Camarades malgré eux [Pv Zac]

 :: Runeterra :: Zaun :: Bordure de Zaun Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 135
Date de naissance : 03/11/1991
Date d'inscription : 17/08/2015
Age : 25
Mer 20 Jan 2016 - 19:15
Bordel. J'ai foutu un sacré bordel...
Pourtant ce n'est pas la première fois que je fais des conneries. J'en ai même fait plusieurs, et j'ai toujours trouvé le moyen de m'en sortir. Je suis né dans un monde sans pitié, où le plus fort et le plus malin gagnent, où les rats ne sont que de la vermine parmi d'autres espèces de vermines inférieurs à la grandeur de l'Homme, ainsi qu'à sa capacité de s'étendre partout dans le monde. Mais je ne suis pas comme la vermine. J'ai changé, je suis devenu ... quelque chose d'autre. EUX ne sont pas moi. Cela fait maintenant deux ans que je vis en tant que premier et unique rat géant zaunien de tout Valoran... Deux ans à vivre une longue solitude tiraillé entre ma nature primitive de rat qui diminue, une toute nouvelle façon de vivre plus humaine et par le dernier point que j'ai encore dû mal à expliquer, où je me vois devenir une vraie machine à tuer... Et des gens, j'en ai tué, oui. Deux, trois personnes... Voir plus ? Pour survivre. Pour mes recherches. Se débarrasser des gêneurs ou encore d'apprentis scientifiques fous ne me dérangent pas. Question de sécurité, hein. Chacun sa place et chacun a son rôle à jouer aussi. Personnellement, je n'avais rien demandé lorsque je n'étais encore qu'un simple rat. Tout m'est tombé dessus, alors je l'assume et je tente de... d'évoluer dans ce nouveau monde qui s'ouvre à moi.

Mais je commence à me faire remarquer... A Zaun, les gens savent que j'existe, mais ils préfèrent s'imaginer que je vais finir par disparaître comme n'importe quelle maladie. A l'Institut de la Guerre ? Malgré le fait que j'ai été le premier zaunien à me présenter là-bas, que j'ai hérité du titre de Champion et donc d'une sécurité "diplomatique" - appelons cela comme ça, ou alors c'est le Conseil des Scientifiques de Zaun qui ont remplis les caisses des Invocateurs... - , ces foutus mages ont tout de même trouvé le moyen de me chasser ! Bon, j'étais au mauvaise endroit au mauvais moment et ils ont passé leurs nerfs à vif, remplis de méfiances, sur moi. Parce que j'étais dans le coin, que je suis une peste, et parce que j'effectue des recherches disons... Peu moral.
Tentez de comprendre et de refaire la formule chimique qui m'a fait naître ? Voilà, c'est ce que j'essaye de faire. Ce n'est pas une franche réussite, pour le moment. Les seules choses qui valent la peine d'être appelées ainsi sont mes poisons.
Mais ma dernière destination où je me suis posé plus d'un mois et où pour la première fois je n'ai pas fait parler de moi reste Piltover. Là-bas où j'ai trouvé refuge grâce à la proposition d'Ezreal. Je ne pensais pas qu'un jour je rencontrerais une personne aussi curieuse, pleinement consciente de ce que je suis mais qui tente tout de même d'éveiller le meilleur. Je sais ce qu'il veut faire... Je sais aussi ce qu'il veut de moi. Mais j'ai encore besoin d'y... réfléchir. Bref... Le bordel, comme je disais.

...
...
Bon, d'accord ! J'avoue avoir paniqué trop fort, sans réfléchir. Fuir à plusieurs kilomètre de la cité des progrès pour retourner sur ma terre natale n'est pas la chose la plus intelligente que j'ai pu faire. Mais j'ai besoin de retrouver mes traces, de revoir la merde des bidonvilles, de sentir l'odeur de la pollution, de voir que malgré toute la chance que j'ai eu de rencontré une personne aussi formidable que l'Explorateur, la crasse, l'esprit sans foi ni loi et les épais nuages de Zaun me manquent terriblement. C'est chez moi. Là où j'ai vue le jour...
Je suis arrivé dans la bordure de Zaun depuis quelques jours, où j'ai commencé à faire des allés et retours dans les égouts de la ville pour trouver ce dont j'avais besoin pour camper. Comme je le pensais, rien à changé ici, on découvre toujours autant de bazars dans ces tunnels pollués. J'arrive à me fabriquer un abris, pas très solide mais qui supportera les temps de pluie. Je sillonne à nouveau dans l'endroit le plus dégueulasse de Zaun pour trouver de la nourriture... Lorsque la faim me tiraille, je suis capable de manger n'importe quoi. Mais une autre odeur m'attire. Familière, animal. Ils sont nombreux. Dans la pénombre, je peux voir aisément ce qui me semble être un groupe de plusieurs dizaine de rats. Je ne préfère pas m'approcher d'eux... Pour la raison évidente que je suis devenu un parfait étranger pour leurs nez, et qu'ils risqueraient de m'attaquer. Ce qui m'amène à la seconde raison que je n'ai pas envie de me faire des brochettes de frangins parce que j'aurais été obligé de me défendre...
Je m'éclipse rapidement pour retrouver la sortie des égouts. Je n'ai rien trouvé à me mettre sous la dent, et j'ai tellement faim que je pourrais avaler un enfant humain. Il va falloir que je pille une maison... Non, pas pour les enfants, tsss...

Grâce à l'odorat, je repère à quelques pas de la bordure de Zaun les dernières maisons qui forment la fin des bidonvilles. Autant vous dire que ces gens n'ont vraiment pas eu de chance à se retrouver là... J'avance, prudemment, restant dans l'ombre. Regardant par une fenêtre, je repère une viande en train de se faire cuir à la broche. Des choses sont posées sur la table et dégagent différentes odeurs qui émoustillent mes babines. Je ne vois aucun humain... Mais j'entends du bruit dans la maison. Ils ne sont pas loin, c'est le moment où jamais d'y aller tant qu'ils ont le dos tourné ! Agilement, j'ouvre la fenêtre et je descends. Mais à peine je suis arrivé dans la pièce qu'un cri strident me fait sursauter de frayeur. Qu'est-ce que .... ?! Je suis repéré ? La propriétaire du crie semble courir dans la maison, effrayé par quelque chose. Je croyais que c'était moi, mais il semblerait qu'elle ne m'avait pas encore vue jusqu'à ce qu'elle me tombe dessus, trébuchant et poussant un nouveau cri. Dans la panique, et avant que d'autres humains arrivent, je quitte le plancher aussi vite qu'une flèche, peut-être avec un peu moins d'assurance que tout à l'heure, vue la brutalité d'un poids qui a bien failli m'écraser par terre. Une fois à l'abri, je me masse le côté, frustré, et particulièrement contrarié de ne pas avoir pu croquer au moins un croc dans cette viande.
Je reste toutefois non loin des lieux... curieux de savoir ce qui a bien pu se passer dans cette baraque. Qui, quoi, comment... Qui a contrecarré mes plans de voleur ? S'il se montre... ça va barder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les malgré elles
» Mathilda de Cologne ϟ « Le temps malgré tout a trouvé la solution malgré toi. »
» Salutations chers camarades
» « Quand on vit au milieu des roses, on en prend malgré soi le parfum. » (ft. Lucas&Ivy)
» Percée Louverturienne malgré tout?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Zaun :: Bordure de Zaun-
Sauter vers: