FINI : Rencontre fortuite [PV: Talon] [Prélude]

 :: Runeterra :: L'institut de la guerre :: Autre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 1 Oct 2015 - 22:12


- L'Institut de la Guerre. Bâtiment politique clé de Valoran. Du moins, il essayait. Depuis quelque temps, les choses semblaient avoir tourné en Valoran. Pendant plusieurs années, personne n'avait été troublé par sa présence. Tous l'avaient accepté et vu l'utilité que cela pouvait apporter. Limiter les Guerres, régler les conflits de manière pacifique (Bien qu'après tout il soit question d'un combat, mais dans lequel personne ne mourrait). Personne n'osait ensuite revenir sur les décisions de l'Institut. Il était le pouvoir politique. Aussi qu'avait-il donc bien pu se produire entre temps pour que les mentalités changent si soudainement ? Oh bien sûr, ici même, tout était pareil. Les couloirs étaient moins fréquentés qu'auparavant, mais la Ligue semblait afficher un air désinvolte, essayant d'attirer vers elle ceux qui n'osaient guère s'en approcher.

La route vers la Ligue, elle, n'était plus la même. Sur presque tous les arbres, à chaque carrefour, chaque croisement, chaque pancarte directionnelle, on pouvait retrouver des affiches prônant de fuir la Ligue, de se réveiller, d'éviter le pouvoir unique et autres joyeusetés ludiques. Quand des illuminés commençaient à se lancer un credo en tête, n'importe quelle chose, quel fait, devenait soudainement un nouveau fer de lance pour servir la cause. Étrangement, n'importe quel autre fait devenait un fer de lance qui menaçait la cause. N'allez pas chercher la logique, les mouvements de foule n'en avaient jamais. Une théorie raconte que le QI d’une foule est égal à celui du membre ayant le QI le plus bas, divisé par le nombre de personnes. Ce qui, quand on le considère avec un minimum de recul, ne semble pas tout à fait si ridicule, et pourrait raisonnablement expliquer comment des foules peuvent être si aisément manipulées.

Que pouvait bien amener le renversement de la League à Ionia ? Certes la Guerre, mais cela allait-il ramener la Guerre comme auparavant ? Probablement pas. Le postulat que les Nations se retrouvent autour d'une table en se serrant la main suivie d'un "On reprend comme avant ? Allez à tout à l'heure" était peu probable. Les tensions risquaient de revenir encore plus rapides qu'avant, entraînant peut-être même des rancoeurs personnelles étant nées entretemps. Des alliances s'étaient également formées depuis. Dans tout cela, l'important pour Zed était de lui permettre de tirer son épingle du jeu. Sa situation n'était pas cataclysmique pour autant, mais en Ionia Zed ne faisait pas office de figure sympathique. Les Kinkous avaient très rapidement reçu le soutien de Karma et de la plupart des Champions de la League d'Ionia. Si la Guerre revenait, Ionia pouvait subir les assauts de Noxus, sans pour autant recevoir l'assistance de Demacia, bien trop occupé à tenir un front contre Noxus, où à se mêler des affaires de Freljord. Et comment les choses se passeraient-elles alors ? Et si Ionia était délaissé, Karma ne jugerait-elle pas la présence de Zed comme bien trop dérangeante ? Les Kinkous recherchent l'équilibre, ils n'iraient pas jusqu'à le traquer. Du moins, ni Shen ni Kennen.

Bah, des imbroglios politiques, il ne lui manquait plus que cela. Ne pouvait-il tout simplement pas le laisser monter son École des Ombres, s'installer en tout Runeterra, et zigouiller qui bon lui semblait ? Bien sûr que non. Que de misérables insectes ignorant le véritable pouvoir, et se dressant sous un pseudo front uni pour l'empêcher de faire ce qui lui semblait. De pathétiques insectes.
L'ennui avec les insectes, c'est qu'ils agissent toujours en nombre. En surnombre même.

De fait, le voilà qui se retrouvait une fois de plus à fouler le sol de la League. Cette fois-ci les choses étaient différentes. Beaucoup moins d'Invocateurs arpentaient les couloirs la tête haute, saluant à tout va les Champions de la League. Beaucoup moins de Champions aussi. Aujourd'hui, la plupart des invocateurs se réfugiaient dans leurs appartements, préférant éviter les questions sur les évènements actuels. Quant aux champions... Quelques-uns devaient surement passer comme Zed de temps en temps pour se tenir informés des derniers faits en cours. Difficile dès lors de se croiser.
Tandis qu'il sillonnait les couloirs vides, les pensées de Zed se succédaient pêle-mêle sur son avenir et celui des Ombres en Ionia. Et pourtant, rien de concret n'arrivait à se faire dans son esprit. -


Humpf

- Un soupir qu'il laissera glisser entre les fentes de son casque d'acier, stoppant ses pas aux abords d'un panneau d'affichage, dont la dernière actualisation remontait à bien trop longtemps pour offrir une quelconque utilité. Cependant, le bruit régulier qu'il percevait sur sa gauche laissait deviner les pas d'un arrivant. Il laisse dodeliner sa tête d'un mouvement lent et paresseux, scrutant l'arrivée du nouvel arrivant, qu'il espère pouvoir détailler avec attention. Même s'il s'agit d'un pécore s'occupant de nettoyer les couloirs de la League. Il fallait, pour leur rendre honneur, leur accorder la propreté des lieux. Le salon dans lequel se trouvait Zed, était richement drapé d'étoffes et de tapis aux teintes bordeaux. Le mobilier, tout en bois verni venait encercler une cheminée en pierre massive, dans lequel se consumait un brasier ardent. Juste en face, entre deux colonnes soutenant le plafond, se trouvait le tableau d'affichage. -


HRP : En espérant que cela ne te coince pas trop pour débuter, n'hésite pas à me MP si tu as besoin que j'adapte le texte.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 2 Oct 2015 - 3:45
La ligue de la justice. Je n'avais plus posé les pieds ici depuis un bon moment. A quoi bon revenir alors? C'est une bonne question. Je n'ai jamais apprécié la ligue, pas plus que ses invocateurs. Ils sont naïfs et faibles. Deux mots que je détestais par dessus tout. Deux mots qui m'étaient insupportable. Réunir dans une arène les champions de Runeterra pour éviter la guerre ? Quelle idée stupide. De plus, ils jouaient avec nous, littéralement. Entraînés dans un combat sans fin, où nul ne meurt. Où tout recommence l'instant d'après. Un vrai combat n'a rien d'un jeu. A quoi bon se battre si ce n'est pour survivre ? Ce sont les dures règlent de la vie. Tuer ou être tué. Quelle ironie, maintenant que tout s'achève, maintenant qu'ils sont sur le point de tout perdre, ils ont peur. Ils ont compris que tout ça était vain. Que leur utopie allait finir par leur retomber sur la tête. Ils n'étaient pas prêt à subir le recul de toute cette histoire.

Si j'étais de retour dans cet endroit, dans cet immense bâtiment de pierre. C'était pour confronter les invocateurs, je n'ai rejoins la ligue que pour une seule et unique raison : retrouver le général. Rien de plus, je ne cherche pas un affrontement factice avec des adversaires aussi puissant soient-ils. Un faux combat ne m'intéresse nullement. Un affrontement où personne ne met sa vie en jeu est ridicule. Je me bas pour survivre, je ne me bas par plaisir ou par crainte. Je ne le fais pas parce que c'est juste. Je le fais parce que je le dois. Je le fais pour continuer à vivre. Ainsi est faite la loi du plus fort. Et pourtant, lorsque l'on atteint les sommets de Noxus, plus aucun combat ne nous intéresse. Aucun adversaire n'est en mesure de nous procurer l'adrénaline lorsque notre vie ne tient qu'à un fil. Où chaque muscles de notre corps lutte frénétiquement pour sa survie. Le plaisir d'enfin rencontrer un rival. Un homme capable de nous tenir tête, un homme capable d'en finir avec nous. Cet homme n'était autre que le Général Du Couteau. C'est pour ces mêmes raisons que je le traque, que je le cherche à travers tout le continent, que je suis prêt à tout pour le retrouver. Et ce, quoi qu'en pense Noxus. Je n'ai jamais prêter allégeance à cette ville. Depuis mon enfance ils n'ont eu de cesse de me traquer et de vouloir ma mort, en échouant à chaque tentative. Je ne me soumettrai jamais à des hommes plus faibles que moi.

J'ai traversé les couloirs vides d'un pas rapide. Il n'y avait pas une âme qui vive. Autant dire que ça n'allait pas me faciliter la tache. J'ai laissé échapper un soupir d'ennui. Pour une fois dans ma vie, j'aimerai me retrouver dans une situation idéale, où tout s'offre à moi en un instant. Où il me suffit d'attendre pour que tout vienne à moi. Mais je ne faisais que rêver. Jamais rien dans ma vie ne serait aussi simple. Des complications encore et toujours, j'aimais penser qu'un jour, je parviendrai m'y habituer. Même si au fond de moi, je savais bien que je ne changerais pas sur ce point. Je trouverai toujours un moyen de me plaindre. C'est d'ailleurs un de mes seul plaisirs. Alors à quoi bon me l'enlever moi-même?

Ces couloirs autrefois empli de vie était à présent désertique. J'avais souvenir à l'époque qu'une foule d'invocateur et de champions allaient et venaient sans cesse d'un pas rapide, se saluant vaguement d'un léger signe de la tête. Mais maintenant, il était le seul à arpenté ces longues allées. Quoi qu'il en soit, je ne trouverais personne en marchant sans but, je devais tenter ma chance dans une des pièces, peut être qu'un invocateur s'y terrait, tremblant de peur. Cette image m'arracha un sourire, ce qui n'était pas pour me déplaire. J'ai donc scruté les murs à la recherche d'une quelconque ouverture. C'est à ce moment que je l'ai aperçu, une ombre s'enfonçant dans une fente le long du couloir. Ce fut bref, mais j'étais sûr d'avoir aperçu quelqu'un, ou quelque chose pour être exact. Mon instinct me conseillait d'agir avec prudence, mais j'étais fatigué d'errer sans but.

Je me suis avancé d'un pas rapide, tournant directement dans la pièce où l'ombre avait disparue. C'était une sorte de salon, richement décoré, une cheminée éclairait suffisamment la pièce pour que je puisse apercevoir l'étrange personnage qui se tenait debout face à moi. Un homme grand, imposant, portant un masque en fer. Il avait le long de ses bras deux griffes rétractées. Et il portait dans son dos deux énormes shurikens, une arme des ninjas ionien, il n'y avait aucun doute là-dessus. Cet homme était sans nul doute un ninja de l'école des ombres de Ionia, leur assassin en somme. J'en avais vaguement entendu parler. J'aimais en apprendre plus sur le style des assassins étrangers, et je devais avouer que je préférais le style d’assassinat classique. Leur styla mélangeant la magie et les lames ne me plaisaient guère. Je n'avais rien contre ces ninjas, mais je pense que l'assassinat est un art où seul les lames doivent être utilisés, de plus, lorsqu'un homme sait les manier, elles suffisent à défaire la plupart des adversaires.

Je me suis d'abord interrogé sur le fait de sa présence ici. Qu'est-ce qui pouvait bien amener un ancien champion à la ligue? Malheureusement, je ne connaissais pas assez cet homme pour pouvoir avoir un semblant de réponse. Quoi qu'il en soit, je n'étais pas venu pour me battre, autant lui faire savoir de suite.

-Je ne m'attendais pas à trouver un autre être humain ici, cet endroit a l'air abandonné depuis un moment. Puis-je savoir à qui ais-je affaire et ce qui vous amène dans pareil lieu ?

Je ne me suis pas présenté, et je n'en avais pas l'intention s'il ne le faisait pas lui-même. Autant rester discret lorsque deux assassins se rencontrent.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 8 Oct 2015 - 23:48


- Les bruits de pas se rapprochaient désormais de plus en plus de lui. Pourtant il était amusant de révéler qu'ils n'étaient pas si discernables que cela. Pour une oreille attentive, il était possible de remarquer que la cadence de l'homme semblait soutenue, probablement un individu potentiellement sur les nerfs ou bien pressé. Tout le contraire de Zed qui avait déambulé dans les couloirs de façon nonchalante, comme pour énerver un éventuel observateur pressé. Cependant, si l'on relâchait sa garde, on remarquait tout de suite que les pas de l'homme n'avaient rien de bruyant. Les talons ne claquaient pas contre la pierre, la semelle ne frottait pas le sol, même l'étoffe de son pantalon ne bruissait pas contre la jambe opposée à chaque mouvement.
De fait, la réflexion lui vint presque aussitôt à l'esprit. Avait-il dans un premier temps entendu des pas étouffés, ou bien avait-il ressenti une présence, et calquer peu à peu son ouïe sur cette marche si discrète ?
Ce qui demeurait pour l'heure certain, c'est que cet inconnu n'était surement pas un banal serviteur, peu de gens étant ainsi capables de se déplacer en produisant si peu de bruit.
Ce n'était plus qu'affaire de seconde, l'homme arrivait dans la pièce, Zed lui tournant le dos. -


Je ne m'attendais pas à trouver un autre être humain ici, cet endroit a l'air abandonné depuis un moment. Puis-je savoir à qui ai-je affaire et ce qui vous amène dans pareil lieu ?

- Impossible de le discerner, mais sous le casque d'acier le sourire s'étire et s'agrandit, entrainant avec lui le regard du ninja qui retransmet cet amusement.
Un soupçon de provocation dans la voix de l'arrivant, presque belliqueux. L'homme doit être empli d'assurance pour oser débarouler ainsi. Sa présence est aussi incongrue que celle de Zed actuellement, et pourtant il réclame déjà de savoir "qui" et "pourquoi". Réjouissant. Il existait donc encore des gens pouvant être arrogants dès le premier instant, autre que lui-même. Le monde est une saloperie infâme où chacun, n'est pas livré à lui-même comme certains le pensent, mais plutôt livrée contre tout le monde, nuance certes, mais nuance. Donc, le monde est une saloperie infâme, mais elle réserve tout de même son lot de petits bonheurs simple.
Car la confrontation, qu'elle mène aux armes ou seulement à l'échange de politesses, allait requérir une certaine adresse, pour toujours flirter avec l'extrême limite. User les nerfs, provoquer la colère, ou bien la joie, sans déclencher la guerre entre les deux individus. Pas tout de suite. Il est certes fort appréciable de se battre et d'occire, mais pas sans prendre le temps de discuter, de sonder l'autre.

Le Talon droit du ninja vient se redresser, et son pied pivote à 90°, entrainant avec lui tout le reste du corps, afin de faire face à ce nouvel individu. Une moindre politesse, d'autant qu'il n'allait pas s'abaisser à lui offrir des courbettes ou autre billevesées. Les bras se redressent et se croisent sur la poitrine de Zed, sa tête basculant légèrement en arrière afin d'obliger son regard à se baisser quelque peu à l'adresse de Talon. Il le regarde de haut. La manoeuvre est certes jolie, mais quelque peu rendue obsolète par le fait que le regard du Ninja n'est pas discernable, hormis une vague lueur rouge sang filtrant au travers du casque. Qu'importe, le style compte pour beaucoup dans les échanges, et il ne sera pas dit que Zed faisait les choses à moitié. Pas toutes du moins. Et tandis que le ninja s'apprête à prendre la parole, inspirant une bouffée d'air entre les interstices de son casque, la voix qui filtre au travers résonne grave. Elle tranche, empreinte d'une pesanteur métallique qui éraille votre audition, à vous en faire grincer les dents. Cette voix-là également transpire l'audace et la suffisance. Elle sait que la situation qui vient de naître en les deux hommes n'a rien de commun, et les plonge tous deux dans ce respect mutuel pesant qui plonge chacun dans la retenue, sous peine de libérer une explosion de puissance. -


Déjà tant de questions alors que nous nous rencontrons à peine ? Diantre il me semble que cela en est trop pour moi.
- Il choisit ses mots, jouant volontairement les aristocrates. -
Allons cher Talon, prenez donc le temps de vous poser, vous n'êtes pas le seul à s'avérer étonné d'une présence ici, mais il me semble pourtant que vous en recherchiez une, sinon que feriez-vous ici même ? Je ne pourrai croire que vous vous aventuriez ici pour jouer les fouineurs ou simplement batifoler sur votre temps libre.
L'hypothèse de la nostalgie quant au temps passé sur la Faille de l'Invocateur ne me traverse l'esprit que par le fait qu'elle soit cocasse, et en rien crédibles.

- Un instant, il demeure silencieux, restant face à Talon, laissant les esprits s'échauffer tout seul. -
Est-il toujours nécessaire que je me présente Talon ? Nous nous sommes déjà affrontés ici même me semble' il, même si c'était au travers des invocateurs pour la plupart du temps.
Pour ce qui est de ma présence, très cher, j'admettrai volontiers le fait que ma présence est motivée par les mêmes raisons que celle qui détermine la tienne ici.

Une réponse forcément mystérieuse, qui ne lui apprendra rien. Mais c'était cela le jeu de la discussion. À quoi bon tout révéler dès les premiers instants à Talon ? De plus, il le tutoyait désormais.

Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 9 Oct 2015 - 3:30
Zed, je me souviens de lui. Il était doué, mais son arrogance m'était insupportable. Je n'allais toutefois pas perdre patience pour autant, ce serait futile et digne d'un enfant de bas âge. J'avais mieux à faire qu'à succomber à ses provocations. Oui je garde un bon souvenir de cet homme là, un des adversaires les plus prometteurs dans la faille. Du moins, parmi ceux qui m'étaient encore inconnue. Je n'ai pas pour habitude d'oublier un puissant combattant et il ne faisait pas exception à cette règle. J'avais encore en mémoire son style de combat basé sur les ombres. Sa maîtrise sur ces dernières étaient sans précédent. Je devais avouer que je n'avais jamais rien vu de tel auparavant. Il avait un pouvoir particulièrement intéressant. Mais je n'étais pas venue ici pour parler du bon vieux temps, pas plus que pour perdre mon temps dans des combats qui ne me concernent plus.

Il se tourna vers moi, exécutant un mouvement lent pour me regarder de haut. Je l'ai laissé faire sans broncher, il aimait se donner en spectacle, alors soit. Cela ne me dérangera nullement. Il pouvait faire comme bon lui semble. Du moment qu'il ne se montre pas agressif. Il pouvait avoir recours à toutes sortes de provocations, je ne céderais pas. J'étais venu pour voir des invocateurs et voilà que je tombe nez à nez avec un de mes plus anciens rivaux de la ligue. A croire que le destin choisit bien mal son moment pour entrer en scène. Mais puisque la roue tourne à présent. Il n'est pas question que je rebrousse chemin.

Son long discours ne m'appris qu'une seule chose : Rien. Il était visiblement décidé à me faire perdre du temps. Mais pourtant, j'étais préparé à cette éventualité en venant ici. Je savais bien que même les invocateurs n'auraient peut être pas pu m'apprendre ce que je souhaitais savoir. Alors un ancien champion, les probabilités pour qu'il m'apprenne quelque chose d'utile sont proche du néant. Quoi qu'il en soit, maintenant que la discussion était engagé, pas question de rester sans rien dire. Je ne voulais pas paraître impromptu pas plus qu'avoir l'air d'agir lâchement. S'il décidait de parler pour ne rien dire, j'allais faire en sorte de faire tout le contraire alors.

-Bien sûr que je sais qui tu es, Zed. Ce n'est pas la première fois que nos chemins se croisent. Je dois avouer que tu as été un adversaire plus qu'intéressant sur les champs de justice. Mais comme tu l'as dit toi-même. Je ne suis pas ici pour ressasser le passé. Bien au contraire. Je cherche des informations, et je sais que je n'apprendrais rien de toi. Cependant, tes motivations m'intriguent. Que vient faire quelqu'un comme toi ici ? Dans cet endroit abandonné des hommes? Je me doute bien que tu n'es pas là pour les mêmes raison que moi, alors qu'es-ce qui a bien pu pousser quelqu'un comme toi à venir ici? Je serai curieux de l'apprendre.

A quoi bon tourner autour du pot? J'étais venu pour trouver une réponse et non pas pour jouer aux devinettes avec une ombre. S'il souhaitait vraiment avoir une discussion avec moi, il allait devoir y mettre du sien et cesser de parler en charade. Ce que je cherche, ce sont des réponses, et non pas d'avantages de questions.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 13 Oct 2015 - 13:47



-Bien sûr que je sais qui tu es, Zed. Ce n'est pas la première fois que nos chemins se croisent. Je dois avouer que tu as été un adversaire plus qu'intéressant sur les champs de justice. Mais comme tu l'as dit toi-même. Je ne suis pas ici pour ressasser le passé. Bien au contraire. Je cherche des informations, et je sais que je n'apprendrais rien de toi. Cependant, tes motivations m'intriguent. Que vient faire quelqu'un comme toi ici ? Dans cet endroit abandonné des hommes? Je me doute bien que tu n'es pas là pour les mêmes raison que moi, alors qu'es-ce qui a bien pu pousser quelqu'un comme toi à venir ici? Je serai curieux de l'apprendre.

Aaah Talon. Il ne perdait visiblement pas de temps en politesses futiles. Et même s'il ne dévoilait pas ses intentions, il ne cachait pas le fait que sa venue à la League était motivée par un but bien précis. Un but précis, mais qui n'empêchait cependant une curiosité humaine de se renseigner sur la présence de Zed. Pourquoi les Hommes sont-ils si curieux ? Pourquoi ne pas laisser ce privilège à Zed seul ? Monde cruel décidément.
Mais puisqu'il cherchait des réponses il allait falloir tâcher de lui en donner ne serait-ce qu'un minimum après tout. Une inspiration profonde qui vient gonfler sa poitrine et redresser les bras qu'il a croisés dessus, le souffle qui suit se glisse entre les failles de son casque d'acier, reproduisant ce son éraillé et incisif qui pique l'oreille. La voix qui suit a perdu de son rocambolesque, il ne s'essouffle plus en style dans sa prose, même si un petit peu de théâtre ne nuit pas.


Et bien Talon, même si ma venue est animée par un certain intérêt, pour l'instant elle s'avère vaine, car je déplore subir un échec. Je suis curieux moi aussi. La League n'est plus ce qu'elle était. Et les choses ont changé rapidement, peut-être même un peu trop. Beaucoup d'entre nous ont purement et simplement déserté alors même que nous ne savons pas clairement pourquoi.
On ne me fera pas croire que c'est simplement quelques écriteaux posés par la vile populace, criant au scandale d'un pouvoir unique qui a motivé tant de gens. Je veux bien croire à un effet mouton, mais il me semble que les Champions de la League sont quand même capables d'un peu plus de discernement pour éviter de tomber dans un tel écueil.
C'est pour cela que je suis venu, je suis plutôt éloigné des histoires de la League en Ionia, et je voulais voir par moi-même et comprendre pourquoi et comment une telle situation a pu s'installer aujourd'hui.

Il élude évidemment certains passages. Le fait que son réseau d'espions de la Ligue des Ombres n'avait pas vraiment trouvé de choses avant lui, que peu d'échanges avaient été captés. Mais il se demande quelles sont les choses qu'il doit lui cacher, jusqu'où la décence lui ordonne d'aller pour ne pas trop en dévoiler à Talon.
Un petit soupir de dédain lui glisse entre les lèvres, avait-il réellement besoin de retenue ou de stratégie militaire ? Au diable la retenue, il n'avait pas peur, il était Zed.


Et plus encore, je veux savoir ce qu'il va en découler. La League avait ramené un semblant de paix sur Valoran, et si tout doit s'écrouler en un instant, je veux savoir comment. Si le monde actuel doit s'effondrer, si les choses doivent voler, je veux être l'étincelle de Chaos qui fera tout détonner. Je veux être celui qui fera le premier pas et brisera cette paix doucereuse. Je me demande s'il n'y a pas que Demacia pour ne pas se rendre compte de son artificialité ?!
Prendre les devants s'avère parfois profitable ne penses-tu pas Talon ? J'aurai du mal à croire que Noxus ne partage pas cette opinion sur la Guerre. Surtout envers Ionia, quand on considère le passé que vous avez avec elle et certains de ses plus célèbres, quoi que misérable, représentants...

- Bien, le discours allait probablement faire son petit effet. Tout l'art de la chose était de laisser planer un court silence le temps que ses paroles pénètrent l'esprit de l'Assassin, qu'ils les imprègnent dans son cerveau et les distille froidement par sa réflexion d'Assassin. Pouvoir lire sur le visage de Talon le moment où celui-ci allait produire une étincelle, un avis et une réflexion concernant les paroles de Zed, et ceci afin de pouvoir aussitôt le tacler pour couper la réflexion et le forcer à parler, à réagir. Il attend patiemment, au rythme des brèves secondes qui s'égrainent pourtant très lentement en l'instant, jusqu'à rompre ce silence. -

Se pourrait-il que Noxus ait déjà des projets en tête ? Un homme comme Swain a dû déjà tisser plusieurs combinaisons possibles d'évolutions. Mais qu'en est-il de la belle Katarina et de son acolyte ancien élève du père Du Couteau ? Je suis sur qu'eux aussi réfléchissent fort à propos.



Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 24 Oct 2015 - 17:08
Zed, cet homme ne m'a jamais inspiré confiance, il put la trahison à des lieux à la ronde. Mais ses talents d'assassin était incontestable, je devais l’admettre, le mettre des ombres portaient bien son nom. Quoique son art soit basé sur la magie, ce qui en retire légèrement le mérite selon moi, il restait tout de même douer dans ce qu'il faisait. Je n'avais donc aucun motif de le prendre à la légère. Quoi qu'il en soit, il ne semblait pas être ici pour se battre. Et je n'avais moi-même aucune raison de le provoquer, tout semblait être propice pour une discussion donc. Malgré le motif premier de ma venue en ce lieu, j'ai pris le temps de l'écouter, d'autant plus qu'il y avait peu de chance qu'un homme comme lui ai de quelconque information au sujet de la disparation du général.

Son long discours sur la guerre et la paix me laissa de marbre, je me moquais bien de la guerre, et la paix n'est qu'une utopie, elle n'existera jamais, il souhaitait être la graine de la discorde qui ne va pas tarder à éclater. Grand bien lui en fasse, je n'avais nullement l'intention de me mêler à toute ces inepties, des disputes sans but entre deux grandes nations, cherchant à se partager un pouvoir qu'elles regretteront par la suite, à quoi bond s'y préoccuper ? Noxus et Demacia n'existent que parce que l'une et l'autre n'existent. Seul ils sont dénués de sens. Noxus n'existe que pour la guerre, alors à quoi bon massacrer Demacia ? Que faire une fois notre adversaire détruit ? Il ne leur restera rien. Il en va de même pour Demacia, prônant la justice. Face à qui défendront-ils leur justice et leur valeur une fois que Noxus sera tombé? Qu'adviendra donc toutes ces belles paroles une fois que le "mal" aura était vaincu? Les deux royaumes ne peuvent exister l'un sans l'autre, ils sont condamnés à se battre pour l'éternité. Jamais Runeterra ne connaîtra la paix, même la ligue était utopique. En temps de paix lorsqu'elle était là? Allons bon mon cher Zed, tu es bien naïf, la guerre faisait toujours rage, encore et encore, bien plus que d'habitude, chaque jours des champions mourraient, encore et encore, forcé à se battre pour l'éternité. Si c'est ainsi qu'est la paix, alors elle ne vaut pas la peine d'être rêver. Il y avait moins d'affrontement avant l'apparition de la guilde.

On ne changera pas la nature humaine, les hommes existent pour ce battre, ainsi va le monde. Un homme ne peut pas vivre sans adrénaline, sans éprouver le besoin de se battre pou rester en vie. Il doit se sentir vivant, et pour cela il doit prendre la vie des autres. Tuer ou être tuer. Ainsi va le monde. Je suis moi-même régis par cet existence. Je me bas pour survivre, mais je n'ai rien à protéger en dehors de ma vie. Je n'ai pas de sens, pas de raison de vivre. Et pourtant je me battrais, encore et encore. Autant de fois qu'il le faudra pour rester en vie. C'est ironique. Mais ainsi sont les hommes.

Les projets de Noxus ne m'intéressait guère. Je ne suis pas un soldat, je ne participe pas aux guerres. Ma seule mission consiste à tuer de pauvres minables que l'on souhaite voir mort. Rien de plus. Mais si je voulais en apprendre plus sur les intentions de Zed, il va falloir faire un effort. Je ne parviendrais pas à maintenir longtemps une discussion si je le rejette dès à présent. Et puisque cet endroit semble dessert, autant en profiter pour en apprendre plus sur ce mystérieux ninja.

-Je ne connais pas les projets de Noxus, et ceux de Swain ne m'intéressent pas. Il est vrai que j'ai mes propres projets, et je ne m'aventurerai pas à te dévoiler des hypothèses sur les siens. Quoi qu'il en soit, si tu me poses cette question j'imagine que ce n'est pas par simple curiosité. Admet le Zed, tu n'es pas aussi bête pour entretenir une discussion par pure curiosité. Tu n'es pas le genre d'homme à se soucier de ces mondanités. Tu as une idée derrière la tête c'est bien ça? Je ne te promet rien, mais si ton plan m'intéresse, je pourrais essayer d'en parler avec quelques connaissances. Quoi qu'il en soit, trêve de bavardage, dis moi ce que tu manigances.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 1 Nov 2015 - 23:55



- Quelle délicate attention de la part de Talon. Un si joli compliment à son égard, le fait qu'il ne soit pas bête.
Vraiment Messire est bien trop bon.
Certes certes, en attendant son petit discours ne l'avait pas fait bien avancer dans sa recherche d'informations, au contraire il lui avait clairement établi qu'il ne lui dévoilerait rien. Une marque de rudesse qui apparaissait subitement sans réelles raisons. On pouvait facilement deviner que rien ne liait d'amitié les deux Assassins, mais de là à se braquer de la sorte. Fait plutôt inconvenant de sa part, alors que Zed avait pris le temps d'en révéler un petit peu quant à son compte. Un manque de fair-play évident, qui n'allait pas influencer Zed à se montrer bavard. Du moins pas sur certain point.
Même sans pour autant déclencher les hostilités, on pouvait désormais sentir dans l'air, un petit brin de tension supplémentaire, un défi mutuel dans la posture des protagonistes vis-à-vis de l'autre. Talon pensait que Zed n'entretenait pas de vaines mondanités sans raison ? Ma foi c'était probablement juste. Mais il s'était contenté de trop peu de choses. Zed n'était pas homme à se laisser chier dans les bottes comme venait de le faire Talon à l'instant en lui tenant des propos manquant de tant de respect. -


"Faut-il que je te dise "Merci", Talon pour ce compliment ? Toi et moi nous moquons de ces égards tu as raison, aussi y couperais-je court, puisqu'il semble en être ton désir.
Pourquoi continuerais-je à te faire part de ce que je pense alors que tu souhaites verrouiller des informations que tu ne possèdes même pas ?
Permet moi de te paraphraser, tu en toucheras un mot ? Ne me fais pas sourire avec ta piètre sollicitude Talon. À t'entendre, je me rends compte que je n'ai qu'un simple troufion de la Crimson Élite, un bête larbin bon à faire le messager. À moins que cela ne soit le petit chien de feu du Couteau qui se tienne dans la salle, obéissant à un ordre pour un sucre, assassinant sans user de son propre arbitre. Il y a eu méprise Soldat.

- Cependant Zed n'avait une fois de plus, probablement pas pris le temps de mesurer l'impact de ses paroles avant de les prononcer. En était-il seulement de sa faute ? Talon l'avait provoqué avec un si piètre discours. Le dédaigner, le remballer pour ensuite lui demander de cracher les détails de son plan ? Le prenait-il vraiment pour un idiot incapable de réfléchir ? Zed en avait presque proféré le dernier mot, dans un crachat de haine. Les poings étaient serrés dans les gants, faisant craquer le cuir lorsque l'étau de ses mains se resserrait. La posture s'était légèrement inclinée afin de faire face à Talon de 3/4, et derrière le casque, les pupilles écarlates brillaient à ressembler à un brasero incandescent de fureur. Talon n'allait probablement pas tarder à adopter la même attitude. On pouvait presque entendre l'acier crisser sous l'envie de faire jaillir les lames, de croiser le fer afin de régler cela dans le sang et le combat. -

Tu ne m'intéresses plus le moins du monde. Reprends-le pas et vaque à tes vaines occupations. Tu me fais perdre mon temps si tu n'es pas capable de m'offrir autre chose que ton pitoyable discours de larbin à la solde de Du Couteau et la pathétique engeance qu'il a eu.

- Et voilà, on rêve de complots politiques, de secrets révélés à demi-mot dans une tension si forte qu'on la découperait au couteau, et au lieu de ça, on à droit à un échange bac à sable, à savoir qui sera le premier à trop en révéler. Aucun des deux n'avait probablement le temps pour tout cela, Zed avait eu la décence d'essayer de raccourcir les politesses, il avait fallu que Talon soit un gosse ayant grandi dans l'adversité, tombé sur un Du Couteau mièvre qui lui avait offert un semblant d'estime, depuis, c'était un larbin. Regrettable, mais il en fut ainsi, leur rencontre fut aussi brève qu'intéressante. -



HRP: Edit 1 mois 1/2 plus tard pour clôture du Rp suite à l'abandon du Rp par l'un des protagonistes.


Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Slaanesh : talon hauts et bouton sur la fesse droite!
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Belle étalon cherche femme...xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Valoran's Battlefront :: Runeterra :: L'institut de la guerre :: Autre-
Sauter vers: