/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

Blanc et Rouge, mêlés dans le chaos. (PV Katarina)

 :: Runeterra :: Bilgewater :: Les tavernes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Dim 14 Fév 2016 - 23:30
Bilgewater.

La ville portuaire où l'on pouvait retrouver des criminels de toute sorte et de tous les bords. Meurtriers, arnaqueurs, pirates, criminels sexuels, et j'en passe... Pourquoi j'étais dans un tel endroit, me demanderez-vous? Et surtout comment ai-je pu y parvenir? Eh bien, disons que quelqu'un m'a aidé. En fait, à l'époque ou j'errais dans les Plague Jungles, j'ai fini par me perdre et atterrir près de la côte. Là, un bateau pêcheur passa par là, et son capitaine me reconnut formellement. Ne sachant pas trop quoi en penser, je lui dis simplement que j'étais perdue. Après avoir ri quelques secondes, il me dit que lui était sur le chemin du retour pour Bilgewater. C'est là que je me souvins d'un détail intéressant... Quand on est une exilée, les ragots finissent toujours par arriver à vos oreilles, d'une manière ou d'une autre. J'avais donc appris quelques jours plus tôt que Gangplank avait été déclaré mort à la suite de l'attaque de Sarah Fortune sur son bateau. Mais il avait été apparemment retrouvé depuis. En tout cas, Bilgewater était maintenant plongée dans un chaos et une anarchie encore pires que sa situation précédente. En d'autres termes: ils avaient autre chose à faire que de me poursuivre moi. Après tout, tout le monde se battait déjà assez entre eux pour se préoccuper de moi... Je pris donc la décision de demander au pêcheur si il accepterait de me conduire à Bilgewater. Surpris par ma proposition, il accepta en riant, et en disant que je ne durerais pas longtemps là-bas de toute manière. Pensant qu'il participait à un suicide assisté, il me conduisit donc jusqu'à la cité. Je pris soin de couvrir ma tête et mon visage autant que possible avec ma tunique cependant. Plus je pourrais passer du temps sans être reconnue, mieux ce sera. En passant, je donnai quelques une de mes dernières pièces d'or au pêcheur pour m'assurer de son silence... Ils feraient n'importe quoi pour de l'argent ici. Après être arrivée je me dirigeai vers la première taverne qui entra dans mon champ de vision, faisant de mon mieux pour ne pas attirer l'attention. J'avais juste besoin de m'asseoir cinq petites minutes, peu importe le bruit ou l'agitation autour de moi... J'étais habituée, les tavernes de Noxus ne sont pas bien différentes de celles-ci. J'espérais juste pouvoir passer autant de temps que possible sans être reconnue... Sinon, ma petite visite tournerait vite au vinaigre...
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Jeu 18 Fév 2016 - 19:21
La main tendue de l'homme qui se tenait en face de moi, le visage caché d'une capuche, et un sourire mauvais au visage, fit plisser Katarina des yeux, avec un certain dédain. Cette manie de réclamer l'argent avant de parler m'agaçait. Dans ce genre d'échange, avec un assassin qui plus était, soit la personne comptait payer et le ferai, soit ne comptait pas le faire, et dans ce cas, demander sa bourse avant les infos ne le condamnerait qu'à se faire trancher la gorge par la suite pour la récupérer.

Fort heureusement pour lui, s'il y avait une chose que la perte de renommée récente de la famille Du Couteau ne lui avait pas enlevé, c'était sa fortune. La jeune assassin avait mieux à faire que de courir après des coupe-jarret pour les détrousser de leurs économies. Elle balança sur la table, devant la main de l'homme, l'équivalent du mot "suffisant" en or, pour qu'il crache le morceau.

Les évênements récents de Bilgewater étaient une véritable aubaine pour les assassins comme elle. Malgré les apparences, ces enjeux politiques s'étaient étendus plus loin que Bilgewater, et des personnes comme elle en étaient venues à se faire recruter dans des clans, généralement celui capable d'offrir le plus en échange. Pour Katarina, quelques gorges avaient déjà été tranchées ces derniers mois, le plus souvent en faveur de Sarah Fortune. Même si elle n'avait pas réellement pris parti ni ne s'était impliquée plus que pour les contrats qu'on lui proposait, elle était plutôt inscrite dans les contacts des hommes de main de cette dernière, et comme un danger pour ceux de Gangplank.
Nul ne se leurrait cependant, car tous savait qu'un assassin de Noxus ne s'intéresserait probablement qu'à ses gains personnels, et n'hésiterait pas à retourner sa veste s'il le fallait.
Pour le moment, l'accès à des contacts qui lui paraissaient de meilleure influence, et l'échange possible de service faisait garder à la rouquine la préférence à travailler pour ce camp là lorsqu'il faisait appel à lui. Tant que Noxus elle-même ne prenait pas position officiellement, elle resterait sans doute sur ses positions.

Elle était satisfaite. L'homme avait des informations qui lui convenaient parfaitement sur le domicile de sa cible, et la façon dont celui-ci était gardé. C'était tout ce qu'il lui fallait, aussi, elle scella d'un signe de tête cet entretien, n'ayant aucune envie de trainer plus longtemps dans cette taverne bruyante et remplie de pirates ou de mercenaires ivres morts qui chantaient à tue-tête, dans un joyeux mélange de relents d'alcool et de vomissure. En se relevant, elle balaya la salle d'un oeil critique, autant pour s'assurer que personne ne voulait lui chercher de noises ou la draguer lourdement, ni ne l'aurait entendue ou ne la surveillerait. Ses yeux se posèrent quelques instants sur une femme assise là, seule. C'était un spectacle assez étrange dans ce genre de lieu. Le seul autre exemple de femme qui aurait pu être assise là seule, c'était elle-même, un assassin, ce qui n'était pas pour la rassurer sur l'innocence de cette demoiselle. Elle avança, en gardant les yeux rivés sur elle un moment, jusqu'à croiser son regard.

Elle lui disait quelque chose, en plus. Katarina n'arrivait pas à remettre le doigt dessus, mais était persuadée de l'avoir déjà vue quelque part, auparavant, sans parvenir à se souvenir de qui il s'agissait. Une sensation de familiarité. Elle ne pouvait pas voir grand chose d'elle, mais les quelques traits de son visage apparents lui parlaient. Aussi, une fois arrivée au niveau de la porte de sortie de ce trou à rat bruyant, elle s'arrêta, continuant de la regarder, les yeux plissés, son instinct lui suggérant de ne pas juste ignorer ce détail.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Jeu 18 Fév 2016 - 22:48
Partout où mes yeux se posaient, des bagarres, des rires, des boissons, des serveuses se faisant lourdement aborder... Cette taverne réveillait en moi une nostalgie étrange. Oui. Elle me rappelait Noxus, mon ancien chez moi... Mon ancien foyer. Enfin, mis à part les serveuses. La plupart des travailleurs d'une taverne étaient des hommes à Noxus, pour contourner le problème des serveuses se faisant lourdement aborder et parfois même enlevées à leur travail. Enfin disons que j'avais constaté cette façon de faire dans plusieurs tavernes de Noxus. Cela m'avait fait rire à l'époque, mais je dois bien avouer que c'était assez ingénieux.

Enfin passons. Là n'est pas la question. Pour l'instant, personne ne semblait m'avoir reconnu, et cela m'allait parfaitement. Si le fait que Riven, traîtresse et exilée de Noxus, est à Bilgewater s'ébruite, je ne pourrai probablement pas m'en sortir en un seul morceau... Oh ne me comprenez pas mal, je n'ai aucun doute sur ma propre force. Mais j'en connais aussi ses limites, et parfois, la quantité peut surpasser la qualité. Si tous les coupe-jarrets et combattants de Bilgewater me poursuivent et m'attaquent de manière groupée, j'aurai du souci à me faire... Vous me direz, cela pourra aussi causer encore plus de chaos, suivant si ils chercheront à me tuer seuls pour s'accaparer toute la gloire ou bien si ils voudront se partager la récompense de ma capture ou de mon meurtre entre eux en s'alliant temporairement... Et je ne me faisais pas d'illusions quant à leurs intentions AVANT de me tuer, si d'aventure ils mettaient la main sur moi... Les hommes sont des animaux en chaleur ici...

A mesure que je regardais autour de moi, un frisson me parcourut le dos. Comme si j'étais observée... Je n'aimais pas ça. M'avait-on reconnue? Allons Riven, reste calme. Je tournai ma tête de manière naturelle vers la direction d'où ce frisson m'était venu, et là... Je croisai le regard d'une femme aux cheveux rouges.

Comment pourrais-je jamais oublier ce regard. Ces yeux, et ces cheveux. Je ne l'avais pas vu depuis longtemps, très longtemps même, mais rien ne pourra m'enlever le souvenir que j'ai d'elle... Arrogante, et manipulatrice avec ça. Qui s'amusait beaucoup avec les gens, et qui ne respectait pas grand-chose... Les années avaient passé maintenant et j'espérais secrètement, pour elle, qu'elle ait changé. Mais je n'étais vraiment pas à l'aise. Mes yeux ambre croisant le vert des siens, je ne fis mine de rien, ne dit pas un mot, et baissa simplement la tête. Même si je ne la regardais plus, je pouvais sentir ses yeux toujours posés sur moi. Ca me mettait mal à l'aise. M'avait-elle reconnu...? Je ne le savais pas. Je ne fis rien qui pourrait me trahir, me contentant de reprendre mon observation des activités de la taverne. Voyons... J'ai assez de pièces pour me prendre au moins une petite choppe... Ca me détendra, et cela fait longtemps que je n'ai rien bu d'autre que de l'eau. Levant légèrement ma main pour interpeller une serveuse, je profitais de la cohue pour parler, afin que ma voix puisse donner le moins de détails possibles sur moi. Après tout, parfois, seule une voix peut vous faire reconnaître une personne...

"Une choppe de bière s'il vous plait. Fraîche si possible."

Furent les seuls mots que je prononçai à la serveuse, qui repartit en faisant oui de la tête. En attendant que ma commande arrive, je me contentais de passer le temps en dessinant sur la table, avec mes doigts, les même symboles runiques que sur mon épée, en espérant que la femme que j'ai vue tout à l'heure avait arrêté de me regarder si fixement... Je n'avais pas vraiment envie de me battre ici...
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Mer 24 Fév 2016 - 18:00
Etrange, cette sensation. Katarina avait horreur de croiser des visages sur lesquels elle ne pouvait pas remettre de nom. En temps normal, elle avait une excellente mémoire visuelle, et il était très rare qu'elle oublie ainsi à qui elle avait affaire. Les visages qu'elle se permettait d'oublier en temps normal, étaient ceux des morts.
Mais pourtant, cette fois ci, elle avait bel et bien cette agaçante sensation d'avoir déjà vu cette personne, et d'avoir su son nom, sans être en mesure d'associer ce visage avec des souvenirs plus précis. Même en la fixant durant deux longues minutes, cillant à peine, l'observant croiser son regard puis le détourner et tenter de reprendre contenance en s'intéressant à autre chose, elle ne parvenait pas à être sûre d'elle. Cependant, cette attitude fuyante la fit légèrement plisser des yeux. Comme si la demoiselle avait été gênée d'être vue.

Elle finit par hausser les épaules. Il ne servait à rien de creuser sa mémoire lorsqu'elle ne voulait pas répondre. Sans doute l'identité de cette femme se rappellerait-elle à ses bons souvenirs plus tard, lorsqu'elle penserait à autre chose. Après tout, il y avait de nombreuses raisons de vouloir passer incognito dans cet endroit, et se faire fixer ainsi expliquait sûrement son attitude, sans que ce soit forcément lié à elle. Elle fit volte face après ce moment de fixation intense, et rabattit sa cape sur ses cheveux pour s'effacer discrètement tandis qu'elle sortait de cette taverne portuaire, s'aventurant sur les quais. Pour le moment, elle avait des choses plus importantes à penser. Les hommes de main de Gangplank étaient partout, et elle savait qu'ils ne cracheraient pas sur la jolie récompense que les fonds familiaux de la famille Du Couteau pourraient verser pour qu'elle survive s'ils parvenaient à mettre leurs pattes sur elle.

Aussi, rapidement, après quelques dizaines de mètres, elle s'engouffra dans une ruelle, et se plaqua contre le mur, là ou l'on ne pouvait pas la voir avant de tourner à l'angle de cette même rue. Et attendit, attentive, une main posée sur le pommeau de sa longue dague, pour vérifier si quelqu'un aurait eu la mauvaise idée de la suivre.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Mer 24 Fév 2016 - 18:52
Je sentis la présence de Katarina s'éloigner... Le temps s'arrêta... Katarina Du Couteau. L'une des familles les plus importantes de Noxus... Mais qui a perdu de sa superbe, d'après les ragots que j'ai entendu... Comment être sûre de ce qui est vrai ou pas, quand tout ce que vous entendez est passé de bouche à oreille...? Je n'étais pas à l'abri d'avoir entendu des déformations et autres... En tout cas, le fait de la sentir s'éloigner me fit relativement du bien... Mais en même temps, un frisson encore plus intense m'envahit l'esprit. Elle était partie après m'avoir fixée. Je n'avais que ma tunique sur la tête, pas de quoi duper un assassin Noxien, une des meilleures dans son domaine qui plus est... Je devais prendre une décision et vite. Et si elle faisait le choix de divulguer ma présence dans tout Bilgewater? Le bouche à oreille ça va vite par ici... Je fronçais les sourcils, fixant la sortie par laquelle je vis passer Katarina. Je ne pouvais pas prendre ce risque. Elle pourrait très bien me tendre un piège. Je dois changer d'endroit... Mais je ne dois pas aller dans un endroit isolé. Pour l'instant,  ma meilleure chance c'est d'aller dans un endroit peuplé pour me cacher dans la masse...

Non.

Ca ne marchera pas. Pas comme ça. Katarina peut très bien être en train de m'attendre juste à l'extérieur... Elle représente une trop grosse menace. Si je la laisse s'en aller comme ça, je suis sûre et certaine que je m'en mordrais les doigts... Je ne dis pas pouvoir la suivre à la trace et la tuer discrètement comme elle pourrait le faire pour moi probablement, mais je dois l'empêcher de me nuire... Je dois la neutraliser, et vite. La tuer ne sera peut-être pas nécessaire, mais je dois au moins l'empêcher de parler. Et je dois m'assurer qu'elle ne me nuira pas, même si ça implique de se battre avec elle... Je ne devais pas perdre plus de temps. Je posai les pièces d'or de ma bière sur la table, même si je ne l'avais pas encore consommé. Je me levai alors de la table pour partir, faisant bien attention de ne rien oublier. Je partis donc à la poursuite de Katarina, à un rythme de marche rapide, mais sans vraiment courir, pour ne pas trop attirer l'attention de tous les autres clients et passants.

Après avoir marché quelques dizaines de mètres, je la vis tourner à l'angle d'une ruelle. Je pouvais pas la perdre de vue, sinon je perdrais ma probable seule chance de l'avoir! J'accélère légèrement le pas pour ne pas la perdre, avant de tourner à quelques secondes d'intervalle au même angle qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Mer 2 Mar 2016 - 15:11
Plaquée contre les briques froides, dissimulée dans l'ombre. Ses yeux guettaient avec attention, attentive à chaque son. Si quelqu'un avait la mauvaise idée de l'avoir suivie, cette personne n'aurait probablement pas beaucoup de temps pour regretter ce mauvais choix.
Machinalement, elle commença à compter les secondes intérieurement. Si personne ne se montrait au bout de deux minutes, elle continuerait son chemin. Elle espérait que ce serait ainsi que les choses se dérouleraient.

Malheureusement pas. Une silhouette se profila rapidement à l'angle de la petite ruelle, commençant à avancer dedans. Tant pis pour cette personne et cette mauvaise décision. Elle ne pourrait se cacher d'elle, et il était déjà trop tard pour essayer, ou s'enfuir.

You wanted to play ? Now, you're it

Vive comme un serpent, l'assassin attira l'individu à elle, lui plaquant le tranchant de sa lame sous la gorge. D'un seul geste, en un clignement d'oeil, elle pouvait trancher celle-ci, et mettre fin à toute une existence, sans même avoir à y penser. C'est ce qu'elle s'apprêtait à faire, d'ailleurs, mais quelque chose retint son geste. Une impression de familiarité, qui lui fit froncer les sourcils. Au lieu de trancher cette jolie gorge, elle se contenta de presser sa lame plus fort pour appuyer la menace, et l'empêcher de crier, ou même d'avoir l'idée de se débattre si elle ne voulait pas se tuer elle-même contre le tranchant au moindre mouvement.

"Tiens donc. Qu'est ce que tu me veux, toi ?" cracha-t-elle d'un ton venimeux, rempli de méfiance.

Il s'agissait de la même personne qu'elle avait repérée dans la taverne, elle en était persuadée. Mais cette fois, les liens se firent rapidement. Etait-ce la proximité, l'odeur de sa peau tout près d'elle, ou tout simplement son cerveau qui s'était enfin réveillé ? Toujours était-il qu'elle pouvait cette fois remettre un nom sur cette demoiselle. Et cette information la laissait stupéfaite. C'est vrai, elle avait appris qu'elle avait finalement survécu, même si elle n'avait pas attaché beaucoup d'importance à l'information. Voila surement pourquoi elle ne l'avait pas reconnue au départ - elle n'avait pas fait assez attention à cette information sans intérêt à ses yeux pour se souvenir sur le coup qu'elle était vivante -. L'instant de flottement passé, à se remémorer le fait que oui, il soit normal que cette personne soit bel et bien vivante devant elle et pas pourrie sur une plaine depuis des années, elle se questionna surtout sur ces intentions. En tout cas, ancienne alliée ou non, elle avait intérêt à répondre rapidement, et de façon satisfaisante. C'était pour elle l'occasion d'être aussi rapide et concise dans ses réponses qu'une lame entre les mains de la tête rousse.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Mer 2 Mar 2016 - 18:21
J'eus à peine le temps de tourner à l'angle de la ruelle, qu'elle avait déjà fondu sur moi. Je n'ai pas eu le temps de prendre ma lame en main ni même de l'empêcher de m'attirer à elle. J'étais maintenant sous la menace de la lame de Katarina contre ma gorge. Vu ma position, si je fais le moindre mouvement ou si je me débats, je suis certaine de me trancher la gorge toute seule, et de mettre un terme prématuré à mon existence... Quelque chose attira mon attention cependant, en plus de ma... Situation plutôt cocasse... Ses yeux. Je voyais dans ses yeux l'émotion de la surprise. Je me demandais pourquoi elle avait une telle expression. M'avait-elle reconnu simplement à l'instant? Ou bien ai-je juste eu de la chance...? Non, ça ne peut pas être ça. On ne peut jamais avoir de chance avec Katarina Du Couteau. Si elle te garde en vie c'est qu'elle a une raison... Toujours est-il que j'allais devoir manœuvrer prudemment et choisir les bons mots si je voulais éviter que mon sang se répande sur le sol... La première chose à faire était de lui répondre, bien sûr... Et pour le coup, mentir ne servirait à rien. Je ne suis pas douée pour ça, et de toute façon, vu son expérience, Katarina le sentirait immédiatement... Je ferme légèrement les yeux avant de les rouvrir et commencer à parler.

"Je t'ai suivie. Je ne m'attendais pas à te voir dans la taverne tout à l'heure, et je ne voulais pas prendre le risque de te laisser quitter mon champ de vision trop longtemps.

Je devais gagner du temps pour trouver une solution... Mais la regarder droit dans les yeux comme ça me faisait me sentir nostalgique. Ses traits... Et même sa manière de faire, me rappelaient mon chez moi. J'avais envie d'y retourner. Mais je ne pouvais pas. Tant que je n'étais pas assez forte pour changer Noxus et détrôner ceux qui la pourrissent, je ne pouvais pas y retourner... Je serrais légèrement mon poing à cause de cette pensée, tout en espérant que j'avais éveillé en elle l'envie de dialoguer... Du moins pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Mer 2 Mar 2016 - 18:41
Malheureusement pour la demoiselle, sa réponse ne plaisait pas plus à Katarina que le ton qu'elle employait. Elle plissa les yeux, un peu plus méfiante encore, et fit légèrement pivoter sa lame de façon à lui entailler la peau et faire perle quelques gouttes de sang. Pas de quoi lui faire grand mal, mais juste ce qu'il fallait pour lui faire sentir au mieux la menace qui pesait sur elle en cet instant. N'importe qui d'autre ayant voulu la suivre ainsi, dans un lieu ou elle était tout sauf en sécurité ou bien vue, aurait rapidement terminé à se vider de son sang dans un caniveau. Mais la tête rousse était curieuse. De savoir pourquoi et comment Riven, l'exilée de Noxus, s'était retrouvée à vouloir la suivre. Il lui paraissait plutôt improbable qu'elle soit impliquée dans les histoires de Bilgewater, encore qu'elle avait très bien pu mener une vie de mercenaire jusque là. Mais de là à prendre le risque de la suivre... Non, il y avait surement une autre explication.

" Et pourquoi tu me suis ? " demanda-t-elle froidement, d'un ton clairement agacé.

Elle se souvint soudainement qu'il y avait une récompense au dessus de la tête de Riven. Forcément, une femme dépeinte comme un exemple qui refaisait surface comme une exilée, déserteuse, qui faisait des siennes, ça faisait tâche. Katarina, elle, n'en avait pas grand chose à faire. Si on lui avait demandé d'aller la traquer, elle en particulier, elle l'aurait déjà tuée. Mais en l'absence de demande dans ce sens, elle laissait Riven faire sa vie, ou bien se faire capturer par un péon qui aurait bien plus besoin de l'argent de la récompense qu'elle, ça lui importait peu, tant qu'elle n'empiétait pas dans ses affaires. Et pour le coup, se faire suivre ainsi la dérangeait, sans compter que si elle avait vu juste et que Riven n'avait rien à voir avec l'affaire la concernant, elle ne faisait que la distraire inutilement de son travail.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Mer 2 Mar 2016 - 18:49
Le fil de la lame coupant légèrement ma peau me fit lâcher un petit soupir de douleur. Très léger cependant. Mon sang commençait déjà à couler, en très petite quantité certes, mais en tout cas ça me prouvait qu'elle était sérieuse. Je devais vraiment faire attention à mes réponses pour ne pas qu'elle enfonce la lame encore plus...

"Parce que je croyais que tu m'avais reconnue tout de suite. Je ne pouvais pas prendre le risque de laisser quelqu'un qui m'avait potentiellement reconnue partir comme ça sans savoir où cette personne allait..."

Ne panique pas Riven. Ne panique pas. Contrôle ta respiration, ferme les yeux et reste calme... Ne pense pas à ton environnement, pense seulement à ta situation et ce que tu dis... Paniquer ne servirait à rien. Je dois rester calme. Il y a plein de raisons qui pourraient pousser Katarina à me tuer... Mais je peux probablement en trouver une valable de me garder en vie si j'arrive a réfléchir assez longtemps...


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Mer 2 Mar 2016 - 19:07
Ainsi donc, c'était ça la raison. Non, effectivement, Katarina ne l'avait pas reconnue, mais elle aurait fini par faire le lien, même plus tard. De là à savoir si elle aurait dénoncé sa présence ici, c'était difficile à dire. Katarina n'aimait pas les pensées rétroactives. Les choses étaient comme elles étaient, et s'il était utile de faire des suppositions sur l'avenir, en faire sur le passé était une perte de temps. En parlant de futur, elle allait devoir prendre une décision, très simple, à ce moment là. Entre laisser Riven vivante, ou la tuer, ici et maintenant, pour s'éviter des problèmes.

Surtout que la demoiselle avait tendance à faire pencher la balance en sa défaveur, vu ce qu'elle disait. Elle était clairement en train d'évoquer le fait d'avoir cherché à se débarasser de l'assassin pour l'empêcher de parler, ce qui ne lui plaisait guère. Elle avait ses raisons, mais la laisser vivante serait une prise de risque.
Mais quelque chose d'autre la poussait à la première option. Simplement sa fierté. Katarina n'aimait pas vraiment que Riven aille imaginer qu'elle puisse simplement suivre comme un petit toutou les directives du Haut Commandement en ce moment, et bien qu'elle sait sa part d'implications, ce n'était pas des choses qu'elle devait laisser savoir. Elle n'avait pas aimé ce qu'il s'était passé à Ionia, qui ne ressemblait en rien à sa propre vision de ce qu'était Noxus et de son dicton. Les forts survivent, et Riven en était plus ou moins la preuve en ayant réussi à s'en sortir, mais cela relevait plutôt de la chance, vu ce qu'il s'était passé là bas. Rien que pour cela, elle ne voyait aucune raison de continuer à la traquer. Ses propres alliés l'avaient considéré comme un dégat collatéral sans importance, alors elle avait toutes les bonnes raisons du monde d'être partie.

Lentement, elle détacha sa lame de sa gorge, prenant le temps de vérifier que Riven ne tenterait aucun geste brusque ou suspect. Qu'elle tente de se retourner contre elle, et elle lui donnerait la dernière raison qu'il fallait pour faire pencher la balance en faveur de sa mort immédiate.

"Laisse moi tranquille, et je ferai de même"
, lacha-t-je en effectuant le geste. Elle avait décidemment de la chance de faire partie des personnes pour qui Katarina avait un certain respect "Je suis pas ici pour toi. Et si j'étais toi je trainerai pas dans le coin, parce que peu de gens ici cracheraient sur l'or de ta prime"


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Ven 4 Mar 2016 - 14:26
Un sentiment de soulagement m'envahit au moment où elle détacha lentement sa lame de ma gorge. J'étais sauvée, en tout cas pour l'instant. On ne peut pas savoir ce qu'il se passera dans le futur... Peut-être serons-nous forcées à nous battre, peut-être pas. Mais spéculer sur l'avenir ne m'apportera rien pour le moment présent... La seule chose que je dois garder en tête pour l'avenir, c'est mon objectif...

Pas ici pour toi.

Ces mots résonnèrent quelque peu dans ma tête. Je m'en doutais un peu étant donné que de toute évidence, elle se trouvait à Bilgewater depuis plus longtemps que moi, et qu'il est quasiment impossible qu'on m'attende ici. Elle n'était donc pas à Bilgewater pour me tuer ou me capturer... Et quand elle confirma mes pensées en affirmant que si je la laissais tranquille elle ferait de même, mon soulagement devint encore plus intense... Lentement, j’acquiesçais en guise de confirmation.

"Nous sommes Noxiennes toutes les deux. Si tu me donnes ta parole, alors tu as la mienne."


Cependant... Je ne pouvais pas m'empêcher de me me poser une question...

N'est-ce pas un peu du gâchis de la laisser partir?

Ne me comprenez pas mal, je ne compte pas me battre avec elle. Mais d'après ce qu'elle me dit, elle n'est pas là pour moi, et tant que je ne fais rien contre elle, elle ne fera rien contre moi... Mais dans ce cas, ne représente-t-elle pas la seule alliée potentielle que je puisse me faire à Bilgewater?... Je ne savais pas si c'était une bonne idée, mais en tout cas je ne perdais pas grand chose à essayer. Et elle avait raison, je ne devais pas traîner ici. J'allais donc devoir être franche.

"Si je ne dois pas trainer ici, puis-je te demander un service? Pourrais-tu m'indiquer un quartier qui n'est pas très peuplé pour que je puisse me cacher?"
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Sam 5 Mar 2016 - 9:29
Une parole ? Des jolis mots prononcés dans cette jolie petite bouche bien plus loquace maintenant qu'elle était débarassée de la menace de la lame de l'assassin sous sa gorge. Une belle chimère que cette sensation de sécurité qu'elle devait avoir, d'ailleurs. Quelques centimètres plus proche ou plus loin de l'acier, quelle différence lorsqu'on est face à un assassin ?

Katarina ne lui avait donné aucune parole, et Riven aurait été bien folle de penser le contraire. Elle ne voulait juste pas perdre de temps inutile avec elle, alors qu'elle n'avait aucune raison pour cela, si ce n'était se compliquer encore un peu plus la tâche et attirer l'attention sur elle dans un lieu ou c'était la dernière des idées à avoir. Sa naïveté n'avait égal que de sa candeur, et tout dans ses mots hérissait le poil de la tête rousse. Toutes les deux Noxiennes... Elle avait renoncé à l'être, depuis longtemps, en désertant. Elle n'avait pas à assumer chaque jour le fait d'être loyale à sa cité, peu importe ce que ça lui en coutait. Et rien que pour ça, qu'elle se prétende Noxienne malgré tout ne faisait qu'attiser le mépris de Katarina, qui lui jeta un regard noir.

Et voila qu'en plus, elle commençait à vouloir la prendre pour une agence touristique. Non mais pour qui elle la prenait... Katarina lui avait déjà donné un conseil, et il était amplement suffisant et toujours d'actualité. Aucun lieu n'était tranquille à Bilgewater, selon elle. Ses nuits étaient passées avec un oeil ouvert, et elle n'avait qu'une hâte, c'était d'en finir et de quitter cet endroit au plus vite.

" Tu n'es plus Noxienne, et tu ne devrais pas te fier à aucune parole dans ta situation ", lacha-t-elle froidement.
C'était plutôt un conseil qu'une menace, même si ça pouvait sonner de mauvaise augure. Katarina se fichait pas mal de la prime qui tournait autour de la tête de Riven. Au contraire, elle gardait une certaine admiration pour sa capacité à survivre malgré tout, même si à cet instant, elle se demandait comment elle pouvait si bien s'en sortir, avec un instinct de survie aussi émoussé. A moins qu'elle ne fasse une exception pour elle en particulier ?

" Et je ne connais pas assez Bilgewater pour t'indiquer quoi que ce soit. Mais vu ce qu'il se passe ici, tu ferais mieux de déguerpir. C'est pas un coin pour les vacances "


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Sam 5 Mar 2016 - 16:08
Je ne peux pas dire que ce qu'elle venait de me répondre me surprenait. Au contraire, le fait qu'elle accepte de m'aider aurait été bien plus surprenant. Cependant... Je restais bloquée sur la première phrase de sa réponse.

Tu n'es plus Noxienne.


Ca ne me plaisait pas. De quel droit se permettait-elle de me dire cela? Le fait que je n'y vive plus depuis des années ne change rien. Noxus est mon foyer, mon chez moi... Je suis Noxienne, et pas autre chose. J'avais envie de lui répondre, mais m'écouterait-elle? Certainement pas. Qu'est-ce qu'être Noxien pour elle? Je me posais sérieusement la question. Est-ce qu'elle considérait Swain plus Noxien que moi? Est-ce qu'elle considérait ceux qui asphyxient Noxus plus dignes d'être appelés Noxiens que moi? Cette pensée-même me dégoûtait au plus profond de mon être. Tous ceux-là ne sont pas Noxiens... Et je ne pourrai jamais les considérer comme tels... Je porte en moi le rêve Noxien, la vision d'une Noxus qui aurait dû rester ce qu'elle a toujours été... Et je ne serais pas Noxienne? Ces mots me dégoûtaient. Si j'aurais pu le faire sans conséquence, je l'aurais frappée. Si elle ne me considère pas comme étant Noxienne malgré tout ce que j'ai pu accomplir et ce que j'ai voulu accomplir pour ma cité, si le fait de vouloir me battre contre l'ordre établi qui est pourri jusqu'à la moelle m'empêche même d'appartenir à mon foyer alors que j'en porte la vraie vision... Je n'ai plus rien à lui dire. Serrant légèrement mes poings en serrant les dents aussi peu que je le pouvais pour laisser transparaitre le moins de choses possible, je ramassai ma lame qui était tombée au sol avant de commencer à marcher, passant à côté d'elle dans le processus.

"Je vois."

Fût ma seule et unique réponse.


Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Mer 9 Mar 2016 - 16:15
Katarina ignorait tout du flot de pensée de la jeune femme face à elle. Tout ce qu'elle voyait, c'était qu'elle se refermait et se crispait à ses mots, et n'y répondait qu'avec une phrase courte et qui terminait finalement cette discussion. Etait-ce qu'elle lui ait dit qu'il n'y avait aucun lieu sûr ici ? Ou qu'elle n'était pas Noxienne ? Aux yeux de Katarina, quelqu'un préférant fuir que se battre, n'était plus à ses yeux qu'elle pourrait qualifier de patriote. Et le patriotisme était la première vertu d'un Noxien. Elle ne connaissait pas les projets, les aspirations ou les attentes de Riven, et ne voyait qu'en elle quelqu'un qui avait représenté les valeurs de Noxus par le passé, puis qui avait fuit face à la réalisation que celles-ci n'étaient qu'un idéal. La réaction explosive d'une personne ayant toujours tout contenu sans jamais se poser de question, sans jamais se détourner de son chemin à suivre, et ayant accumulé sur elle sans arrêt.

En cela, elle s'estimait plus chanceuse. Katarina avait toujours eu tendance à n'en faire qu'à sa tête, à ignorer des ordres si elle ne les jugeait pas utiles, à jouer les têtes brûlées. Elle s'était bien sûr calmée en grandissant, mais n'avait pour autant jamais été aussi rigide et droite que l'avait été Riven, mais avait plutôt tendance à suivre son petit chemin personnel, et à agir à sa guise. Ainsi, elle avait relâché petit à petit la pression pesant sur ses épaules, lui permettant de garder un équilibre, plutôt que de tout accumuler pour exploser d'un coup.

Elle jeta un oeil à l'exilée, la dévisageant, tout en surveillant l'entrée de cette ruelle. Quelqu'un les avait peut-être vu, et ça serait mauvais signe. Mais celle-ci étant un cul de sac, elle était obligée de retourner sur ses pas pour continuer son chemin. Aussi, passant tel un courant d'air devant elle, Katarina lança

"Bon courage pour la suite, je suppose. Si tu peux pas partir aujourd'hui, je te conseille d'aller au sud de la ville, à l'auberge du Matelos Ivre. Je sais pas si c'est la plus sûre de toutes, mais personne a encore essayé de me tuer dans mon sommeil, alors elle doit pas être si mal"

Après tout, envers et contre tout, Riven était la personne la plus proche d'une Noxienne en ces lieux. Alors si elle pouvait éviter de se faire trancher la gorge sur un malentendu, tout ça pour qu'un type louche du coin récupère quelques pièces, ce n'était peut-être pas plus mal. Elle espérait simplement qu'il n'y ait personne pour les voir ensemble, qui soit à même de rapporter ces faits au Haut Commandement, sinon, elle risquait d'avoir à répondre à quelques questions dérangeantes.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Mer 16 Mar 2016 - 18:48
J'avais commencé à marcher sous le coup de la colère et de l'impulsion subite du moment, je l'avoue, si bien qu'au moment de partir, une question se posa irrémédiablement à moi:

Où aller?

Où pouvais-je aller pour ne pas avoir à avorter des tentatives d'assassinats toutes les deux minutes, voire à tous les pas que je fais? Et au moment où je pensais que j'allais devoir errer dans les rues indéfiniment jusqu'à pouvoir repartir et sans pouvoir dormir de manière correcte, j'entendis la voix de Katarina dans mes oreilles, comme un murmure porté par le vent alors qu'elle me dépassa comme une flèche avant de disparaître de ma vue.

L'avais-je mal jugée...? Peut-être que oui. M'avait-elle prise en pitié? Je ne pense pas. Il y avait autre chose derrière. Est-ce qu'elle avait une raison de m'aider...? Ou bien envers et contre tout, pensait-elle que j'étais toujours, malgré tout, Noxienne...? Je ne sais pas comment ELLE me considérait, et pour être honnête, je ne savais pas trop sur quel pied danser en la regardant... Mais il était clair qu'elle venait de me donner la seule piste valable que je pouvais avoir pour trouver un endroit relativement sûr, et au vu de la situation, je doute qu'elle ait un quelconque intérêt à mentir... Le Matelos Ivre... Au sud, hein? Il ne fallait pas perdre de temps. Bien que je savais qu'elle était déjà probablement trop loin pour entendre, ravalant ma fierté et mon amertume précédente sur le moment, je lâchai un petit:

"Merci."

Je ne lui fis pas l'affront de lui souhaiter bonne chance à elle aussi, sachant pertinemment qu'elle n'en aurait absolument pas besoin, contrairement à moi... Pft. De toute façon, je ne crois pas en la chance... Ma survie dépendra uniquement de moi, pas de la chance... Replaçant ma tunique sur ma tête de manière à cacher mon visage, je fis route vers le sud de la ville comme me l'avait indiqué Katarina, en faisant bien attention d'être aperçue par le moins de personnes possible, et le moins précisément possible. Repérant au plus vite l'auberge qu'elle m'avait indiqué, pas difficile à trouver le coup, ce qui m'arrangerait, je me stoppai une petite seconde devant l'entrée, confirmant le nom de manière sûre, avant de pénétrer à l'intérieur... J'avais vraiment besoin de dormir un peu, et n'importe quel lit, aussi piteux soit-il, serait toujours mieux que le sol, en l'état actuel des choses.

Je ne pouvais cependant pas enlever Katarina de ma tête. Est-ce son patriotisme qui l'avait menée à m'aider? Ou bien un sursaut sentimental de sa part? La deuxième possibilité me semblait invraisemblable, et même incohérente avec son caractère et sa manière d'être, et pourtant... Si il y a bien une chose que j'ai appris durant mon exil, c'est que absolument tout... Absolument TOUT est possible, et que rien n'est du domaine de l'impossible, en ce qui concerne la psyché de l'humain... Enfin, je devais arrêter de trop y penser pour le moment, cela ne m'avancerait pas. Cependant, ma décision était prise: Katarina m'a aidée, j'ai une dette envers elle... Et je vais devoir la repayer. Oh ne me comprenez pas mal, je ne vais pas l'aider dans ses travaux, elle détesterait ça de toute façon. Mais si jamais j'ai l'occasion de l'aider pour lui éviter une mort idiote dirons-nous, je le ferai... Bien que je ne suis pas sûre qu'elle apprécie beaucoup plus.
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Dim 3 Avr 2016 - 13:49
L'assassin Noxien était bien loin de se poser autant de questions que Riven concernant le pourquoi du comment elle lui avait donné ce conseil. Elle l'avait fait parce que cela ne lui coûtait rien, et qu'elle n'avait pas spécialement d'intérêt à ce que l’exilée se fasse tuer. Non pas qu'elle avait peur pour elle : d'une part, c'était son problème d'être venue se fourrer dans un endroit pareil, et d'autre part, elle n'était pas persuadée que beaucoup de monde ici n'ait que ça à faire que de chasser des Noxiens recherchés. Vu l'état actuel de la situation à Bilgewater, la plupart des gens étaient sur les crocs pour défendre leurs propres intérêts ou tenter de profiter du chaos pour étendre sa petite influence, pas s'occuper des étrangers. Situation dont Katarina profitait largement, d'ailleurs, puisque bien peu de monde avait le temps de se préoccuper de ce qu'elle laissait dans son sillage...

Ce qui ne l’empêchait pas de marcher sur des œufs. Si la justice était moindre, cela pouvait aller dans les deux sens, et rien n’empêcherait quelqu’un de faire justice lui-même si elle se faisait prendre, ou s’attirait trop de soupçons. Sans compter sa réputation quant au parti qu’elle avait pris, qui commençait à se faire, et qui l’amenait à être sur ses gardes en permanence, cherchant en premier lieu à ne pas se faire tomber dessus, mais prête à défendre sa vie si le besoin s’en faisait ressentir. Un tel état de concentration soutenu était épuisant, mais elle ne pouvait relâcher son attention, ni de jour ni de nuit. Aussi, elle avait complètement oublié l’éventuelle présence de Riven sur les lieux qu’elle lui avait indiqué pour dormir, ne sachant pas si elle serait effectivement allée là ou non, et trop occupée par ses propres problèmes pour s’en soucier.

Elle s’attabla pour commander un repas, regardant autour d’elle avec méfiance. S’attarder au même endroit pouvait être dangereux, et elle était attentive à surveiller tous les regards, vérifiant si on ne la surveillait pas. De la paranoïa certes, mais cela était nécessaire dans sa situation, bien qu’elle ait volontairement choisi un endroit fréquenté par des gens fidèles à Sarah Fortune, et qui n’auraient que peu de raisons de venir se préoccuper d’elle.

Mais l’on n’était jamais trop prévoyant. Aussi, tout en mangeant prudemment son ragoût, attentive au moindre goût étrange – elle possédait de nombreux poisons et contrepoisons sur elle, mais n’était jamais à l’abri d’une nouveauté -, elle guettait, détaillant chaque personne présente dans cette salle. Se souvenant que Riven était peut-être bien ici, également… Dans tous les cas, ses cheveux blancs, bien particuliers, ne seraient pas compliqués à trouver si elle se trouvait bel et bien ici.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Lun 4 Avr 2016 - 6:12
Quand j'entrais dans l'auberge, aucune réaction particulière ne se fit sentir de la part de l'aubergiste qui se tenait tranquillement derrière son comptoir pour attendre les clients qui voulaient réserver une chambre, ni même de la part de ceux qui étaient déjà présents dans la salle, qui avait des airs de bar/restaurant. Je suppose que c'est ici que les différents repas étaient servis, vu les différentes tables disposées dans la pièce. L'odeur de la nourriture me chatouillant les narines me confortait dans mon jugement, certains clients étant en train de manger un ragoût ou de boire une soupe. Bien chaude apparemment, si j'en juge par la fumée qui s'échappait du bol. Retournant mon attention vers l'aubergiste, je m'avançais vers lui, avant de le saluer.

"Bonjour. Combien coûte la nuit dans votre établissement?"

"30 pièces d'or ma p'tite dame. Comptez 15 pièces d'or de supplément pour le petit-déjeuner. Mais vous avez des problèmes financiers on peut toujours s'arranger vous savez."

Le sourire qu'il me donna en finissant par ma phrase avait fini de me dégoûter. J'avais tellement l'air miséreuse que ça? Je l'étais peut-être mais je ne vais pas aller jusqu'à vendre mon corps juste pour obtenir une nuit dans une auberge, tout de même. Mince. Je ne suis peut-être pas une sainte mais je ne suis pas aussi libertine que cela non plus.

"Ca ira merci... Quand faut-il payer pour la chambre?"

"Le lendemain d'la nuit. Et essayez pas de frauder, j'ai une très bonne mémoire moi m'dame."

"Je prends note..."

Hm. Qu'il mente ou pas, je ne vais pas prendre le risque de m'attirer des problèmes en essayant d'économiser 30 pièces d'or... 30 pièces pour une nuit de sommeil que je n'ai pas eu depuis longtemps maintenant, l'échange me semble équitable... Bien.

"Vous vendez des boissons?"

J'avais assez soif et ma gorge était relativement sèche, avec tout le stress de la situation dont laquelle je venais d'échapper avec Katarina plus tôt...

"2 pièces la carafe d'eau, 5 pièces la choppe de bière, 10 la choppe de Grog."

"Je vais prendre une carafe d'eau ça m'ira très bien...."


"Compris p'tite dame. Asseyez-vous où y'a d'la place et j'vous amène ça quand j'suis libre."

"Merci."

Je n'avais pas vraiment envie d'intéragir plus qu'il ne le fallait avec cet homme... Aussi pris-je rapidement la direction de la première table libre qui entra dans mon champ de vision, me posant sur la chaise en laissant un léger soupir soulagé échapper mes lèvres... Le bâtiment a l'air sûr, mais je ne dois pas baisser ma garde. Je dois toujours garder ma lame prête, au cas où... Scrutant et analysant mes alentours en attendant ma carafe d'eau..  Phew... Enfin je peux souffler plus de 5 minutes... Mais je ne pourrai pas payer pour toujours... 2 nuits, pas plus... Il faudra que je quitte Bilgewater dans 2 jours, ou que je trouve un autre endroit où dormir, si il existe d'autres endroits relativement sûrs... Mais bon... Je verrai cela en temps voulu. Rien ne sert de se précipiter, il faut que je me concentre sur le moment présent.
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Du Couteau
Fleur diabolique aux couleurs vives
avatar
Féminin
Messages : 174
Date de naissance : 23/11/1994
Date d'inscription : 08/07/2015
Age : 22
Localisation : Noxus
Emploi/loisirs : Assassin / Chieuse à mi-temps
Fleur diabolique aux couleurs vives
Sam 16 Avr 2016 - 12:23
S'il y avait quelque chose à reconnaître à la région, c'est que le poisson qui y était servi était d'une fraîcheur et d'un goût d'une finesse que même le cuisinier du manoir Du Couteau égalait difficilement. Celui-là avait été pêché le matin même et ça pouvait se sentir, et cuisiné avec beaucoup de savoir faire bien qu'il ne s'agisse que d'une modeste auberge. Mais venant d'une cité ou la pêche était, avec le commerce du rhum, l'activité la plus fleurissante, ce n'était guère étonnant.


Après quelques instants à détailler les lieux et les personnes d'un oeil aiguisé, Katarina finit par distinguer des cheveux blancs qui ne pouvaient qu'être ceux d'une seule personne. Elle ne tarda pas à croiser le regard ambré de leur propriétaire, et lui adressa un signe de tête rapide pour lui signifier qu'elle l'avait vue, avant de reprendre son observation des alentours. Elle n'avait pas grand chose à lui dire, et attirer l'attention sur elles ne les servirait pas, ni l'une ni l'autre. Qui plus est, elle avait la désagréable impression d'être observée.

Trouvé.

Ses yeux, plissés avec méfiance, se posèrent sur l'homme assis en retrait à une table dans le fond de la taverne, qui la regardait, et analysaient rapidement la situation. Son choix d'emplacement rendait difficile une fuite pour lui, c'est donc qu'il s'estimait en sécurité là ou il était. Entouré de personnes pour la plupart fidèles à Sarah Fortune. Elle n'avait donc probablement que peu à craindre, bien qu'elle restait prudente.
Or, à peine avait-elle croisé son regard qu'il se leva, et se dirigea vers elle, lentement. Ses mains étaient apparentes, et ses armes aussi, mais ces dernières étaient sagement attachées à sa ceinture. Nul doute que l'affronter physiquement dans un lieu aussi fermé, ou elle aurait clairement eu l'avantage de part sa stature fine et agile, aurait été idiot.

Il se contenta de poser quelque chose sur la table à son passage, et de continuer sa route. Une petite bourse de cuire, à laquelle un papier enroulé était attaché. Katarina poussa un léger soupir de soulagement, tandis que ses muscles se décontractaient quelque peu.
Il s'agissait simplement d'une nouvelle demande, et du payement adéquat. Elle attrapa rapidement le petit paquet pour le ramener dans son sac, et déplia simplement le papier pour le lire rapidement, des fois qu'une information urgente s'y trouve.

La première partie du message concernait une cible. Pas d'informations superflues, simplement son nom, une description rapide, et le nom de son bateau, aussi, elle pouvait en déduire qu'il s'agissait probablement d'un capitaine - ou d'un traitre -. Une simple mention indiquant qu'il ne devait pas y avoir de dégât collatéraux, également. Elle devrait donc jouer avec finesse, et la façon dont le message était formulé contenait les codes prouvant qu'il s'agissait d'une demande émanant du fief de Sarah Fortune.
La suite la fit tiquer, en revanche. On la mettait en garde contre quelqu'un l'ayant repéré, et qui allait probablement tenter de l'éliminer d'une façon ou d'une autre. Ainsi donc, il semblait que cette fois, on lui attribue bel et bien un camp. Elle rangea rapidement le papier avec le reste, et se dirigea vers sa chambre, d'un pas rapide et nerveux. Elle savait que l'on pouvait facilement tenter d'assassiner l'assassin, mais lui présenter une guerre ouverte serait trop dangereux, vu son statut à Noxus. Elle devrait donc être en permanence sur ses gardes contre les frappes rapides et imprévues.

Aussi, elle ne dormirait que d'un oeil cette nuit, songea-t-elle en se déshabillant, une fois la porte de sa chambre fermée. Une lame était toujours glissée sous son oreiller... Mais cette fois, sa main resterait fermée sur le pommeau toute la nuit.


Nation of Elites, marching to the Beat
Marche bien droit sur les lames


Sans pouvoir verser une larm
e
Revenir en haut Aller en bas
Riven
L'Exilée Brisée
avatar
Masculin
Messages : 48
Date de naissance : 25/11/1995
Date d'inscription : 07/02/2016
Age : 21
Localisation : Verneuil-Sur-Vienne
Emploi/loisirs : Etudiant en 3ème année de LLCER Anglais
 L'Exilée Brisée
Dim 8 Mai 2016 - 15:56
Quelques minutes plus tard à peine, l'aubergiste me ramena comme promis une carafe d'eau, avec un verre. Eh bien en tout cas je n'allais pas avoir à lui demander le verre moi-même... Dès que l'aubergiste me tourna le dos, avec un léger sourire sur le visage que je distinguai sans grand mal, je regardai à l'intérieur de la carafe. Pas de couleur particulière... Je suppose que c'est bien de l'eau tout ce qu'il y a de plus normale qu'il vient de me donner... Je dois quand même faire attention, on ne sait jamais... De toute façon j'ai de quoi résister au poison quelques temps... L'entrainement du ki ça aide pour se fortifier et améliorer sa constitution. Et puis après tout ce que j'avais traversé, ce n'est pas un petit poison d'aubergiste qui viendrait à bout de moi de toute façon... Je pris donc la carafe, fraîche au toucher, avant de verser l'eau dans le verre, m'arrêtant quand celui-ci était rempli à environ trois quarts de sa capacité maximale. Je bus une gorgée en regardant autour de moi. Aucun client ne semblait prêter attention à moi, mais le regard de l'aubergiste se faisait vraiment de plus en plus insistant sur moi... Ugh... Il commençait à être lourd... De toute façon si il tente quoi que ce soit je lui ferais comprendre que je ne suis pas ouverte à quelque proposition que ce soit...

Après avoir bu ma gorgée d'eau, et l'ayant beaucoup apprécié, je ne vais pas le cacher, j'aperçus Katarina rentrer dans le bâtiment, et mes yeux ne tardèrent pas à croiser les siens. Elle me fit un signe rapide de la tête, pour me signifier discrètement qu'elle m'avait vu. Je lui retournai alors le geste sans aucune autre animosité ou autre sentiment que ce soit. Je voulais juste qu'elle sache que sa présence ne passerait pas inaperçue pour moi non plus. Je ne pus m'empêcher de l'observer curieusement quand elle reprit sa marche, remarquant l'homme qui se dirigea vers elle. La petite bourse de cuir n'échappa pas à mon regard. Une transaction pour un travail exécuté par Katarina sans doute... Rien de bizarre là-dedans, pensai-je. Katarina est une assassin, et, aussi cruel que ça soit, tout travail mérite salaire, c'est comme ça.

C'est plutôt la suite qui me parût légèrement étrange. La hâte avec laquelle elle rangea ce papier et se dirigea vers sa chambre sans adresser un seul regard à quoi que ce soit autour d'elle me paraissait étrange, étant donné le personnage de Katarina en elle-même. Est-ce qu'elle avait lu quelque chose qui l'avait rendu nerveuse...? Hm. Ma curiosité était bien présente mais je ne pouvais pas me permettre d'interférer dans ses affaires, au risque de, premièrement, la vexer ou la mettre en colère, et deuxièmement, m'attirer des ennuis inutiles... Cependant je n'ai pas oublié la promesse que je m'étais faite à moi-même. Katarina m'avait aidé à trouver un endroit où boire, manger et dormir, et j'ai une dette envers elle à cause de ça... Si je peux lui éviter une mort idiote, autant que j'en profite pour le faire, si jamais cela devait arriver...

Après une petite minute je finissais mon verre d'eau, avant de demander à l'aubergiste de me donner la clé d'une chambre, ce qu'il fit avec un sourire malsain.. Calme-toi Riven, tu n'es pas à Noxus, tu ne peux pas le frapper comme tu le veux... Même si tu en as très envie, calme-toi... Je pris la clé sans dire un mot avant de me diriger vers la chambre correspondante, soupirant en la verrouillant derrière moi... Je me déshabillais, me sentant soudainement plus légère, avant de me laisser tomber sur le lit de la chambre. Je ne savais même plus depuis combien de temps je ne m'étais plus allongée sur un vrai lit... J'allais enfin pouvoir me reposer un minimum... Je gardai cependant mon gantelet et ma lame près de moi. Nous étions toujours à Bilgewater, et personne n'est à l'abri d'une attaque ici... Personne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Le Figaro: Sous perfusion alimentaire, Haïti sombre dans le chaos
» Ticket pour pose de MS
» on nous cache tout...
» Itchi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Bilgewater :: Les tavernes-
Sauter vers: