Se retrouver par erreur quelque part... Une chance ou pas ? (Pv Illaoi)

 :: Runeterra :: Bilgewater :: Autre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 25
Date de naissance : 03/11/1991
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 25
Mer 6 Jan 2016 - 16:30
Le retour de Kumungu se fait sans encombre. On a eu tellement chaud, mais le plus important c'est que tout le monde aille bien. Les explorateurs ont pu étudier ce qu'ils souhaitaient sur le terrain, et nous sommes rentrés de gaité de cœur, oubliant les difficultés que nous avions rencontrés. J'aime lorsque les missions sont un succès. C'est toujours un plaisir personnelle de se dire que l'on a fait ce que l'on vous a demandé, et puis je ne demande jamais mon reste. Se positionner sur la satisfaction de la réussite me convient très bien... Mais je n'ai pas pu refuser davantage la proposition des garçons, qui nous avez accompagnés dans ce voyage, pour aller boire un bon coup pour fêter notre retour. Hé, il peut arriver que je me détende, en effet ! Mais j'ai appris à force d'avancer dans ma carrière que rare sont les occasions de repos... Surtout en ces temps troublés.
- Tristana, Evan, Léo ? Venez, s'il vous plait.

Ah, cette voix. Je la connais si bien que je pourrais la reconnaître dans n'importe quel état. Heureusement pour Kol, nous n'avions pas encore commencé nos verres. Je suis un peu triste de devoir abandonner le mien sur la table, mais quand faut y'aller, faut y'aller comme on dit, hein ? Je suis Kol, les garçons tiennent mon rythme derrière moi. Il nous amène au bureau de commandement où je vois déjà rassembler plusieurs de nos troupes. Je reconnais bien entendu toutes les têtes, et je remarque que se sont les plus expérimentés qui attendent. Je lance un regard interrogateur à Kol... Et dès que je croise le sien, beaucoup plus sombre, je sais que quelque chose de grave s'est produit. Mon cœur se serre, alors que je prends place devant une chaise à côté de mes compagnons. Que va-t-il nous annoncer qui vaille la peine de faire déplacer une partie du Commando sur place ? Car à force de travailler avec Kol, je sais qu'il ne fait rien au hasard, ni ne va à la légère lorsqu'il s'agit de traiter des urgences ou des cas importants.
- Bonjour à tous, salue Kol avec le traditionnel salut militaire. Nous lui répondons avec le même salut avant de nous asseoir sur les chaises. Je ne vais pas passer par quatre chemins, vous me connaissez... La nouvelle est tombée et est confirmée : La Faille de l'invocateur a été détruite. - Je ne peux m'empêcher d'avoir un hoquet de surprise, alors que la plupart de mes camarades murmurent entre eux leurs étonnements face à cette annonce - Les mages n'ont rien communiqué. Ils essayent de rassurer tout le monde ne disant que les Nexus sont toujours intacts et que ce n'est pas leurs disparitions qui ont causé tous ces soucis... Les rumeurs vont bon train et la théorie de leur disparition, pourtant, est ce qui reste logique, puisque plus rien ne fonctionne. Les matchs sont pour le moment annulés, c'est le bordel, d'autant plus que les Invocateurs sont bien trop occupés à gérer l'incompréhension des gens, avec les manifestations à l'Institut de la guerre. Les Scouts sont sur l'affaire, mais mes agents ont déjà recueilli des informations concernant la piste d'un monstre qui aurait causé tout ce tracas. - Un monstre ?! Pour dérober une chose aussi imposante que le Nexus, il faut être sacrément gros... - Sa piste nous mène dans les alentours de Bilgewater. Un bateau va partir aujourd'hui, je vous donne la mission d'aller sur place pour une mission de reconnaissance. Trois d'entre vous devront espionner plus en avant pour tenter de recueillir le plus d'info possible, c'est entendu ? - Nous lui répondons en chœurs sans tarder - Je vous désigne tous les trois, Tristana, Evan et Léo. Faites cela le plus discrètement possible. Nous mettons notre nez dans une affaire vraiment étrange... Et vous savez comme moi que lorsqu'il s'agit de mage, de magie et de disparition inexpliqué où on ne sait rien ni des tenants et aboutissants, on essaye de rester invisible. C'est clair ?
- Bien chef !
- Bien... Rompez soldat.

Tous se lèvent pour rejoindre immédiatement leurs quartiers. Je reste seule devant Kol, les sourcils toujours froncées d'une inquiétude palpable. L'affaire avec les problèmes que rencontraient déjà l'Institut de la guerre, je la suis depuis quelques temps. Il le sait, et c'est pour cela qu'il se met à me fixer, quelques instants, avant de soupirer.
- Les choses deviennent ardus... , Reprend-il sombrement.
- C'est pourtant toi qui me disais de ne pas mettre mon nez dans les affaires qui ne concernent pas les yordles...
- Sauf que désormais, ça concerne Valoran. Si des Nexus se mettent à disparaître, les complications toucheront le plus grand nombre.
- Je m'en doutais... Quelque part, je savais que les choses iraient jusque là.
- Que vas-tu faire de ton titre de Championne ?
- Je le garde pour le moment. C'est pas parce que la Faille n'est plus que la Ligue est détruite pour autant... Il peut toujours m'être utile.
- Comme tu le souhaite, Tristana. Mais fais attention, là-bas. Tout paraît loin de Bandle lorsqu'une mer ou des montagnes vous séparent d'elle.

Je le rassure en lui souriant. Je le salue, droite, avant de prendre congé. Je dois préparer mes affaires avant de rejoindre le bateau... Bilgewater. J'en ai beaucoup entendu parler sans toutefois avoir eu réellement l'occasion de mettre les pieds dans la ville elle même. Ce sera une occasion, bien que compliquée certes, pour la voir !

***

Je ne pensais pas que voyager en mer me rendrait à la fois de si bonne humeur, mais aussi un peu malade. A force de regarder la mer et d'apprécier la traverser, il est arrivé le moment où j'ai eu dû mal à supporter le rythme du bateau sur les vagues... Non c'est pas vrai, j'ai pas vomis ! J'ai juste failli... Je suis tout de même plus solide que ça... Faut croire que j'ai pris ce voyage un peu trop gaiement. Heureusement pour nous tous, tout se passe pour le mieux. Et je trouve que c'était même bien trop beau pour être vrai. Mais ne crachons pas sur cette chance... Les plages de Bilgewater se pointe à l'horizon. Pour rester discret, nous avons adopté des tenus de marchands yordles traditionnelles. De simples vêtements sobres. D'ailleurs, nous avions tous embarqué dans un véritable bateau marchand. Ce qui me pose souci, c'est qu'une fois sur place, je ne vais pas pouvoir emporter Boomer, mon très cher canon... Tant pis, je vais devoir juste me contenter des bombes et de mon couteau. Je lance un regard à Evan et Léo. Ils acquiescent, prêt à me suivre partout où j'irais. Fort bien. Les dix autres yordles du Commando vont aller interroger la population locale pendant que nous trois nous iront en mission d'espionnage pour récolter le plus d'information possible à l'intérieur de la ville. Nous devons boucler ça en très peu de temps. Je nous laisse toute la journée et la nuit en plus s'il le faut vraiment, après quoi au lendemain matin nous devons être vite fait repartis. Ne pas attirer l'attention sur nous est primordiale. J'ai un mauvais pressentiment lorsque je pose mon pied sur la plage... Mon petit doigt qui me dit que les choses ne vont pas se passer comme prévu. Mais c'est toujours le cas, sinon tout se ferait trop bien en ce bas monde, pensez vous.

On traverse la plage pour entrer au fin fond de la région de Bilgewater. Avec notre rythme rapide, on atteint la ville en une heure. Suivre des pistes sur un monstre, probablement très grand et très fort, est un peu compliqué... Un bon nombre de personne ici sont des humains, une majorité de pirates et de marchands. Du coup, on essaye d'interroger les habitués de la région. On nous raconte pas mal d'histoire, des légendes sur des créatures qui auraient et qui fouleraient toujours ces temps encore aujourd'hui. Mais même si j'adore les histoires, j'ai besoin de preuves et de pistes concrètes et bien réelles. Alors on nous envoie enquêter dans le port, là où il se passe le plus de choses. Sauf que l'on a pas prévu qu'il s'y trouve déjà un joyeux bordel. Car suite aux événements fâcheux à la Ligue, les gens ont commencé à devenir paranoïaque, entre ceux qui veulent préserver leurs bien, ceux qui veulent aller en découdre sur place, ceux qui veulent tout simplement foutre encore plus le bordel... On a été dépassé par les événements, surtout qu'une foule monstrueuse s'est placé partout dans le port, ce jour là, comme par hasard. Je vous l'ai bien dit, rien ne se passe comme prévu... Et encore pire, c'est que j'ai fini par être séparer de mes deux autres compagnons. J'ai à peine eu le temps de le remarquer que je commence à me faire emporter par le mouvement de foule, que je suis obligée de suivre sous peine de me faire piétiner. Je ne comprends pas ce qui se passe... Je sais juste que je m'éloigne du port, à moins que je m'en rapproche ? J'ai comme l'impression de voir quelque chose qui ressemble à la coque d'un bateau. Hein ?! Non attendez, comment ça se fait que ... Je crois que je suis dans le mouvement d'un équipage, et je n'ai aucune idée si ce sont des pirates ou des marchands... Comment leur expliquer ma présence parmi eux si jamais ils remarquent un jour que je suis entre eux leurs bottes ? Blague à part, je vous raconte pas les douleurs que j'ai déjà partout ! Mais je sais être très forte même dans les situations les plus dramatiques. Il faut que je reste concentré... Jusqu'à ce que ce foutoir ce tasse et retourna à un semblant de calme ordonné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 10 Mai 2016 - 23:38
Illaoi traversait une foule compacte, se servant de sa stature pour écarter ceux qui freinaient un peu trop sa course. En la voyant arriver, même les charpentiers les plus larges d'épaule et les boscos revêches au visage couturé de cicatrices s'écartaient. Si sa carrure et l'air peu aimable qu'elle se donnait ne vous dissuadaient pas de lui barrer la route, la lourde idole de métal qu'elle utilisait actuellement pour se frayer un chemin s'en chargerait. Même les petits voleurs à la tire –qui grouillaient pourtant dans ce genre d'endroit- évitaient soigneusement de s'approcher de la géante. La prêtresse atteignit une sorte de dock, fait de bois vieillissant et grinçant. Un équipage s'y précipitait, embarquant peu à peu sur un navire de taille respectable. Des lettres écaillées étaient encore visible sur la coque : "Le Spectre Abyssal". Légèrement en dessous, l'on pouvait encore deviner des formes qui pouvaient rappeler une écriture runique. C'était le destin de tout navire volé d'être ainsi rebaptisé selon la fantaisie de son capitaine. Et à Bilgewater, peu de navires n'avaient eu qu'un seul nom.

La prophétesse alla s'asseoir sur le rebord humide du ponton. Derrière elle, l'agitation gagnait en intensité. Elle n'avait pas beaucoup voyagé, et elle ne connaissait du monde qu'une petite partie du continent, en plus de l'archipel. Mais elle ne doutait pas un seul instant que cette ville portuaire était une des plus agitées au monde. Comment aurait-il pu en être autrement ? Une cité à ce point connectée à la mer ne pouvait que vibrer sous l'influence de Nagakabouros. Malgré sa population hétéroclite et peu recommandable, et en dépit des récentes tueries, Bilgewater s'épanouissait dans un sympathique chaos. Pirates, marchands, bandits et honnêtes marins… Tous se bousculaient chaque jour, dans une joyeuse cohue, chacun à la poursuite de son idée du bonheur. Bien souvent la même d'ailleurs : une pinte dans une main, les poches pleines d'or et le bras sur les épaules de la taulière. Mais ces rêves, s'ils étaient souvent simples et partagés par beaucoup, n'en restaient pas moins des rêves. Dignes d'êtres poursuivis. En pillant ou en négociant, en s'aventurant loin au large ou en boucanant près des côtes. L'important était de lutter pour se faire une place.

C'était là l'esprit qui l'avait séduite, lorsqu'elle avait débarqué dans ce même port la première fois. Elle avait insisté pour ouvrir les premiers temples dédiés à Nagakabouros dans ce repaire de flibustiers. Car, de fait, tous les habitants de la ville servaient déjà sa divinité. Sans même le savoir. Cette fourmilière côtière était l'endroit idéal pour contempler l'œuvre de la Grande Barbue. Pas, ou peu de règles. Une lutte quotidienne pour la survie. Une chasse perpétuelle des désirs les plus humains qui soient. Et bien sûr, une notion de bien et de mal tout à fait adaptée, adoptée par la plupart ici : "Ce qui me profite est bien, le reste est mal."

Cela manquait peut être un peu de réflexion et de recul, mais l'idée était là. Illaoi ne comprenait décemment pas pourquoi son ordre refusait à ce point de considérer Bilgewater comme une terre propice à l'expansion de la foi véritable. Mais en fin de compte, elle avait eu le dernier mot. Les paylangis avaient désormais accès à des lieux de culte, et les représentations de Nagakabouros se multipliaient en ville. Le regard porté sur l'horizon, elle vit du coin de l'œil une petite silhouette se faire éjecter de la cohue. Cela n'aurait normalement pas attiré son attention, mais la silhouette en question se trouvait être une créature étonnante, aux oreilles pointues et à la peau bleutée. Elle semblait vouloir passer inaperçu dans la foule, avec des vêtements amples et sobres. Mais c'était presque une trop grande réussite. Sa petite taille couplée à son accoutrement la rendait presque invisible aux yeux des matelots qui se bousculaient déjà entre eux. Il n'était pas étonnant qu'elle se fasse chahuter. Faisant appel à sa mémoire, la prêtresse tenta de deviner à quelle espèce elle appartenait. Elle était sûr d'avoir vu certains de ses semblables durant le peu de temps qu'elle avait passé à l'Institut. Mais le nom lui échappait toujours… Toddles… Morddles… C'était peut-être Yordles ? En tout cas, la silhouette semblait décidée, et pas découragée pour si peu. Elle s'apprêtait d'ailleurs à retourner dans la mêlée, après la brève accalmie.

La prophétesse se releva, déployant sa grande carcasse, surplombant de nouveau le niveau moyen des têtes. Elle amena son idole sur l'épaule, à sa place habituelle, puis, se penchant largement en avant, elle utilisa sa main libre pour tapoter l'épaule de l'inconnue. Après la tournée des temples, elle n'avait plus d'obligation en ville. Hormis bien évidemment suivre les préceptes de son dieu et poursuivre ses désirs. Et ce qu'elle désirait ardemment, c'était satisfaire sa curiosité et savoir ce que la vaillante petite créature bleutée faisait ici, à Bilgewater.

"L'activité ne se calmera pas avant ce soir. Si tu veux traverser le port avant le coucher du soleil, je peux peut-être t'aider à le faire, petite chose."
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 25
Date de naissance : 03/11/1991
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 25
Lun 1 Aoû 2016 - 17:47
La chance tourne, pour mon plus grand bien ! Je l'ai dit : le malheur s'abat presque sur nos têtes, alors que je suis séparée de mes compagnons. Mais là, je ne sais pas si je dois remercier le ciel ou la terre de m'avoir amené la bonne personne sur mon chemin. Sans doute les deux !

Plus tôt, j'étais coincée entre les bourrins de matelots, marchands et gens très énervés sur le port. Tous tentaient de monter dans les bateau accostés, d'autres venaient simplement hurler leurs colères. A vous en donner mal au crâne d'ailleurs... Je finis par me faire propulser en dehors de la foule, pile au moment où je commence à étouffer... Remettant mon accoutrement en place, j'essaye à nouveau de passer, voulant absolument traverser le port pour retrouver mes compagnons de route. Et c'est à ce moment là qu'elle est apparue. Sa voix me fait faire volte face sur place, les yeux ronds. Le son vocal en impose déjà, mais sa carrure force le respect. Je dois avouer que c'est la première fois que je vois une humaine aussi grande. Droite, très bien taillé, elle semble bien plus forte que tous ces clampins derrière nous à gueuler comme des ahuris. Je note rapidement toutes ces informations dans ma tête, apercevant au passage une belle chevelure d'un noir intense, à m'en rendre jalouse et un regard dur comme le fer. Quoi que plutôt calme, à ce moment, alors qu'elle me regarde, attendant une réponse. Je met du temps à analyser ce qui m'intrigue le plus chez elle... Cette sculpture qu'elle porte avec aise comme si c'était une brindille. Je n'ai jamais vue une forme pareille... Peut-être que Bilgewater a encore beaucoup de choses à m'apprendre ?
- Je... Salutation ! , Dis-je en faisant le traditionnel salut militaire. Je lâche un léger sourire, me demandant comment on dit bonjour dans cette ville... J'ai d'instinct pensé que je pouvais le faire à ma manière sans prendre en considération les conséquences à mon geste. Tant pis, disons que l'attention compte avant tout !
- Votre aide serait la bienvenue... Je ne peux pas traverser cette foule seule et je... - Je ne devrais pas lui dire pour mes compagnons. Nous aurions dû mener notre enquête sans encombres. Il faut que je garde leurs présences secrètes pour le moment... c'est plus sûr ! - - Je serais ravis de sortir de ce pétrin pour voir d'un peu plus près cette superbe ville ! - En tout cas si la ville est jolie, les gens autour de nous sont vraiment des brutes.

Je me permets de la dévisager quelques secondes, montrant là ma curiosité et mon impatience à connaître les secrets d'une telle facture qu'elle semble porter très précieusement. On dirait moi avec Boomer ! D'ailleurs, je dois redoubler de prudence. Sans mon arme principale et juste équipée d'un couteau, si les choses se compliquent, il me sera difficile de me défendre ainsi qu'une civile. Enfin... Une civile... Lorsque je la regarde, elle diffère beaucoup des matelots ou des pirates. Elle est... différente. Sa carrure, ses tatouages, cet objet étrange... Elle m'intrigue. Les humains ne se mêlent pas trop aux Yordles de Bandle, ou très peu. Il est donc naturel d'être curieux, non ?
Moi trop curieuse ? Jamais !
- Comment dois-je vous appeler ? Si jamais nous nous perdons de vue, je préfère crier votre nom. Appelez moi Tristana !

Je lui fais un grand sourire, hochant de la tête, déjà enchantée de la rencontrer.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 20 Aoû 2016 - 13:08
La géante fit un pas de côté. Non pas pour s'écarter mais bien pour entraver la route d'un marin qui marchait droit sur sa petite "protégée". Elle avait accepté son aide, et de fait elle était désormais sous la protection de la prêtresse. Du moins, tant que cette dernière ne ressentait pas le besoin impérieux de faire autre chose. Servir Nagakabouros avait ceci de perturbant pour les non-initiés qu'il fallait en permanence s'adapter à la volonté du dieu –et donc à ses propres désirs, puisque c'était là la manière de communiquer qu'avait choisi le grand Vortex. Aussi, Illaoi n'aidait en réalité que les personnes suffisamment dignes d'attention. Il fallait être assez remarquable pour que la prêtresse ressente le besoin de vous suivre. Mais avec son accoutrement, sa manière particulière de saluer et de s'exprimer et ses petits mouvements brefs et précis comme ceux d'un guerrier, la petite chose s'avérait plus intéressante que la faune locale.

La prophétesse reporta son attention sur la yordle, après avoir bien fait comprendre au marin que son regard noir n'allait pas la faire s'écarter. Les gens, des brutes ? Elle ne voyait dans cette cohue que l'ordre naturel des choses. Les grands bousculaient les petits, et étaient eux-mêmes bousculés par les plus grands. Qui aurait l'idée saugrenue de reprocher à un gros poisson le fait de manger ses semblables plus petits ? De même que, si ce gros poisson tombait sur un requin, personne ne viendrait reprocher au requin d'assouvir sa faim… Enfin, c'était sûrement plus facile de relativiser ainsi lorsque l'on occupait la place du requin.

"Comment dois-je vous appeler ? Si jamais nous nous perdons de vue, je préfère crier votre nom. Appelez moi Tristana !"
Tristana. Assurément, elle venait de loin. Illaoi n'avait encore jamais entendu ce genre de nom. Elle se présenta en retour, couvrant de sa voix le brouhaha environnant.
"Bienvenue à Bilgewater Tristana ! Mon nom est Illaoi."

La prêtresse avait noté le regard appuyé de son interlocutrice, mais elle ne jugea pas utile de se montrer plus prolixe. Si la petite créature avait des questions, elle n'avait qu'à les poser ouvertement. La colossale prêtresse n'était pas du genre avare en explications, encore fallait-il lui demander clairement ce que l'on désirait savoir. Elle posa néanmoins l'idole à terre, juste à côté de Tristana. D'un geste, elle l'invita à grimper. Puisqu'elle prétendait vouloir admirer cette "superbe ville", elle ne devrait pas refuser un point de vue surélevé. Doublé d'un moyen de locomotion à la peau tannée et couverte de tatouages. Une fois la yordle en place, Illaoi replaça l'Œil de Dieu sur son épaule et désigna différentes partie de la ville qui s'étendait devant eux.

"Ici, tu peux voir le quartier populaire. Aucune partie de la ville ne peut se targuer d'être très riche, mais c'est assurément là que tu trouveras la frange la plus démunie de la population."
Du doigt, elle désignait les premières habitations à la sortie du port, derrière les tavernes qui occupaient presque tout le front de mer.
"Un bon endroit quand on cherche la bagarre. Plus jeune, j'y allais pour me détendre et parfaire mon entrainement." poursuivit-elle sur un sourire.

Son doigt glissa vers les hauteurs, s'arrêtant parfois pour détailler un tour constituée de navires hétéroclites ou un temple de pierre moussue. Il pointa ensuite sur le Pont du Boucher, qui même depuis leur position en contrebas semblait animé et plein de vie.

"Ici, tu pourras voir les temples et des marchés en plein air. Un repaire de voleurs et de charlatans, mais au moins les rats des quais se font plus rares là-haut."
Elle fit de nouveau descendre sa main pour conclure :
"Et là, ce sont les quais abattoirs. C'est encore un peu la guerre civile là-bas –ce qui n'est pas pour me déplaire- mais Sarah aura bientôt assez d'influence pour mettre tout le monde d'accord. On peut s'y rendre, mais seulement de jour. La nuit c'est presque aussi dangereux que de traîner en mer un jour de brume noire."

Illaoi attendait que la passagère fasse son choix. Elle avait tout son temps et s'en remettre à la décision d'un autre pour son programme de la journée, c'était aussi une façon de tenter le destin. Elle avait volontairement omis de présenter les endroits les plus paisibles de la ville, cependant. Elle voulait bien servir de guide, mais seulement si la ballade se montrait au moins aussi intéressante que Tristana elle-même.

HRP:
 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Si jamais vous avez une centaine de secondes qui traine quelque part . ^^'
» Le secret de la volonté est quelque part entre la fureur et le calme total.
» « Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part ? » [Taylor]
» en retard, en retard. j'ai rendez-vous quelque part ! (jin kyung)
» Etre né quelque part c'est toujours un hasard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Bilgewater :: Autre-
Sauter vers: