons nous montrer discrets ; fort heureusement, je savais parfaitement comment longer les quais du port sans nous faire prendre. La mission que j’allais effectuer était dangereuse… Si dangereuse, que j’entendais la loque qui me servait de second claquer des dents. *Soupir* Décidément, ce n’était pas ma soirée. Il s’adressa pour la énième fois à moi : « Mais capitaine, pourquoi vous n’avez pas envoyé un des membres de l’équipage ou voir même un de vos espions ? »Je me mordis la lèvre inférieure pour éviter de lui balancer un juron ; il fallait que je lui réexplique l’enjeu primordial de notre petite expédition. Je m’assis devant lui et le pris par l’épaule avec ma main en fer. « Mes espions vois-tu... », Commençais-je « M’ont informé que les hommes de cette peste de Fortune, ont trouvé une mystérieuse relique dans les profondeurs de la baie aux requins ». J’ajoutai en lui serrant un peu plus l’épaule «  Il se trouve que cette relique est devenue si importante pour elle, qu’elle a mobilisée toute une garnison entière de ses hommes pour protéger un des hangars du port, dans lequel elle a entreposée l’objet. Mes espions ont failli perdre tous leur couverture en me communiquant cette information, alors crois moi bien (je lui serrais de plus en plus fort l’épaule) que je ne peux pas me risquer à envoyer un de mes hommes ! ». Je le lâchai et il tint son membre meurtri. « Rame ! », ordonnai-je « Je te dirais quand tu pourras poser des questions… ». Le ton était donné et il se tu finalement.

Je lui indiquai avec mon bras une crique non éloignée des quais ; discrète et surtout, si mes souvenirs étaient encore intactes, qui me mènerait directement vers la zone des entrepôts. Une fois la barque accostée, je mis pied a terre et m’étira. « Je commence à me rouiller moi », pensai-je. Mon second me questionna : « Quels sont les ordres mon capitaine ? ». Je lui fis face. «Attend ici pendant une heure. Si jamais je ne reviens pas… Tu pourra me considérer comme mort ». Son visage était pétrifié de terreur mais il acquiesça ; je me mis donc en route. Je remontai la crique et accéda à une légère ouverture dans la roche qui menait vers une sorte d’escalier naturel. En quelque minute, je le gravis tant bien que mal et je surplombais dès à présent les quais à hangars. Je descendis discrètement vers la zone et me plaqua contre le mur d’une de ces bâtisses. Il y avait des hommes de main de Miss Fortune partout. J’avançais prudemment vers l’entrepôt qui m’intéressait : un bâtiment tout en tôle avec d’immenses portes en fer coulissantes ; assez grandes en tout cas pour faire rentrer la coque d’un navire. Sur le dessus de l’entrepôt, les armoiries de Fortune… « Peuh ! », me dis-je « Elle croit vraiment qu’elle peut tout avoir en mettant son symbole partout ? ». Soudain, alors que j’étais concentré sur comment j’allais faire pour y entrer, deux hommes surgir de derrière un mur ; j’eu juste le temps de me précipiter derrière deux tonneaux. Ils passèrent, heureusement, sans me voir. « C’est pas passé loin », pensai-je. Mon cœur était entrain de battre à la vitesse d’au moins 10 nœuds… Mais c’était fort excitant. Cela faisait longtemps que je n’avais pas connu la sensation de danger depuis mon accident. Je jetais un rapide coup d’œil pour m’assurer que la voie était libre puis je sorti de ma cachette. Je longeai les murs des hangars un par un avant d’atteindre enfin celui de Fortune. Il y avait, comme de coutume, une porte qui se trouvait à l’arrière de la bâtisse pour les marchandises plus petites. Je me dirigeai vers celle-ci et vis qu’elle n’était pas gardée. A en juger par le nombre de bouteilles de rhum qui traînaient par terre, notre homme devait à l’heure qu’il est décuver ailleurs ; parfait ! Je fonçai vers la porte, mais à ma grande déception, elle était verrouillée par un cadenas plutôt massif. « Pas le temps de prendre des gants », grommelai-je. Je pris le cadenas avec ma main en fer et commença à le tordre de toutes mes forces. Il céda finalement au bout de quelques minutes et je pus enfin entrer dans le hangar.

Il faisait sombre mais la lumière de la Lune pénétrait par les fenêtres en hauteur, si bien que l’on pouvait quand même distinguer les formes aux alentours.  Il y avait des équipements de réparation pour les navires qui trainaient ici et là ; des armes et des barils de poudre ; des tonneaux de provisions et même quelques voiles rapiécées. Un véritable capharnaüm… « Je vais la trouver où moi ma relique ? », me demandai-je. Je n’avais pas beaucoup de temps devant moi, il fallait que je la trouve au plus vite avant que quelqu’un ne remarque ma présence. Je commençais à chercher parmi les caisses et les tonneaux, mais elle n’y était pas. Au bout de 15 min, je me mis à réfléchir : « Pense comme Fortune, si tu devais planquer une relique dans un immense hangar… Où tu la planquerais ? ». Soudain, je trébuchai sur quelque chose ; en me relevant, je remarquai avec surprise qu’il s’agissait d’une de mes armoiries en bois qui trônait autrefois au dessus de la porte de cet entrepôt. Qu’est ce qu’elle faisait ici ? J’avais du mal à croire que Fortune ne l’ai pas brûlé comme les autres; à moins que... Je m’approchai des armoiries : en général, la bouche du monstre marin qui était gravé dessus était creuse, assez grande pour contenir… « Une relique ! », m’écriai-je en saisissant victorieusement le précieux objet. Comme me l’avait décrit l’un de mes espions, la relique émettait une pâle lueur bleue comme celle… « Du Nexus », chuchotai-je. Alors Fortune cherche le Nexus ? Je me demande quelle tête elle fera quand elle se rendra compte qu’elle n’est plus en possession de cette… Je m’arrêtai net : la relique que je tenais il y a à peine 2 secondes n’était plus dans ma main ! J’entendis un bruit derrière moi ; je me retourna et vis avec stupeur une silhouette féminine avec des oreilles de… renard ? « Hey ! Toi là ! Rend moi ça tout de suite ! », M’écriai-je. Elle ne semblait pas avoir entendu ; tant pis pour elle ! Je sorti mon tromblon et la menaça à nouveau : « Je te donne 3 secondes pour me rendre cette relique, après quoi, je ne réponds plus de moi femme renarde !».


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 28 Mar - 19:30

Ahri avait fait un hale à Bilgewater. La ville portuaire ne l’intéressait pas réellement, cependant elle avait entendu parler de cet endroit comme un lieu empli de trésor. Sans savoir pourquoi, la jeune femme trainait donc près du port, à l’écoute des vieux matelots et des habitants trop imbibés d’alcool pour remarquer sa présence dérangeante. Au final, ses deux grandes oreilles lui apprirent l’existence d’une relique magique. Apparemment, une lueur pâlotte émanait de l’objet, justifiant ainsi son caractère magique. Aussitôt, Ahri voulu en savoir plus. Alors que les deux marins en pleine discussion s’imaginaient réaliser leur plus grand souhait une fois l’objet entre leur main, la jeune fille s’avança près d’eux. Ce fut aussi simple qu’elle l’avait pensé. Les deux jeunots, fatigués par la mer et le rhum, n’avaient pas mis plus de 10 minutes pour lui révéler l’endroit où cette fameuse relique se trouvait. Une main sur la hanche, et l’autre sur ses lèvres pour leur envoyer un doux baiser d’adieu, la renarde les laissa planter la, hagards et déboussolés devant son charme exotique.

Elle attendit que la nuit tombe pour se diriger vers l’entrepôt qu’ils lui avaient décrit. Elle se cacha près d’un roche non loin de l’entrée principale de la bâtisse, et détailla le lieu. L’entrepôt de taule semblait immense, mais en mauvais état. Et si l’entrée la plus grande semblait correctement gardée, Ahri esquissa un sourire lorsqu’elle posa le regard sur les fenêtres du toit. Discrètement, elle se rapprocha du bâtiment, et d’un bond puissant, elle attrapa le rebord d’une des taules qui dépassaient. Elle se hissa ainsi sur le toit, en essayant de faire le moins de bruit possible. Cette matière ferrailleuse n’était pas connue pour sa discrétion, aussi marchait-t-elle sur la pointe des pieds. Comme elle le pensait, l’une des fenêtres étaient largement brisées, et Ahri pu s’y glisser tout en prenant soin de ne pas s’écorcher. Cet endroit crasseux la dégoutait, et elle craignait qu’une plaie ne s’infecte rapidement, au vu de l’état du métal.

Son agilité légendaire lui permit d’atterrir sans le moindre fracas. Ses queues se repliant pour ne former qu’une massive touffe de poil qu’elle rangeait dans son dos, la renarde entreprit de chercher le dit objet. Plusieurs étagères, meubles et bouteilles trainaient là. Des effluves de rhum ne cessaient de remonter, et Ahri sentit son cœur se soulever. Décidément, elle ne comprendrait jamais l’amour des humains pour l’alcool. Mais peu importe. Elle fouilla pendant plusieurs longues minutes, enjambant débris et armes à feu, lorsqu’un bruit de porte et de chaine retentit. Ahri se hata de se cacher derrière un tonneau, prenant soin de voir si les intrus étaient nombreux. Mais au lieu de cela, ce qu’elle vu la surprit tout autant. Un viel homme, paraissant abimé par ses potentielles aventures, et dont l’odeur correspondait parfaitement à celle de l’entrepôt. Un parfum d’iode et d’alcool. Un marin ? Ahri plissa les yeux, détaillant l’homme seul. Visiblement, il cherchait quelque chose. Et il voulait être aussi discret qu’elle. Mais il ne l’avait point remarqué.

C’est alors que l’homme trébucha et ramassa quelque chose. Une lueur bleue, très pâle, teintait ses mains. Aussitôt, les pupilles d’Ahri s’agrandirent. Elle bondit en avant, et lui déroba la pierre. Il s’en rendit compte et pointa son arme face à elle. Par instinct, ses neufs queues se baladaient autour d’elle, menaçantes. Ahri ouvrit la bouche et claqua sa mâchoire, comme le ferait un prédateur intimant à son adversaire de reculer.

« Cette pierre est à moi »

cracha-t-elle, venimeuse. Cette petite babiole lumineuse semblait si promettant. Et avec elle, son rêve de devenir humaine. Ses muscles se bandant, Ahri fit un bond en arrière pour s’éloigner de l’homme. Elle n’était pas une voleuse, mais là, les circonstances étaient atténuantes, non ?

« Ecoute, laisse-moi partir avec la relique, et je te laisse décamper sans avertir les gardes »

Ahri se savait capable de repartir comme elle était arrivé : discrètement, et sans problème. Mais si c’est homme tirait, ou se jetait après elle, le remue-ménage occasionné attirerait foule. Et des lors, il serait beaucoup plus compliqué de s’en tirer sans égratignures. Comme pour justifier ses propos, la renarde posa sa min de libre sur une étagère métallique où étaient entreposés un bon nombre de broutilles.

« Si tu bouges, je… »

Mais malheureusement, la pierre glissa de ses mains moites au même moment. Elle la rattrapa de justesse, mais ses queues heurtèrent l’étagère qui dégringola dans un fracas ahurissant. Un nuage de poussière s’éleva et des voix raisonnées à l’extérieur. Merde, pensa-t-elle. Elle épousta sa robe et toussa, puis coinça la pierre sous sa tunique. La petite chose brillait alors sous le tissu, sous sa poitrine. Mais le principal objectif était de sortir d’ici avant que les gardes n’arrivent. Et où était ce voleur d’ailleurs ? Il pouvait peut-être faire diversion pendant qu’elle fuyait avec la pierre, non ?

HRP : juste pour preciser, je crois que l'on a pas le droit de trouver un 'vrai' morceau de Nexus pour l'instant ! Donc on a qu'a dire que GP et Ahri pensent en avoir trouver un, mais qu'enfait à la fin ils se rendent compte qu'il s'agit d'une babiole :3 Si ça te va ?
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Mar 29 Mar - 21:35
Je continuai de viser la femme renarde avec mon tromblon ; en vérité, je ne tenais pas à lui tirer dessus : la détonation de l’arme allait alerter tout le monde autour du hangar et c’était bien la dernière chose que je voulais faire… Elle voulait paraître menaçante en montrant des dents et en faisant apparaitre 9 queues blanches de renard derrière elle ; elle avait de l’allure cette petite, c’est sûr ! Toutefois, ce n’était pas assez pour impressionner un vieux loup de mer comme moi ; j’ai vu des créatures en mer bien plus effrayantes.  Je commençais à avancer vers elle mais elle recula d’instinct et commençait à prendre de la distance rapidement. « Oh tu ne vas nulle part ! », lui criai-je. Je me mis à sa poursuite ; elle courait vite il est vrai, mais je faisais en sorte de ne pas la perdre de vu. Finalement, elle arriva près des fenêtres en hauteur et s’arrêta. « Malédiction ! », pensai-je en remarquant que l’une d’entre elles avait la vitre brisée « Si elle sort, je ne pourrai pas la rattraper ! ». Je devais réfléchir vite : fallait-il prendre le risque de lui tirer dessus ou lui abandonner la relique ? Alors que j’étais face à ce dilemme, elle menaça de faire tomber une pile de caisses disposées en équilibre près d’elle. Elle n’osera pas faire ça quand même ? C’est alors que je remarquai qu’elle aussi tenait plus ou moins en équilibre sur l’étagère en métal où elle se tenait et cette dernière… Commençait à bouger ! « Idiote ! », lui dis-je « Si tu continues de gesticuler ainsi tu va… ». Trop tard, elle fit glisser la relique de ses mains et en voulant la rattraper, elle fit tomber non seulement la pile de caisse, mais aussi l’étagère métallique ; tout se beau monde tomba sur le sol du hangar dans un fracas des enfers.

Alors que la poussière commençait à retomber, j’entendis avec horreur les voix des hommes de Fortune qui s’approchaient de la porte par laquelle je m’étais infiltré. « Génial… », Me dis-je « Niveau discrétion, c’est loupé ma chère ». Je dépêchai d’escalader  l’immense tas d’équipements que la femme renarde venait de faire tomber devant moi. Il s’en fallut de peu, j’entendis une balle siffler près de moi. Je trouvai de l’autre côté la jeune femme, légèrement apeurée mais elle ne semblait pas blessée. Cette fois, ce fut avec mon sabre que je la menaçai : « On n’a pas le temps de faire mumuse, alors donne moi cette foutue… »

Bang !

Une autre balle avait été tirée, elle celle-ci n’était pas passée loin de mon oreille droite. Alors que je me retournai pour voir à quelle distance se trouvait le tireur, j’entendis un cri plaintif derrière moi : c’était la femme renarde, elle avait été touchée à l’épaule !

Bang !

Un autre coup. La situation devenait de plus en plus dangereuse ; je me dirigeai vers la jeune  femme blessée qui était à présent agenouillée sur le sol. Je la porta, malgré ces protestations, et nous nous sommes mis à couvert derrière quelques tonneaux ; les balles continuaient de fuser autour de nous. Je jetai tout d’abord un œil à sa blessure : la balle avait, heureusement, traversé l’épaule sans l’endommager, mais elle perdait du sang. J’arrachai un bout de ma tunique et lui fit un bandage de fortune en imbibant un peu d’alcool sur la plaie. Elle faisait la grimace mais c’était soit ça, soit risquer une infection. Je leva légèrement la tête au dessus des tonneaux qui nous protégeais : les hommes de main de Fortune s’approchaient dangereusement de notre position ; nous allions nous faire encercler ! « Hors de question de mourir sans combattre ! », vociférai-je à nos assaillants. Je sorti mon tromblon et tira sur l’homme le plus proche de nous : en pleine tête ! Ses compagnons répliquairent  aussitôt par des salves de tirs. J’eu juste le temps de me remettre à couvert et d’éviter de me faire truffer de plomb ; ils visent plutôt bien les bougres ! Nous étions faits comme des rats, aucunes sorties à l’horizon à part… Une trappe ? Si la Grande Barbue était à l’origine d’un tel miracle, je l’embrasserai volontier ! Elle devait surement mener à des galeries souterraines utilisées par les pécheurs pour faire passer les équipements d’un hangar à un autre ; et possiblement mener vers l’extérieur ! Une idée me vint alors à l’esprit : je pris ma gourde d’alcool que j’avais utilisé pour cautériser la plaie de la femme renarde et enfonça un bout de tissu qui trainait par terre ; je mis alors feu à ce dernier et me retourna vers les tireurs : « Tenez ! Cocktail maison ! », Leur dis-je en leur balançant la préparation. Une explosion de flammes se produisit et quelques uns furent brulés au passage ; les flammes, ça règle la plupart des problèmes. Vite ! J’en profitai pour me diriger vers la trappe. Elle était bloquée par de lourdes chaines ; encore un boulot pour mon bras en fer ça. J’entrepris de briser les liens à l’aide de mon bras et de mon sabre quand j’entendis la voix de l’un des hommes de Fortune : « On ne va pas passer toute la nuit ! Apportez le canon ! ». Le canon ? Pourquoi ils veulent utiliser un can… C’est à ce moment que je remarquai avec horreur que nous étions entourés par des caisses de poudres ! Ils allaient nous faire sauter ! Je les entendais pousser la lourde pièce d’artillerie dans notre direction. Je m’activais à enlever ces foutues chaines ; après quelques coups de sabres, l’affaire fut pliée. C’est à ce moment que le bruit d’un boulet qu’on charge dans un canon se fit entendre. Ni une ni deux, je me retourna vers la jeune femme qui ne comprenait pas ce qui se passait ; je m’adressa à elle avec fermeté : « Ecoute ! Si tu veux survivre, il va falloir que l’on travail ensemble. Alors on oublie deux secondes la relique et on sort d’ici en vitesse ! ». Hésitante d’abord, elle me tendit finalement la main. Je la saisie et nous nous enfoncions dans la trappe juste à temps : le boulet de canon avait été tiré et l’explosion des barils de poudres enflamma toute la zone.

Alors que le feu au dessus de nous montrait toute sa fureur, j’observais l’endroit dans lequel nous avions atterris : nous étions tombés dans une galerie, comme je le pensais, qui se divisait en plusieurs chemins ; l’un d’eux nous conduirait forcément vers l’extérieur. Nos poursuivants devaient nous croire mort, tant mieux. En tout cas, une chose était sûre : nous n’étions pas passés loin de la combustion…

HRP: Pour la relique Ahri ne t'inquiète pas ^^: j'avais prévu cette éventualité.


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 4 Avr - 16:10

AComme elle le pensait, le vieux matelot voulait la pierre pour lui. Ses oreilles s’agitèrent, tout comme ses queues. Bientôt, des hommes inconnus arrivèrent en masse. Ahri ne comprit pas tout, mais fut entrainer par le marin ; elle le suivit, se disant que finalement c’était lui ou la poudre. Malheureusement, plusieurs bruits de coup de feu retentirent. Une douleur cuisante lui brula l’épaule, et Ahri plaqua sa main sur son os. La chair était a vif, et sa peau était méconnaissable sous cette épaisse couche de sang. La jeune femme se tortilla pour tenter de lécher sa plaie comme l’aurait fait un animal, mais dans le brouhaha et la panique, impossible. Elle qui ne voulait pas de plaie, la voilà avec une épaule déchirée. Elle râla, et laissa l’homme panser sa blessure. Bizarrement, il semblait bienveillant. Les oreilles plaqués en arrière, encore un peu méfiante, elle grimaça lorsqu’il appliqua de l’alcool, plus à côté de l’odeur nauséabonde que par la douleur. Celle-ci était déjà bien trop puissante pour pouvoir atteindre un stade plus évoluée. L’homme la tira alors vers elle, et arriva près de la plaque avec des chaines. Ahri détestait qu’on la tirempille tel un animal, et elle se dégagea de son étreinte. Ses hommes ne lui faisaient pas peur, au contraire, elle comptait bien se battre. Mais en suivant le regard du viel homme, elle découvrir plusieurs barils de poudre, prêts à exploser. Ahri fut soudain tirer vers le bas, dans une pénombre inquiétante. Au-dessus d’eux, la plaque se referma dans un fracas semblable à celui d’une explosion. Bien évidement.

La renarde soupira de soulagement. Son épaule la faisait souffrir, elle était taché, et elle avait mal partout, mais tout allait bien. Cet endroit semblait plus accueillant que le reste de cet entrepôt. Elle vérifia que la petite pièce était toujours sous sa robe et reporta son attention sur le loup de mer. On n’y voyait vraiment rien dans cette pénombre, alors elle décida d’émettre un peu de lumière. Tendant une de ses mains en avant, elle fit apparaitre une sphère luminescente. Elle était petite et fragile, mais suffisait à la renarde pour distinguer son interlocuteur. L’autre main sur la hanche, elle soupira. Que faire désormais. Elle était seule avec un pirate inconnu, dans quelque chose qui ressemblait à des galeries souterraines. Impossible de remonter à la surface sous peine d’être exécuter, elle n’avait d’autre choix que d’avancer. Elle fit quelque pas, intimant à son acolyte de la suivre si il le souhaitait. Elle huma l’air et des relents d’humidité et de poussières lui encombrèrent les poumons. Elle toussa, puis ajouta simplement.

« Bien joué »

Elle n’allait certainement pas lui dire merci. Elle était bien trop fière pour oser avouer qu’il l’avait sorti d’un périple peu joyeux. Et puis après tout, le périple en lui-même, c’était sa faute ! S’il n’avait rien dis, rien fais, elle aurait pu repartir en toute discrétion par le toit. Mais bref, la jeune femme laissa flotter la boule de lumière au-dessus d’eux pour les éclairer, et constata simplement.

« Je crois que le tunnel se sépare en deux. »

Que faire désormais ?

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Ven 8 Avr - 19:17
Nous étions à présent dans les galeries souterraines ; il faisait sombre et on n’y voyait goutte, mais la jeune femme renarde fit apparaitre une légère boule lumineuse qui éclaira assez pour pouvoir nous y retrouver. Elle ne me remercia pas pour lui avoir sauvé la peau mais qu’importe ; ce n’est pas comme si je l’aurai fais moi-même… Elle avança et se retourna vers moi pour voir si je voulais la suivre ; de toutes manières, je ne voulais pas la laisser partir avec la relique. Nous avançâmes pendant quelques temps sur plusieurs mètres avant de tomber sur une bifurcation ; Hum… Que faire ? J’observai les murs des deux galeries qui s’offrirent à nous : les murs de celle de droite étaient renforcés par des poutres en bois pas trop rongées par les termites ; les murs de celle de gauche étaient jonchés par de la mousse et le vent marin se faisait sentir : pas de doute, la sortie vers la surface se trouvai de ce côté !

J’indiquai à ma partenaire d’infortune le chemin à suivre : « Les dames d’abord, je vous pris », lui dis-je avec un sourire forcé. Je préférais qu’elle soit devant plutôt que derrière au cas où elle voudrait me filer entre les doigts. Nous continuons à avancer silencieusement… J’observe discrètement la jeune femme pour s’avoir à qui j’ai exactement à faire : elle avait des cheveux noir de jais avec, et c’était sa caractéristique la plus flagrante avec ses queux, deux oreilles pointues de renard. De mémoire de marin, je n’ai jamais vu de créature semblable, si ce ne sont les Yordles à la rigueur mais là c’était différent. Elle était bien formée, des courbes gracieuses, attirante, une poitrine généreuse et une touche de sensualité à laquelle n’importe quel homme ne pouvait résister… Excepté moi. Fortune était aussi ce genre de femme : utiliser la beauté que la nature lui avait léguée pour obtenir tout ce qu’elle désirait ; et si se n’était pas assez… Elle employait les armes. A vrai dire, j’ai une légère pointe de nostalgie de la vie que je menais à ces côtés à Bilgewater et  dans la faille de l’invocateur : nous étions redoutés et nous utilisions les plus vils tours pour accaparer les plus grandes fortunes ! Une vraie vie de pirate… Mais pour des raisons personnelles qui tenaient cher à Fortune, elle a tout brisé et a voulu en finir avec moi. Idiote…

Je serrai silencieusement mon poing de fer et retourna mon regard sur la femme renard : elle portait une tenue rouge écarlate qui était ma foi fort plaisante et distinguée… Une minute… Ce sont des vêtements Ioniens ? Que fait une Ionienne à Bilgewater ? En général, ils sont bien trop fiers et méprisants pour s’intéresser à un tel endroit…  Mais le fait qu’elle a des oreilles de renard ne fait peut-être pas d’elle une vraie Ionienne ? Rah ! Je hais les questions sans réponses ! Je dois en savoir un peu plus sur elle…

« Pardon de poser la question ma chère, mais je suis bien curieux de savoir ce qu’une jolie femme tel que vous faite dans un endroit aussi misérable que Bilgewater ? », lui dis-je d’une voix se faisant rassurante et en lui adressant un sourire compatissant.

Je jouais la carte de l’intéressé : si je réussissais à gagner sa confiance,  je pourrai peut-être trouver un moyen de lui reprendre la pierre…


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 8 Avr - 20:33


Ahri suivit son regard et hocha la tête lorsqu’il lui indiqua le chemin à prendre. Après tout il n’avait pas tort, et le flair de la renarde approuva ce choix. L’air iodé était vraisemblablement présent à gauche. Soit, elle passa la première. Elle avait l’habitude, de toute manière. Les hommes à qui elle accordait un peu de temps aimaient la voir de dos, aller savoir pourquoi ? Elle haussa les épaules et entama la marche. Silencieuse d’abord, seuls leurs pas raisonnaient sur les roches poisseuses. Ahri se distrayait en faisant virevolter la boule de lumière, la manipulant du bout de ses doigts fins. Avec grâce, elle l’envoyait valser sur la gauche, puis au-dessus de sa tête, puis sur la droite. Toute une danse féerique qui étira un sourire sur ses lèvres pulpeuses. L’homme décida de briser le silence.

Tiens donc, il était curieux désormais. Et il osait la complimenter. Décidément, il voulait vraiment tout faire pour donner bonne impression à la renarde. La sauver de justesse, la galanterie, les mots doux. En temps normal la jeune femme n’y prêtait guère attention. Elle avait, malheureusement, bien trop l’habitude des hommes et de leurs belles paroles. Celles-ci n’avaient plus aucun impact sur elle. Mais aujourd’hui, dans la pénombre environnante, le matelot lui semblait presque sincère. Elle secoua la tête comme pour se raisonner. Après tout, il avait tout l’air d’un pirate. Et s’il s’intéressait à elle, c’était uniquement à cause de la petite pierre cachée sous sa robe. La jeune femme porta sa main à son buste pour vérifier si elle était toujours là, et répondit.

« Bilgewater a un certain charme… Mais ce n’est pas pour ça que je suis ici »

Elle attrapa la pierre et la montra à l’homme.

« C’est ça, qui m’intéresse »

Elle avait choisi de jouer cartes sur tables. S’il avait pu la laisser pour morte dans l’entrepôt et filer avec la pierre, or, il ne l’aurait pas fait. Les oreilles d’Ahri remuèrent, encore légèrement méfiante, mais elle ajouta avec un petit sourire taquin.

« Et je suppose que vous êtes ici pour la même raison ? Que lui voulez-vous, à cette pierre ? »

Elle fit glisser la boule de lumière entre eux deux afin d’éclairer le visage du marin et de pouvoir le scruter davantage. De ses prunelles ocre, la jeune femme le détailla, imprimant chaque trait dans sa mémoire. Hm.. Son visage lui disait vaguement quelque chose…


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 23 Avr - 22:56
Elle se joue de moi... Elle me teste pour savoir mes véritables intentions; dommage pour elle,  je suis un peu plus avancé dans ce domaine.



"Oh... Oui en effet je ne peut vous mentir..." dis-je avec un faux soupir de désarroi "Voyez-vous, je ne suis qu'un pauvre marin sans le sou comme vous pouvez le constater (je lui montre ma tunique déchirée) et j'ai entendu parler que la capitaine Fortune avait récupérée un objet précieux. Je me suis dis qu'avec cette pierre, et en la revendant, je pourrai avoir de quoi subvenir pendant quelques temps..." Je regardai la jeune femme avec des yeux attristés et avec la mine innocente d'un vieillard: un véritable jeu d'acteur.



"Ecoutez... Je suis désolé pour notre altercation dans le hangar... J'avais tellement peur de me retrouver encore dans la misère que... Que je vous ais menacé... Je regrette sincèrement mon attitude croyez moi bien!"



Mais alors que je lui sortait mon joyeux baratin, je remarquai dans ses yeux une lueur que je ne connaissais que trop bien: celle que vous avez quand il vous semble reconnaitre quelqu'un... Je baisse légèrement mon tricorne pour cacher partiellement mon visage et décide de retourner le sujet de la conversation sur la jeune femme.



"Mais dites moi?" Lui dis-je toujours innocemment "Cette pierre, est-elle si importante pour vous? Vous ne semblez pas avoir besoin d'argent... Serait-ce pour un autre dessein? Est-elle utile pour réaliser une envie qui vous tiens... Vraiment à cœur?"



Je ne sais pas si mes mots ont fait mouche mais autant la faire un peu parler pour en savoir plus sur ce qui la motive...


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Mai - 11:20

Gangplank

Ahri

「 le vieux loup de mer 」
Ahri le fixa longuement, hébétée. Il déblatéra quelques mots sur sa piètre condition, prétextant le besoin d’argent. La renarde arqua un sourcil, méfiante. Il n’était pas un mauvais menteur, loin de là. N’importe qui aurait pu y croire, après tous ses vêtements portaient à confusion. Mais Ahri n’était pas n’importe qui. Son flair lui indiquait une empreinte marqué d’iode. L’homme était certainement en contact permanant avec la mer pour que son parfum soit si distinctif. Et peu de ‘sans le sou’ avaient un bateau. Ses traits tirés qu’il tentait de camoufler, dévoilait une vie pleine d’aventure et un caractère tenace. Du moins, c’était ce que présumait la jeune femme. Elle retint un sourire. Il se donnait du mal pour la convaincre, décidément. Mais même s’il mentait, il lui avait bel et bien sauvé la peau quelque minute auparavant.  Ahri se retourna, attira la sphere lumineuse vers elle, et fit mine de reflechir.

- Eh bien.

Elle attrapa la petite pierre et décida de ne pas mentir. Après tout, elle était certaine de l’avoir déjà vu, et si son intuition disait vrai…

- Comme vous avez pu le constater, j’ai quelques particularités physiques.

Elle se retourna, et deux queues poilues vinrent encadrer le visage du marin, caressant sa barbe rugueuse comme pour appuyer ses paroles.

- J’ai besoin d’une magie assez puissante pour me débarrasser de tout ça.

Elle agita ses oreilles et deux autres queues.

- Je faisais, autrefois, partie de la League. Et d’après ce qu’il se raconte, ce petit caillou serait un fragment du Nexus disparu. Il renfermerait donc la magie nécessaire à mon projet.

Alors qu’elle parlait, la jeune femme déposa un regard plein d’espoir sur le petit objet scintillait. Une boule naquit dans son estomac. L’idée de réussir enfin devenir humaine, grâce à cette pierre, l’enthousiasmait tellement. Nerveuse, elle n’avait qu’une hâte : essayer ça.  Mais seule, elle n’y arriverait certainement pas. Elle aurait besoin d’un autre maitre de la magie. Bien que la sienne soit évoluée, si cet artefact était vraiment un fragment du nexus, elle allait avoir besoin d’aide. Elle secoua a tête pour chasser ses pensées, et reporta son attention sur le marin. Un sourire malicieux au coin de ses lèvres pulpeuse, elle mit une main sur sa hanche et ajouta, plus sérieusement.

- Mais maintenant assez parler de moi. J’ai joué franc-jeu, à votre tour. Dites-moi ce que vous lui voulez, à cette pierre. Et ne mentez pas cette fois, je le saurais.

Elle ponctua ses mots d’un clin d’œil. Etre méfiante n’avancerait à rien, Ahri préféra détendre l’atmosphère historie de mettre à l’aise le marin. Une ambiance chaleureuse le pousserait peut être à le dévoiler, à son tour.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Sam 21 Mai - 15:20

Gangplank

Ahri

「 Mauvaise nuit pour les voleurs 」
Je leva un sourcil, étonné: cette petite avait un sens de l'observation et de la déduction bien plus poussé que moi... J'hésitai, me demandant si lui révéler qui j'étais vraiment allait m'aider ou plutôt m'handicaper. Elle n'avait pas hésitée à me dire ses véritables intentions en ce qui concernait la relique... *Soupir* Oh et puis zut! Elle veut s'avoir qui je suis? Soit...


"Je suis impressionné... Peu de personne peuvent être capable de déceler le vrai du faux chez moi... Je vais te dire qui je suis petite... Mon nom est..."


"Fouillé partout! Ils ne peuvent pas être loin!"


Malédiction! Ce sont les voix des hommes de Fortune qui nous parviennent! Ils ont dû trouver la trappe et maintenant ils sont de nouveau à nos trousses!


"Je suggère que nous remettions cette conversation à plus tard ma chère"


Il fallait faire vite, les voix étaient de plus en plus proches; nous nous dirigeâmes rapidement vers la sortie du tunnel: enfin à l'air libre! Mais notre calvaire était loin d'être terminé. J'indiquais à ma partenaire d'infortune des tonneaux au loin: il fallait nous cacher et vite!


Une fois arrivé dans notre cachette, nous observâmes la situation: des hommes de main étaient en train de se réunir, visiblement à notre recherche. Le groupe qui nous poursuivait dans les galeries fini par sortir; la voix du chef de groupe se fit entendre:


"Ok les gars! Nos deux fuyards ne peuvent pas être loin... Ils sont forcément encore dans la zone alors ouvrez bien les yeux et les oreilles! 100 Serpents d'Argent à celui qui les trouvera!"



"A vos ordres Chef!!!"



On était mal... S'ils comptaient passer l'endroit au peigne fin ils finiraient par nous retrouver... Je réfléchissait... La situation était critique et le temps jouait contre nous... Décidemment, c'est pas ma nuit...




    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 26 Mai - 14:45

Gangplank

Ahri

「 le vieux loup de mer 」
Ahri se laissa entrainer. Comme elle s’y attendait, leurs ennemis n’avaient pas mis longtemps à les retrouver. La renarde suivit donc le marin de son pas pressé mais agile, plutôt amusée par cette pseudo course poursuite. Il l’attira dans un tonneau assez spacieux pour contenir les deux fuyards, et Ahri huma l’air. Ces tonneaux dégageaient une forte odeur nauséabonde, un mélange d’iode, de poussière et de vase qui souleva le cœur de la renarde. Elle se retint d’éternuer, son flair sensible ne supportait pas ce parfum. Et puis la proximité avec le marin n’arrangeait rien, la renarde avait la sensation de suffoquer dans cet espace clôt. Alors, sans pouvoir se retenir plus longtemps, elle éternua.

« Par ici ! J’ai entendu quelque chose ! Fouillez moi ces tonneaux »

Ahri jura silencieusement. Que faire ? Ils allaient bientôt être repérer. S’ils restaient ici, les hommes leurs tomberaient dessus d’ici quelques minutes. Ahri eut soudain une idée.

« Ecoutez, il faut juste faire diversion »

La renarde prit quelques secondes pour réfléchir aux solutions qui s’offraient à elle. Elle avait encore mal à l’épaule suite à sa precedente blessure, mais elle s’en sentait capable. Elle inspira prodondement, se retenant de tousser, et ajouta en murmurant.

« Je vais sortir, et les distraire. Les hommes ont du se séparer pour couvrir plus de terrain, du coup on peut certainement battre le petit groupe présent ici »

Ahri avait son idée, et sans plus tarder, elle sortit du tonneau en un bond gracieux. L’effet de surprise déboussola les deux hommes présents, qui se cramponnèrent à leurs armes. Ahri n’hésita pas plus longtemps. La sphère de lumière tournoyant toujours autour d’elle, elle l’envoya vers le duo. Les deux hommes hurlèrent lorsque la boule d’énergie les traversa, et Ahri en profita pour s’éloigner.

« Aller, venez »

Il leur suffisait de rejoindre le rivage. C’était un marin, il avait bien un bateau, non ? La demoiselle vérifia en courant que la pierre lumineuse était toujours sous sa robe, et elle continua de courir lorsqu’elle entendit un autre homme approché. Ses yeux de voilèrent de rose, et elle charma l’individu sans peine. Il fallait rapidement fuir avant qu’il ne reprenne conscience, sinon il risquait de prévenir les autres. Ahri regarda l’homme s’avança d’un pas morne, un sourire béat fixé sur son visage. Elle soupira, et se retourna vers son camarade.

« On a pas beaucoup de temps. Vous avez certainement un navire non loin d’ici, avec des hommes, n’est-ce pas ? »

Les prunelles ocre de la renarde n’exprimaient plus aucunes fantaisies. Son corps se soulevait à chacune de ses inspirations, l’adrénaline bandant ses muscles cachés derrière ses formes. Ahri était focalisé sur la fuite, maintenant. Tout de suite. Après tout, la survie, s’était son domaine. Ses queues virevoltaient nerveusement, alors qu’elle attendait la réponse de son camarade.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Lun 27 Juin - 16:38

Gangplank

Ahri

「 Mauvaise nuit pour les voleurs 」
Je l'aime bien cette petite, elle réfléchit vite, n'hésite pas à donner du sien... Elle ose même me donner des ordres... Décidemment, j'ai l'impression de revivre mes aventures avec Fortune... Je hoche la tête lui faisant signe que j'avais une idée d'où nous pouvions nous échapper...
J'avançais jusqu'au marin charmé par ma partenaire et lui colla un violent coup de poing dans la face:

"Fait de beaux rêves mon gars..."

J'ai un léger sourire, j'avais besoin de me défouler un peu. Nous continuons de faire quelques pas ma partenaire et moi... Avançant le plus discrètement possible, nous collant près des murs... Nous nous arrêtâmes soudainement et je lui pointa l'endroit où se trouvait la crique par laquelle j'étais venu. Je me retournait vers la femme renarde:

"Bon... Si on réussit à atteindre cette endroit, on sera hors de danger... Un de mes hommes nous attend là bas mais on doit faire vite... Le temps joue contre nous".

Soudain, je dégaine mon sabre et arrête à temps la lame d'un des hommes de Fortune qui attendait dans l'ombre. Je donne un coup de pied dans le ventre du marin avant de lui planter mon sabre dans la gorge... Le corps du malheureux tombe à terre dans un terrible râle. Je serre les dents... La fureur et l'excitation m'incite à me battre plutôt que fuir... Mais je n'ai pas le luxe de ce loisir, cela contrecarrerai mes plans. Je me tourne vers la jeune femme tout en essuyant ma lame ensanglantée:

"On bouge..." Lui dis-je avec froideur...

Fini de jouer les hommes courtois, nos vies sont en jeu et il hors de question que je meurt ici... Je l'intime de me suivre rapidement vers le prochain bâtiment. Nous courrons sans nous arrêter mais deux autres hommes de main nous barre le passage:

"Vous êtes fichus! Rendez... AAAAArrg!"

Il n'a pas le temps de finir sa phrase que je lui ouvre la gorge dans la volée; je sort mon tromblon et tire sur le deuxième qui n'a pas le temps de réagir... Son corps vole en arrière... Sans vie... Avec un trou important dans le torse... Paix à son âme. Je continue de courir et arrive enfin vers le bas de la petit colline qui nous mènerait vers la crique; je tend la main à ma partenaire pour l'aider à escalader...

BLAM!!!

Un coup de feu ricoche non loin de nous, les hommes de Fortune nous on vu et essaye de nous tirer dessus. Je crie à la jeune femme:

"C'est le moment de donner tout ce que vous avez dans vos bras et vos jambes ma chère... GRIMPEZ!!!"

Autant dire que la situation n'est clairement pas à notre avantage... Nous sommes à découvert et on nous tire dessus comme des poulets... Nous nous approchons du sommet de colline... Enfin!

BLAM!!!

"Urg..."

Un des tirs viens de ricocher sur mon bras en fer... Ce n'est pas agréable et ça a failli me faire perdre l'équilibre, maudit soit tu Fortune avec tes hommes! Je me hissa avec un peu plus de mal mais nous étions enfin hors d'atteinte. Je regarda ma partenaire:

"Allez... On descend par là..."

Je lui indique l'escalier naturel que j'avais emprunté. Je passa devant elle et commença à descendre... Arrivé en bas je remonta vers l'entrée de la crique... La barque était là mais pas mon second... Où peut être cette raclure de...

"Bonsoir capitaine... Heureux de vous voir encore en vie... hé hé hé..."

Je sens une lame sous ma gorge et un pistolet dans mon dos.

"Nom de nom! Mais c'est quoi cette histoire matelot!" vociférai-je

Mon second rit:

"Désolé capitaine... Mais je pensais que vous seriez mort là bas... Mais bon... Comme ce n'est pas le cas, je vais m'occuper de vous personnellement... Vous feriez mieux de lâcher vos armes..."

je n'ai pas d'autres choix que d'obéir... Je laisse tomber mon sabre et mon tromblon par terre...

"Espèce de pourriture... Comment ose tu t'en prendre à ton capitaine ainsi?!"

Il serre un peu plus sa lame contre ma gorge:

"Pourquoi? Mais pour l'argent pardi! Je me demande combien payera Miss Fortune pour votre tête... D'autant qu'elle croit encore que vous êtes mort AHAHAHAH!!! Ce serait pas beau ça?"

Alors c'était ça? Trahi pour l'amour de l'argent... Bon dieu... Je viens de me faire avoir trop facilement... Ma fin va t'elle vraiment ce résumer à cela? Je le refuse...


    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 5 Sep - 15:46

Gangplank

Ahri

「 le vieux loup de mer 」
Ahri  n’aurait d’ordinaire eut aucun mal à gravir les quelques rochers qui les séparaient du calme. Mais avec les balles qui fusaient dans son dos, la renarde semblait avoir perdu toute son agilité. Elle força sur ses jambes, s’aida de ses queues pour prendre appui, et finit par atteindre l’autre côté. Elle prit quelques secondes pour épousseter sa tunique, et redressa subitement la tête lorsqu’elle sentit une odeur inconnue, beaucoup trop proche.
"Bonsoir capitaine... Heureux de vous voir encore en vie... hé hé hé..."Ahri se précipita derrière le rocher le plus proche, camouflant tant bien que mal ses épaisses queues. L’homme portait sa lame au cou de son camarade, appuyant dangereusement l’arme " Désolé capitaine... Mais je pensais que vous seriez mort là bas... Mais bon... Comme ce n'est pas le cas, je vais m'occuper de vous personnellement... Vous feriez mieux de lâcher vos armes..." Ahri comprit rapidement la situation. Il s’agissait tout bêtement d’un homme du pirate, sans aucun doute. Du moins, plus maintenant. Le capitaine s’exécuta. Miss Fortune ? Ahri essayait de comprendre les bribes d’informations qu’elle entendait, mais les noms lui étaient vaguement inconnus. Quoi qu’il en soit, son camarade d’exploration semblait avoir quelques problèmes, et Ahri, tassée dans son coin hésitait. Vallait-il vraiment la peine qu’elle sorte de sa cachette ? Après tout, l’homme lui avait menti une première fois sur son identité, et ne lui avait toujours pas donné son nom. Qui plus est, il venait pour la même raison qu’elle ici. Enfin, il avait tout l’air d’un pirate, et bien qu’Ahri ne connaisse pas grand-chose de ces hommes, ils ne lui inspiraient guère confiance.

Ahri soupira silencieusement, reprenant encore sa respiration. Il lui fallait fuir de toute manière, et le bateau de l’homme semblait être le meilleur des moyens. Elle leva les yeux aux ciels, exaspérée par son propre comportement, et sortit de sa cachette. L’inconnu braqua immédiatement son regard sur elle. Apres les quelques secondes d’étonnement dont Ahri avait l’habitude, il sembla serré les dents. Le flair d’Ahri semblait perturbé par l’iode environnant, et elle retint une grimace. Son orbe flotant docilement dans son dos, elle envisagea dans un premier temps la manière douce.

« Eh bien monsieur, je me dois de vous remercier. »

L’homme émit un grognement interrogé et arqua un sourcil.

« Voyons, vous venez tous juste de me libérer de l’emprise de ce… capitaine »

Elle désigna son camarade d’un air dégouté, et retourna son attention sur l’homme. Ce dernier restait sans voix, il en savait vraisemblablement pas comment réagir. Néanmoins, Ahri pu facilement sentir son regard se poser sur elle, caressant chacune de ses courbes. Ses lèvres s’étirèrent davantage.

« Comment puis-je vous remercier, mon sauveur »

Ahri n’avait rien d’une sirène et pourtant, son charme naturel suffisait à embrumer l’esprit du marin. Il ouvrit la bouche, cherchant ses mots, puis fronça les sourcils.

- Je… euh… RECULEZ !  Ne m’approchez pas !

Ahri continua néanmoins d’avancer, doucement. Ses hanches se mouvaient avec grâce tandis que ses prunelles ocre ne lâchaient l’homme du regard.

« Voyons…  je veux simplement effacer ma dette envers vous… »

Elle s’avança à nouveau vers le matelot, une lueur sauvage dansant dans ses prunelles. Ahri aurait très bien pu l’attaquer de plein fouet, mais étant donné la position peu avantageuse qu’il avait, mieux valait être prudente. Sans un regard pour le capitaine, elle s’approcha à nouveau. Encore, et encore. Une fois à sa portée, elle posa sa main sur le bras de l’homme. Ce dernier semblait presque hypnotisé, oubliant le but de sa venue. Ses muscles se détendirent doucement, et il lâcha prise sur son arme pour venir cueillir la paume de la renarde.  Ahri lui offrit sa main, et l’attira près d’elle d’un mouvement fluide. L’ocre de ses prunelles disparu un instant, laissant place à un mauve chaleureux et dangereux à la fois. En effet, l’homme, charmé, ne semblait plus pouvoir distinguer  ce qu’il était en train de faire. Le capitaine, désormais libre, pouvait au contraire bien lire le visage de la jeune femme. Un sourire carnassier et triomphant barrait son visage, dévoilant quelques crocs. Lorsqu’Ahri sentit le matelot s’abandonner à elle, son visage se ferma. Attrapant la lame qu’il venait de laisser tomber, elle la jeta au loin. Son orbe vint délicatement flotter près du visage de l’homme, le menaçant de sa lumière. L’expression de la renarde changea du tout au tout. Ses traits se durcirent, et elle retourna son attention sur le capitaine. Son sérieux était déconcertant.

« Il est hors d’état de nuire pour quelques secondes encore, une minute tout au plus. »

En effet, l’inconnu afficha encore cet air béat, fixant la renarde amoureusement. Elle jeta un regard au capitaine.

« C’est votre homme, son sort vous appartient »

Ahri n’aurait eu aucun mal à la tuer, mais comme elle l’avait expliqué précédemment, sa vie ne lui appartenait pas. A l’homme de choisir ce qu’il ferait de son traire de matelot.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gangplank
Bilgewater - your king has returned
avatar
Masculin
Messages : 76
Date de naissance : 28/04/1998
Date d'inscription : 16/03/2016
Age : 19
Localisation : Bilgewater
Emploi/loisirs : Pirate/Sculpteur sur os (surtout les tibias)
Mer 21 Déc - 22:48

Gangplank

Ahri

「 épilogue 」

J'étais partagé actuellement entre deux émotions... La rage d'avoir été trahi et l'impatience de faire goutter à mon pseudo second le gout de son erreur... Et la stupéfaction d'avoir été sauvé par cette femme renarde. Pourquoi avait-elle prise le risque de sortir de sa cachette pour me tirer d'une mort certaine? Elle aurait bien pu attendre que le marin ait fait sa basse besogne avant de se charger de lui... Elle aurait eu un problème en moins sur les bras. Pourtant, elle avait décidée de ne pas choisir cette facilité... Par compassion? Humanisme? Intérêt? Personnellement, peu m'importais, j'avais échappé au triste destin de voir ma carotide prendre l'air et cela me convenais parfaitement. Que faire à présent de notre cher ami? Elle voulait me laisser le choix de sa sentence... Je n'en demandais pas autrement. L'exécuter sur place était une bonne idée, et comme il était aussi concentré qu'un bigorneau vermoulu... C'était simple comme bonjour. Sauf que je ne veux pas qu'il meurt de cette manière... La trahison se paye, et très chère... Il aura sa condamnation, mais une fois rentré sur le navire.

Je m'avançais vers cet immonde guano et lui donna un bon coup de coude dans la mâchoire: premièrement pour le sonner pendant un petit moment, deuxièmement pour qu'à son réveille il comprenne qu'il était toujours en vie et qu'il prenne ainsi conscience du mauvais quart d'heure qu'il allait passer par la suite... Mon souffle était fort tandis que j'avais les yeux rivés sur son corps inconscient... Les flammes de la vengeance brulaient dans mes yeux et mes bas instincts m'incitaient à lui ouvrir le crâne avec l'une des pierres ce trouvant dans la crique... Je n'en fit rien, je devais me retenir... Pour le moment du moins. Mes yeux sombres se tournèrent à présent vers la renarde qui s'était reculée par sécurité, craignant que j'essaye de m'en prendre à elle à présent... Car après tout, je voulais toujours la pierre pour laquelle j'avais risquée ma peau en venant ici... Cependant, j'hésitais sur la question: je voulais la pierre simplement pour nuire à Fortune, et ma camarade la voulait afin d'obtenir une existence plus acceptable dans ce monde... Touchant... Et plus légitime que mes propres revendications. Sans dire mot, je me dirigeais vers mon sabre et mon tromblon que je remis à ma ceinture. Je me tournais vers elle à nouveau, l'observant un peu: elle était sur la défensive, tenant la pierre qui se trouvait dans ses vêtements, prête à se défendre... Combien de temps il me faudrait pour me débarrasser d'elle? 10 secondes? 5? Elle aurait surement le temps de m'infliger deux ou trois blessures avec sa mystérieuse orbes... Mais ayant observé la portée de celle-ci pendant notre confrontation avec les hommes de Fortune sur les docks... Un coup de tromblon rapide et bien placé dans l'abdomen réglait l'affaire en moins de deux. Je croisais des bras... La tuer? Je n'en savais trop rien... Bien évidemment elle avait en sa possession l'objet que je convoitais... Et elle me l'avait pris des mains... Et c'était elle aussi qui avait alertée les hommes de Fortune... D'un autre côté...

Soupirant bruyamment, je haussais les épaules:

"Petite... Ta naïveté te perdra... C'est certain. Tu aurais très bien pu partir de cet endroit sans même avoir à lever le petit doigt... Prendre cette chaloupe avec laquelle je suis venu et partir en direction du Nord pour rejoindre les villages de pécheurs, loin de cet endroit et surtout, loin des problèmes..."

Je pivotais, mains jointent dans le dos, faisant quelques pas vers le fond de la crique. Je continuais mon discours avec une voix faussement triste:

"Si seulement je n'étais pas aussi cruel... Tu aurais pu partir sans encombres..."

Je me grattais la barbe, le dos toujours tourné à elle. Du coin de l'œil, je la voyait se déplacer silencieusement vers la chaloupe, ne me quittant pas du regard... Elle se saisit des rames, et en forçant comme elle le pouvait, elle finit par prendre le large, se dirigeant au loin vers la direction que je lui avait indirectement indiqué... Je me retournais, la regardant partir... Malgré moi, je me mis à sourire, regardant le ciel qui était à présent étoilé... La Lune engageait déjà sa descente, signe que l'aube ne tarderait pas à pointer le bout de son nez dans les quelques heures à venir. Je me dirigeais vers le corps du marin qui était toujours dans les pommes... Je le trainais en le tirant par le col en l'amenant dans le fond de la crique et le laissa tomber sur le sol, m'asseyant à côté sur un rocher.

"Chère racaille... Nous voilà bien seul... Heureusement que..."
Je me mis à rire "J'avais prévu un moyen de secours..."

Et alors que je sortais ces mots, j'entendis la voix d'un homme:

"Captain'! Vous êtes là?"

"Criez plus fort moussaillon... C'est pas comme si ces pélicans pouvaient vous entendre"

Un marin plutôt massif vint bientôt me rejoindre:

"On a fait comme vous nous l'aviez demandé captain'... Vous avez eu raison de douter de c'te gars là"

"Comme tu le dis mon gaillard... Allez! Inutile de trainer plus longtemps ici... On rentre à la maison"

Croyez le ou non, mais dans le doute de me voir trahir par mon bras droit, j'avais prévu de faire envoyer des hommes venir me chercher à cette crique si jamais je ne revenais pas au bout de 2h... Avouez que mes délires paranoïaques ont du bon parfois... Quoiqu'il en soit, cette escapade toucha enfin à sa fin... Cette nuit avait été forte intéressante... Et cette rencontre... Je pense que je ne l'oublierais pas. Une chose était sûr au bout du compte: c'était une mauvaise nuit pour les voleurs.

FIN




    
      "Sabordez ces gueux de mer, ils nous ont volé not'recette"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» [Terminé] Une bien mauvaise surprise || ft. Trevor
» Une nuit pour oublier l'ennui
» Une nuit lugubre, simplement ♪ [Feat. une poupée sanglante qui fait peur, Jiro]
» Tres Mauvaise Nouvelle pour Nigel McGuinness / Desmond Wolfe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Bilgewater :: Port de Bilgewater-
Sauter vers: