Celui qui a inventé le bateau a aussi inventé le naufrage [Feat Nocturne]

 :: Runeterra :: Piltover :: Bordure de Piltover Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 5 Nov - 23:51



HRP : Rp né de la théorie fumeuse "Zed=Nocturne", pour plaisanter :d


Les ports ont toujours été des endroits intéressants, presque fascinants. Un grand melting pot de plusieurs cultures que l'on retrouve en un seul et même endroit. Il suffit d'en détailler les proches alentours.
Des visages différents, des tenues différentes, des navires différents, des marchandises différentes, des monnaies différentes, des prestances différentes, le tout couvert par des éclats de voix pittoresques où les accents de toutes les régions se mélangent allégrement.
Tout bon port devenant rapidement pour sa propre survie un comptoir d'échanges, une ville se développait sans cesse autour, avec de nombreux commerces proposant des produits venant du monde entier, son lot d'artisans expérimentés, ainsi que ses tavernes et auberges, repaire des marins, des bandits et autres filles de joie, nécessaires à toute économie portuaire (la vie en mer est longue, surtout quand il n'y a que des hommes). Ai-je parlé du fumet inénarrable que l'on retrouve dans les rues de la ville, résultante obligatoire des cuisines diverses, tant le métissage culturel est une notion importante des ports ? Non ? Et bien c'est chose faite. Fermez les yeux, imaginez-vous des sacs d'épices parfumant des légumes dans des casseroles bouillonnantes, et de la viande en train de rôtir, et humez un bon coup. Bon appétit.
Alors certes, dans notre cas présent, Piltover n'était pas né en tant que port. Mais le port qui s'était développé en plus de la ville, ressemblait en tout point aux autres. Même si la techmaturgie a fait également frappé le port.

Tandis qu'il patientait pour son navire, afin de pouvoir rentrer en Ionia, Zed repassait en mémoire les derniers jours qu'il venait de vivre. Il n'avait pas appris grand-chose pour l'instant, bien que ses rencontres avec Ashe et Talon lui aient permis de se faire une idée sur l'avancée de certains champions par rapport aux évènements actuels autour de la League of Legends. Son séjour à Freljord n'avait pas été des plus désagréables, bien qu'il fut vraisemblablement le plus improbable. Rien n'aurait présagé qu'il puisse se retrouver là-bas pour y vivre un tel intermède. Cependant, il fut très vite arraché à ses pensées, les cris des marins venant capter son attention.
Apparemment ces derniers pestaient contre un jeune lamaneur qui peinait à attraper le cordage qu'ils lui envoyaient afin qu'il puisse tirer l'amarre jusqu'à la bite d'amarrage. Depuis le pont supérieur, à voir les visages hilares des marins, il ne faisait nul doute que ceux-ci se jouaient du jeune lamaneur pour leur bon plaisir, et celui des lamaneurs plus expérimentés. Le bizutage est une chose universelle semble' il. Le cirque vint cependant à prendre fin, et les lamaneurs terminèrent la manoeuvre avec les marins. On mit la passerelle à terre, et déjà les dockers montaient à bord pour venir décharger les marchandises. Détail amusant, bien que la plupart tenaient fermement leur ganchou dans la main, un bras mécanique prenait naissance dans leur dos, tout le long de leur bras jusqu'à leurs mains. Piltover avait probablement trouvé le moyen d'alléger leur peine. Zed contemplait la scène d'un oeil curieux, n'ayant jamais réellement eu le temps de développer des connaissances pratiques dans le domaine maritime. Il avait cependant eu la curiosité de s'y intéresser d'un point de vue théorique, quelques années auparavant. La chose pouvait être utile quand on vit sur une île. Prévenir une arrivée, prévoir un départ, ce genre de choses.

Sa respiration est profonde tandis qu'il se détend en profitant du confort que lui offre la pénombre, posté sous le porche d'un vieil entrepôt, en une heure aussi nocturne. Il hume l'air marin, riche en iode, et hélas un peu en odeur de pourriture marine, les déchets liés aux poissons invendus ne trainant jamais bien loin, attirant bon nombre de charognards volants.  
En dépit du fait qu'il se trouvait la nuit dans une ruelle sombre d'un port, ce n'était  pas comme si Zed allait craindre de se retrouver plongé dans les ténèbres des Ombres. Les éventuels roublards des environs avaient davantage à craindre que lui. Mais il se dégageait de la ruelle un sentiment de malaise qui aurait découragé quiconque pris de  l'audace de tenter une telle folie. Il expire longuement tandis que ses paupières se ferment, ayant abandonné toute méfiance, ainsi plongé dans les ténèbres. Le problème lorsque l'on est un habitué des Ombres, que l'on vit des ténèbres autant qu'eux mêmes vivent de notre lumière vacillante qui fait battre notre cœur, c'est que l'on a tendance à trop s'y sentir à l'aise, à ne plus se tenir sur nos gardes, oubliant que d'autres aussi trouvent dans les ténèbres, un lieu de réconfort. Ses paupières s'ouvrent à nouveau sous son casque, sa respiration se brise en silence pour reprendre plus posément. Aucun geste brusque, un simple mouvement de tête lent sur le côté. Il avait entendu des rumeurs sur lui, il l'avait croisé dans les Champs de Justice, mais jamais en face a face en dehors des Champs. Pour être honnête, l'affrontement ne lui faisait pas peur, mais il s'interrogeait tout de même sur le fait qu'il puisse être ainsi libéré seul en Runeterra. -




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nocturne
▪ Roi des Cauchemars
avatar
Féminin
Messages : 287
Date de naissance : 25/02/1994
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 23
Mer 24 Fév - 13:40
De tous les recoins de Piltover, le port était le seul où Nocturne n’avait pas pensé chercher. A vrai dire, il avait presque oublié jusqu’à l’existence de celui-ci. Les choses ici étaient différentes : c’était comme atterrir dans un coin délaissé par les traditions et habitudes de Piltover. C’était comme découvrir, dans l’ombre d’une grande ville technologique, un petit hameau traditionnel et dans lequel persistaient de vieilles coutumes marines.

Depuis sa libération, Nocturne en avait fait des kilomètres. Sur son chemin, il avait croisé quelques personnes qui, à défaut de lui apporter des pistes, n’avaient fait que le ralentir dans ses recherches. Twitch en premier lieu, qui avait risqué quelques questions auxquelles l’éternel cauchemar avait tout de même répondu. Talon, dans les ruelles reculées de Noxus, un petit être insignifiant qui cherchait sa voie. Bref, jusque là, l’unique entité qu’il souhaitait croiser ne s’était pas montrée : il s’agissait du corps perdu de l’âme qui était accrochée à la sienne, celle d’une petite humaine nommée Astrydd.

C’était elle qui avait eu l’idée de faire un tour sur le port, bien qu’il n’y ait aucune raison à ce que sa part matérielle s’y trouve. En fait, il n’y avait aucune raison à ce que son corps se trouve ailleurs que chez elle. Personne n’avait accès à son appartement, personne ne l’avait menacée et elle ne se souvenait pas s’être fait des ennemis. Le plus intriguant, c’est que son logement ne montrait aucune trace d’effraction. C’était comme si quelqu’un possédait les clés et était entré… Naturellement. Pour dérober un corps sans âme.

Au-delà d’être condamnée à rester auprès de Nocturne – le condamnant également à la supporter –, des questions commençaient à naître dans la tête de la jeune femme. Si l’entité qui était venue la chercher avait pu pénétrer dans l’appartement sans problèmes, c’était parce qu’elle devait probablement l’observer depuis un bon moment. Le cas échéant, son propre propriétaire devait être dans le coup. Tiens, elle n’y avait pas pensé, à ça… Mais que lui voudrait ce bon vieil homme avec qui elle entretenait une relation plutôt amicale ? Non, il y avait autre chose. Et elle sentait que c’était lié à Nocturne. Sinon, comment auraient-ils pu la savoir « absente » ? Des invocateurs pouvaient-ils être à l’origine de tout cela ? Elle avait peur que les choses, déjà compliquées, soient encore plus tordues qu’elles n’y paraissaient. Nocturne, lui, se posait moins de questions : un corps le séparait de sa totale liberté. Il fallait simplement le retrouver, où qu’il soit, et le tour était joué. En réalité, les innombrables questions qui tournaient dans l’esprit de la jeune femme l’agaçaient. Il ne s’entendait même plus penser parfois…

Ils approchaient d’un quai lorsque quelque chose interpella l’éternel cauchemar. Une présence loin d’être banale se trouvait dans les environs. Des créatures comme lui, il n’y en avait pas des milliers… Il ne pouvait que la sentir. Palper sa part d’ombre. Sa vaporeuse matérialité. Un pied dans les ténèbres, l’autre dans la réalité. Nocturne se glissa silencieusement dans la ruelle, frôlant les murs. Sa propre silhouette pouvait s’apparenter à une simple projection d’ombre, ce qui le rendait encore plus abstrait qui ne l’était.

Bientôt, il parvint à repérer la source de ses sensations : elle se tenait là, sous le porche d’un bâtiment qui semblait désaffecté. Ou plutôt il : Nocturne reconnut sa forme, sa tenue si particulière. C’était le genre de personnes que l’on n’oubliait pas, même lorsqu’on se contentait de les apercevoir. Il était curieux de savoir ce qu’il faisait ici mais il avait pour l’heure d’autres chats à fouetter… Et un corps à retrouver. L’éternel cauchemar se glissa sans un bruit dans la ruelle, passa devant Zed sans même lui accorder un regard.




« L'Homme ignore à quel point son Inconscient est fabuleux... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 28 Fév - 15:17


- C'est une étonnante sensation que de voir glisser un être tel que Nocturne devant soi. Même si voir demeurait un bien grand mot dans le contexte actuel... La silhouette de Nocturne se devinait bien plus qu'elle ne se voyait, mêlée au ressenti oppressant que vous inflige un être naturellement aussi puissant. Dans la pénombre de la nuit et des docks somnolents, seul son regard brillait d'un faible firmament glacé. Même les rares et pâles reflets du croissant de lune ne parvenaient pas à se refléter sur le tranchant des lames ceignant ses poignets ombreux. Zed contemple la silhouette qui glisse sans un bruit au cœur de la ruelle, véhiculant à elle seule, cette impression malsaine de puissance ténébreuse, cette supériorité qui vous peut lire en vous jusqu'à vos secrets et vos peurs les plus cachés. Saleté de cauchemar.

Plus il observait la silhouette, plus il était indéniable qu'il s'agissait de Nocturne. Mais à force de contemplation, l'impression de s'observer au travers du reflet d'un miroir brisé s'imposait presque naturellement à lui. On devine la forme, on cligne des yeux pour effacer la ressemblance, bien que l'on sache pourtant que l'image que l'on voit n'est pas la nôtre. En dépit de tout cela, bon sang... Cette nonchalance naturelle à errer parmi les ténèbres de la nuit ne pouvait que lui rappeler sa propre symbiose avec les Ombres. À une différence près, lui les avait acceptés, Nocturne... En était naturellement le fruit tombé de l'arbre. Qu'est-ce qui avait pu bien-être à la source d'un tel cauchemar ?

Tandis que l'ombre passe près de lui sans lui accorder un regard, sa curiosité en est piquée. Que pouvait bien faire Nocturne en un tel lieu ? Il avait pu voir dans les champs de Justice, au travers de son esprit contrôlé par un invocateur, les prouesses de Nocturne, mais il n'avait jamais pu le croiser, compte tenu de la psychologie instable et meurtrière de la créature. Ce n'est pas tous les jours que l'occasion de croiser un cauchemar vivant se présenter à vous, fallait il le laisser glisser plus loin ou prendre le risque de la saisir.

Sans même faire plisser ses vêtements, Zed se redresse prudemment dans l'alcôve de l'entrepôt, se tenant sur ses gardes, ses armes prêtes à jaillir de leurs fourreaux. Sans la retenue de la magie des Invocateurs, sa puissance pouvait être bien supérieure à ce qu'il imaginait. Le simple fait de se redresser tandis qu'il passait près de lui pouvait constituer le déclenchement des hostilités et débuter un affrontement probablement meurtrier. Mais il y avait ce besoin irrépressible de devoir suivre l'Ombre, en savoir plus sur elle, l'observer. Ce mauvais sentiment que vous vous apprêtez à commettre une horrible bêtise, mais que rien ne peut vous retenir de la faire.
Entre les grilles de métal de son casque, un sifflement bref s'échappe, appel à Nocturne.-




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nocturne
▪ Roi des Cauchemars
avatar
Féminin
Messages : 287
Date de naissance : 25/02/1994
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 23
Mar 1 Mar - 11:26
Il n’avait pas besoin de tourner le regard vers lui pour savoir qu’il était l’objet de tout son intérêt. Les ombres étaient à la fois ses yeux et ses oreilles et elles lui apportaient tout ce qu’il voulait savoir. Zed n’était pas un danger en soi ; c’était sa maîtrise de l’obscurité, de ce qui n’était pas palpable, dont il fallait se méfier. Nocturne et lui partageaient le même terrain de jeu et seule leur appartenance les différenciait : l’éternel cauchemar y était né, Zed s’était plongé dedans. Volontairement ou non.

Toujours est-il que le ninja d’ombre aux shurikens le suivait. Nocturne faillit presque le féliciter pour sa maîtrise de l’obscurité : il s’y glissait comme s’il n’était pas humain, comme si ce monde dénué de lumière était le sien depuis toujours. Il ne doutait pas une seconde que l’homme masqué – ou ce qu’il était, puisqu’il n’apparaissait jamais sans son casque – préférait vivre à l’écart des hommes. C’était un autre point qu’ils avaient en commun...

« Noc’, tu es suivi.
- Je sais, humaine.
- Tu ne te défends pas ?
- Pourquoi me défendre ? On ne m’attaque pas. »


Nocturne s’attendait à une nouvelle réplique de la part d’Astrydd mais le silence répondit à sa place. Visiblement, il n’y avait pas que les ombres qui surveillaient ses arrières. La jeune humaine avait appris de cette expérience forcée : ses sens s’étaient affinés, sa perception nocturne s’était améliorée, sa méfiance ne se relâchait jamais. C’était un bon point, aussi bien pour elle que pour Nocturne. Certes, la jeune femme n’atteindrait jamais les capacités de Nocturne ou même de Zed, qui suivait tranquillement, mais elle n’était plus seulement qu’un poids : elle pouvait parfois constituer un allié de qualité.

Au bout de ce qui parut être un long moment, l’éternel cauchemar cessa de glisser à travers la ruelle. Le bout de celle-ci ouvrait sur le port, sur lequel s’activaient encore quelques marins bien trop occupés pour les remarquer.

- As-tu besoin de quelque chose ? déclara-t-il de sa voix profonde sans se retourner, sûr que Zed devinait qu’il s’adressait à lui.




« L'Homme ignore à quel point son Inconscient est fabuleux... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 19 Mar - 12:03


Le port. Nocturne était arrivé au moment où il débouchait dessus et risquait de se faire voir, ou bien choisissait de s'arrêter et engager le face à face (ou le dos à face) avec Zed. Une voix profonde, terriblement grave, semblant provenir des plus noires recoins de la caverne la plus éloignée de toute vie humaine. On aurait pu déceler un éraillement métallique semblable au son qui s'échappait du casque de Zed, si l'on n'était pas cloué de terreur par les intonations diaboliquement ténébreuses de cette voix. Pour ceux qui peuvent se payer le luxe d'être encore victime de paralysie due à la peur, bien entendu. Une banalité comme une autre. Zed ne connaissait pas suffisamment Nocturne pour savoir si ce dernier prenait le temps de discuter avant de se battre oui bien s'il faisait simplement là, preuve d'une curiosité quelconque, la même qui l'avait poussé à s'interroger sur la présence de l'Ombre vivante ici même. Quoi qu'il puisse en être, il valait peut-être mieux maintenir le discours en place si cela pouvait maintenir l'affrontement hors de portée.

« Si j'ai besoin de quelque chose ? Bien que je sois curieux, je doute que tu sois en mesure de pouvoir m'apporter quoi que ce soit d'utile...

La voix caverneuse qui lui avait répondu, aussi profonde demeurait-elle, était néanmoins parfaitement distincte. Chacune des syllabes avait glissé clairement jusqu'à ses oreilles. Mais qu'était réellement Nocturne ? Une créature du Néant, rejet des îles obscures, ou bien littéralement la personnification des cauchemars d'un pauvre malheureux ayant dû endurer pareil souffrance lors de son sommeil. Il était curieux. Ce langage était-il naturel, ou bien le fruit d'une évolution ? Quel pouvait être l'intelligence d'un cauchemar ambulant ?

La seule chose dont j'ai besoin pour l'heure est de rejoindre le bateau qui me ramènera où je suis attendu, je ne vais pas tarder à embarquer.
Mais toi-même, as-tu besoin de quelque chose que tu erres dans le port de Piltover ? Il me semblait pourtant que tu étais pour ainsi dire résident permanent de l'Institut. C'est une... Surprise que de croiser ton chemin ici...

Zed n'avait pas l'habitude de réellement s'inquiéter pour ses pairs, qu'il ne considérait pas comme des pairs à bien y réfléchir, et ne comptait probablement pas commencer à s'inquiéter pour eux, mais il ne put que se demander quelles pourraient être les conséquences à savoir une créature comme Nocturne courant le monde.
Il n'y avait qu'à voir les lames à ses poignets pour imaginer les dégâts qu'elle pouvait causer. Et qu'elles pourraient être les dégâts qu'il causerait si lui même décidait de troquer les siennes pour ces dernières. Assurément elles manquaient de précision, mais un rapide entraînement et il pourrait sûrement s'en accommoder.
Non, là où sa curiosité commençait à le titiller le plus, c'était concernant la présence de Nocturne en dehors de l'Institut, et le récent vol de Nexus qui avait été rapporté, la coïncidence pouvait être énorme, mais le hasard existait-il dans ce monde ?




Invité
Revenir en haut Aller en bas
Nocturne
▪ Roi des Cauchemars
avatar
Féminin
Messages : 287
Date de naissance : 25/02/1994
Date d'inscription : 16/09/2015
Age : 23
Sam 19 Mar - 23:40
Voilà qui était intéressant. Jusque là, Nocturne n'avait croisé que des personnes qui souhaitaient en savoir davantage sur lui, sur ce qu'il était. Les mêmes questions, à chaque fois, et les mêmes réponses servies sur plateau, déjà toutes faites. Il en était lassé et il semblerait qu'Astrydd le soit également, chose pourtant étonnante compte tenu de son incontrôlable envie de discuter de tout et n'importe quoi. Zed s'était contenté de s'interroger sur sa présence ici. Quelque chose de logique en soi, qu'est-ce qu'un être comme lui viendrait faire dans de vieux ports à cette heure-ci alors qu'il y avait tant de gens beaucoup plus fragiles à effrayer, à martyriser mentalement ? L'éternel cauchemar eut presque envie de lui donner une réponse honnête. En fait, c'est ce qu'il fit : toutefois, il se garda de préciser pourquoi il cherchait cette personne en question.

- En effet, je n'ai rien à t'apporter... De bien, fit-il sans avoir besoin de remuer sa bouche, comme si sa voix venait d'un autre monde, était omniprésente, impossible à localiser. Je cherche une jeune femme. Des cheveux noirs, des yeux violets. Elle détient quelque chose que je veux récupérer.

Il parlait de sa liberté, bien entendu. Astrydd l'avait compris et quel que soit son avis sur la chose, elle n'y pouvait rien. Ils étaient deux à pâtir de cette situation, et deux à être enchaînés l'un à l'autre sans vraiment pouvoir y faire quoi que ce soit. La seule solution était de retrouver ce corps perdu on ne sait où.

- Quant à l'Institut, je ne dois pas te l'apprendre mais... Il n'existe plus. Le Nexus s'est éclipsé. Il mima une sorte de petite explosion de ses longs doigts squelettiques, comme pour souligner l'imprévisibilité de l'événement. Sans raison précise, de ce que je sais. Dommage, tout un joli système parti en fumée... Une pointe d'ironie teintait le ton de sa voix, d'habitude très neutre. Et des créatures toutes plus dangereuses les unes que les autres lâchées dans la nature...

L'amusement prit le pas sur l'ironie. Il se considérait dangereux, dans de moindres mesures, lorsqu'il le souhaitait. Il était plus effrayant que réellement mortel... Mais est-ce que les Hommes, démunis de leur moyen de faire régner la justice, l'étaient moins que lui ? Ca, ce n'était pas sûr.




« L'Homme ignore à quel point son Inconscient est fabuleux... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Pokémons inventés?
» Langue Inventée
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Le Bateau Cygne
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: Piltover :: Bordure de Piltover-
Sauter vers: