/! Activer les pop-up lors d'une arrivée de MP pour écouter la notification sonore :) Modifiable dans mon profil/!

L'aventure nous appelle ! (pv Morgana)

 :: Runeterra :: Autres :: Plague Jungles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 25
Date de naissance : 03/11/1991
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 25
Mer 2 Déc - 23:41
Aujourd'hui est un grand jour ! Pourquoi ? Allez savoir. Lorsque je me suis levée ce matin, effectuée mes pompes et autres exercices et que j'ai mangé, je me suis mise à regarder le plafond de ma petite chambre dans la caserne des Commando en me disant : grande journée qui s'annonce. Pourtant, j'allais seulement former mes troupes qui savent déjà faire pas mal de choses et j'aurais fini ma journée avec mes coéquipiers habituel, à boire un petit coup chez Kozy, et à défier le même provocateur yordle Kol qui pense pouvoir me battre au bras de fer. Du quotidien donc, rien de nouveau, à part celui de l'air que l'on respire ou de la terre que l'on martèle tous les jours avec nos bottes et le manche de nos canons. Je crois bien que j'ai besoin de bouger un peu de Bandle City... L'avantage, lorsque je me rendais à l'Institut de la guerre, c'est qu'elle avait le don de me faire changer un peu d'air suffisamment longtemps pour que je me rende compte que Bandle finit toujours par me manquer. On revient toujours sur ses pas d'origines, hein, chez soi donc, et Bandle est le seul endroit que j'appelle chez moi et où je m'y sens vraiment bien.
Mais ces temps ci, l'Institut, les Invocateurs... Tout ceci est synonyme de soucis à rallonge. Cela fait maintenant quelques temps que les hautes autorités là-bas essayent de gérer les foules en colère. De temps en temps, je viens prêter main forte, et par la même occasion, j'essaye de comprendre qu'est-ce qui pousse certains Champions à ne plus revenir sur les Champs de justice, ou encore à savoir quel genre de secrets peuvent bien cacher les mages en violet. Pourquoi parle t-on de manipulation, quel est le vrai du faux dans tout ça ? Je cherche désespérément sans trouver de réponses. Dennison, la maire de Bandle, m'a déjà mis en garde contre ma franche curiosité face à tout cela. Je sens venir son impatience, voir même on inquiétude. Je sais qu'elle finira par me dire de quitter l'Institut pour m'éloigner des problèmes et des Invocateurs. Une pierre deux coups, selon elle. Je comprends tout à fait ses intentions et c'est pour cela que je n'ai encore pas pris de décision concernant ma position de Championne. Si jamais la League tombe, que se passera t-il pour Bandle et pour le reste de Valoran ?

Ce n'est pas ce plafond qui va me le dire, ni la personne qui toque farouchement à la porte de ma chambre. Hein ?
Je me lève en sursaut, percutant seulement maintenant qu'en effet, un bruit répétitif se fait sur le bois d'un air impatient. Une voix m'appelle en même temps, légèrement irritée, et lorsque j'ouvre enfin la porte, le yordle au pelage roux et blanc et au regard vert vif - Ce très cher Kol "l'emmerdeur" - me fixe, contrarié.
- Enfin ! , me fait-il. Il t'en faut du temps pour répondre, canonnière.

Je le fixe à mon tour dans les yeux, souriant de toutes mes dents d'un air amusée. Si j'ai des occasions de taquiner Kol je ne perds pas une seconde à le faire. Malgré cela, je le respecte beaucoup, comme pour la plupart de mes frères d'armes. Il n'est pas vraiment un soldat comme nous, son rôle étant plutôt de superviser les troupes, de veiller à ce qu'on ne manque de rien, et de gérer les incidents comme par exemple le manque de munitions, ou de faire réparer certaines armes. Le râleur de service mais à la fois le bienfaiteur en faite. Un rôle un peu ingrat parfois, mais on ne lui mène pas la vie trop durement à ce cher Kol. Sauf moi peut-être.
- Bon, écoutes, petite, continue t-il un sourire en coin devant ma frustration suite à cette appellation. Je vois que tu as l'air de t'ennuyer un peu. Tu vas dérouiller en accompagnant d'autres yordles aux pieds des pics des Sablestones. Leur but est l'exploration vers le sud-ouest. Ils veulent contourner Kumungu pour atteindre sa plage, à l'orée de la jungle. Cela reste un endroit très dangereux, tu en as conscience j'espère ?!
- Bien sûr !
- Ton rôle sera de les protéger, bien évidemment. Votre équipe sera constitué de cinq yordles : deux explorateurs, deux cogneurs et toi. Tu pars à midi pétante.
- Entendue !

Une mission d'exploration ? Mais c'est formidable ça ! Quelle chic idée... Voilà bien longtemps que je n'ai pas pu en faire une. Je me dépêche de me préparer, attrapant au passage Boomer, et je saute déjà en dehors de la caserne. Je rejoints ce groupe de fiers explorateurs et de combattants et dès midi pile à l'heure nous entamons ce petit voyage en dehors des frontières de Bandle City. Normalement, les yordles ne s'approchent pas trop de Kumungu, et comme prévu nous la contournons délicatement. Personnellement, j'ai entendu beaucoup d'histoire sur cette jungle mais je n'ai jamais eu l'occasion d'aller vérifier de mes propres yeux s'il s'y trouve ces fameuses plantes carnivores ou encore des animaux féroces et "gigantesques" que les contes mentionnent. C'est sûr qu'à la vue d'un yordle, tout peut paraître grand. Il nous faudra quelques jours pour traverser le chemin proche de la montagne et pour contourner la jungle, en direction de ses plages.
Vous allez me dire... Les plages de Kumungu, ça ne doit pas être épargné par la faune et la flore sauvage, si ? Sans doute que non, c'est bien pour cela que les deux érudits là on besoin de nous pour les protéger. Pour le moment tout se passe. Trop bien d'ailleurs... Oh il va bien se produire quelque chose pour pimenter ce voyage trop tranquille, j'en suis certaine. Mon instinct ne me trompe jamais.
...
Qu'est-ce que je vous disais ? Vous pensiez que le sol était plat jusqu'à maintenant... Et bien non, il se résorbe légèrement sous nos pieds, allez savoir pourquoi. Les plantes se déplacent peut-être ? Pour le moment je ne me pose aucune question, car dans le feu de l'action, je rattrape un explorateur par la main. Les autres glissent sur une pante... Je n'ai aucune idée si celle ci s'arrête quelque part. J'imagine que la plage ne doit plus être loin, mais qui dit plage, dit la mer, et il se peut que cette pante débouche sur une falaise et que mes confrères se retrouvent face contre l'eau... J'espère pour eau que ce n'est pas très haut. J'arrive à faire remonter l'explorateur, qui s'accroche à la terre, tandis que j'essaye moi même de remonter... Avec Boomer dans le dos, je me sens un peu lourde. Avec un peu plus de temps, j'arrive sans trop de mal à me faufiler en lieu sûr, regardant des plantes se replier à l'intérieur de la terre. J'ordonne précipitamment au yordle de s'éloigner avant de... Trop tard. Il glisse à nouveau et tombe à la suite des autres. Catastrophe ! Impuissante pour le moment, je me redresse et cours dans n'importe quelle direction pour m'éloigner de ces... créatures ? Plantes intelligentes ? Tsss... Connerie. Maudite Kumungu...
Tout semble se calmer. Je reprends mon souffle, une oreille dressée aux aguets, au cas où j'entende les autres. Je regarde aux alentours. Je suis bien au milieu de nul part, entouré d'arbres... Je me mets à marcher dans une direction pour pouvoir contourner la pante. Il faut que je retrouve mes compagnons le plus vite possible ! Cet endroit me paraît beaucoup trop calme pour que se soit normal, alors que pas plus tard que cinq minutes, j'ai vue mes amis se faire piéger à cause de plantes mouvantes, animées par leurs propres volontés. Je sais quand même ce que j'ai vue... Pourvu que rien d'autre ne leur arrive avant que je les trouve.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 3 Déc - 20:03

La pièce était sombre, mal entretenue, les murs couverts d'étagères sur lesquelles s'entassaient des objets en tout genre que la poussière ensevelissait. L'homme, plutot renfermé, qui lui avait ouvert la porte avait disparut derrière un pan de tissus crasseux faisant office de rideau, sa voix rocailleuse lui parvint au milieu des bruits de tiroirs qu'on ouvre et referme dans d'infâmes grincements qui dérangeait les oreilles :

" Je ne suis pas sûr de posséder ce que vous me demandez, et même si c’était le cas il vous en conterait quelque chose de la même valeur. Mais puisque vous êtes venue jusqu'ici je suppose que vous savez déjà en quel termes j'accepte de procurer aux gens comme vous de si dangereux onguents."

Morgana lissa une mèche de ses longs cheveux entre ses doigts, l'esprit plongé dans ses rêves de vengeance. Quelle était donc la meilleure façon de tuer son aînée ? Le poison semblait intéressant, composer un savant mélange d'une substance qui lui causerait d'affreuses souffrance sans lui permettre de laisser son âme lui échapper. Elle voulait la voir subir mille tortures, l'entendre la supplier, l'implorer de lui pardonner. Se rappelant la demande du marchand, la demoiselle cache d'avantage son visage dans l'ombre de sa cape avant de lui lancer, désintéressée :

" Je vous ai déjà dit que vous recevriez ce que vous demandiez. J'irais moi-même cueillir cette plante aux abords de la forêt Kumungu. Cet endroit ne me fait pas peur alors qu'il semble vous terrifier. Je tiendrais parole, n'ayez crainte."

L'ange déchu soupira, elle n'avait pas traversé la moitié du pays en ne s'arrêtant que lorsque cela était nécessaire pour échouer à présent. Cet homme rabougri était l'herboriste le plus tristement célèbre pour les poisons de sa création dont elle ai entendu parler. Le déplacement en valait la peine, c’était certain. La jeune femme s'approcha du rideau à pas feutrés, l'écartant légèrement, juste assez pour distinguer la pièce. Alors qu'en apparence, le vieillard semblait vendre des babioles, l'arrière de sa boutique regorgeait de cageot et d'armoire d'où pendaient de multiples plantes, en bottes ou poussant dans des pots. Colorées, odorantes, venimeuses, de toutes sortes même les plus inattendues, comme cette liane où s'agrippaient fébrilement de multiples minuscules corolles chatoyantes. Les yeux de la mage s’écarquillèrent lorsque les fin pétales s'étirèrent pour happer un insecte. Ce monde regorgeait de distraction intéressantes pour peu qu'on les découvre. Morgana s'écarta, reprenant sa place initiale derrière le comptoir et attendit que le vendeur se présente à elle, munit d'un flacon dans lequel remuait mollement un liquide carmin. Lorsqu'elle tendit la main pour le lui prendre, l’ermite recula d'un pas et lui lança :

" Il sera à vous lorsque vous m'aurez amené la Morteus. Assurez vous de ne pas la toucher, un infime contact avec ses pétales vous assurerez une mort dans d'affreuses souffrances. Prenez ceci, ça vous sera surement utile. Elle ne fleurit que deux semaines avant de flétrir, vous devriez partir maintenant si vous voulez arriver à temps."

Le vieillard lui avait tendu une carte marqué d'une croix où devait se trouver les fleurs, ainsi qu'une illustration représentant la plante. Morgana soupira une nouvelle fois, cela ne l’enchantait guère de ne pouvoir pigeonner cet idiot et repartir avec la fiole sans lui rendre son service. Mais tant pis, elle irait et cueillerait la simple demandée et récupérerait sa commande afin d'accomplir le sombre dessein qui la maintenait en vie. Claquant la porte derrière elle, la mage reprit la marche, inlassable et infatigable tant qu'elle maintenait ce rythme soutenu. Il lui fallut deux bonnes heures pour arriver en vue de la luxuriante jungle dont elle avait maintes fois entendu parler. Alors qu'elle scrutait la végétation pour reperer les pétales mauve de la Morteus, Morgana perçut un craquement. S'agenouillant dans la verdure pour ne pas se faire repérer, son regard acéré passa en revu les alentours jusqu'à entrevoir un Yordle à la fourrure rosée. Ce dernier semblait essoufflé et plus apeuré que menaçant, aussi décida t elle de sortir de sa cachette et d'avancer à la lumière qu'offrait la trouée. Après tout, si cette petite chose connaissait les lieux elle pourrait lui épargner des heures de fouilles au milieu des insectes et des pièges végétaux dont regorgeait Kumungu. La mage prit une dernière inspiration avant de l'interpeller :

" Tout va bien ?" 
Invité
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Féminin
Messages : 25
Date de naissance : 03/11/1991
Date d'inscription : 04/11/2015
Age : 25
Sam 12 Déc - 21:24
C’est dans ces moments de crise où j’ai envie de me mettre une claque pour chaque instant où je ne me suis pas montrée à la hauteur… Bon, d’accord, je ne connais pas bien Kumungu et ses alentours, mais j’ai déjà pratiqué des terrains difficiles. Je me suis faite avoir comme un bleu, ça n’aurait jamais dû arriver ! C’est d’un pas décidé que je traverse cette jungle qui n’aura ni ma peau ni celle de mes compagnons, qui tardent à être retrouvé. Au pire, ils sauront se mettre à l’écart du danger. Il faut juste que je les rejoins avant la tombée de la nuit, sinon ça sera coton pour moi !
Mais les choses ne se passent, décidemment, pas comme je l’imagine. Dis-moi que c’est pas vrai que j’entende des fantômes ! A qui appartient cette voix ?! J’ai fait un triple saut, tellement je ne m’attendais pas à ce qu’on m’interpelle en plein milieu d’un lieu coupé du monde et hostile. Encore moins une voix humaine ! Un cri d’animal, des déplacements anormaux de plantes, mon chemin qui s’écroule sous mes pieds, ok, j’aurais trouvé ça normal. Mais entendre la voix d’une femme, j’en suis très surprise.
Par réflexe, je me suis cachée derrière un arbre, Boomer en mains, haletante et les yeux grands ouvert droit devant moi. Je tente de me reprendre bien vite, car je fais honte à mon habituel sang-froid à me comporter comme une petite fille perdue. Bon, je suis clairement perdue dans cette forêt mais je ne suis pas si affolée. Quoi que, avec des plantes carnivores dans tous les sens, seules les personnes dénuées de bons sens n’auraient pas peur d’affronter l’inconnu. Convaincue par un regain de courage, je penche la tête pour voir qui s’est adressé à moi.

Je remarque immédiatement que c’est une femme, mais d’ici, je ne peux pas voir son visage. Je sors de ma cachette en faisant quelques pas sur le côté, desserrant un peu ma prise sur le manche de mon canon. Elle n’a pas l’air armé, ni agressive, c’est pour cela que j’écarte ma propre arme en la mettant sur le côté, posée sur le sol pour que je puisse l’agripper d’une seule main. En m’approchant, je finis par voir un peu mieux son visage et j’ai tout de suite cette impression de ne pas avoir une humaine normale devant moi. Je ne sais pas comment vous expliquez, mais elle dégage un petit quelque chose. Je viens à peine de la rencontrer, je ne connais rien ni son nom ni ses intentions. Mais j’ai déjà une espèce d’admiration à voir une si belle femme. En particulier son regard, d’où se dégage ce petit quelque chose que mes sens de yordles me parlent de mystique, qui dépasse l’inimaginable. Elle a l’air bien réelle devant moi. J’ai dû mal à le croire. Des femmes ailées, on n’en croise pas tous les jours. Car évidemment, mes yeux admiratifs n’ont pas manqué les grandes plumes noires de la dame, lui donnant un certain charme. Ma première question du coup, si elle n’est pas humaine, elle vient d’où ? Du ciel, comme les oiseaux ? Des montagnes parmi les dragons ? Quoi… vous ne croyez pas qu’ils existent ? Les contes et les légendes, s’ils existent, c’est que des gens ont bien vue des choses qui méritent d’être racontés.
Mais j’en viens à être impolie, mince. C’est vrai qu’elle est apparue - de nulle part d’ailleurs, c’est pour ça que j’ai eu peur, enfin que j’ai été « surprise », hein – en me posant une question. Et puis, c’est également malpoli de dévisager les gens qu’on ne connait pas encore…
- Je vais bien… Merci. Je…

Il faut que je me montre peut-être plus prudente. Après tout, je ne sais rien d’elle, et je ne suis pas encore sûre de ses raisons. Quant à sa présence ici, surtout si elle n’est pas native de la jungle, est d’autant plus étrange. Mais… elle n’a pas l’air si humaine alors peut-être qu’elle sort de Kumungu ? J’en ai des frissons rien qu’à l’imaginer.
- J’étais avec d’autres yordles, mais nous avons été séparés suite à un problème causé par la flore locale… Aurais tu aperçus d’autres êtres comme moi ?

C’est une approche bizarre que je fais. Est-ce qu’elle connait les yordles ? Qui ne nous connait pas, en même temps, c’est difficile à dire. Je suis sûre que même le monstre au plus profond de sa grotte a fini par croiser l’un d’entre nous. Quoi que… Vous savez quoi ? Je ne suis plus si sûre que toutes les légendes racontent des choses vraies. Alors, autant se renseigner par soi-même en commençant par le commencement.
- Je ne savais pas que des personnes pensantes vivaient à Kumungu. Saurais-tu me guider ? J’ai réussi à me perdre alors que je suivais des pistes pour retrouver mes compagnons. Un doute m’assaille et je finis par dire sur le ton du doute : A moins que tu ne sois perdue, toi aussi ?

Si c’est le cas, on n’est pas sortie de l’auberge. Au pire, ça me laissera le temps d’apprendre à la connaître et de faire la conversation pendant que nous tournerons dans la jungle à la recherche de yordles et d’autres choses. Car, oui, je finis par me demander, pourquoi est-elle ici, dans l’éventualité où elle me répondrait qu’elle ne vit pas ici… Tant de questions et si peu de temps pour y répondre ! Les explorations et les autres ne vont pas se retrouver tout seul.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lorsque la panique nous consumme pour la première fois...
» Quand la mort nous appelle doit-on la suivre ? [Pv : Chouchou]
» Aventurier, l'aventure vous appelle !
» LUZ&LYL • On nous appelle rebelles, mais c'est nous qui faisons la casse. Qu'on vienne nous dire en face, la raison pour laquelle, on nous appelle Rebelles
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Autres :: Plague Jungles-
Sauter vers: